Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

29/08/2012

L'Ombre du Vent, Carlos Ruiz Zafón

l'ombre du vent,carlos ruiz zafón,apprentissage,fantastique

L'Ombre du Vent

 

Carlos Ruiz Zafón

Coup de cœur


Dans la Barcelone de l'après-guerre civile, « ville des Prodiges » marquée par la défaite, la vie est difficile, les haines rôdent toujours.
Par un matin brumeux de 1945, un homme emmène son petit garçon – Daniel Sempere, le narrateur – dans un lieu mystérieux du quartier Gothique : le Cimetière des Livres Oubliés. L'enfant, qui rêve toujours de sa mère morte, est ainsi convié par son père, modeste boutiquier de livres d'occasion, à un étrange rituel qui se transmet de génération en génération : il doit y « adopter » un volume parmi des centaines de milliers. Là, il rencontre le livre qui va changer le cours de sa vie, le marquer à jamais et l'entraîner dans un labyrinthe d'aventures et de secrets « enterrés dans l'âme de la ville » : L'Ombre du vent.
Avec ce tableau historique, roman d'apprentissage évoquant les émois de l'adolescence, récit fantastique dans la pure tradition du Fantôme de l'Opéra ou du Maître et Marguerite, énigme où les mystères s'emboîtent comme des poupées russes, Carlos Ruiz Zafón mêle inextricablement la littérature et la vie.



Barcelone, 1945, après la guerre civile.
Daniel Sempere, un petit garçon, est emmené par son père dans un lieu mystérieux : le Cimetière des Livres Oubliés. Quand une bibliothèque disparait, quand un livre tombe dans l'oubli, ils continuent de vivre dans le Cimetière en attendant un nouveau lecteur. Et il existe une tradition pour celui qui vient la première fois : il choisit un livre et l'adopte pour faire en sorte qu'il ne disparaisse pas. Dans ce lieu magique, Daniel va adopter L'Ombre du Vent, de Julián Carax. Quelques années plus tard, Daniel se lance dans la recherche de cet auteur mystérieux, qu'un individu semble vouloir faire sombrer dans l'oubli en brûlant ses livres.
L'Ombre du Vent est un livre que j'ai découvert par hasard, et qui fait partie de ces surprises magnifiques ! Carlos Ruiz Záfon m'a fait voyager tout au long du récit, c'est prenant et magique, une lecture étonnante ! Avec Daniel, je me suis prise au jeu de découvrir qui était réellement cet individu et les mystères qui l'entourent. Cette quête de la vérité met en branle un engrenage implacable, fait de secrets, de mensonges, de trahisons, de désillusion... mais qui lui apporteront surtout des amis, l'amour, et la plongée encore plus profonde dans le monde des livres, perdus dans le dédale des ruelles espagnoles.
Outre l'histoire incroyable racontée par Carlos Ruiz Záfon, ce n'aurait pas été pareil sans les personnages hors du commun qui parcourent les pages du récit. Tout d'abord, Daniel Sempere : on le connait enfant, puis on le voit adolescent dans sa quête du Graal. Il grandit, évidemment, au cours du temps qui passe, mais aussi grâce aux découvertes et aux révélations qui parsèment sa vie depuis que L'Ombre du Vent est entré dans sa vie. Il y a également Mr. Sempere, le père de Daniel. Toujours présent, il est la cause des aventures de son fils, c'est un excellent libraire et père, très émouvant dans sa description. Un des personnages que je préfère est Fermín, le meilleur ami de Daniel, qui l'accompagne dans sa quête en l'agrémentant de conseils et de sentences hilarantes. Mails il y a également la présence omniprésente de l'amour, à travers les femmes que Daniel croisera sur sa route, lui permettant de se découvrir et de grandir, ainsi que la présence de Julián Carax, homme et auteur mystérieux.
L'Ombre du Vent fait partie de ces livres que je relis avec toujours la même intensité, magique et bouleversant !
 
 
 
- Ce lieu est un mystère, Daniel, un sanctuaire.
Chaque livre, chaque volume que tu vois, a une âme.
L'âme de celui qui l'a écrit,
et l'âme de ceux qui l'ont lu, ont vécu et rêvé avec lui.
Chaque fois qu'un livre change de mains,
que quelqu'un promène son regard sur ses pages,
son esprit grandit et devient plus fort.


Tandis que je traversais des tunnels entiers de livres dans l'obscurité, je ne pus éviter une sensation de tristesse et de découragement. Je pensais que si j'avais découvert tout un univers dans un seul livre inconnu au sein de cette nécropole infinie, des dizaines de milliers resteraient inexplorés, à jamais oubliés. Je me sentis entouré de millions de pages abandonnées, d'univers et d'âmes sans maître, qui restaient plongés dans un océan de ténèbres pendant que le monde qui palpitait au-dehors perdait la mémoire sans s'en rendre compte, jour après jour, se croyant plus sage à mesure qu'il oubliait.

- L'homme, en bon simien, est un animal social, et ce qui prime en lui c'est le copinage, le népotisme, le piston et le commérage comme mesure intrinsèque du comportement éthique. C'est purement biologique.


- Les gens caquettent à qui mieux mieux.
L'homme ne descend pas du singe,
il descend de la poule.

Garde tes rêves.
Tu ne peux jamais savoir à quel moment tu en auras besoin.


L'art de la lecture meurt de mort lente, que c'est un rituel intime, qu'un livre est un miroir où nous trouvons seulement ce que nous portons déjà en nous, que lire est engager son esprit et son âme, des biens qui se font de plus en plus rares.
 
 
 
Logo Livraddict

07/06/2012

La ballade de l'impossible, de Haruki Murakami

 La ballade de l'impossible.jpg

La ballade de l'impossible

Haruki Murakami

 

u cours d'un voyage en avion, le narrateur entend une chanson des Beatles : "Norwegian Wood".
Instantanément, il replonge dans le souvenir d'un amour vieux de dix-huit ans. Quand il était lycéen, son meilleur ami, Kizuki, s'est suicidé. Kizuki avait une amie, Naoko. Ils étaient amoureux. Un an après ce suicide, le narrateur retrouve Naoko. Elle est incertaine et angoissée, il l'aime ainsi.
Une nuit, elle lui livre son secret, puis disparaît...
Hommage aux amours enfuies, La Ballade de l'impossible est un magnifique roman aux résonances autobiographiques, d'une tendresse et d'une intensité érotique saisissantes.

 

Après avoir lu les deux premiers tomes de 1Q84, j'ai eu envie de me plonger dans les premiers livres de Haruki Murakami. J'ai donc décidée de me plonger dans un de ses premiers romans : La Ballade de l'Impossible.
La Ballade de l'Impossible est différent de 1Q84, car il n'y a plus de trace de fantastique, mais décrit une histoire, celle des premiers amours, et des relations amoureuses en général. Ces différents récits de Haruki Murakami gardent cependant une écriture commune, qui m'a fait me sentir aussitôt à l'aise dans le roman.
Le protagoniste, Watanabe, est étudiant à Tokyo. Personne assez renfermée, il n'a qu'un véritable ami, Kizuki, qui s'est suicidé. Quelque temps après, il va retrouver par hasard Naoko, la petite amie de Kizuki. Contre toute attente, les deux adolescents vont entamer une relation, qui sera pour le moins étrange...
Watanabe a beau être tombée amoureux de la jeune fille, celle-ci peine à avoir une véritable relation. Pour tenter de guérir et de se rétablir, Naoko décide d'aller dans un centre spécial, situé en montagne, pour tenter de trouver un peu de paix. Entre eux deux va se développer une relation très profonde, mais qui n'arrive pas à s'épanouir pleinement.
Entre-temps, à l'université, Watanabe va rencontrer une jeune fille, Midori, qui fréquente la même université. Franche, pleine de gaieté, la jeune fille va rapidement se lier d'amitié avec Watanabe, qui verra en elle une de ses meilleures amies.
Roman d'apprentissage et d'amour, La Ballade de l'Impossible vagabonde entre la souffrance, la folie et la mort pour trouver le véritable Amour, qui ne s'obtient qu'avec peine. Haruki Murakami a une écriture toujours aussi envoûtante, offre une histoire d'un héros solitaire traversant un Tokyo peuplée et grouillant, avec des moments d'innocence et de bonheur comme suspendus dans l'air, prêt à éclater. La mort, la solitude, sont omniprésents, donnant un goût amer à l'histoire racontée, mais l'amitié, l'amour et l'ironie parviennent à redonner une bouffée d'air à des personnages trop cabossés et trop fragiles.
Je vous conseille La Ballade de l'Impossible, c'est un moment exceptionnel de lecture !

 

 

 

Logo Livraddict