Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

03/06/2012

La maison où je suis mort autrefois, de Keigo Higashino

 Policier

Sayaka Kurahashi va mal. Mariée à un homme d'affaires absent, mère d'une fillette de trois ans qu'elle maltraite, elle a déjà tenté de mettre fin à ses jours. Et puis il y a cette étonnante amnésie : elle n'a aucun souvenir avant l'âge de cinq ans. Plus étrange encore, les albums de famille ne renferment aucune photo d'elle au berceau, faisant ses premiers pas...
Quand, à la mort de son père, elle reçoit une enveloppe contenant une énigmatique clef à tête de lion et un plan sommaire conduisant à une bâtisse isolée dans les montagnes, elle se dit que la maison recèle peut-être le secret de son mal-être.
Elle demande à son ancien petit ami de l'y accompagner. Ils découvrent une construction apparemment abandonnée. L'entrée a été condamnée. Toutes les horloges sont arrêtées à la même heure. Dans une chambre d'enfant, ils trouvent le journal intime d'un petit garçon et comprennent peu à peu que cette inquiétante demeure a été le théâtre d'événements tragiques...
Keigo Higashino compose avec La Maison où je suis mort autrefois un roman étrange et obsédant. D'une écriture froide, sereine et lugubre comme la mort, il explore calmement les lancinantes lacunes de notre mémoire, la matière noire de nos vies, la part de mort déjà en nous.

 

La maison où je suis mort autrefois campe l'histoire de deux personnes : le protagoniste et une ancienne petite amie, Sayaka Kurahashi. La jeune femme prend l'initiative de contacter son ami. Lors de leur rencontre, elle lui explique ce qui lui pèse sur les épaules. Mariée à un homme d'affaire toujours absent, elle maltraite sa petite fille de trois ans, elle a fait une tentative de suicide... Mais surtout : elle n'a aucun souvenir avant l'âge de cinq ans.
Le jour où, après la mort de son père, elle reçoit une enveloppe contenant une clé et un plan conduisant à une maison dans les montagnes, elle espère qu'aller la visiter comblera ces trous de mémoire. Avec son ami, Sayaka se rend dans les montagnes pour examiner cette bâtisse.
Arrivés à l'habitation, ils vont de surprises en surprises. L'entrée a été condamnée, les horloges sont arrêtées à la même heure, la lecture d'un journal intime... La maison semble avoir abritée des événements tragiques, renforcé par l'atmosphère baignant sur les lieux. Tout parait figé, comme mis en scène, ce qui déroute les protagonistes et les lecteurs (renforcé par la narration à la première personne du singulier), renforçant la sensation d'étouffement par le huis-clos, les deux personnages décidant de passer la nuit dans la maison abandonnée... Peu à peu, Sayaka semble retrouver des images, des sensations, ce qui l'entraîne sans cesse de plus en plus loin au fond d'elle-même.
La maison où je suis mort autrefois progresse peu à peu, en entraînant le lecteur au plus profond des pensées des différents protagonistes, mais aussi dans la quête aux souvenirs, tant égarés que conservés. Keigo Higashino a réussi à parler d'un sujet courant d'une façon tout à fait particulière : il fait évoluer l'intrigue avec précision, à petites touches délicates, en faisant monter peu à peu la tension... Les liens tissés entre les personnages, entre les amis, les ex petits amis, la famille, le passé, l'avenir, sont décrits de façon particulièrement vivace, ce qui m'a donné l'impression de vraiment connaître ces individus !
La maison où je suis mort autrefois est un roman captivant, prenant, je vous le recommande !

 

 

Logo Livraddict

Publié dans Livre, Livre : Policier | Tags : policier | Commentaires (0) |  Facebook | |

Les commentaires sont fermés.