Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

15/06/2012

Cosmopolis, de Don Delillo

 Cosmopolis.jpg

Cosmopolis

Don Delillo

 

Avril 2000.
Eric Packer, golden boy comblé qui dirige une influente société de courtage, traverse New York dans sa limousine. Il pose sur le monde qui l'entoure un regard désenchanté, tout en parcourant la ville que paralysent progressivement une série de manifestations collectives.
Dans cette atmosphère d'apocalypse, reviennent le hanter des souvenirs qui le conduisent à reconsidérer son existence et à s'interroger sur la personne qu'il est désormais. Mais il est trop tard : l'homme postmoderne qui voulait se suffire à lui-même n'a plus accès à la réalité qui le frappe alors de plein fouet.


Premier roman que je lis de cet auteur. J'ai été interpellée par la bande-annonce du film Cosmopolis, adapté du roman de Don DeLillo, et réalisé par Cronenberg. Avant de me plonger dans le film, j'ai décidée de me plonger d'abord dans le livre.
Cosmopolis est un livre très étrange, où on suit un milliardaire à travers ses pérégrinations dans sa limousine. Ce véhicule est devenu son lieu de vie, là où il reçoit tout le monde et où il suit l'évolution du monde, notamment du cours du yen. Sur ses écrans et à travers ses vitres, il va assister à l'effondrement de son monde, parfaitement décrit par Don DeLillo, centré sur la vie du golden-boy et de ses réflexions, regardant ce gouffre qu'il n'avait pas du tout prévu.
La violence est partout : assassinats, émeutes, explosions... Le monde semble rongé par le capital et par l'argent, ce qui rend le protagoniste très détaché par-rapport aux événements, mais, en avançant dans la nuit, il va se détacher peu à peu de ce qui l'entoure pour tenter un retour aux sources et une grande introspection.
Une écriture très violente, très crue, très descriptive, où les sentiments du jeune homme sont parfaitement clairs, j'ai apprécié Cosmopolis pour cette écriture dont je n'ai pas l'habitude.

 

 

Il ne savait pas ce qu'il voulait.
Et puis il le sut.
Il voulait se faire couper les cheveux.

 

Que peut-il y avoir de plus simple que de s'endormir ?

 

 

Logo Livraddict

Les commentaires sont fermés.