Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

24/10/2012

Kaiken, de Jean-Christophe Grangé

 kaiken,jean-christophe grangé,policier

Kaiken

Jean-Christophe Grangé

 
Quand le Soleil Levant devient un Soleil Noir.
Quand le passé devient aussi tranchant qu'une lame nue.
Quand le Japon n'est plus un souvenir mais un cauchemar.
Alors, l'heure du Kaïken a sonné.



Kaïken est le dernier roman paru de Jean-Christophe Grangé.
Olivier Passan est un flic, de la criminelle. Un solitaire. Torturé. Fasciné par le Japon traditionnel et ses coutumes, particulièrement des samouraïs, avec leur code de conduite et leur honneur. Comme ces guerriers, Passan sert son pays, faisant passer le patriotisme et les principes moraux avant tout. Ce Japon idéalisé lui a permis de rencontrer sa femme japonaise, Naoko. Mais cet amour idéal du Japon et, surtout, sa vie de flic, lui fait perdre sa femme et partager la garde de leurs deux enfants. Dans beaucoup de ses romans, Jean-Christophe Grangé a joué sur le tandem de flics, la relation père-fils (Les Rivières Pourpres, L'Empire des Loups, Miserere...), Kaïken voit un policier plus solitaire, même s'il peut compter sur des collègues dévoués et marginaux.
Passan est un flic à l'image des autres policiers de Grangé : acharné, décidé à faire tout ce qui est possible pour arrêter le coupable, ce qui entraîne parfois un manquement aux règles de sa hiérarchie ! L'affaire de Passan est pour le moins intrigante : un criminel qui a le don de passer entre les mailles du filet, surnommé l'Accoucheur. Il éventre les femmes au terme de leur grossesse pour les brûler ainsi que leur fœtus. Autant Jean-Christophe Grangé nous avait livré des descriptions parfois très hard dans ses précédents romans, je pense notamment à La Forêt des Mânes, autant Kaïken reste plutôt sobre sur les scènes de violences.
Kaïken peut être divisé en deux parties distinctes. La première est la course-poursuite entre Passan et l'Accoucheur, dont les vies présentent des similitudes... Et la seconde est la plongée encore plus profonde dans le Japon, une affaire qui se détache complètement de l'enquête criminelle du début et qui prend ses racines dans la vie personnelle des personnages, plutôt que dans leur travail.
Si Kaïken ne compte pas parmi mes préférés de l'auteur (ce serait plutôt Les Rivières Pourpres et Miserere), ce roman se compte parmi les mieux écrits. Il se détache davantage de l'enquête policière classique que Jean-Christophe Grangé avait tendance à trop utiliser dans ses derniers ouvrages et se différencie des autres. Les plus gros reproches que je pourrais faire à Jean-Christophe Grangé est d'avoir, comme pour Le Passager, trop précipité la fin du roman, qui parait alors pas aussi travaillé que le reste du roman, ainsi que de présenter un flic qui a beau ne pas respecter les règlements et s'énerver vite quand on le contrarie, de ne pas être aussi mis à l'écart de façon plus ferme, ce qui ne me parait pas très réaliste.
Sinon, j'ai trouvé Kaïken vraiment bon, quand même différent de ses précédents, tout en conservant ce qui fait de Jean-Christophe Grangé un excellent auteur : le suspense, les rebondissements, et des personnages pour le moins intéressants car ils ont une vie pour le moins mouvementés et éprouvantes !
Je vous le conseille vivement, surtout lorsqu'on sait que Grangé s'inspire de détails de sa vie pour écrire ce roman !


 

 Tes paupières ont la douceur du pinceau, la cruauté du cutter.
 
 
 
 
Logo Livraddict

Les commentaires sont fermés.