Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

22/04/2013

La Petite Dorrit, de Charles Dickens

la petite dorrit,charles dickens,classique

La Petite Dorrit

Charles Dickens

 
La petite Dorrit a vu le jour dans une prison où son père est enfermé, avec toute sa famille, après avoir fait faillite. La petite Dorrit se dévoue pour les siens, notamment en travaillant pour Mme Clennam. C'est chez cette femme étrange qu'elle rencontrera Arthur...
Mais des biens ignorés vont rendre les Dorrit subitement très riches. La petite Dorrit saura-t-elle garder sa modestie et son humilité ? La vie sera-t-elle devenue si belle ?

 

Je me réattaque aux classiques, notamment avec le grand maître Charles Dickens. Après un passage sur le blog de Perséphone (la tentatrice !), j'ai appris que la BBC avait adapté La Petite Dorrit en une série de 14 épisodes. Avant de commencer la série, je voulais d'abord découvrir le roman.
Mais, à ma grande surprise, en essayant de trouver ce livre, je me suis aperçue que La Petite Dorrit avait été publié seulement en version abrégée pour les enfants et en version originale à la Pléiade. Autant dire qu'on ne le trouve pas à tous les coins de rues... Heureusement, je l'ai quand même trouvé à la médiathèque (ouf !), en espérant que La Petite Dorrit soit un jour accessible plus facilement (si un éditeur passe par là, s'il vous plaiiit !), surtout si la série de la BBC se fait connaître et diffuser en France, cela pourrait booster les ventes !
La Petite Dorrit est le onzième roman de Dickens, et publié d'abord sous la formes de feuilletons entre 1855 et 1857. Œuvre satyrique et politique, Dickens y dénonce les méthodes des prisons pour dettes, les conditions de travail, la bureaucratie et la politique.
Arthur Clennam revient d'un séjour de 20 ans en Chine où il habitait avec son père, pour se rendre chez sa mère à Londres. C'est la mort de son père qui pousse Arthur à essayer de se rapprocher de sa mère, qui refuse d'expliquer les raisons de sa brouille avec son mari. Leurs divergences d'opinions vont faire s'éloigner encore davantage ces deux personnages.
A Londres, dans la prison de la Marshalsea, William Dorrit est emprisonné pour dettes depuis si longtemps que ses trois enfants ont grandies dans la prison. Amy, surnommée la Petite Dorrit, est le pilier centrale de sa famille, très attachée à son père, qui lui doit sa subsistance, notamment grâce aux travaux de couturière d'Amy chez Mme Clennam, c'est là que ces deux personnages se rencontrèrent. Arthur va rapidement découvrir où la Petite Dorrit vit, et essaye de mettre un terme à la situation de la famille, tout en s'associant à un inventeur, Daniel Doyce. Après de nombreuses investigations, la découverte d'une fortune destinée aux Dorrit refait surface. De quelle manière cela va-t-il faire changer chacun des membres de la famille ?
Pour cette plongée dans le monde de Dickens, je ne pouvais choisir mieux. Certes, les 100 premières pages ont été un peu difficile, pour bien me plonger dans l'intrigue, pour me retrouver dans les personnages nombreux et complexes, mais une fois bien plongée dans l'histoire d'Amy, d'Arthur et de la prison Marshalsea. Dickens a ce talent incroyable de maîtriser ses personnages du début à la fin, il les présente de telle manière qu'ils sont incroyablement vivants et intense, avec des caractères différents, variés, et surtout, soit très attachant, soit complètement rebutant, mais en tout cas tous captivants !
Mais ce sont les deux personnages principaux qui font toute la saveur du récit. Amy est une petite personne remplie de bonté et d'amour pour le monde qui l'entoure, tout particulièrement envers sa famille et les gens qui lui sont cher, comme Arthur Clennam. De son côté, ce personnage souffre d'un grave manque de confiance en soi (ce qui le rend super trognon !). Il souffre profondément de l'indifférence de sa mère, manque d'assurance et ne voit pas toujours ce qui crève les yeux.
Le mystère plane sur le récit, et les connexions entre tous les personnages se révèlent peu à peu, avec leur lot de surprises, et au-dessus des révélations, des surprises, planent l'ombre de la Maréchaussée, qui en devient l'un des personnages principaux, tant son influence est grande sur la vie et la construction des différentes personnes qui vivent dans son ombre.
La Petite Dorrit est l'un de ces romans que j'ai pris un immense plaisir à découvrir, et j'espère bien pouvoir le voir davantage dans les rayons des librairies au cours des prochains mois ou années !
 
 
 
La plupart des hommes sont assez fidèles à eux-mêmes
pour rester fidèles à une vieille illusion.
Ce n'est pas une preuve d'inconstance, mais bien plutôt le contraire,
si cette illusion ne peut pas soutenir la comparaison avec la réalité,
et si le contraste lui porte un coup fatal.
 
 
 
 
Logo Livraddict

Commentaires

Merci pour cette critique, j'ai plusieurs livres de Dickens dans ma PAL mais je n'ai pas encore osé m'y attaquer! Ta critique me donne envie et puis j'ai découvert par la même occasion la série. Je vais vite aller visionner les épisodes.

Écrit par : Anne-Sophie (missmolko1) | 23/04/2013

Les commentaires sont fermés.