Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

23/05/2013

Les écureuils de Central Park sont tristes le lundi, de Katherine Pancol

les écureuils de central park sont tristes le lundi,katherine pancol,tome 3,contemporain

Les écureuils de Central Park sont tristes le lundi

 

Katherine Pancol



Souvent la vie s'amuse.
Elle nous offre un diamant, caché sous un ticket de métro ou le tombé d'un rideau. Embusqué dans un mot, un regard, un sourire un peu nigaud.
Il faut faire attention aux détails. Ils sèment notre vie de petits cailloux et nous guident. Les gens brutaux, les gens pressés, ceux qui portent des gants de boxe ou font gicler le gravier, ignorent les détails. Ils veulent du lourd, de l'imposant, du clinquant, ils ne veulent pas perdre une minute à se baisser pour un sou, une paille, la main d'un homme tremblant.
Mais si on se penche, si on arrête le temps, on découvre des diamants dans une main tendue... Et la vie n'est plus jamais triste. Ni le samedi, ni le dimanche, ni le lundi...



Dernier tome de la trilogie de Katherine Pancol.les écureuils de central park sont tristes le lundi,katherine pancol,tome 3,contemporain
Avec Les écureuils de Central Park sont tristes le lundi, les personnages poursuivent leurs différentes vies, toutes connectées les unes aux autres. Joséphine, bouleversé par la mort de sa sœur, s'éloigne de Philipe, à la fois par culpabilité et pour faire son deuil. Dans le même temps, elle continue à présenter son diplôme universitaire, mais se retrouve en butte avec la jalousie de ses collègues à cause du succès de son livre. Joséphine apprend à vivre davantage pour elle-même que pour les autres, même si j'aurais eu envie de la réveiller, notamment par rapport à Philipe ! Stressée par le succès de son premier roman, elle trouve un jour l'inspiration en découvrant un carnet dans des poubelles. Zoé est toujours la même petite fille adorable, mais qui a grandi, et doit en outre gérer sa relation avec son petit ami. De son côté, Hortense fait toujours des pieds et des mains pour vivre son rêve de styliste. Parfois toujours aussi peste, je l'apprécie mais j'aurais plus envie de lui mettre une bonne baffe ! Tous les personnages secondaires sont toujours aussi intéressants, notamment Philipe et son fils mais aussi Gary et sa vie à Londres !
Katherine Pancol prend plaisir à malmener ses personnages, mais surtout à leur faire traverser la vie, où il a certes des embûches, mais où on peut trouver le bonheur ! De choix en décision, de questionnements en vécus, c'est la vie qui se déploie dans Les écureuils de Central Park sont tristes le lundi. Tout le côté inattendu et magique est parfaitement décrit, mais au-delà des points positifs, il y a quand même quelques petits accros. Ce qui m'a le plus dérangée est, comme pour beaucoup, le côté surréaliste de Junior, le fils de Marcel. Certes, je veux bien qu'il soit surdoué, mais point trop n'en faut ! Dans les deux premiers tomes, il y avait de situations parfois un peu « abracadabrantes » mais qui restaient dans les limites. J'ai trouvé qu'avec Junior, ça dépassait un peu les limites et que ça en enlevait au récit. Mais c'est vraiment le seul point vraiment négatif que je pourrais voir au roman, car même si certains passages sont peut-être un peu longs, ça ne nuit aucunement à la valeur de ce troisième tome !
Les écureuils de Central Park sont tristes le lundi conclut très bien la trilogie, j'ai adorée de bout en bout !
 
 
 
Les yeux jaunes des crocodiles
La valse lente des tortues
Les Ecureuils de Central Park sont tristes le lundi
 
 
 
 
Logo Livraddict

Les commentaires sont fermés.