Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

05/06/2013

Le Prisonnier du Ciel, de Carlos Ruiz Zafón

le prisonnier du ciel,carlos ruiz zafón,contemporain

Le Prisonnier du Ciel

 

Carlos Ruiz Zafón



Barcelone, 1957.
Daniel Sempere et son ami Fermín, les héros de L'ombre du vent affrontent le plus grand défi de leur vie. Un secret ressurgit du passé de Fermín, qui lie leurs vies, et éclaire d'un jour nouveau le passé de Daniel, et son destin.
Débordant d'intrigues et d'émotions, Le Prisonnier du Ciel est un roman magistral où les multiples fils de L'ombre du vent et du Jeu de l'ange se rassemblent au travers de ce livre pour nous conduire vers l'énigme qui se cache au cœur du Cimetière des livres oubliés.



Barcelone, en 1957. Les fêtes de Noël approchent, et à la librairie Sempere, Daniel et sa femme Béa, Mr Sempere et Fermín Romero de Torres font toujours marcher les affaires tout en préparant le mariage de Fermín.
Tout en préparant son mariage, Fermín se referme peu à peu sur lui-même, sans se confier. La goutte d'eau qui fait déborder le vase est un mystérieux individu qui vient acheter une édition rare du Comte de Monte-Cristo à la librairie Sempere et en la dédicaçant à l'intention de Fermín. Interrogé par Daniel, Fermín va se résoudre à lui raconter son histoire entière, notamment celle de l'année 1939, la victoire franquiste, et son emprisonnement dans la forteresse de Montjuïc, où sont enfermés des opposants du régime. Parmi eux, David Martín, que l'on a pu croiser dans Le Jeu de l'Ange...
Après bien des malheurs, il réussit à s'évader, et commence sa fuite. Des années après, il semble que son passé se soit échappé également de Montjuïc, pour recommencer à tourmenter Fermín. Des secrets sont révélés, des existences mises en danger, et le bonheur remis en question.
A travers Le Prisonnier du Ciel, les différentes intrigues de L'Ombre du Vent et Le Jeu de l'Ange commencent à trouver leurs réponses, des explications apparaissent, des réponses sont apportées. Mais Carlos Ruiz Zafón est un habile tourmenteur : il se plait à introduire de nouveaux rebondissements, notamment avec la fin qui appelle clairement une suite !
Intrigue, émotions, rebondissements, suspens, je ne me lasserai jamais de marcher dans cette Barcelone, si sombre et pleine de secrets, avec toujours le risque de rencontrer un élément de son passé, des fantômes rôdant à nos côtés, et où l'espoir se fait de plus en plus rare. Mais malgré tout, on veut garder une certaine confiance en l'avenir et dans nos capacités à se relever face aux coups du destin. Carlos Ruiz Zafón a gardé son écriture passionnante, où ce sont les personnages qui ont le plus souffert qui arrivent à nous réconforter le mieux. Le Prisonnier du Ciel n'est pas exempt d'humour et de légèreté malgré tout. J'ai éclaté de rire lorsque Mr Sempere s'est retrouvé ivre, et les réflexions et autres propos de Fermín sont à chaque fois des perles d'ironie, de véritables leçons de sagesse à la mode humoristique et cynique !
Le Prisonnier du Ciel retrouve toute la magie de ses prédécesseurs, bien que L'Ombre du Vent soit unique et captivant, mon préféré. Carlos Ruiz Zafón livre ici une autre facette de sa fresque, explore d'autres pistes et donne quelques éléments de réponses. Tout s'explique et tout concorde, dans des emboîtements que je n'avais même pas imaginés ou vu venir ! Comme expliqué au début du Prisonnier du Ciel, les trois romans peut être lu dans n'importe quel ordre, indépendant des uns des autres. Cependant, je pense que pour ceux qui ne connaissent pas encore Carlos Ruiz Zafón, il faudrait malgré tout les lire dans l'ordre chronologique. Les trois récits s'entrecroisent, mais je pense qu'il vaut lire d'abord Le Jeu de l'Ange, L'Ombre du Vent puis Le Prisonnier du Ciel. Car, si j'ai bien tout suivi : l'épilogue du Jeu de l'Ange se passe en 1945, tandis les souvenirs évoqués par Fermín dans Le Prisonnier du Ciel se passent entre 1939 et 1940. Et le présent du Prisonnier du Ciel se passe entre les derniers rebondissements de L'Ombre du Vent et son épilogue. Suis-je claire ? Donc, tout ça pour dire que Carlos Ruiz Zafón prend plaisir à nous embrouiller, à nous faire vagabonder entre les différentes époques et les différents moments. Pas forcément facile de s'y retrouver au début, mais on s'en sort !
Lire du Zafón est toujours un régal pour les yeux et l'imagination, je suis plus qu'impatiente de lire les romans que je n'ai pas encore lus en attendant ses dernières nouveautés ! Si vous ne le connaissez pas, jetez-vous sur ses livres et particulièrement ces trois mettant en scène Barcelone et le Cimetière des Livres Oubliés, un lieu que je donnerais cher pour découvrir !
 
 
 
 
- Il arrive qu'on se fatigue de fuir.
Le monde est très petit quand on ne sait où aller.



- En réalité, voilà un bout de temps que je voulais amener Fermín ici pour qu'il connaisse en personne le lieu. Je lui en ai souvent parlé. C'est mon meilleur ami, et il se marie aujourd'hui à midi, expliquai-je.
- Grand Dieu ! s'exclama Isaac. Le pauvre ! Il ne souhaite tout de même pas que je lui offre l'asile nuptial ?
- Fermín est de ceux qui se marient par conviction, Isaac.
 
 
 
 
Logo Livraddict

Commentaires

L'Ombre du vent est un de mes livres préférés de tous les temps, et je n'ai jamais osé relire un autre roman de cet auteur de peur d'être déçue de ne pas retrouver les émotions ressenties avec L'Ombre du vent... Mais j'ai vraiment envie et hâte de lire celui-ci !

Écrit par : Tête de Litote | 06/06/2013

Je te conseille vraiment Le Jeu de l'Ange et Le Prisonnier du Ciel.
Evidemment, moins bien que L'Ombre du Vent, mais ce sont de vrais régals, du plaisir en barre !
J'étais très contente de retrouver les personnages et le Cimetière des Livres Oubliés :) !

Écrit par : Le Chat du Cheshire | 06/06/2013

J'ai moi aussi adoré l'Ombre du vent... que j'ai lu il y a plusieurs années maintenant. Si je me suis procuré Le prisonnier du Ciel dès sa sortie, je ne me suis toujours pas lancée ! J'ai un peu peur d'être perdue, d'avoir oublié des détails importants...

Écrit par : Bouchon des bois | 19/07/2013

Les commentaires sont fermés.