Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

30/06/2013

Problèmes de lecteurs

problèmes de lecteurs,lecteurs,vous et moi

Je suis tombée un beau jour sur les 30 problèmes qu'un lecteur assidu peut rencontrer tout au long de son parcours. Eh bien, à ma grande frayeur, je me suis reconnue dans un certain nombre de points. La totalité ? Naaan... Enfin, si. Peut-être. Un peu, un tout petit peu !

 

1. Ne pas savoir quel livre lire en premier.problèmes de lecteurs,lecteurs,vous et moi
Hésiter dans les titres de sa PAL, pour finalement ressortir un roman déjà lu 20 fois.

2. Devoir patienter jusqu'à la sortie du tome 2.
Et après attendre le tome 3, le tome 4...

problèmes de lecteurs,lecteurs,vous et moi

3. Tenter de contenir ses émotions en public.
Et se faire griller, pleins de fois !

4. Ne plus avoir de place dans sa bibliothèque.
Avec des bibliothèques dans des endroits différents (chez soi, chez ses parents...)

problèmes de lecteurs,lecteurs,vous et moi5. Se faire spoiler.
Ou même s'auto-spoiler tellement on est impatient de lire la suite !


6. Quand vous n'habitez pas près d'une librairie.

Et que quand vous y aller parce que vous tenez plus, elle est « fermée pour causes exceptionnelles ».

problèmes de lecteurs,lecteurs,vous et moi

7. Accepter le sort de certains personnages de fiction.
(SPOILER) Et même ne pas les accepter ! (Dobbyyyy...)

8. S'arrêter de lire en plein milieu d'une phrase car quelqu'un vous parle/il faut descendre du bus.
Et finalement louper son arrêt.

problèmes de lecteurs,lecteurs,vous et moi

9. Rentrer dans une librairie sans argent.
Ça fait mal...

problèmes de lecteurs,lecteurs,vous et moi10. Quand quelqu'un n'aime pas votre livre préféré.
Et là, je pleure. Ou j'essaye de le convaincre avec « Mais sérieux, c'est trop bien !! ». Et puis le frapper. Et pleurer encore.








11. Ne pas pouvoir commencer un nouveau livre car votre esprit est toujours à celui que vous venez de finir.

Et finir par se mélanger les pinceaux entre les histoires et les auteurs. (Attends, ce truc-là, ça se passe dans ce livre, écrit par cet auteur... Non, attends, c'est l'inverse... Va me chercher les livres, que je vérifie !)

problèmes de lecteurs,lecteurs,vous et moi

12. Ranger sa bibliothèque.
Et se rendre compte qu'il y en a encore pleins à ranger, et que vous n'avez plus de place. Pas grave, je dors avec !

problèmes de lecteurs,lecteurs,vous et moi

13. Quand le livre n'est pas en rayon.
Avoir envie de frapper le pauvre libraire, qui n'y est pour rien. Et puis si, ce livre est un classique qu'il faut avoir. Pan sur la tête !

problèmes de lecteurs,lecteurs,vous et moi14. S'arrêter de lire pour aller dormir.
Et être encore plongé dans le livre 2h après...

15. Quand vous ne vous souvenez plus de ce qu'il se passe dans le tome 1.
Et que ça vous fait plaisir de relire le 1, pour savourer d'avoir le 2 sous la main.

16. Racheter deux fois le même livre.
C'est pas grave, le premier avait la couverture qui se détachait !

problèmes de lecteurs,lecteurs,vous et moi

17. Quand un livre n'est disponible qu'avec l'affiche du film en guise de couverture.
Un film, ça peut pousser les cinéphiles à lire les œuvres. Mais bon Dieu, c'est quoi ces couvertures, hein ??

problèmes de lecteurs,lecteurs,vous et moi

18. Les changements de couvertures en cours de série.
Ou même de format...

19. Essayer de lire plus lentement pour savourer et ne pas finir le livre tout de suite.
Et ne pas y arriver. Mon self-contrôle laisse à désirer. Comme quand je rencontre mes auteurs préférés.

problèmes de lecteurs,lecteurs,vous et moi

20. Quand le héros fait de mauvais choix.
T'a beau lui gueuler « Va pas par-là, idiot ! », et qu'il y va quand même.

21. Quand l'adaptation cinématographique ne ressemble pas à ce que vous aviez imaginé.
Et que ça arrive (trop) souvent. Et qu'on crée des castings de fans pour remuer encore le couteau dans la plaie.

problèmes de lecteurs,lecteurs,vous et moi

22. Se remettre de ses émotions après un passage délicat.
Et pleurer.

problèmes de lecteurs,lecteurs,vous et moi

23. Se faire trahir par un personnage.
Et pleurer encore. Dans le bus. Avec pleins de gens autour.

24. Attendre une livraison après avoir fait une commande de livres sur Internet.
Et qu'il y a du retard...

problèmes de lecteurs,lecteurs,vous et moi

25. Quand vous avez conseillé un livre et que la personne n'a pas aimé.
Self-contrôle, self-contrôle...

problèmes de lecteurs,lecteurs,vous et moi

26. Quand vous ne pouvez pas parler d'un livre car personne autour de vous ne l'a lu.
Leur faire bouffer le livre de force !

problèmes de lecteurs,lecteurs,vous et moi27. Les cliffhangers.
Et à ce moment, l'auteur qui nous annonce que le tome 2, ou 3, n'arrivera pas avant au minimum 1 an. Voire 2.

28. Quand quelqu'un vous dit « ce n'est qu'un livre ».
Tu acquiert un self-contrôle à faire pâlir d'envie un samouraï.

29. Quand vous avez prêté un livre et qu'on ne vous l'a jamais rendu.
Tu as son nom ? Son adresse ? Eh bien, on va lui rendre une petite visite...

problèmes de lecteurs,lecteurs,vous et moi

30. Accepter que l'homme/la femme parfait(e) n'existe que dans les livres.
Aaah, les Darcy, Rochester, Thornton, Rhett Butler, et autres....

 

problèmes de lecteurs,lecteurs,vous et moi

 

 

Alors, des points communs ? Oh oui, hein ! Bienvenue au club, lecteur.
Vois, tu n'es pas seul !!
La force est avec nous. Un jour, nous vaincrons !

29/06/2013

Les enfants des autres, de Torey Hayden

les enfants des autres,torey hayden,documentaire,psychologie,témoignage

Les enfants des autres

 

Torey Hayden




« Pourquoi tu t'en fais pour nous ? On n'est que les enfants des autres... » Qui sont ces "enfants des autres" à qui Torey porte un intérêt passionné ?
Boo, un petit garçon de sept ans qui ne parle pas sauf pour répéter exactement les bulletins de météo et les phrases des autres. Lori, une petite fille de sept ans également, très sensible, le cœur sur la main, mais dont le cerveau a subi des lésions à cause de mauvais traitements. Tomaso, dix ans, garçon caractériel, asocial, que l''on promène d'un foyer nourricier à l'autre. Claudia, douze ans, adolescente timide, excellente élève d'une école privée catholique qu'elle doit quitter lorsqu'on découvre qu'elle est enceinte.
Quatre enfants à problèmes envoyés dans la classe de Torey parce qu'on ne sait qu'en faire. Et pourtant, tous les quatre. avec l'aide d'une éducatrice hors pair avant tout soucieuse de les faire progresser et de favoriser leur adaptation sociale, vont former une sorte de famille où chacun apporte aux autres l'affection et la compréhension qu'il n'a pas trouvées ailleurs.



Les enfants des autres est un des romans de Torey Hayden qui m'a le plus touchée. Enfin, ils m'ont tous touchée, mais je pense que celui-ci à une place à part.
Au départ de cette nouvelle année, Torey est éducatrice spécialisée. Un peu par hasard, un peu par besoin, elle se retrouve une nouvelle fois en charge d'une classe et de quatre enfants. Boo, sept ans, est atteint d'un autisme assez lourd, avec tout ce que cela implique, comme le fait de ne pas être tout à fait capable d'interagir avec son environnement, de parler en répétant ce qu'il entend. Il y a Lori, sept ans, victime de lésions cérébrales à cause de maltraitances, ce qui l'empêche d'accomplir certaines choses comme apprendre à lire. Ensuite, Tomaso, 10 ans, en retard scolairement à cause de son comportement pour le moins agressif. Et enfin, Claudia, douze ans, une fillette brillante, exclue pendant un certain temps de son école huppé parce qu'elle est enceinte.
Comment parler des Enfants des autres ? Ce que je peux dire en premier, c'est que comme à chaque fois que je découvre ou relis un témoignage de Torey Hayden, je suis bouleversée. A chaque fois. Elle nous livre son parcours quotidien, sa bataille de tous les instants. Une batailleles enfants des autres,torey hayden,documentaire,psychologie,témoignage pour tenter de comprendre ces enfants dont elle a la charge, de les aider à devenir indépendants, de montrer qu'on est capable de réaliser des projets, d'avoir ses victoires. Ce n'est pas parce qu'on est étiquetés « anormal », « inadaptés », « pas dans la norme », qu'on ne peut pas accomplir ses rêves ou de vaincre ses peurs et les embûches mises sur notre parcours. Boo est un autisme, mais cela ne va pas l'empêcher de communiquer dans une certaine mesure avec son entourage. Tomaso est peut-être violent, mais il va se prouver être capable de passer au-dessus. Ce n'est pas de la faute de Lori si elle n'arrive pas à lire, elle va apprendre qu'on peut employer des chemins de traverse pour arriver à son but. Et Claudia va pouvoir avancer, se démarquer de la seule image de « fille modèle », d'apprendre ce qui n'est pas seulement dans les manuels scolaires.
Torey Hayden marche à l'instinct, suit ses tripes, expérimente des nouvelles idées, pas toujours avec une grande confiance en elle et de nombreux doutes, mais elle suit chaque enfant duquel elle s'occupe avec toutes les forces qu'elle peut, en oubliant souvent sa vie personnelle. Dans ses témoignages, elle fait apparaître une toute autre vision, et la grande force de Torey Hayden est de pouvoir donner un autre regard sur ces enfants, trop souvent incompris et rejetés en marge de la société. Dans Les enfants des autres, on retrouve toute la rage et la frustration de Torey Hayden face aux situations qu'elle rencontre, que ce soit des parents « simplement » incompétents ou alors violents, abusifs, ou bien que ce soit face aux limites de l'enseignement, aux mauvais professeurs, ou aux lois arbitraires sur l'intégration des enfants différents. Je me suis souvent retrouvée émue aux larmes devant les situations décrites, et devant ces enfants, trop jeunes, et déjà bien malmenés par la vie. Torey Hayden apprivoise chacun de ses enfants, elle se démène pour eux, mais ce n'est pas la seule relation forte du récit. Parfois, c'est un lien avec une personne de sa famille, avec un ami, ou un autre enfant. Heureusement qu'il arrive des choses bien à ces enfants, car la dureté de leur vie les à pousser à s'endurcir, à faire difficilement confiance. Mais on peut leur montrer que la vie ne se résumé pas qu'aux mauvaises expériences, on peut toujours réussir à trouver quelque chose à quoi s'accrocher.
Torey Hayden révèle dans Les enfants des autres des situations dures, tendues, mais montre aussi qu'il faut toujours garder espoir, ne pas baisser les bras. A la fois très violent et très doux, ce témoignage est véritablement bouleversant, je le conseille et le recommande vivement !
 
 
 
Je ne pouvais m'imaginer ce que ça devait être d'avoir sept ans et de n'avoir connu que des échecs durant le début de son existence ; de e lever chaque matin et d'aller passer six heures dans un endroit où, malgré tous ses efforts, on ne peut réussir vraiment. Et, selon la législation scolaire, Lori avait encore devant elle au moins sept ans de cette torture, soit autant d'années qu'elle en avait vécues jusque-là. Certains assassins étaient condamnés à une peine moins lourde. Tout ce que Lori avait fait, elle, c'était de naître dans la mauvaise famille.



- Il n'y a rien qui cloche chez toi, Lori.
Elle me dévisageait anxieusement.
- C'est la vérité, crois-moi. N'écoute pas ceux qui veulent te faire croire le contraire. Tu n'as rien qui cloche, rien.
- Mais j'sais pas lire.
- Hitler savait lire.
- Qui sait, Hitler ?
- Un homme qui était vraiment retardé.


- Mais nous travaillons avec des êtres humains ici.
Et de temps en temps, il faut que le système plie.
 
 
 
 
Logo Livraddict

28/06/2013

Les Rivières Pourpres, de Jean-Christophe Grangé

les rivières pourpres,jean-christophe grangé,policier,coup de cœur

Les Rivières Pourpres

 

Jean-Christophe Grangé



Coup de cœur



Pierre Niémans, un commissaire aux méthodes musclées, est envoyé à Guernon, ville universitaire de l'Isère, pour élucider un meurtre atroce : un homme a été découvert nu, mutilé, coincé dans une paroi rocheuse en position fœtale. Qui est l'auteur de cette mise en scène macabre ?
Parallèlement, dans sa commune du Lot, le jeune lieutenant Karim Abdouf a de quoi s'occuper : l'école primaire a été visitée et le tombeau d'un enfant profané.
Au départ bien distinctes et à des lieux l'une de l'autre, les deux enquêtes vont se recouper étrangement pour n'en faire qu'une, à la trame aussi hallucinante que terrifiante.



On ne présente plus Jean-Christophe Grangé, sa réputation n'est plus à faire. Cela fait un moment que je le considère comme l'un des meilleurs écrivains policiers actuels ! Les Rivières Pourpres est son second roman, paru en 1998, et définitivement l'un de mes préférés !
Les Rivières Pourpres est ma première découverte de l'univers de Jean-Christophe Grangé, et un véritable coup de cœur.
Deux flics, deux affaires sans aucun rapport l'une avec l'autre... Et pourtant !
Pierre Niémans, commissaire expérimenté mais incontrôlable et sujet à des crises de violence, est relégué par ses supérieurs à un travail de bureau, une véritable mise au placard pour un homme qui a passé l'intégralité de sa carrière dans le frisson de la rue. Mais un jour, le loup va ressortir de sa tanière. Il doit se rendre à Guernon, en Isère, pour élucider le meurtre de Rémy Caillois, bibliothécaire de la prestigieuse université, adepte de randonné. C'est pendant l'une de ces randonnées qu'il s'est fait surprendre, mutilé et son corps mis en scène.
Dans le même temps, on découvre Karim Abdouf, un jeune inspecteur. Un passé pour le moins chargé, avec sa vie à Nanterre, où il a commencé en tant que délinquant avant d'obtenir brillamment sa licence de droit et de décider de devenir flic, pour évoluer dans le même univers dans lequel il a grandi, mais de l'autre côté de la barrière, protégé par la loi. Mis également au placard, il est muté à Sarzac, dans le Lot. Autant dire loin des rêves qu'il s'était forgé ! Un grain de sable vient un jour se glisser dans la petite ville tranquille du Lot : l'école Jean-Jaurès a été cambriolée, et plusieurs feuilles et autres informations semblent manquer... Et, le même jour, c'est au tour du cimetière, où un caveau a également été forcé. Sur le caveau, le nom de Jude Itero. Karim va se lancer dans une chasse, qui va l'emmener beaucoup plus loin qu'il ne le pensait, notamment dans les parages de Guernon...
Deux policiers, deux enquêtes, qui vont finalement se rejoindre pour faire éclater une seule vérité, qu'ils étaient loin d'imaginer.
Les Rivières Pourpres n'a pas un rythme effréné, mais nous plongent doucement, insidieusement, dans l'enquête. Dès les premières pages, j'ai été captivée, trop tard pour m'en sortir ! Très dur de m'en détacher, je ne pouvais que tourner les pages pour connaître les derniers rebondissements de l'intrigue et de connaître le fin mot de l'histoire. Car Jean-Christophe Grangé sait y faire pour pousser le suspense à son comble, d'attiser la curiosité et d'embarquer le lecteur dans son univers. Une intrigue intéressante, très bien décrite, on y avance petit à petit mais avec toujours des surprises et des découvertes.
L'autre point fort des Rivières Pourpres, outre le style de Jean-Christophe Grangé et son intrigue plus que passionnante, est ses personnages. Niémans est un excellent flic, acharné, expérimenté, mais très instable psychologiquement, qui a toujours ses peurs et ses phobies. Un personnage intéressant dans l'ensemble, que j'ai eu plaisir à suivre. Mais le personnage coup de cœur est Karim Abdouf. C'est un jeune Beur dont le passé l'a aiguisé comme une lame de rasoir. Sa connaissance des activités illicites va le rendre encore meilleur policier car il connait les moindres ficelles. Adepte d'arts martiaux, il est tenace et obstiné, suit son instinct et peut avoir des méthodes peu orthodoxes, tout en restant très humain et sensible. C'est vraiment un de mes personnages préférés !
La relation entre ces deux personnages, violents et complexes, est captivante, on les suit pas à pas dans leurs déductions, on enquête avec eux. Ce tandem de policiers, avec un rapport un peu père/fils, jeune/vieux, est un modèle que l'on peut retrouver dans plusieurs romans de Jean-Christophe Grangé, que ce soit ici, dans Les Rivières Pourpres, ou bien dans L'Empire des Loups ou Miserere.
Les Rivières Pourpres est une valeur sûre dans le domaine des livres policiers, je le conseille vraiment, il fait définitivement partie de mes coups de cœurs !





- Quand un meurtre est commis, il faut considérer chaque élément environnant comme un miroir. Le corps de la victime, les gens qui la connaissaient, le lieu du crime... Tout cela reflète une vérité, un aspect particulier du crime, tu comprends ? (...) Nous sommes dans un palais des glaces, Joisneau, un labyrinthe de reflets ! Alors regarde bien. Regarde tout. Parce que, quelque part le long de ces miroirs, dans un angle mort, il y a l'assassin.
 
 
 
 
Logo Livraddict

Sortie Franck Thilliez

Un nouveau roman de Franck Thilliez est toujours attendu avec beaucoup d'impatience. Sachez que son prochain roman, Puzzle, sortira le 10 octobre 2013 ! Comme toujours, il sortira aux éditions Fleuve Noir, et promet encore de belles heures de lectures et d'angoisses l

 

sortie,franck thilliez,puzzle


Passionnés de chasses au trésor, Ilan et Chloé ont toujours rêvé de participer à Paranoïa, un jeu mystérieux dont personne ne connaît les règles, et dont personne, au fond, ne sait s'il existe vraiment. Lorsque Chloé vient trouver Ilan pour lui dire qu'elle sait enfin comment jouer, ils se lancent ensemble dans l'aventure.
Après un premier jeu de pistes dans Paris, ils sont sélectionnés pour l'étape suivante, et découvrent enfin la règle numéro 1 de Paranoïa : « Quoi qu'il arrive, rien de ce que vous allez vivre n'est la réalité. Il s'agit d'un jeu. »
Puis la règle numéro 2, qui les attend à l'entrée d'un bâtiment perdu en pleine montagne : « L'un d'entre vous va mourir. »
Rapidement, ils tombent sur un premier cadavre. Puis la stupeur grandit lorsque au fil du jeu, Ilan découvre des informations sur la disparition de ses parents, officiellement morts en mer...
Tandis que le doute s'empare des deux joueurs, Paranoïa peut vraiment débuter...

25/06/2013

Anita Blake, Tome 1, de Laurell K. Hamilton

anita blake,laurell k. hamilton,tome 1,bit-lit

Anita Blake, Tome 1
Plaisirs Coupables

 

Laurell K. Hamilton




Mon nom est Blake, Anita Blake. Les vampires, eux, m'appellent "l'Exécutrice" et par égard pour les oreilles les plus chastes, je ne vous dirai pas comment, moi, je les appelle.
Ma spécialité, au départ, c'était plutôt les zombies. Je relève les morts à la nuit tombée pour une petite PME. Ce n'est pas toujours très exaltant et mon patron m'exploite honteusement, mais quand on a un vrai don, ce serait idiot de ne pas s'en servir.
Tuer des vampires, c'est autre chose, une vieille passion liée à des souvenirs d'enfance. Depuis qu'ils sont officiellement reconnus et ont pignon sur rue, ils se croient tout permis. Certes, il yen a de charmants, voire très sexy, mais il y en a aussi qui abusent. Ceux-là je les élimine.
Rien de tel pour garder la forme : ça vous fouette le sang !



Commencé en 1993, Anita Blake a commencé à se faire connaître par le bouche-à-oreille aux Etats-Unis. En France, la série s'est d'abord vu publié chez Pocket et Fleuve Noir, avant d'être réédités par Bragelonne et Milady en 2009. Anita Blake est considérée comme l'une des séries de Bit-Lit les plus vendues et qui a fait connaître ce genre en France.
Anita Blake travaille pour une PME, comme réanimatrice et ses missions étaient au départ de relever des zombies, notamment pour des clients souhaitant les dernières volontés de leur défunt proche. Mais elle est aussi tueuse de vampires, cette fois pour des raisons plus personnelles.
J'entends parler d'Anita depuis des années, et j'ai décidée il y a un moment de me lancer dans cette lecture, histoire de voir à quoi ça ressemblait. Autant le dire tout de suite, je suis dans les personnages qui n'ont pas accrochés.
Pourquoi ? Je ne saurais pas vraiment dire pourquoi... Car il y avait quand même tout les ingrédients qui me plaisent d'habitude. L'apparition du fantastique dans un monde ordinaire, avec nécromanciens, zombies, vampires, garous... Une héroïne qui n'a pas sa langue dans sa poche et qui attire les ennuis comme le vinaigre attire les mouches, des enquêtes et autres investigations... Ce n'est pas un univers romantique, mièvre et gnan-gnan, mais où l'érotisme est bien présent. C'est peut-être ce qui m'a un peu refroidi, surtout que ça devient « pire » par la suite avec tout ce que j'ai pu apercevoir des romans suivants que j'ai feuilletés. Ou c'est moi qui tombe à chaque fois sur ces passages ? Hum... Mais c'est aussi les vampires : ils sont beaux, ils sont puissants, ils font tomber les femmes à leurs pieds. Bon, ils sont capables du pire comme du bon, mais j'ai eu l'impression qu'il n'y avait que ces vampires dans les romans de bit-lit, que ça a un peu trop envahi les étagères des librairies. Overdose de vampires ? Possible, surtout ceux décrits comme Laurell K. Hamilton. Bon, pour avoir lu seulement les trois premiers tomes, je ne suis peut-être pas la mieux placée pour dire si ça continue dans cette veine ou non, surtout si mes souvenirs ne sont pas bien frais.
En tout cas, ces trois premiers tomes ont été une assez mauvaise expérience, surtout qu'en dehors des points cités plus hauts (trop d'érotisme et des vampires peut-être un peu trop « clichés »), je n'ai pas réussi à adhérer aux personnages, et surtout pas à Anita elle-même, ce qui est quand même un comble, vu que c'est le personnage principal et que la série Anita Blake compte 17 romans traduits en français.
Tout ça pour dire, je m'attendais à une série coup de cœur, et le résultat est très décevant, je suis ressortie de ma lecture en me disant : « Tout ça pour ça ? ». Bon, j'en attendais peut-être beaucoup trop, à la mesure de ma déception. Mais je ne compte pas rester sur ce point de vue, du moins je l'espère. Qui sait, peut-être que je reprendrais Anita Blake depuis le tout début, un de ces jours ? En tout, elle ne fait pas partie de mes priorités, loin de là, mais sait-on jamais...
 
 
 
Logo Livraddict