Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

11/07/2013

Retour en Cornouailles, de Rosamunde Pilcher

retour en cornouailles,rosamunde pilcher,contemporain

Retour en Cornouailles

 

Rosamunde Pilcher




1935.
A quatorze ans, Judith Dunbar est seule. Ses parents sont à l'autre bout du monde, entre Colombo et Singapour. En Angleterre, son horizon se limite à son austère tante Louise chez qui elle passe ses vacances entre les longs mois de Pensionnat.
Heureusement, elle se lie d'amitié avec Loveday Carey-Lewis, une petite fille fantasque qui l'entraîne à Nancherrow, le beau domaine que possède sa famille en Cornouailles. Adoptée par les Carey- Lewis, Judith connaîtra là les plus belles heures de son adolescence et y vivra son premier amour.
A l'été 1939, amis et fiancés sont réunis pour la dernière fois sur la pelouse ensoleillée de Nancherrow avant que la tourmente de la guerre ne les disperse à jamais.
Il faudra six années de souffrance et d'épreuves avant que Judith ne puisse retrouver sa chère Cornouailles...



Ma première découverte de Rosamunde Pilcher.
Difficile de résumer Retour en Cornouailles, sachant qu'il se passe sur une période assez conséquence, allant de la période d'avant-guerre à l'après-guerre, en passant par les horreurs du conflit.
On commence avec Judith Dunbar, quittant son école pour aller dans un nouveau pensionnant, celui de Saine-Ursule. Elle va en plus aller habiter chez sa tante Louise suite au départ de sa mère et de sa sœur Jess, parties rejoindre le père de Judith à Singapour. La tristesse et la solitude de Judith va être égayée par son amitié avec Loveday Carey-Lewis, qui va bientôt l'entrainer au sein de sa famille, notamment par de fréquents séjours à Nancherrow, leur propriété familiale.
Avec l'éclatement de la guerre en 1939, c'est la famille et les amis qui vont se retrouver disperser aux quatre vents, entraînant tensions, chagrins, épreuves...
Retour en Cornouailles fait l'effet d'une grande fresque, dû à un nombre de pages conséquents et aux grands nombres d'années durant lesquelles nous suivons les personnages. Judith Dunbar étant le personnage principal, nous la connaissons intimement au cours de son histoire. Sa découverte de la famille Carey-Lewis va être pendant longtemps l'un des pivots de sa vie, mais la jeune femme va également apprendre à ne pas se laisser engloutir par cette famille. Judith va non seulement cultiver sa relation avec ses amis, mais aussi avec sa famille, que ce soit avec son père, sa mère ou sa sœur, mais aussi des personnages comme sa tante. Au-delà de l'aspect relationnel, des relations qu'elle noue, Judith va aussi apprendre à cultiver son indépendance et sa liberté de pensée, un état qui se retrouve de plus en plus chez les femmes de cette époque.
La guerre fait surgir une ombre sinistre, chacun va être personnellement éprouvé et marqué, sans pour autant alourdir le récit et le faire sombrer dans les larmes, bien qu'elles viennent de temps à autre ! Judith doit supporter le stress de la guerre, les inquiétudes concernant sa famille mais aussi assumer les responsabilités de ce temps, tels que le fait de renoncer à certains plaisirs ou privilèges. Tous doivent faire des sacrifices en ce temps de guerre.
Retour en Cornouailles est une fresque qui se dévore sans fin, qui emporte loin, à la fois dans les émotions, dans les paysages magnifiques et dans les relations entre personnages. Je ne m'y suis pas ennuyée un seul instant, un vrai régal de lecture !
 
 
 
Logo Livraddict

Commentaires

Attirée par le titre, je le suis maintenant par le livre grâce à ton article! Ce roman a l'air passionnant!!!

Écrit par : AnGee Ersatz* | 17/07/2013

Il y en a qui n'ont pas apprécié (long, avec pas mal de description), mais pour ma part, j'ai lu du début à la fin avec délices, et pas qu'une fois !

Écrit par : Le Chat du Cheshire | 17/07/2013

Je vais me laisser tenter !!

Écrit par : yuya46 | 24/10/2013

Les commentaires sont fermés.