Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

30/09/2013

Justin Case, Tome 1, de Jean-Luc Bizien

 justin case,jean-luc bizien,tome 1,jeunesse,policier

Justin Case, Tome 1
Terminus New-York City

 

Jean-Luc Bizien




Justin Case, orphelin new-yorkais d'une vingtaine d'années, a hérité de la fortune colossale de ses parents, morts dans des circonstances mystérieuses.
Lamarre Dawson, criminel repenti accusé d'un crime crapuleux, patiente dans le couloir de la mort. Déclaré coupable par la justice américaine au terme d'un procès expéditif, il ne peut plus compter que sur Justin Case pour prouver son innocence.
De sa tour de verre aux bas-fonds de Harlem en passant par la très chic State Island, il va croiser la route de la pègre, mais aussi des services secrets, dont les intérêts semblent étroitement et dangereusement mêlés à cette affaire...



Je continue mon épopée dans le monde de Jean-Luc Bizien avec le premier tome de Justin Case.
Justin est un jeune homme d'une vingtaine d'années, New-Yorkais, et avec une fortune colossale suite au décès pour le moins intrigant de ses parents. Il se décide à mettre son temps et son argent à lutter contre les erreurs de la justice. Sa présente enquête est de prouver l'innocence d'un criminel repenti, accusé d'un crime à la fin d'un procès pour le moins expéditif.
Avec l'aide de ses associés, tous très forts dans un domaine en particulier (avocat, garde du corps, ordinateurs...), il se mêle d'une enquête qui a besoin d'être résolu très rapidement.
Mélange entre un Largo Winch et un Batman, Justin Case s'appuie sur son argent, ses connaissances et ses amis pour arriver à ses fins et rétablir un peu de justice dans le monde. L'argent fait beaucoup pour élucider les mystères et rendre la vie plus facile et plus sûre, mais heureusement que notre groupe d'enquêteurs peuvent compter les uns sur les autres pour sortir de situations parfois risquées !
Avec des héros décrits assez simplement mais qui font mouche, une intrigue où les rebondissements sont sans cesse présents et bien amenés, Justin Case – orienté vers un public jeunesse – séduira autant les ados que leurs parents !
Si vous voulez vivre une enquête sans temps mort et passionnante, n'hésitez pas à commencer Terminus New York City, qui fait passer un très bon moment. (Et j'apprécie particulièrement le petit jeu de mot : Justin Case = Just in case !)




Justin Case, tome 1 : Terminus New York City
Justin Case, tome 2 : L'Archange et le Démon
Justin Case, tome 3 : De poussière et de sang

 

Logo Livraddict

La Trilogie des Moorehawke, Tome 1, de Céline Kiernan

La Trilogie des Moorehawke, Tome 1, de Céline Kiernan

La Trilogie des Moorehawke, Tome 1
Le Royaume Empoisonné

 

Céline Kiernan




Lorsque la jeune Wynter Moorehawke revient à la cour avec son père, elle découvre un royaume plongé dans la peur, les intrigues et les chambres de torture : le roi Jonathon est devenu un tyran qui oppresse tous ceux qu'il a jadis aimé. Son fils héritier Alberon a disparu, la révolte gronde et on parle même d'une mystérieuse machine sanglante...
Aujourd'hui, le temps est venu pour Wynter de choisir. Entre son père et ses rêves, son ami et son roi, son devoir ou son amour.



La trilogie complète est dans ma PAL, et j'ai toujours hésitée à la commencer après avoir lu quelques avis mitigés. Mais après avoir lu les avis de Zina et d'Ella sur Les Pipelettes en parlent, je me suis finalement décidée à commencer La Trilogie des Moorehawke.
Wynter Moorehawke revient avec son père à la cour après 5 ans d'absence. La jeune fille a maintenant 15 ans, et elle est très impatience de retrouver la cour, ce lieu où elle a grandi, mais surtout de retrouver les personnes qu'elle aime, particulièrement Razi (le fils bâtard du roi) et Alberon (le fils héritier du roi).
Seulement, lorsqu'ils arrivent au château, plus rien n'est pareil... Le royaume, auparavant si paisible, est devenu la proie de la peur et des intrigues. Le responsable ? Le roi Jonathon, qui est devenu un tyran, et dont le fils Alberon a disparu. Le roi va renier tout ce qui faisait la force de son royaume, édictant des lois qui doivent être suivi à la lettre si on ne veut pas être sévèrement punis.
Pour Wynter, c'est un coup dur et une grand désillusion de retrouver la cour et le royaume dans cet état. Elle va devoir s'en remettre à son père, à Razi, qui va changer sous les coups de la volonté de son père, àla trilogie des moorehawke,céline kiernan,tome 1,fantasy Christopher, mais surtout à elle-même.
Dans Le Royaume Empoisonné, l'action n'est pas le principal acteur du récit. Ce qui fait qu'on ne s'ennuie pas, c'est les péripéties qui émaillent ce premier tome, avec intrigues, complots, et des personnages intéressants. J'ai suivi avec plaisir les déambulations de Wynter dans la cour, à éviter chausse-trapes et autres pièges. Pas d'actions à 100 à l'heure, mais toujours des machinations, on se demande toujours dans quel but, à qui elles profitent, mais surtout comment les protagonistes vont s'en tirer.
Il y a toute une galerie de personnages très intéressants. Wynter est une adolescente, avec les réactions de la jeunesse, que j'ai trouvée dans l'ensemble très attachante et très intéressante. Directe, elle n'hésite pas à mettre les pieds dans le plat pour ceux qu'elle apprécie. Lorcan, son père, est un menuisier et un proche du roi. La relation entre Lorcan et sa fille est particulièrement émouvante et bien décrite. Mais ce qui l'unit au roi Jonathon est également un point fort du récit, c'est vraiment intense. Razi, le fils bâtard et médecin, est contraint d'assumer beaucoup plus de choses. Ce n'est pas le personnage que j'ai le plus apprécié, je ne me sentais pas trop d'empathie avec lui. Par contre, j'ai vraiment apprécié son ami Christopher, très secret, séducteur, parfois très impertinent, mais vraiment charmant.
Le Royaume Empoisonné n'est pas le récit que je retiendrai le plus, mais je m'y suis plongée avec plus de plaisir que ce que je m'attendais au départ ! Je suis donc bien partie pour lire la suite de la trilogie, et j'espère avec le même plaisir.




La Trilogie des Moorehawke, tome 1 : Le Royaume Empoisonné
La trilogie des Moorehawke, tome 2 : Les loups cachés
La Trilogie des Moorehawke, tome 3 : Le Prince Rebelle

 

Logo Livraddict

29/09/2013

Image du Jour - N°15

 Saisis un titre d'article ici !

Ca, c'est moi !

26/09/2013

Les Enfants de la Terre, Tome 1, de Jean M. Auel

Les Enfants de la Terre, Tome 1, de Jean M. Auel

Les Enfants de la Terre, Tome 1
Le Clan de l'Ours des Cavernes

 

Jean M. Auel




Il y a 35 000 ans, une longue période glaciaire s'achève et la Terre commence à se réchauffer.
Lentement, durant des millénaires, l'homme s'est peu à peu dégagé de la bête et il apparaît à peu près tel qu'il est aujourd'hui. Il connaît l'outil, le feu, le vêtement. Il fabrique des armes pour chasser, aménage des grottes pour s'abriter. Dans le chaos de la nature, il est parvenu à créer un peu d'harmonie.
En ces premiers temps du monde, Ayla, une fillette de cinq ans, échappe à un tremblement de terre et se sort des griffes d'un lion pour se réfugier auprès d'un clan étranger. On l'adopte. Très vite, les gestes et les paroles d'Ayla suscitent l'étonnement et l'inquiétude.



Une saga sur la préhistoire et l'évolution humaine, un véritable bond dans le passé.
Jean M. Auel plante l'action des Enfants de la Terre en Europe, il y a environ 30 000 ans, à cette époque où l'Homme de Néandertal cohabite avec l'Homo Sapiens.
Ayla, une Cro-Magnon, a 5 ans lorsqu'elle perd ses parents et se retrouve à errer. Presque morte, elle est retrouvée par le Clan, des Néandertaliens. Iza, la guérisseuse, obtient l'autorisation de Brun, le chef du clan, de recueillir la fillette et de l'élever. Les « Têtes Plates » (les Néandertaliens) et les « Autres » (Cro-Magnon) ont beaucoup apprendre des uns et des autres. Les Néandertaliens sont incapables de parler et de comprendre le langage des Autres, mais ils disposent en revanche d'un langage non-verbal très développé, qui repose essentiellement sur des mouvements de bras, de mains et d'expressions. Les différences physiques sont importantes, mais ce sont surtout les différences comportementales qui font toutes la différence. Les coutumes du Clan impliquent notamment de ne pas rire, une nette séparation des hommes et des femmes : pour les hommes, les armes et la chasse ; pour les femmes, le foyer et les femmes. C'est ancré dans leurs gênes, ils ont une mémoire héréditaire importante qui remonte à des générations. Ayla va devoir oublier tout ce qu'elle sait pour apprendre un nouveau langage, des nouvelles coutumes et comment vivre avec son nouveau peuple.
Le Clan de l'Ours des Caverne présente le développement d'Ayla, un véritable parcours d'initiation. Elle grandit, devient une jeune femme, ce qui lui permet de connaître chaque aspect de la vie dans le Clan. Elle comprend de mieux en mieux le langage, les différents moyens de se procurer de la nourriture, les relations sociales, ce qui est interdit ou pas, sa place au milieu de chacun des personnages. Ce qu'elle n'apprécie pas, c'est la place de la femme, à laquelle elle a beaucoup de mal à s'habituer. Les femmes ne peuvent pas chasser ni même toucher une arme, être dévouées aux hommes en toutes occasions... Ce qui donnera lieu à des tensions, notamment avec Broud, le fils du chef du Clan.
Dès ce premier tome, Jean M. Auel présente des personnages captivants et intéressants, tous différents les uns des autres. Ayla, bien sûr, pour commencer. Gamine attachante, on s'attache de plus en plus au fur et à mesure qu'on la voit grandir. D'une « espèce » différente, elle sait s'adapter aux mœurs différentes de son nouveau peuple, même si c'est très difficile d'intégrer les codes propres aux hommes de Néandertal. Il y a aura des tensions, des frictions, elle va travailler dur pour pouvoir s'intégrer, ce qui n'est pas toujours franchement gagné. Notamment avec Broud, qui la voit comme insolente, une perversion dans son monde bien ordonné. Il ne manquera pas une occasion de la brimer et de la battre. La haine entre les deux personnages est très forte, et nous ne pouvons que haïr ce personnage également ! Mais heureusement, il y en a qui rattrape tout, comme Iza. C'est la guérisseuse du clan, issue d'une lignée très prestigieuse et qui a pris le risque d'adopter la petite fille des Autres. C'est une femme généreuse, aimante, un des meilleurs de la saga ! Brun est un bon chef, qui n'hésite pas à faire ce qui est juste, mais qui se montre également compréhensif et juste. Mais mon préféré reste Creb. C'est le Mog-Ur, le sorcier, et frère d'Iza. Malformé, il aurait dû être tué à la naissance, mais il a eu la chance de survivre. Il est très proche d'Ayla, qui voit en lui un père. Touchant, c'est définitivement un des plus intéressants du Clan de l'Ours des Cavernes.
Un premier tome qui nous embarque dans un monde totalement à part. Pour écrire Les Enfants de la Terre, Jean M. Auel s'est largement documentée, notamment avec de nombreux documents en paléoanthropologie et en préhistoire qui ont été reconnus par des experts et par la communauté scientifique. Des éléments restent à prouver, des dates se chevauchent, mais tout cela n'est pas en contradiction avec ce que nous connaissons actuellement de cette époque. Bien que romancé, Les Enfants de la Terre est une excellente série, qui nous fait vivre à la fois une belle histoire, mais aussi un moment d'histoire. On s'immerge dans la Préhistoire, que ce soit avec des faits connus ou non. Cela nous permet de nous rendre compte de cette époque, comment était la vie, avec les animaux, les plantes et les gens qu'on pouvait y trouver, ce qui diffère de quelques idées préconçues que l'on aurait pu avoir.
Un premier tome excellent, à lire absolument !




Les Enfants de la Terre, Tome 1 : Le Clan de l'Ours des Cavernes
Les Enfants de la Terre, Tome 2 : La vallée des chevaux
Les Enfants de la Terre, Tome 3 : Les Chasseurs de mammouths
Les Enfants de la Terre, Tome 4 : Le Grand Voyage
Les Enfants de la Terre, Tome 5 : Les Refuges de Pierre
Les Enfants de la Terre, Tome 6 : Le Pays des grottes sacrées

 

Logo Livraddict

25/09/2013

L'Heure du Loup, de Robert McCammon

 L’Heure du Loup, de Robert McCammon

L'Heure du Loup

 

Robert McCammon




Michael Gallatin est un as de l'espionnage, un séducteur, mais surtout un loup-garou.
Capable de se transformer à la vitesse de l'éclair, de tuer silencieusement et avec une incroyable férocité, il a déjà donné un aperçu de ses talents en Afrique contre Rommel.
Il doit maintenant s'acquitter de la plus dangereuse et de la plus délicate des missions : découvrir qui se cache derrière l'opération « Poing d'Acier », le mieux gardé des plans secrets nazis.



L'Heure du Loup, ou un roman fantastique avec un James Bond loup-garou.
Michael Gallatin est un espion, un séducteur mais surtout un loup-garou, ce qui est très utile pour résoudre ses missions. Et il aura besoin de toute son intelligence, son adresse et cet aspect animal pour résoudre une des missions les plus difficiles à démêler.
Il doit découvrir ce qui se cache derrière « Poing d'Acier », qui cache l'un des plus grands mystères nazis et qui pourrait bien changer le cours de la Seconde Guerre Mondiale.
Robert McCammon alterne des chapitres courts et percutants, à la fois dans le passé, quand il devenu un loup-garou, sa vie dans la meute ; et dans le présent, quand il fait tout son possible pour résoudre l'enquête dans on l'a chargé.
Après un temps d'attente assez considérable pour pouvoir ENFIN lire ce livre (dédicace spéciale), je me suis L’Heure du Loup, de Robert McCammon plongée dans cette lecture et je n'ai pas été déçue. Attention, qu'on se s'attende pas à de la grande littérature ! Mais L'Heure du Loup est un bon roman dans le sens où je ne me suis jamais ennuyée, et où j'ai été transportée par la lecture. Ce livre fait le même effet qu'un film de série B, qu'un James Bond ou un Indiana Jones : de l'action, du sang, du fantastique et des énigmes.
Sans être un roman d'épouvante, L'Heure du Loup a quelques giclées de sang et autres scènes assez insoutenables. Mais avec un loup-garou et des nazis, on pouvait s'y attendre, n'est-ce pas ? Ayant lu ce livre plusieurs fois, j'hésite à chaque fois entre ce que je préfère : l'espionnage dans le milieu de la guerre, ou la vie au milieu des loups-garous ? Car avec l'espionnage, on est servi pour ce qui est des complots, du sang, de l'action. Mais j'aime beaucoup ces moments où on retrouve le jeune homme dans sa meute. C'est tout jeune qu'il va être mordu, ce qui va entraîner de nombreuses questions : est-il un homme ou un animal ? Qui est-il ? Comment vivre avec cette capacité au quotidien ? Michael Gallatin voit la vie à travers deux visions différentes, deux modes de vie, deux apprentissages. J'ai beaucoup apprécié cette dualité, que ce soit homme/animal, ou passé dans la meute/présent dans la Seconde Guerre.
Avec ce système, Robert McCammon permet de se plonger plus profondément dans la psyché de cette homme-loup, que j'apprécie beaucoup. C'est un homme profondément marqué, très différent, mais que l'on peut aussi croiser n'importe où (méfiez-vous, ce sont peut-être des loups-garous en puissance !).
L'Heure du Loup se lit très facilement : il n'y a pas de phrases compliquées ou à rallonge, des dialogues bien servis, des scènes parfois assez durs et l'histoire reste intéressante et passionnante du début à la fin. Pour faire un parallèle (peut-être un peu étrange), il se lit comme quand on regarde un bon film d'espionnage ou d'aventures : pas prise de tête, pour passer un bon moment, et si possible avec du pop-corn !




- Être un loup est une chose merveilleuse. Un miracle.
Mais nous sommes nés humains, et nous ne devons pas
perdre cette humanité, même si le mot « humain »
nous emplit parfois de honte.

 


Qu'est l'homme-loup, aux yeux de Dieu ?
Un monstre écrasé par la malédiction ou l'enfant d'un miracle ?


 


 

Logo Livraddict