Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

30/11/2013

La Trilogie des Moorehawke, Tome 2, de Céline Kiernan

la trilogie des moorehawke,céline kiernan,tome 2,fantasy

La Trilogie des Moorehawke, Tome 2
Les Loup cachés

 

Céline Kiernan




Wynter Moorehawke est partie à la recherche du prince renégat Albéron, déterminée à combler le fossé qui s'est creusé entre le roi et son héritier légitime.
Mais la forêt où elle voyage est peuplée d'espions, de bandits et de loups. Combien de temps une jeune fille seule peut-elle survivre dans ces conditions, et combien d'ennemis du roi sont cachés dans les ombres de la forêt ? De nouveaux alliés se présentent et d'anciens ennemis réapparaissent, sans que Wynter sache vraiment à qui elle peut se fier...
Quand les loups sortent du bois, qui croire ?



Après une lecture d'un premier tome sympathique, je me plonge dans Les loups cachés, la suite du Royaume empoisonné.
On s'éloigne de l'ambiance étouffante et close de la vie de cour au château du roi, pour partir dans un voyage, avec espions, bandits, soldats et toute la compagnie. Wynter va d'abord partir seule à la recherche du prince renégat Albéron, bien décidée à comprendre ce qui motive cette personne qu'elle considère comme un frère. Au cours de sa route, elle va faire des rencontres, d'abord heureuse avec les retrouvailles de Razi et Christopher (mon personnage préféré avec sa joie de vivre qui cache de graves blessures), mais aussi plus dangereuses (les Loups) ou inquiétudes (un peuple pour le moins intrigants, aux coutumes considérées parfois comme barbares).
Les loups cachés diffère beaucoup du premier tome, dans la mesure où nous avons un changement de décor, l'occasion d'en savoir plus sur les personnages, d'en introduire de nouveaux, mais surtout d'aborder des thèmes assez difficiles. Il y a l'esclavage, le racisme, la religion... et pleins d'autres détails qui rendent ce livre très vivants. J'ai eu véritablement la trilogie des moorehawke,céline kiernan,tome 2,fantasyl'impression d'être confronté à des problèmes qui pourrait m'arriver (notamment la place de la femme dans la société). Il diffère également dans l'approche de l'intrigue et de la construction des personnages. Le but que les trois amis est mis en suspens dans le deuxième tome, à l'avantage d'un supplément d'actions et de voyages, ce qui nous permet de faire découvrir une autre facette de l'univers créé par Céline Kiernan. Les personnages sont également approfondis. J'ai du mal à accrocher avec Razi, mais il est plus tendu et sur les nerfs, il doit souvent avoir son « masque royal » et ne pas laisser voir ses émotions, mais en vain. Wynter découvre d'autres manières de penser et de se comporter, le meilleur exemple serait lorsqu'une guérisseuse propose un remède pour ses maux de ventre et que Wynter ne comprend pas comment elle peut en parler aussi ouvertement, surtout devant des hommes. Et enfin, Christopher. Définitivement celui que je préfère. Même si on n'a pas trop avancé dans l'intrigue, au moins on en sait beaucoup plus sur lui, sur son passé, on s'explique son comportement, et c'est vraiment très intéressant !
Donc, ne vous attendait pas à un gigantesque bond en avant dans la résolution de l'intrigue, mais on voyage, il y a de l'action, de la tension et des combats, des découvertes sur les personnages... Les loups cachés est un bon moment de lecture et me donne envie de lire la suite.
 
 
 
 
La Trilogie des Moorehawke, tome 1 : Le Royaume Empoisonné
La trilogie des Moorehawke, tome 2 : Les loups cachés
La Trilogie des Moorehawke, tome 3 : Le Prince Rebelle
 
 
 
 
Logo Livraddict

26/11/2013

Top Ten Tuesday n°41

top ten tuesday,n°41

Top Ten Tuesday
Les 10 blogs littéraires préférés

 

Il y a tellement de blogs que j'aime, je vous donne une petite sélection ! Ces blogs et tellement d'autres sont magnifiques, comme celui de Perséphone, Herbysbooks, Adelinearenas, Livrement Vôtre, Book en stock, Lectures trollesques, Betweendandr, je vous encourage à aller les voir !
(Et l'ordre dans lequel je les ait mis n'a aucune importance, ils sont tous à égalité !!)

top ten tuesday,n°41
1- Ephémère

top ten tuesday,n°41
2- Les lectures de Bouch

top ten tuesday,n°41
3- Les pipelettes

top ten tuesday,n°41
4- AnGee's Livroscope

top ten tuesday,n°41
5- La Bouteille à la Mer

top ten tuesday,n°41
6- Livrement

top ten tuesday,n°41
7- Une tasse de culture

top ten tuesday,n°41
8- Phebusa

top ten tuesday,n°41
9- A la découverte des livres

top ten tuesday,n°41
10- Le Livre-Vie

 

 

 

 

The Broke and the Bookish
Carnet de Lectures - Iani

25/11/2013

Une part du ciel, de Claudie Gallay

Une part du ciel, Claudie Gallay, contemporain

Une part du ciel

 

Claudie Gallay




Aux premiers jours de décembre, Carole regagne sa vallée natale, dans le massif de la Vanoise, où son père, Curtil, lui a donné rendez-vous.
Elle retrouve son frère et sa sœur, restés depuis toujours dans le village de leur enfance. Garde forestier, Philippe rêve de baliser un sentier de randonnée suivant le chemin emprunté par Hannibal à travers les Alpes. Gaby, la plus jeune, vit dans un bungalow où elle attend son homme, en taule pour quelques mois, et élève une fille qui n'est pas la sienne.
Dans le gîte qu'elle loue, à côté de la scierie, Carole se consacre à une traduction sur la vie de Christo, l'artiste qui voile les choses pour mieux les révéler. Les jours passent, qui pourraient lui permettre de renouer avec Philippe et Gaby un lien qui n'a rien d'évident : Gaby et Philippe se comprennent, se ressemblent ; Carole est celle qui est partie, celle qui se pose trop de questions. Entre eux, comme une ombre, cet incendie qui a naguère détruit leur maison d'enfance et définitivement abîmé les poumons de Gaby. Décembre s'écoule, le froid s'installe, la neige arrive...
Curtil sera-t-il là pour Noël ?



Un titre que j'avais très envie de découvrir.
Carole répond à la convocation pour le moins singulière de son père Curtil et se rend dans le massif de la Vanoise, dans le village où elle a grandi. Là, elle va retrouver son frère Philippe et sa sœur Gaby, en attendant que leur père se montre. Philippe est garde-forestier, Gaby attend la sortie de son mari de prison tout en élevant une enfant adopté. Il y a également tout un tas d'autres personnages, comme Sam, qui tient une boutique ; la Baronne et son refuge pour les chiens...
Dans Une part du ciel, on se plonge dans la vie tranquille et parfois monotone d'un petit village des montages lorsque l'hiver s'installe. Carole va renouer la relation avec sa famille, et s'occuper également à travailler à une traduction de la vie de Christo, tout en tentant de participer à la vie des habitants. Une chose qui ne sera pas aisée, la jeune femme semble toujours en complet décalage avec les personnes qui l'entourent, notamment avec Philippe et Gaby. Ces deux-là se ressemblent beaucoup et pensent de la même façon, des personnes à la fois simples et complexes. Mais Carole se complait dans le ressassement du passé, elle se pose des questions, s'interroge, se demande toujours « Et si... ». Elle se demande toujours comment aurait tourné leurs vies s'il n'y avait pas eu cet incendie, si leur père avait agi différemment dans sa manière de se conduire. Car tout tourne beaucoup autour de Curtil. Pourquoi annoncer sa venue de cette façon ? Pourquoi attendre autant pour venir ? Cet homme est une énigme, et fait beaucoup pour garder l'intérêt du roman. Le verrons-nous ?
Une part du ciel est un récit lent, je le déconseille aux amateurs d'actions et de gerbes de sang ! Claudie Gallay distille ses événements, ses questionnements avec subtilité, sans se presser, laissant le lecteur s'immerger dans la vie de la montagne. Une histoire de famille, avec beaucoup de non-dits et des relations qui évoluent peu à peu. Et tout cela se passe dans un paysage enneigé, très bien décrit et où on a l'impression de marcher en même temps que la narratrice. Une narratrice qui m'a laissé un avis mitigé. Car si j'ai aimé la regarder évoluer tout au long du roman, je l'ai trouvé quand même beaucoup trop centrée sur elle-même et sur ses questions, se préoccupant d'abord d'elle-même avant d'essayer de comprendre ce par quoi sa famille est passée. Elle voit tout à travers sa réalité, sans essayer de comprendre celle des autres et ce qui les animent. Gaby est très optimisme, intéressante, mais j'ai eu du mal à m'intéresser à elle tout du long. Par contre, j'ai davantage apprécié Philippe et son envie de faire découvrir les montages, mais également la Môme, une gamine très touchante et intéressante.
Une part de ciel, sans être le roman qui m'a le plus passionné, m'a en tout cas fait passer un moment agréable, calme, mais qui présente des tranches de vie parfois mouvementées et compliqués, mais en tout cas toujours très subtiles et bien décrites.
 
 
 
Logo Livraddict

Image du Jour - N°18

image du jour,n°18

23/11/2013

Lettre à Jimmy, d'Alain Mabanckou

Lettre à Jimmy, Alain Mabanckou, Contemporain

Lettre à Jimmy

 

Alain Mabanckou




Comme James Baldwin, qu'il tutoie dans cette lettre en forme d'hommage, Alain Mabanckou est noir et écrivain. En découvrant Greenwich village et le Paris Jazz, Baldwin a forgé une identité au-delà des communautarismes. L'acuité de son regard sur la société américaine est remarquablement mise en lumière par cet " expéditeur " complice, admiratif, et jamais complaisant.


Une découverte de la littérature africaine.
Je me suis intéressée à ce roman pour plusieurs raisons. L'auteur, Alain Mabanckou, est Franco-Congolais (né en 1966 au Congo), il a reçu plusieurs prix, dont le prix Renaudot, le prix de littérature Henri Gal ou le grand prix littéraire de l'Afrique Noire. Il publie aussi bien de la prose que de la poésie, mais son activité ne se limite pas à l'écriture, avec l'enseignement de la littérature Africaine, que ce soit à Ann Arbor ou à Los Angeles. C'est un auteur et une personne qui s'est beaucoup impliqué non seulement pour son pays et ses compatriotes, mais aussi pour l'égalité entre tous, et surtout il a toujours œuvré contre l'affrontement entre deux couleurs, entre les Blancs d'un côté et les Noirs de l'autre.
Mais ce qui m'a intriguée également à propos de la Lettre à Jimmy est cet hommage à James Baldwin, qui est le personnage principal du roman d'Alain Mabanckou. James Baldwin m'a toujours interpellée et intéressée, car c'est une légende. Il va devenir une des plus grandes icônes et figure du mouvement contre la discrimination, qu'elle soit racial, sexuelle ou autre. Noir et homosexuel, il va être doublement rejeté pendant une partie de sa vie. Son combat pour montrer que les personnes noires n'ont pas les mêmes droits, ont toujours été rejetés et exclus, va se poursuive toute sa vie, et notamment dans ses livres. Il va ajouter à ce combat la discrimination de toute sorte, notamment sur la question de l'homosexualité et du rejet des personnes pour peu qu'elles soient un peu différentes.
Alain Mabanckou et James Baldwin se ressemblent beaucoup : tous les deux noirs et auteurs, ils luttent également pour l'égalité de chacune de personnes, qu'elles soient noires ou blanches, hétérosexuel ou homosexuel, homme ou femme. La Lettre à Jimmy fait entendre la voix de ces deux personnalités. Avec deux personnalités qui se ressemblent, tant au niveau du parcours et du combat, Lettre à Jimmy plaide pour un monde égalitaire.
J'ai apprécié de me plonger dans la littérature africaine, car j'avais lu très peu d'auteurs Noirs, et le livre d'Alain Mabanckou permet de découvrir à la fois un auteur, un personnage histoire et une époque. Décrit avec justesse, on a véritablement l'impression de connaître James Baldwin en arrivant à la dernière page.
Une lecture très intéressante.




Au fond, qu'est-ce qu'un nom ? Presque rien.
Mais un nom dit tout et nous dévoile au monde.

 

Or la vie de chaque auteur est souvent en elle-même un « roman », voire une tragédie.
Et c'est peut-être pour cela que le genre de la biographie existe...