Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

22/01/2014

Jusqu'à ce que la mort nous unisse, de Karine Giébel

jusqu'à ce que la mort nous unisse,karine giébel,policier

Jusqu'à ce que la mort nous unisse

Karine Giébel



L'Ancolie est une fleur aussi belle que toxique. Belle, à l'image de certains souvenirs. Toxique, à l'image de certains regrets. L'Ancolie, c'est aussi le nom d'un chalet perdu en pleine montagne.
C'est là que vit Vincent, un homme seul et meurtri. Rejetant son passé et redoutant son avenir, il préfère vivre dans le présent. Une existence éprise de liberté qu'il consacre entièrement à sa passion pour la montagne et à son métier de guide.
Jusqu'au jour où la mort frappe tout près de lui, l'obligeant à sortir de sa tanière. Aux yeux de tous, un tragique accident, une chute mortelle. Seul Vincent est persuadé qu'il s'agit d'un meurtre, que ce n'est pas la montagne qui a tué, et que les vrais coupables doivent payer. Alors, aidé par Servane, une jeune recrue de la gendarmerie avec laquelle il a noué une étrange relation, il se lance dans une quête de vérité.
Une quête qui va le conduire sur d'effroyables sentiers, le confronter à ses propres démons. Une quête qui va déterrer un à un des secrets profondément enfouis au cœur de cette paisible vallée, et qui auraient dû le rester à jamais.
Car si le mensonge blesse, la vérité peut être fatale...



Depuis le temps que ce livre traînait dans ma PAL, je me suis enfin décidée à le lire !
Jusqu'à ce que la mort nous unisse nous présente cette fois Vincent, guide en haute montagne. Un homme que j'ai d'abord considéré comme un salaud fini avec sa façon de se jeter sur les femmes puis de les laisser tomber une fois fini. Malgré le fait qu'il ait apparemment un passé lourd, des souvenirs traumatisants, j'ai eu du mal à accrocher avecjusqu'à ce que la mort nous unisse,karine giébel,policier lui. Mais il y a aussi Servane, une jeune femme venant d'arriver à la gendarmerie. Alors, le jour où un accident se produit parmi les proches de Vincent, il se retrouve à enquêter sur cette affaire, accompagné de la gendarme. Mais à force de trop fouiller, on finit toujours par déterrer quelque chose...
J'ai trouvé ce livre assez différent des précédents que j'ai lu. Déjà, l'action. Le début fait penser à tout sauf à un roman policier. On découvre le quotidien de Vincent et comment un guide en montagne organise son planning, comment il gère ses clients... Il y a un côté descriptif plus que bienvenu, j'ai vraiment eu l'impression de me promener dans les paysages décrits par Karine Giébel, me donnant envie d'aller explorer les sommets avec Vincent. Même l'arrivée de Servane à la gendarmerie ne nous fait pas basculer aussitôt dans l'intrigue. On voit plus l'adaptation de la jeune femme à ce nouveau milieu, que ce soit dans les montagnes, un environnement qu'elle ne connaît pas du tout, que dans une nouvelle équipe composée exclusivement d'hommes. Pas le milieu le plus égalitaire qui soit. Très macho au contraire ! Le genre d'endroits où les rumeurs courent très vite, et pas forcément les plus gentilles.
Ainsi, on pourrait être déçu par un manque d'action au début de ce roman. Pour ma part, ça été tout le contraire. J'ai apprécié pour une fois de ne pas me retrouver plongée jusqu'au cou dans l'hémoglobine et avec un meurtre à résoudre dès les 5 premières pages ! Jusqu'à ce que la mort nous unisse prend le temps de nous préparer, on s'installe à L'ancolie comme si on devait y rester, on voit les montagnes comme un lieu paisible... Jusqu'à ce jour où on retrouve le corps d'un garde forestier. Apparemment une simple chute qui aurait mal tourné. Mais pour Vincent, ce n'est ni plus ni moins qu'un crime. Mais qui aurait profit de ce meurtre ? L'antagonisme entre les gardes et les chasseurs aurait-il pu aller aussi loin ?
Karine Giébel est décidément une auteure que j'aime de plus en plus au fur et à mesure que je la découvre. Chacun de ses livres fait mouche, chacun pour une raison. Mais on retrouve comme d'habitude cette écriture captivante, que ce soit pour décrire les enquêtes, des personnages ou un décor. Les montagnes ici sont à la fois belles mais capricieuses, on n'est jamais à l'abri même si on les arpente depuis des années. Jusqu'à ce que la mort nous sépare joue sur l'attente et le suspense, j'ai dévorée chaque ligne pour pouvoir arriver au plus vite à la fin et enfin tout savoir ! Bref, conquise une nouvelle fois.

Mais, je suis désolée, je ne vais pas pouvoir m'empêcher de faire un SPOILER... Je ne peux pas garder mon ressenti pour moi ! Alors ne lisez surtout pas ce qui va suivre si vous n'avez pas lu Jusqu'à ce que la mort nous unisse ou les autres livres de Karine Giébel. Dans tous jusqu'à ce que la mort nous unisse,karine giébel,policierles livres de cette auteure que j'ai lue, tout se finit extrêmement mal. Que ce soit pour l'un des personnages, pour les deux ou pour tous... Donc, je savais dès le début que je finirai en larme, criant « Pourquoiiiii ? ». Et cela n'a pas raté ! Et pourtant... Sans être déçue, j'aurais préféré une fin différente pour ce livre-ci. Autant la fin de Meurtres pour rédemption, Le Purgatoire des Innocents, étaient peut-être très dures mais parfaites, j'aurais voulu que ça se fasse différemment pour ce livre précis. Ces deux personnages sont ceux à qui j'aurais le plus souhaité un happy ending... Mais cela n'arrivera pas ! Fin du SPOILER

Si vous ne connaissez pas Karine Giébel, je ne peux que vous conseiller de la découvrir au plus vite !
 
 
 
Logo Livraddict

Commentaires

Je note celui ci qui n'a pas l'air trop gore !

Écrit par : Emma | 23/01/2014

Je n'ai lu que Juste une ombre ce cette auteure, mais j'ai adoré, j'aime bien me faire peur (et là j'ai été servie)!! Celui là va direct dans ma wish list!! :)

Écrit par : Les femmes qui lisent sont dangereuses | 23/01/2014

Je dois avoir entendu parlé de l'auteur mais je ne me rappelle pas vraiment. C'est sympa que tu ais sorti un ancien livre de ta pal. Un jour il faudrait que je fasse pareil lol. Ca arrive très rarement!

Écrit par : Melliane | 23/01/2014

Exactement l'impression que j'ai eu aussi au début ! Que Karine Giébel avait été embauchée par l'office de tourisme du Parc Mercantour :)
Elle est forte quand même cette auteur. Chaque roman est différent, à chaque fois elle nous surprend, même si comme tu le dis, cela se finit souvent très mal. Cependant, j'ai plus pleuré Marianne que les autres ;)

Écrit par : Dup | 23/01/2014

Les commentaires sont fermés.