Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

30/01/2014

Le goût des pépins de pomme, de Katharina Hagena

le goût des pépins de pomme,katharina hagena,contemporain

Le goût des pépins de pomme

Katharina Hagena



Bertha est morte. Elle a légué sa maison à Iris, sa petite fille. Celle-ci s'y rend, afin de décider de ce qu'elle en fera. C'est alors que les souvenirs qu'elle a de sa famille ressurgissent.


J'ai beaucoup entendu parler de Katharina Hagena et du Goût des pépins de pomme. Avec Noël, j'ai enfin pu découvrir par moi-même ce petit roman !
C'est la mort de Bertha qui va déclencher toute une suite d'événements. Ses trois filles ainsi qu'Iris, sa petite-fille, vont se retrouver pour partager l'héritage. Elle va léguer à Iris sa maison. Quand celle-ci y retourne, avec la volonté de décider quoi en faire, une nuée de souvenirs va remonter.
J'ai eu au début un peu de mal à rentrer dans l'histoire, surtout parce que certaines descriptions de personnages ne correspondaient pas à ceux que l'on croiser au cours du récit, mais aussi parce que les souvenirs d'Iris remontaient à la surface de manière un peu décousue, parfois irrationnelle. Mais c'est ce qui a rapidement fait le charme du Goût des pépins de pommes. La vie est souvent comme ça, on repense à des personnes ou à des situations, sans savoir quel cheminement ou quelle association d'idées nous à amener à ce souvenir précis. Katharina Hagena nous développe tout un réseau de personnages, d'histoires, de vies entrecroisées. Une famille et des individus banals, que l'on peut croiser tous les jours dans la rue. Et ce n'est plus pas mal ! Car je m'y suis rapidement identifiée, surtout que l'événement déclencheur – un décès – est une situation que j'ai vécu, comme tout le monde, et qui peut faire resurgir toute sorte de chose, que ce soit positive ou négative.
Mais, en bien ou en mal, c'est toujours intéressant de se reconnecter avec ce qui nous entoure. Les souvenirs, les gens, tout cela fait partie de nous et nous définit, nous à aider à grandir et à évoluer. J'ai particulièrement aimé la manière de Katharina Hagena de décrire cette remontée de souvenirs lorsque qu'Iris revisite la maison de sa grand-mère. C'est vraiment ce que j'ai préférée et ce dont je me suis sentie le plus proche. La description de cette maison est vraiment très vivace : j'ai eu l'impression de voir les portes s'ouvrirent devant mes yeux, cette maison avec son ambiance particulière, son charmes, ses pièces en enfilades, le jardin...
Le goût des pépins de pommes est un récit que j'ai vraiment pris plaisir à découvrir, un moment très intéressant de lecture !
 
 
 
Logo Livraddict

28/01/2014

Top Ten Tuesday n°44

top ten tuesday,n°44

Top Ten Tuesday
Les 10 univers livresques dans lesquels vous ne voudriez surtout pas vivre

Un petit Top très succinct (pour le moment), car c'est vrai qu'il y a plus d'univers livresques dans lesquels j'aimerai vivre que le contraire, mais voici déjà une sélection d'univers où il ne ferait pas forcément bon vivre !

top ten tuesday,n°44

1 Game of Thrones, George R.R Martin
Franchement, vous avez vu le taux de mortalité ? Les personnages secondaires tombent comme des mouches, se font torturer à tout bout de champ, ils se font piéger en beauté... Et ce n'est pas franchement mieux pour les personnages principaux ou en tout cas importants (oui, je pleure ENCORE pour Ned Stark et je clame ma haine éternelle à l'auteur pour un certain passage concernant la femme et le fils de Ned !)

top ten tuesday,n°44

2 Hunger Games, Suzanne Collins
Bon, une histoire intéressante... Mais franchement, qui aurait envie de se retrouver à la place de Katniss dans les Jeux ? Qui aurait envie de se lancer contrer le Capitole, de devoir lutter pour sa peau, tuer ses amis ? Pas l'univers où j'aurais envie d'habiter !

top ten tuesday,n°44

3 Anita Blake, Laurell K. Hamilton
Bon, je n'aurais pas envie d'y aller, surtout parce que je n'aime pas du tout l'univers d'Anita Blake. J'ai lu les trois premiers tomes, et je me suis vraiment acharnée à les finir. Donc, je passe.

top ten tuesday,n°44

4 Fifty Shades of Grey, E.L James
Je ne sais pas si ça compte vraiment, vu que je n'ai pas réussi à dépasser le premier chapitre. Et au vu des suivants, ce n'est pas franchement mieux. Donc ce délire n'est pas trop mon truc clairement... Je passe à autre chose !

top ten tuesday,n°44

5 Meurtres pour rédemption, Karine Giébel
Ou n'importe quels autres de ses livres, d'ailleurs. (SPOILER) Parce que je sais que tout va mal finir et pour tout le monde ! Même si j'adore cette auteure, je ne voudrais pas être un de ses personnages !

top ten tuesday,n°44

6 Snuff, Chuck Palahniuk
L'univers du porno... Hum... Non !
 
 
 

top ten tuesday,n°44

25/01/2014

Le vieux qui ne voulait pas fêter son anniversaire, de Jonas Jonasson

9782258086449.jpg

Le vieux qui ne voulait pas fêter son anniversaire

Jonas Jonasson



Le jour de ses cent ans, alors que tous les notables de la ville l'attendent pour célébrer l'événement, Allan Karlsson s'échappe par la fenêtre de sa maison de retraite quelques minutes avant le début de la fête organisée en son honneur.
Ses plus belles charentaises aux pieds, le vieillard se rend à la gare routière, où il dérobe une valise dans l'espoir qu'elle contienne une paire de chaussures. Mais le bagage recèle un bien plus précieux chargement, et voilà comment Allan se retrouve poursuivi par la police et par une bande de malfrats...
Commence alors son incroyable cavale à travers la Suède, mais aussi, pour le lecteur, un étonnant voyage au cœur du XXe siècle, au fil des événements majeurs auxquels le centenaire Allan Karlsson, génie des explosifs, a été mêlé par une succession de hasards souvent indépendants de sa volonté.


Attirée par le titre et le résumé, je me suis enfin décidée à commencer ce livre qui a beaucoup fait parler de lui.
Allan Karlsson a 100 ans. Un événement ! Bien décidé à le fêter, les notables et autres personnalités de la ville organisent une fête en son honneur. Mais quant à lui, le vieil homme n'a absolument pas envie de faire la fête en compagnie de personnes séniles ou imbues d'elles-mêmes. Alors, sur un coup de tête, il se fait la malle et saute par la fenêtre. En parlant de malle, c'est un objet comme celui-ci qui va déterminer le reste de la vie d'Allan Karlsson.
A la gare routière, un jeune homme lui demande de garder sa valise le temps d'aller aux toilettes. Sur une impulsion, le vieil homme décide de voler la valise et de partir avec. Cette décision va lancer à la poursuite d'Allan à la fois la police et une bande de malfrats. Une bande de personnages peu recommandables, donc, mais Allan va aussi rencontrer des amis, des gens qui vont l'aider et le soutenir dans sa cavale. Il va y avoir Julius, un escroc sexagénaire ; Benny un vendeur de hot-dog qui a fait des formations dans presque n'importe quelle profession ; et Mabelle et son éléphant Sonja.
Dans Le vieux qui ne voulait pas fêter son anniversaire, Jonas Jonasson va alterner deux époques. A la fois le présent d'Allan Karlsson, dans sa cavale, mais aussi dans son passé. Car Allan n'est pas n'importe quel centenaire : il a vécu tous les grands moments entre 1905 et 2005, croisé pleins de personnages historiques (Franco, Truman, Staline, Nixon...). Tous des personnalités politiques qui vont vivre quelque chose d'intense avec Allan, et beaucoup vont s'enticher de lui. Avec ce vagabondage, on va mieux comprendre l'Allan du présent, comment il en est arrivé là.
Le vieux qui ne voulait pas fêter son anniversaire n'est pas le coup de cœur que j'attendais, mais en tout cas une lecture très agréable ! Il y a beaucoup d'Histoires, ce qui est à la fois intéressant et formateur, mais aussi un parcours humain très intéressant. Allan est un homme optimiste, qui se contente de peu et ne demande pas grand-chose à la vie. Son passé nous transporte, mais j'ai préféré son présent et sa cavale, avec toutes ces personnes qu'il rencontre. J'ai surtout apprécié le fait que le héros de l'histoire soit un vieil homme, avec tous les inconvénients que la vieillesse implique.
Un petit livre très sympathique, qui fait passer un excellent moment dans l'ensemble. Maintenant je serai très curieuse de lire le dernier livre de Jonas Jonasson : L'analphabète qui savait compter.
A lire si vous voulez passer un moment d'humour et de détente.
 
 
 
Logo Livraddict

24/01/2014

Top SériesAddict n°2

 top sériesaddict,n°2

Un rendez-vous auquel je n'ai pas consacré beaucoup de temps dernièrement, et que je prends enfin le temps de faire !
Alors ce sera pour faire un ancien sujet, avec les romans qui devraient être adaptés en séries télés. C'est un sujet qui m'inspire toujours beaucoup, que ce soit avec les Top Ten Tuesday ou les Top SériesAddict, avec les meilleures adaptations ou les livres à adapter absolument. Alors, je m'amuse à redonner ces livres que j'aimerais voir absolument sur mon écran !

top sériesaddict,n°2
1 L'Assassin Royal – Robin Hobb

Parce que... Robin Hobb ? Assassinat, guerre, tromperie ? Magie ? L'Assassin Royal, adapté comme Game of Thrones, serait vraiment magnifique. Un univers vraiment très vivant, très bien décrits, j'adorerai le voir adapter en série !

top sériesaddict,n°2

2 Rigante – David Gemmell
Une très belle série, haute en couleur. J'adorerais tout particulièrement voir ces paysages de montagnes.

top sériesaddict,n°2

3 Les enfants de la terre – Jean M. Auel
Une saga à l'ère de la préhistoire, quoi demander de plus ?

top sériesaddict,n°2

4 Danny Valentine – Lilith Saintcrow
Démons, le Diable lui-même, une héroïne prête à tout pour mener ses enquêtes et survivre. Il y aurait moyen de faire quelque chose de très bien !

top sériesaddict,n°2

5 Thursday Next – Jasper Fforde
Les livres qui seraient vraiment les plus durs à adapter je pense, avec un univers très dense, spécialement dans les derniers. Je donnerai n'importe quoi pour l'avoir en série !

22/01/2014

Jusqu'à ce que la mort nous unisse, de Karine Giébel

jusqu'à ce que la mort nous unisse,karine giébel,policier

Jusqu'à ce que la mort nous unisse

Karine Giébel



L'Ancolie est une fleur aussi belle que toxique. Belle, à l'image de certains souvenirs. Toxique, à l'image de certains regrets. L'Ancolie, c'est aussi le nom d'un chalet perdu en pleine montagne.
C'est là que vit Vincent, un homme seul et meurtri. Rejetant son passé et redoutant son avenir, il préfère vivre dans le présent. Une existence éprise de liberté qu'il consacre entièrement à sa passion pour la montagne et à son métier de guide.
Jusqu'au jour où la mort frappe tout près de lui, l'obligeant à sortir de sa tanière. Aux yeux de tous, un tragique accident, une chute mortelle. Seul Vincent est persuadé qu'il s'agit d'un meurtre, que ce n'est pas la montagne qui a tué, et que les vrais coupables doivent payer. Alors, aidé par Servane, une jeune recrue de la gendarmerie avec laquelle il a noué une étrange relation, il se lance dans une quête de vérité.
Une quête qui va le conduire sur d'effroyables sentiers, le confronter à ses propres démons. Une quête qui va déterrer un à un des secrets profondément enfouis au cœur de cette paisible vallée, et qui auraient dû le rester à jamais.
Car si le mensonge blesse, la vérité peut être fatale...



Depuis le temps que ce livre traînait dans ma PAL, je me suis enfin décidée à le lire !
Jusqu'à ce que la mort nous unisse nous présente cette fois Vincent, guide en haute montagne. Un homme que j'ai d'abord considéré comme un salaud fini avec sa façon de se jeter sur les femmes puis de les laisser tomber une fois fini. Malgré le fait qu'il ait apparemment un passé lourd, des souvenirs traumatisants, j'ai eu du mal à accrocher avecjusqu'à ce que la mort nous unisse,karine giébel,policier lui. Mais il y a aussi Servane, une jeune femme venant d'arriver à la gendarmerie. Alors, le jour où un accident se produit parmi les proches de Vincent, il se retrouve à enquêter sur cette affaire, accompagné de la gendarme. Mais à force de trop fouiller, on finit toujours par déterrer quelque chose...
J'ai trouvé ce livre assez différent des précédents que j'ai lu. Déjà, l'action. Le début fait penser à tout sauf à un roman policier. On découvre le quotidien de Vincent et comment un guide en montagne organise son planning, comment il gère ses clients... Il y a un côté descriptif plus que bienvenu, j'ai vraiment eu l'impression de me promener dans les paysages décrits par Karine Giébel, me donnant envie d'aller explorer les sommets avec Vincent. Même l'arrivée de Servane à la gendarmerie ne nous fait pas basculer aussitôt dans l'intrigue. On voit plus l'adaptation de la jeune femme à ce nouveau milieu, que ce soit dans les montagnes, un environnement qu'elle ne connaît pas du tout, que dans une nouvelle équipe composée exclusivement d'hommes. Pas le milieu le plus égalitaire qui soit. Très macho au contraire ! Le genre d'endroits où les rumeurs courent très vite, et pas forcément les plus gentilles.
Ainsi, on pourrait être déçu par un manque d'action au début de ce roman. Pour ma part, ça été tout le contraire. J'ai apprécié pour une fois de ne pas me retrouver plongée jusqu'au cou dans l'hémoglobine et avec un meurtre à résoudre dès les 5 premières pages ! Jusqu'à ce que la mort nous unisse prend le temps de nous préparer, on s'installe à L'ancolie comme si on devait y rester, on voit les montagnes comme un lieu paisible... Jusqu'à ce jour où on retrouve le corps d'un garde forestier. Apparemment une simple chute qui aurait mal tourné. Mais pour Vincent, ce n'est ni plus ni moins qu'un crime. Mais qui aurait profit de ce meurtre ? L'antagonisme entre les gardes et les chasseurs aurait-il pu aller aussi loin ?
Karine Giébel est décidément une auteure que j'aime de plus en plus au fur et à mesure que je la découvre. Chacun de ses livres fait mouche, chacun pour une raison. Mais on retrouve comme d'habitude cette écriture captivante, que ce soit pour décrire les enquêtes, des personnages ou un décor. Les montagnes ici sont à la fois belles mais capricieuses, on n'est jamais à l'abri même si on les arpente depuis des années. Jusqu'à ce que la mort nous sépare joue sur l'attente et le suspense, j'ai dévorée chaque ligne pour pouvoir arriver au plus vite à la fin et enfin tout savoir ! Bref, conquise une nouvelle fois.

Mais, je suis désolée, je ne vais pas pouvoir m'empêcher de faire un SPOILER... Je ne peux pas garder mon ressenti pour moi ! Alors ne lisez surtout pas ce qui va suivre si vous n'avez pas lu Jusqu'à ce que la mort nous unisse ou les autres livres de Karine Giébel. Dans tous jusqu'à ce que la mort nous unisse,karine giébel,policierles livres de cette auteure que j'ai lue, tout se finit extrêmement mal. Que ce soit pour l'un des personnages, pour les deux ou pour tous... Donc, je savais dès le début que je finirai en larme, criant « Pourquoiiiii ? ». Et cela n'a pas raté ! Et pourtant... Sans être déçue, j'aurais préféré une fin différente pour ce livre-ci. Autant la fin de Meurtres pour rédemption, Le Purgatoire des Innocents, étaient peut-être très dures mais parfaites, j'aurais voulu que ça se fasse différemment pour ce livre précis. Ces deux personnages sont ceux à qui j'aurais le plus souhaité un happy ending... Mais cela n'arrivera pas ! Fin du SPOILER

Si vous ne connaissez pas Karine Giébel, je ne peux que vous conseiller de la découvrir au plus vite !
 
 
 
Logo Livraddict