Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

01/09/2013

Les Arcanes du Chaos, de Maxime Chattam

les arcanes du chaos,maxime chattam,policier,coup de cœur

Les Arcanes du Chaos

 

Maxime Chattam


Coup de cœur

Célibataire parisienne sans histoires, Yael est loin de se douter qu'il existe des secrets qui mettent en danger ceux qui les découvrent. Le jour où des ombres apparaissent dans ses miroirs pour lui parler codes secrets et sectes millénaires, elle se croit folle ou possédée.
Projetée dans un jeu de piste infernal, pourchassée par des tueurs, Yael se retrouve au cœur d'une lutte ancestrale. Des catacombes de Paris aux gorges hantées de Savoie, jusqu'au New York des milliardaires, la vérité ne doit pas survivre.
Qui n'a jamais rêvé de tout savoir sur l'assassinat de JFK ? Sur le 11 septembre ? Et si l'histoire n'était que manipulation ? Quand le diable s'en mêle, la terreur ne fait que commencer...



Un coup de cœur pour ce roman !
Yael Mallan est une jeune parisienne de 27 ans, semblable à beaucoup d'autres. Elle travaille dans un magasin de taxidermie, un job temporaire qui s'est éternisé. Sans être totalement satisfaite de sa vie, Yael s'en contentait.
Jusqu'au jour où... Elle va commencer par apercevoir des ombres dans son miroir, des bruits étranges chez elle. Et ces Ombres vont finalement prendre contact avec elle, via les miroirs ou son ordinateur. Ces Ombres vont lui dire que rien n'est comme il le paraît, que rien n'est sûr. Elles vont lui conseiller de s'intéresser aux symboles, notamment ceux du billet de 1 dollar et ceux entre Lincoln et Kennedy. En plus de ces Ombres mystérieuses, Yael s'aperçoit que certaines personnes semblent bien décider à lui faire du mal.
Accompagnée d'un ami journaliste, Thomas, la jeune femme va devoir se lancer dans un immense jeu de piste, pour savoir dans quelle histoire elle s'est embarquée et pourquoi elle.
Les Arcanes du Chaos est un livre sur la théorie du complot, qui m'a fait devenir légèrement paranoïaque une fois les dernières pages tournées ! Maxime Chattam présente l'envers du décor, avec la manipulation, l'ivresse du pouvoir et de l'argent. Ce sont des individus, dans l'ombre de l'histoire, là où on ne voit personne, et qui sont pourtant bien présentes, manipulant les événements. Pour ce roman, Maxime Chattam utilise des ficelles que l'on connait, comme de décrire des faits apparemment surnaturel, mais qui se révèlent très rationnels une fois expliqués. Dans Les Arcanes du Chaos, Maxime Chattam expérimente un genre encore différent. Après le fantastique et les thrillers, cette fois c'est plus un récit de suspense qu'un thriller traditionnel. Pas de serial killer, pas d'inspecteur ou de détective, mais des personnes que l'on pourrait rencontrer tous les jours. Il utilise ici les théories du complot, beaucoup d'exemples sont tirés de la réalité, ce qui fait froid dans le dos ! Présentés comme il le fait, on peut se dire que ces choses peuvent véritablement se passer, et arriver à n'importe qui, sans raisons.
Ma lecture des Arcanes du Chaos m'a complètement transportée, je l'ai lu entièrement sans m'arrêter, avec toujours l'envie de savoir la suite, de savoir ce qui se passerait, comment allait s'en sortir les personnages, qui sont les Ombres et quel est leur but. Une fois le livre fini, j'ai bien eu envie de crier sur l'auteur, qui m'a encore flanqué une belle frousse ! Certes, tout cela n'est que de la fiction, mais pourquoi ça ne pourrait pas arriver dans la réalité ? Maxime Chattam construit son récit de telle sorte qu'on est obligé de s'interroger, de se questionner, et d'aller se renseigner nous-même sur ce qu'il nous dit. J'espère que ce n'ait pas vrai, je me dis que les ficelles sont trop grosses, que ça ne peut PAS arriver. Mais et si...
Bref, je vous conseille vivement Les Arcanes du Chaos, un pur moment de lecture !




Ce qu'il y a de l'autre côté est la seule vérité.
Chaque chose est une apparence.
Il faut regarder de l'autre côté.
L'Histoire dans les livres est une apparence.
Les villes sont une apparence.
Le sous-sol d'une ville est l'âme nue de sa civilisation, ses arcanes.
Ainsi en va-t-il de tout.
Les arcanes de l'Homme sont dans ses fondations.
Son Histoire.
Passez de l'autre côté.
Et apprenez à lire dans l'ombre de l'Histoire.
N'oubliez pas : chaque chose est une apparence.
Et derrière chaque apparence se cachent ses arcanes : son essence réelle, sa vérité.
La découvrir c'est la connaissance du monde.
Le pouvoir.



Ne méprisons pas les vies sous prétexte qu'elles sont loin de nous.
Ne méprisons pas la liberté sous prétexte que la nôtre n'est pas menacée.
Car la liberté des nations et des peuples est un jeu de dominos fragiles.

 

 

 

Logo Livraddict

16/08/2013

Basara, Tome 1, de Yumi Tamura

basara,yumi tamura,tome 1,manga

Basara, Tome 1

 

Yumi Tamura


Coup de cœur

Dans un Japon néo-féodal situé dans un futur très lointain, la civilisation a disparu, victime de guerres incessantes... Les hommes sont retournés à une société primitive, agraire. Le pouvoir est aux mains de quatre rois, sous la coupe suprême de leur père, l'Empereur.
Dans un village perdu dans les montagnes naissent des jumeaux : un garçon, Tatara et une fille, Sarasa. Selon la légende, Tatara est investi d'une mission importante : libérer son peuple de la tyrannie du Roi Rouge. Hélas, le jeune homme est lâchement assassiné par les hommes du souverain.
Sarasa choisit alors d'endosser l'identité de son défunt frère et de suivre le destin de Tatara...



Une découverte de hasard que je ne regrette absolument pas, l'un de mes cours de cœur en matière de manga !
Dans le Japon du XXIIIème siècle, plus rien n'est comme nous le connaissons. Le pays a été dévasté, Tokyo a subi un raz-de-marée, changeant complètement la vie des habitants. La civilisation a régressée, les habitants ont, pour la plupart, peu de moyens. Les guerres font rages sans répit. Et maintenant, une famille royale dirige l'ensemble du pays. Le roi d'or gouverne la capitale, et ses quatre fils se sont partagé les provinces : le roi noir au nord, le roi bleu la région de Seiran, le roi blanc s'est retiré dans les montagnes de Hiei et le roi rouge règne sur l'est.
Dans le village de Byakko, sur le territoire du roi rouge, la femme du chef va mettre au monde des jumeaux, un garçon et une fille. Nagui, un prophète, déclare que l'un de ces deux enfants est l'Elu, celui qui sauvera le pays et mettra fin à la tyrannie des rois.
12 ans après, le garçon Tatara, est préparé à la guerre et s'apprête à mener la révolution. Sa petite sœur Sarasa grandit. Jusqu'au jour où le roi rouge arrive dans leur village... Sarasa doit endosser l'identité de son frère, et mener la révolte ! Avec les villageois derrière elle, la jeune femme travaille à endosser parfaitement son rôle d'Elu et de Tatara. Elle commence sa guerre contre le roi rouge, apprend ce qu'elle doit savoir, commence à se constituer un réseau de gens de confiance. Dans le même temps, elle rencontre Shuri, avec qui elle peut redevenir la femme qu'elle est. Elle rencontre également Papillon de Nuit, un nomade.
Basara fait partie de ces mangas que j'ai adorée, dévorée, et que je recommande ! L'histoire se met en place très rapidement, mais avec beaucoup de détails. Les personnages sont tous captivants, qu'ils soit « bons », « mauvais », ou même que l'on ne sache pas exactement où ils se placent dans l'histoire pour le moment. Mes préférés comptent évidemment Sarasa sous son identité de Tatara. C'est une jeune femme qui a été beaucoup sous l'ombre de son frère, qui a dû prendre son identité, grandir d'un seul coup, et voir sa famille et son pays harcelé par les rois. Un autre personnage que j'aime beaucoup Shuri, car il est mystérieux, charmant... Et plus encore !
Donc une histoire qui commence sur les chapeaux de roues, très bien construite, ce qui est très important. Mais, dans un manga, l'important est également le graphisme. Yumi Tamura a un très beau coup de pinceau, les dessins sont absolument magnifiques !
Aussitôt après avoir fini ce premier tome, j'ai enchaînée avec la suite de Basara, mais je vous en dirai plus avec mon billet consacré au deuxième tome ! J'espère que vous aurez l'occasion de découvrir mais surtout d'apprécier cette histoire de Yumi Tamura, un coup de cœur pour moi.



 
- Et n'oublie pas que celui qui ne respecte pas sa propre vie
n'est pas capable de protéger celle des autres.
 
 
 
 
Logo Livraddict

28/06/2013

Les Rivières Pourpres, de Jean-Christophe Grangé

les rivières pourpres,jean-christophe grangé,policier,coup de cœur

Les Rivières Pourpres

 

Jean-Christophe Grangé



Coup de cœur



Pierre Niémans, un commissaire aux méthodes musclées, est envoyé à Guernon, ville universitaire de l'Isère, pour élucider un meurtre atroce : un homme a été découvert nu, mutilé, coincé dans une paroi rocheuse en position fœtale. Qui est l'auteur de cette mise en scène macabre ?
Parallèlement, dans sa commune du Lot, le jeune lieutenant Karim Abdouf a de quoi s'occuper : l'école primaire a été visitée et le tombeau d'un enfant profané.
Au départ bien distinctes et à des lieux l'une de l'autre, les deux enquêtes vont se recouper étrangement pour n'en faire qu'une, à la trame aussi hallucinante que terrifiante.



On ne présente plus Jean-Christophe Grangé, sa réputation n'est plus à faire. Cela fait un moment que je le considère comme l'un des meilleurs écrivains policiers actuels ! Les Rivières Pourpres est son second roman, paru en 1998, et définitivement l'un de mes préférés !
Les Rivières Pourpres est ma première découverte de l'univers de Jean-Christophe Grangé, et un véritable coup de cœur.
Deux flics, deux affaires sans aucun rapport l'une avec l'autre... Et pourtant !
Pierre Niémans, commissaire expérimenté mais incontrôlable et sujet à des crises de violence, est relégué par ses supérieurs à un travail de bureau, une véritable mise au placard pour un homme qui a passé l'intégralité de sa carrière dans le frisson de la rue. Mais un jour, le loup va ressortir de sa tanière. Il doit se rendre à Guernon, en Isère, pour élucider le meurtre de Rémy Caillois, bibliothécaire de la prestigieuse université, adepte de randonné. C'est pendant l'une de ces randonnées qu'il s'est fait surprendre, mutilé et son corps mis en scène.
Dans le même temps, on découvre Karim Abdouf, un jeune inspecteur. Un passé pour le moins chargé, avec sa vie à Nanterre, où il a commencé en tant que délinquant avant d'obtenir brillamment sa licence de droit et de décider de devenir flic, pour évoluer dans le même univers dans lequel il a grandi, mais de l'autre côté de la barrière, protégé par la loi. Mis également au placard, il est muté à Sarzac, dans le Lot. Autant dire loin des rêves qu'il s'était forgé ! Un grain de sable vient un jour se glisser dans la petite ville tranquille du Lot : l'école Jean-Jaurès a été cambriolée, et plusieurs feuilles et autres informations semblent manquer... Et, le même jour, c'est au tour du cimetière, où un caveau a également été forcé. Sur le caveau, le nom de Jude Itero. Karim va se lancer dans une chasse, qui va l'emmener beaucoup plus loin qu'il ne le pensait, notamment dans les parages de Guernon...
Deux policiers, deux enquêtes, qui vont finalement se rejoindre pour faire éclater une seule vérité, qu'ils étaient loin d'imaginer.
Les Rivières Pourpres n'a pas un rythme effréné, mais nous plongent doucement, insidieusement, dans l'enquête. Dès les premières pages, j'ai été captivée, trop tard pour m'en sortir ! Très dur de m'en détacher, je ne pouvais que tourner les pages pour connaître les derniers rebondissements de l'intrigue et de connaître le fin mot de l'histoire. Car Jean-Christophe Grangé sait y faire pour pousser le suspense à son comble, d'attiser la curiosité et d'embarquer le lecteur dans son univers. Une intrigue intéressante, très bien décrite, on y avance petit à petit mais avec toujours des surprises et des découvertes.
L'autre point fort des Rivières Pourpres, outre le style de Jean-Christophe Grangé et son intrigue plus que passionnante, est ses personnages. Niémans est un excellent flic, acharné, expérimenté, mais très instable psychologiquement, qui a toujours ses peurs et ses phobies. Un personnage intéressant dans l'ensemble, que j'ai eu plaisir à suivre. Mais le personnage coup de cœur est Karim Abdouf. C'est un jeune Beur dont le passé l'a aiguisé comme une lame de rasoir. Sa connaissance des activités illicites va le rendre encore meilleur policier car il connait les moindres ficelles. Adepte d'arts martiaux, il est tenace et obstiné, suit son instinct et peut avoir des méthodes peu orthodoxes, tout en restant très humain et sensible. C'est vraiment un de mes personnages préférés !
La relation entre ces deux personnages, violents et complexes, est captivante, on les suit pas à pas dans leurs déductions, on enquête avec eux. Ce tandem de policiers, avec un rapport un peu père/fils, jeune/vieux, est un modèle que l'on peut retrouver dans plusieurs romans de Jean-Christophe Grangé, que ce soit ici, dans Les Rivières Pourpres, ou bien dans L'Empire des Loups ou Miserere.
Les Rivières Pourpres est une valeur sûre dans le domaine des livres policiers, je le conseille vraiment, il fait définitivement partie de mes coups de cœurs !





- Quand un meurtre est commis, il faut considérer chaque élément environnant comme un miroir. Le corps de la victime, les gens qui la connaissaient, le lieu du crime... Tout cela reflète une vérité, un aspect particulier du crime, tu comprends ? (...) Nous sommes dans un palais des glaces, Joisneau, un labyrinthe de reflets ! Alors regarde bien. Regarde tout. Parce que, quelque part le long de ces miroirs, dans un angle mort, il y a l'assassin.
 
 
 
 
Logo Livraddict

24/06/2013

Les Âmes Vagabondes, de Stephenie Meyer

les Âmes vagabondes,stephenie meyer,science-fiction,coup de cœur,vo

Les Âmes Vagabondes

 

Stephenie Meyer


Coup de cœur

 

 
La Terre est envahie.
L'humanité est en danger. Nos corps restent les mêmes, mais nos esprits sont contrôlés.
Mélanie Stryder vient d'être capturée. Elle refuse cependant de laisser place à l'être qui tente de la posséder. Quelque part, caché dans le désert, il y a un homme qu'elle ne peut pas oublier.
L'amour pourra-t-elle la sauver ?

 


Après avoir lu la série Twilight, j'étais curieuse de voir ce nouveau roman de Stephenie Meyer. J'étais à la fois impatiente de le lire mais aussi dans l'expectative : allait-elle se reposer sur ses lauriers et ne refaire qu'une autre version de sa saga à succès ? Car il y a beaucoup d'éléments semblables au vu du résumé : de l'amour contrarié, du fantastique (ici l'invasion des âmes « remplace » les vampires et autres loups-garous)... Donc, je me suis lancée, un peu dubitatif, dans la lecture des Âmes Vagabondes !
les Âmes vagabondes,stephenie meyer,science-fiction,coup de cœur,voLe monde est envahi par des aliens. Pas par des aliens voulant à tout prix annexer une nouvelle planète, à grand renfort de sang et d'armes. Mais malgré tout, ces Âmes n'ont pas seulement colonisés la Terre. Origine est leur planète natale, où ils peuvent vivre en dehors d'un hôte. S'étant fait eux-mêmes envahis, ils ont pris conscience qu'ils pouvaient survivre dans des êtres pensants. La Terre fait partie d'une de leur dernière « acquisition ».
Contrairement à la plupart des hôtes, les êtres humains ont leurs propres résistants. Se rendant compte qu'ils étaient envahis, ils ont réagis, mais trop tard. Il existe peu d'humains libres désormais, et les âmes ont annihilés l'esprit du corps qu'ils occupent. Mélanie Stryder a échappé à la capture pendant des années, mais a fini par être capturée. C'est l'âme Vagabonde qui sera insérée, les Traqueurs (âmes chargées de capturer les derniers humains libres) espérant qu'elle les conduise à ses complices. Mais voilà, il semble que l'âme humaine ne disparaisse pas toujours au profit de la nouvelle âme implantée dans le corps... Mélanie reste bien présente, mais incapable de bouger ou de réagir par elle-même. Elle ne va pas se laisser faire pour autant, déversant ses souvenirs dans leur tête commune, poussant Vagabonde à s'attacher notamment à deux personnes : Jamie Stryder, son petit frère, et Jared Howe, l'homme dont elle est amoureuse.
Se lançant à leur recherche, Vagabonde les retrouves dans une cachette, au fin fond d'un désert. Capturée, elle n'est vue que comme une Âme, une ennemie. Personne ne sait que Mélanie est encore à l'intérieur d'elle, ni est disposée à la croire, à part peut-être Jamie, qui voit bientôt en elle une amie, et Jebediah, l'oncle loufoque de Mélanie, le premier à découvrir son existence. Quand à Jared, la perte de Mélanie l'a rendu encore plus dur et cruel, et se comporte de façon abominable avec Vagabonde presque tout au long du roman.
Donc, après hésité, j'ai commencé Les Âmes Vagabondes. Mais dès les premières pages je me suis retrouvée plonger dans un patchwork d'émotions. Evidemment, comme au vu des phrases d'accroches, l'amour est le point central de ce récit.
Mais il n'est pas le seul ! Stephenie Meyer nous fait redécouvrir toute la gamme des émotions humaines à travers Vagabonde. L'âme n'était pas habitué au corps humains et à ses violentes réactions, plus excessives que toutes celle des corps qu'elle avait précédemment occupée (car elle en est quand même à environ 9 cycles différent). Il y a la peur, la joie, le bonheur, la colère, l'incertitude, la jalousie... Elle côtoie la violence et l'amour, la colère mais aussi l'amitié. Les premières semaines ont été particulièrement difficiles. Vagabonde est une âme apparemment plus résistante que les autres, mais qui est comme la majorité de son espère : douce, révulsée par la violence, plus peace and love que batailleuse ! Contrairement à Mélanie, qui a le sang vif, un caractère explosif. C'est très dur pour elle d'être enfermée dans son propre corps, sans rien pouvoir contrôler. Au fil du temps, ces deux âmes vont devenir très proche, se considérant comme des amies, presque des sœurs. Très généreuse, laissant passer les autres avant elle-même, Vagabonde s'est laissé « contaminer » par les émotions humaines qu'elle ressent. Elle aime Jamie et Jared d'abord grâce aux souvenirs de Mélanie, avant de s'attacher à eux à sa propre manière. Mais elle va nouer des relations par elle-même sans avoir l'affection préalable de Mélanie. Elle va avoir une relation très proche de Jebediah, son premier protecteur, il l'a fait accepter dans la communauté très réticente, il l'a accepté et soutenue dès le début. Mais Vagabonde va avoir d'autres amis, comme Walter, mais il y a surtout Ian O'Shea. Au début, avec son frère Kyle, il va tenter de la tuer, rejetant totalement sa présence. Mais peu à peu, son regard va changer sur elle, il va se rendre compte que l'invasion ou la perte d'êtresles Âmes vagabondes,stephenie meyer,science-fiction,coup de cœur,vo chers n'est pas de sa faute. Il va tomber amoureux de Vagabonde, ce qui introduit tensions et rivalités au sein de l'histoire entre Mélanie et Jared. Mélanie refuse totalement Ian et son amour, ce qui empêche Vagabonde de réagir. Jared est son rival pour obtenir Vagabonde, mais Jared a beau refuser l'âme, il refuse que l'on touche au corps de Mélanie... Autant vous le dire tout de suite, je suis team Ian ! C'est un des personnages les plus profonds et captivants, mon chouchou. Au début, il n'a pas le beau rôle, mais c'est celui qui évolue le plus. Son amour pour Vagabonde est touchant et profond, il est toujours là pour elle, sans jamais s'imposer tout en asticotant quand même Mélanie de temps en temps !
Autant Jared m'a à la fois intéressée et profondément énervée. Certes, je serais aussi furieuse si je voyais revenir ma copine avec une âme à l'intérieur, mais la façon dont il se compte avec Vagabonde jusqu'à la fin m'a franchement mis en boule. Heureusement qu'il y a des moments où il s’amende ou que Gaby (le surnom de Vagabonde en français) ne se laisse pas faire. J'ai apprécié particulièrement le moment dans l'infirmerie où elle lui dit qu'elle est la femme dans son espèce ! Il aide peut-être ou protège Gaby, mais surtout pour ne pas blesser le corps de Mélanie, il refuse de croire Vagabonde, doute de la présence de Mel... Bref, parfois charmant, souvent antipathique ou presque, un personnage très ambivalent, que j'aurais bien envie de gifler une fois ou deux.
Stephenie Meyer décrit parfaitement ses personnages et leurs émotions. Pas besoin d'être un grand sensible pour apprécier l'histoire d'amour, le triangle amoureux, mais aussi la quête de Vagabonde. La Terre n'est pas comme les autres mondes qu'elle a connus, et c'est une bataille de tous les instants. Pour comprendre le monde qui l'entoure, les émotions qui l'envahissent, la manière d'y réagir... Ce n'est pas comme dans Twilight, où je trouvais souvent l'histoire (et pas seulement l'histoire d'amour) niaise et gnan-gnan. Non, Stephenie Meyer a écrit dans Les Âmes Vagabondes quelque chose de bien meilleur, de beaucoup mieux travailler et écrit, plus adulte et beaucoup plus intéressant ! Les émotions sont au cœur du roman, le point essentiel, et elles sont toutes parfaitement décrites, sensibles, j'ai été profondément touchée du début à la fin.
Partie pour être une déception, ce roman de Stephenie Meyer s'avère, comme vous l'avez sans doute remarqué, un véritable coup de cœur ! A ceux qui ont lu Twilight : n'hésitez pas à lire Les Âmes Vagabondes, sans conteste bien meilleur pour moi. Mieux écrit, mieux travaillé, beaucoup plus émouvant et intense, c'est vraiment un roman excellent, que je relis et relis encore, en étant toujours emportée par un flot d'émotions !

 

 

les Âmes vagabondes,stephenie meyer,science-fiction,coup de cœur,voPourquoi l'amour humain me paraissait tellement plus précieux que celui de mes congénères ? Parce qu'il était exclusif, capricieux ? Les âmes offraient leur amour sans restriction. Avais-je besoin de relever un plus grand défi ? Cet amour humain était truffé de pièges ; il était sans règles, sans loi ; il pouvait être offert sans rien exiger en retour, comme avec Jamie, ou alors obtenu, avec le temps, après de longs efforts, comme avec Ian, ou être immédiat, déchirant et animal, comme avec Jared.
L'amour des Hommes était peut-être tout simplement plus fort... Était-ce là le secret ? Ces humains pouvaient haïr avec une telle ardeur... A l'autre bout du spectre, pouvaient-ils aimer avec une ardeur égale ?
Pourquoi avais-je tant besoin de cet amour ? Tout ce que je savais, à présent, c'est que l'amour que je recevais valait mille fois les risques et les souffrances qu'il m'avait coûtés. L'amour était encore plus exaltant que je ne l'imaginais.
Il était Tout.
 
 

 

Logo Livraddict

03/06/2013

Nord et Sud, d'Elizabeth Gaskell

nord et sud,elizabeth gaskell,classique,coup de cœur

Nord et Sud

 

Elizabeth Gaskell

Coup de cœur


C'est le choc de deux Angleterre que le roman nous invite à découvrir : le Sud, paisible, rural et conservateur, et le Nord, industriel, énergique et âpre.
Entre les deux, la figure de l'héroïne, la jeune et belle Margaret Hale. Après un long séjour à Londres chez sa tante, elle regagne le presbytère familial dans un village du sud de l'Angleterre. Peu après son retour, son père renonce à l’Église et déracine sa famille pour s'installer dans une ville du Nord.
Margaret va devoir s'adapter à une nouvelle vie en découvrant le monde industriel avec ses grèves, sa brutalité et sa cruauté. Sa conscience sociale s'éveille à travers les liens qu'elle tisse avec certains ouvriers des filatures locales, et les rapports difficiles qui l'opposent à leur patron, John Thornton.



nord et sud,elizabeth gaskell,classique,coup de cœurJe découvre Elizabeth Gaskell avec un de ses romans les plus connus : Nord et Sud. Je n'ai pas été déçue du voyage !
Richard Hale est un pasteur, dans la paroisse d'Helstone. Pour des raisons morales et des doutes, il décide de quitter l'église et sa fonction. Cette décision va avoir des répercussions sur sa famille, notamment le fait d'aller vivre à Milton, une ville industrielle, mais aussi d'entraîner une perte de statut social, l'incompréhension de sa femme et, pour Margaret Hale, de devoir prendre plus en charge sa famille et surtout de s'habituer à une société et à un mode de vie très différent.
Margaret est le pilier de sa famille, qui a une part active dans les décisions et dans les confidences. Sérieuse, intelligente, elle murit davantage à Milton, une ville qui lui fait entrevoir des pensées et des vies différentes de tout ce qu'elle pouvait voir dans le Sud. D'une beauté qui ne répond pas aux canons de son temps, elle semble froide et méprisante pour ceux qui n'arrivent pas à passer outre sa réserve. Elle est fière, n'hésite pas à dire franchement son avis, et d'une très grande honnêteté, mais elle arrive à voir malgré tout au-dessus de ses préjugés. Une femme forte et intéressante, je l'ai apprécié dès le début !
L'autre personnage principal est, bien sûr, Mr John Thornton. C'est le patron des filatures de Malborough Mills, un homme comparé par certains à un bouledogue : il ne lâche jamais rien, ne se laisse pas détourner facilement. Après la ruine de son père, il a dû s'occuper de sa famille, ce qui m'a obligé à devenir le plus fort pour gagner, à être dur, tenace. Malgré la situation tendue entre ouvriers et patrons, il est respecté malgré tout, car il est honnête.
Les débuts de Margaret à Milton sont durs. Elle doit s'habituer à la vie différente d'Helstone, mais aussi à la misère et aux épreuves des ouvriers. Elle rencontre Thornton alors qu'il est l'élève de son père, devenu précepteur. Ils vont avoir des relations conflictuelles, elle le voit comme un homme dur et froid, tandis que lui, va la voir orgueilleuse et réservé. Mais Thornton, peu à peu, va apprécier et aimer Margaret davantage au fil de leur rencontre.
Nord et Sud, c'est le choc entre deux visions de l'Angleterre, entre le Sud rural et paisible, et le Nord, industriel et ardent. Margaret prend conscience d'une nouvelle forme de vie, elle s'implique dans le monde de l'industrie, en vivant avec les grèves, avec les amis qu'elle se fait parmi les ouvriers, avec les rapports qu'ils ont avec leurs patrons, et notamment John Thornton.
Comment j'en suis arrivé à lire ce roman d'Elizabeth Gaskell ? Un mélange de de choses. L'envienord et sud,elizabeth gaskell,classique,coup de cœur de lire davantage de classiques, mais aussi le fait que j'entende beaucoup de personnes le comparer à Orgueil et Préjugés, et enfin que la BBC l'ait adapté en mini-série (comment ça, y a Richard Armitage ? Non, non, ça ne joue absolument pas !). Je me suis plongée dans Nord et Sud avec une grande curiosité, pour en ressortir transportée ! Ce n'est pas un copier-coller d'Orgueil et Préjugés, ce qui pourrait s'en rapprocher est l'histoire d'amour tumultueuse et des personnages souvent séparés par les préjugés. Elizabeth Gaskell campe, à la différence de Jane Austen, son intrigue dans un contexte différent, dans le milieu de la classe ouvrière, décrit un monde plus large sans se cantonner seulement à un petit groupe ou à une famille.
Nord et Sud n'est pas qu'une histoire d'amour contrarié. A travers ce roman, on assiste à la bataille entre ouvriers et patrons, les revendications des travailleurs, tout un panel d'émotions au milieu de cette époque de l'Angleterre et de ce milieu que je ne connaissais pas très bien. Une histoire très bien amenée, avec des thèmes intéressants (le syndicalisme, la place des femmes, l'éducation), tout cela soutenus par des personnages avec une psychologie et une présence époustouflante ! Tous les personnages sont intéressants, bien développés, mais j'avoue être intéressée davantage par Margaret Hale et John Thornton, et pas seulement pour leur histoire d'amour. Ces deux personnages sont très différents l'un de l'autre. Mr Thornton oscille entre l'amour et la colère, il décrit ses sentiments de façon très touchante, ce qui permet de mieux comprendre ce qu'il ressent, comment il en est arrivé là... Je me demandais si j'allais vraiment apprécier ce personnage, mais j'ai été finalement conquise, il est loin de l'image de petit patron injuste que j'imaginais ! Bref, il vient de rejoindre mon Top 10 d'hommes parfaits ! Quant à Margaret, j'ai pris plaisir à la voir évoluer dans ce nouveau monde, à tisser des liens avec notamment Nicholas Higgins et sa fille, mais aussi d'apprendre à connaitre Thornton, de s'impliquer dans les points de vue des grévistes, de connaître ce fossé entre ouvriers et patrons. On sait assez rapidement ce que Mr Thornton éprouve pour Margaret, tandis que de son côté les sentiments naissent peu à peu, lentement, et avant qu'elle ne s'en rende compte, elle découvre que l'avis de John Thornton compte pour elle.
Très profond, très bien écrit, intense, Nord et Sud est un immense coup de cœur, un véritable bijou ! Je pense que ça se voit que j'ai adorée ce roman, je ne peux que vous le conseiller vivement, c'est une excellent découverte ! Je pense maintenant m'intéresser de plus près aux autres œuvres d'Elizabeth Gaskell, une écrivaine que je vais commencer à suivre de très près avec grand plaisir.

 

nord et sud,elizabeth gaskell,classique,coup de cœur



- Encore un mot. Vous paraissez vous croire souillée par l'amour que je vous porte. Vous ne pouvez y échapper. D'ailleurs, même si je le voulais, je ne pourrais vous en laver. Mais je ne le voudrais pas, même si je le pouvais. Jamais encore je n'ai aimé une femme : ma vie a été trop remplie, mes pensées trop absorbées ailleurs. Maintenant j'aime et je veux continuer à aimer. Mais ne craignez pas que j'exprime trop cet amour.



Comment se faisait-il que cet homme hantât
son imagination avec une telle persistance ?
Qu'est-ce que cela pouvait vouloir dire ? 
Pourquoi, en dépit de toute sa fierté, en dépit d'elle-même,
se souciait-elle de son opinion ?



Ce sont les premiers changements parmi les objets familiers
qui font paraître le temps si mystérieux aux yeux de la jeunesse ;
plus tard, nous perdons le sens du mystère.
 
 
 
 
Logo Livraddict
 
 
 
Découvrez en plus l'excellente vidéo du Livroscope sur l'émission BrodyScope !