Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

29/05/2013

Shutter Island, de Dennis Lehane

shutter island,dennis lehane,policier

Shutter Island

 

Dennis Lehane

Coup de cœur


Nous sommes dans les années cinquante.
Au large de Boston, sur un îlot nommé Shutter Island, se dresse un groupe de bâtiments à l'allure sinistre. C'est un hôpital psychiatrique pour assassins.
Le Marshal Teddy Daniels et son coéquipier Chuck Aule ont été appelés par les autorités de cette prison-hôpital car l'une des patientes, Rachel Solando, manque à l'appel. Comment a-t-elle pu sortir d'une cellule fermée à clé de l'extérieur ?
Le seul indice retrouvé dans la pièce est une feuille de papier sur laquelle on peut lire une suite de chiffres et de lettres sans signification apparente. Œuvre incohérente d'une malade ou cryptogramme ?



shutter island,dennis lehane,policier,coup de cœurMa première plongée dans l'univers de Dennis Lehane.
Le marshal Teddy Daniels est envoyé sur l'île de Shutter Island pour mener l'enquête sur la disparition d'une patiente de l'hôpital psychiatrique Ashcliffe, où sont enfermés des patients des plus dangereux, presque tous coupables de meurtres ou d'actes violents.
Aidé par son tout nouveau coéquipier Chuck Aule, Teddy va tenter de comprendre comment Rachel Solando, une patiente qui a assassiné ses trois enfants, a pu sortir de sa cellule, ne pas se faire voir des gardes mais surtout rester introuvable.
Les premiers événements sont un mot pour le moins énigmatique laissé par Rachel, l'attitude étrange du personnel de l'île, qui semblent tous avoir goût à la réservation et au secret. Les médecins iraient-ils plus loin que prévu, en faisant des expérimentations interdites ? A quoi sert le phare surplombant l'île ? Avec la tempête qui approche, l'asile est encore moins abordable et accueillante, un endroit où je donnerais tout pour éviter d'y aller !
Shutter Island n'est pas un banal roman policier. Cela tient d'abord au décor : un asile semblable à une forteresse, planté sur une île sombre battue par les flots, entourée par une tempête... Un décor pour le moins étouffant, en huit-clos, et où on a l'impression de recevoir à tout moment un embrun salé.
Mais la plume de Dennis Lehane fait vraiment toute la différence, notamment en écrivant une enquête où on bascule en même temps que Teddy Daniels. Rapidement, la réalité, les fantasmes et le cauchemar se mélangent et deviennent indissociables. La réalité s'efface, se contredit, la folie menace et les pièces du puzzle sont de plus en plus éparpillés, jusqu'au coup de tonnerre final ! Un final en apothéose tant la fin m'a secouée. J'avais quelques idées, des théories un peu nébuleuses, mais Dennis Lehane m'a vraiment secouée, et m'a fait rester la bouche ouverte et le cerveau sans réaction !
Du début à la fin, Shutter Island est une claque magistrale, un récit absolument bouleversant, très bien écrit ! Dennis Lehane est un magicien, il m'a entraîné dans une histoire sans espoir de retour, avec des personnages qui hantent encore l'atmosphère, même lorsque la dernière page est tournée. J'ai frissonnée de bout en bout, Shutter Island est un véritable coup de cœur !


SPOILER : que ce soit dans le livre ou dans le film, la fin a suscité beaucoup de réactions. Mon ressenti personnel, à la fin du livre, est que Teddy a rebasculé, qu'il ne sait plus du tout où il en est. Rien, nada, fini, aucune simulation dans son état. Tandis que dans le film de Martin Scorsese, je pense que Teddy était parfaitement clair d'esprit, mais qu'il a choisi de stimuler pour avoir la lobotomie, incapable qu'il était de vivre avec le poids de son passé, et préférant l'oublier. Et vous, votre avis ?

 
 
 
Logo Livraddict

09/04/2013

Waylander, Tome 1, de David Gemmell

waylander,david gemmell,tome 1,fantasy,coup de cœur

Waylander, Tome 1
Waylander

 

David Gemmell

Coup de cœur

 
Le Roi de Drenaï a été assassiné.
Une armée d'envahisseurs déferle sur le pays, avec pour mot d'ordre de tuer hommes, femmes et enfants. Mais tout espoir n'est pas perdu. Il repose sur les épaules de celui que la nation surnomme Waylander.
Seul, il va s'aventurer en territoire nadir pour retrouver la célèbre Armure de Bronze, symbole de liberté. Mais peut-on faire confiance à ce Waylander ?
Après tout, c'est lui qui a assassiné le roi.



De retour dans le cycle de Drenaï, dans une action antérieure à Légende. Premier tome de la trilogie consacré à un personnage célèbre de David Gemmell : Waylander. Pour moi, une de ses séries les plus captivantes et les mieux écrites, avec Rigante !
Ancien fermier connu sous le nom de Dakeyras, il est aujourd'hui plus connu sous l'identité de Waylander l'Assassin, le Voleur d'Âmes, le tueur le plus remarquable, le plus recherché et le plu haï. C'est lui qui a tué le Roi dans ses propres jardins, ce qui a déclenché l'avalanche conduisant le pays à la guerre.waylander,david gemmell,tome 1,fantasy,coup de cœur
Un beau jour, alors qu'il était à la recherche de son cheval volé, Waylander va libérer en prime de tortures un prêtre de la Source : Dardalion. Envers et contre tout, Dardalion va accompagner l'Assassin, avec ensuite l'arrivée d'une jeune femme, Danyal, et de ses enfants.
Des rencontres qui vont bouleverser la vie de Waylander, mais pas autant que la suivante... Pour se racheter, le guerrier accepte de partie à la recherche de la mythique Armure de Bronze, une armure qui pourrait faire toute la différence dans le conflit sanglant. Une quête désespérée, presque impossible, mais qui pourrait bien signifier la victoire du peuple Drenaï...
David Gemmell a toujours cet incroyable talent de nous entraîner dans un univers bien à lui. Encore plus dur, si possible, que Légende. Un monde sombre, rempli de guerres et de sang, la religion maltraité, avec au centre la présence sombre de Waylander. Un anti-héros, un assassin, un homme désabusé et cynique, mais qui va progressivement et presque malgré lui retrouver l'individu qu'il était avant de devenir Waylander le Tueur.
Waylander est un récit épique, très sanglant, une véritable épopée rempli de personnages torturés et intéressants. Les envahisseurs Vagrians semblent envahir tout le pays, où juste un petit bastion résiste encore et toujours à l'envahisseur. Des guerriers courageux qui recevront une aide à laquelle ils ne s'attendaient pas. Waylander est un personnage solitaire, aux airs de brute, et dans les immenses talents guerriers cache une immense souffrance. C'est un des personnages que je préfère parmi toute la panoplie de protagonistes intéressants et bien décrits qui peuplent Waylander.
Pas de « nouveautés » dans le premier tome de cette trilogie, mais comme d'habitude David Gemmell réussit à faire avec un sujet simple et connu un livre qui fait vibrer, remplis de combats épiques, de sang, de courage, d'héroïsme, où chacun des personnages évoluent et changent tout au long de l'intrigue. Toujours aussi efficace, David Gemmell réussit à faire de Waylander l'un de mes romans de Fantasy préféré !
Je dois dire que Waylander y joue beaucoup : sombre, charismatique, torturé, c'est vraiment le point fort du récit !




Il fut un temps où j'aimais la vie et où le soleil n'était que joie. Mais parfois, la joie est de courte durée, prêtre.
Et quand elle meurt, l'homme va chercher au fond de lui et se demande : Pourquoi ? Pourquoi la haine est-elle plus forte que l'amour ? Pourquoi les gens méchants récoltent-ils toujours les meilleures récompenses ? Pourquoi la force et la rapidité valent-elles plus que la morale et la bonté ?
Et là, l'homme prend conscience... qu'il n'y a pas de réponse. Aucune. Et pour garder sa raison, l'homme doit changer sa façon de percevoir les choses. Il fut un temps où j'étais un agneau qui jouait dans une prairie. Et puis les loups sont venus. Aujourd'hui, je suis un aigle, et je vole dans un univers différent.



Waylander l'Assassin, un prince parmi les assassins.
Si un jour on le capturait, ce serait seulement dû à la chance, car il n'avait pas de maison – seulement une liste de contacts qui prenaient des contrats pour lui dans une douzaine de villes. Il leur apparaissait au moment où les ténèbres étaient les plus épaisses, leur demandait le contrat et son règlement puis disparaissait avant que le soleil se lève.
Toujours pourchassé, toujours haï, l'Assassin ne se déplaçait que parmi les ombres. Un fantôme dans l'obscurité.





Waylander, Tome 1 : Waylander
Waylander, Tome 2 : Dans le royaume du loup
Waylander, Tome 3 : Le Héros dans l'Ombre
 
 
 
 
Logo Livraddict

31/03/2013

L'enfant qui ne pleurait pas, de Torey Hayden

l'enfant qui ne pleurait pas,torey hayden,documentaire,psychologie,témoignage

L'enfant qui ne pleurait pas

 

Torey Hayden


Coup de cœur


Sheila, six ans, a enlevé un bébé, l'a ligoté à un arbre et a mis le feu. Il est dans un état critique et la coupable a été arrêtée.
C'est elle que Torey voit apparaître dans sa classe d'enfants inadaptés. La police ne peut plus rien et l'hôpital psychiatrique l'a rejetée.
Alors commence une lente approche entre la jeune pédagogue et l'enfant sauvage qui dit toujours non et ne pleure jamais. Des gestes, des mots, des jeux... et Sheila se révèle sensible, intelligente.
Chaque soir, hélas ! elle retrouve son taudis, son père irresponsable et violent.
Saura-t-elle jamais pleurer... et rire ?


Torey Hayden est pédopsychologue, consultante pour les enfants victimes de sévices, spécialiste dans le mutisme sélectif...
L'enfant qui ne pleurait pas est le premier livre de Torey Hayden, où elle retrace son enseignement dans une classe avec des enfants décrits comme « sauvages », « inadaptés » ou présentant des troubles comme l'autisme. Torey enseigne dans ce que ses collègues appellent la « classe-poubelle », où vont les enfants « pas comme les autres ».
Quelques temps après la rentrée arrive une nouvelle élève. Sheila a 6 ans. Six ans de misère : sa mère n'avait que 14 ans lorsque Sheila est née, et a été forcée de se marier avec le père de Sheila, âgé de 30 ans. Cet homme a été en prison, inculpé de coups et blessures, mais aussi à l'hôpital pour alcoolisme et abus de drogues. La mère de Sheila est partie avec son fils et Sheila, avant d'abandonné sa fille sur la route. La fillette est passée d'un foyer aux maisons des amis de sa famille, avant de retourner vivre avec son père...
Et à 6 ans, Sheila a emmené un petit garçon, qu'elle a tenté de brûler. Après cet incident, la décision a été prise de la confier à Torey Hayden, en attendant qu'une clinique psychiatrique ait une place pour elle.
Pendant les cinq mois où Sheila sera dans sa classe, Torey va profondément s'attacher à la petite fille, pour sa tendresse, son intelligence et son courage. Mais pour l'apprivoiser, ce sera un combat de tous les instants ! Sheila est farouche, solitaire, et après ses traumatismes, incapable de se fier spontanément à un être humain.
L'enfant qui ne pleurait pas est un livre profondément bouleversant, très bien écrit et incroyablement vivant ! Grâce au récit de Torey Hayden, j'ai véritablement vécue à leurs côtés, en m'attachant à cette institutrice hors-normes, et à ces enfants non moins spéciaux, de qui elle s'occupe avec dévouement et acharnement ! Malgré les coups durs de ce métier, des enfants parfois difficiles et durs, des parents parfois encore plus durs, et une société qui est le contraire de l'amour et de la compréhension, Torey Hayden s'efforce vraiment de changer les choses qui l'entourent, ce qui donne une force incroyable à son roman !
Torey Hayden sait faire passer son combat de tous les instants, son idéalisme, sa volonté de changé le monde qui l'entoure, mais surtout sa volonté de lutter pour les enfants présents dans sa classe. Pas seulement un témoignage, ou un livre de psychologie, L'enfant qui ne pleurait pas est un véritable hommage à la tolérance, à la compréhension, une fenêtre ouverte sur la vie de ces enfants si attachants !
 
 
 
Logo Livraddict

29/03/2013

Le Chien des Baskerville, d'Arthur Conan Doyle

le chien des baskerville,sherlock holmes,arthur conan doyle,policier

Le Chien des Baskerville

 

Arthur Conan Doyle

Coup de cœur

Des cris lugubres résonnent sur la lande...
Et voici que la légende prend corps. Un chien énorme, créature fantomatique et infernale, serait à l'origine de la mort de sir Charles Baskerville. Maudit soit Hugo, l'ancêtre impie et athée, qui provoqua, en son temps, les forces du mal !
Mais Sherlock Holmes ne peut croire à de telles sornettes. Aussi, lorsqu'il dépêche le fidèle Watson auprès de sir Henry, l'héritier nouvellement débarqué d'Amérique, il ne doute pas de mettre rapidement fin à ces spéculations. Pourtant, la mort a frappé plusieurs fois sur la lande. Et le manoir est le théâtre de phénomènes bien étranges...
Se peut-il que la malédiction des Baskerville pèse encore ?



Une nouvelle aventure de Sherlock Holmes et du docteur Watson dans Le Chien des Baskerville. Cette aventure était le premier roman que je lis de Conan Doyle, et je n'ai pas été le moins du monde déçue !
Sur les landes pèsent un mystère incroyable. La famille des Baskerville y est attachée depuis longtemps, mais c'est un de leur ancêtre, Hugo, qui est à sa manière l'origine de cette histoire. On le dit violent, impie, et qu'il amena les forces du mal sur le domaine, en la présence d'un grand chien, une créature infernale. Chacun des membres des Baskerville verrait ce démon à l'heure de sa mort...le chien des baskerville,sherlock holmes,arthur conan doyle,policier
Sir Henry Baskerville, revenu d'Amérique et dernier héritier de la famille, vient demander son aide au célèbre détective. Sherlock Holmes envoie alors Watson pour veiller sur le jeune homme et tenter de découvrir ce qui se cache derrière la légende du Chien des Baskerville...
Je me suis plongée dans cette enquête, et je n'en suis ressortie qu'à la fin. Ambiance sombre, gothique, presque lugubre, dans le décor des landes sauvages. Le paysage est tellement bien décrit que j'ai eu l'impression de ma balader sur la lande pour chercher le chien, j'ai découvert en même temps qu'eux les derniers rebondissements et indices, et j'ai frémi en entendant parler des légendes de la famille !
Le Chien des Baskerville est une excellente histoire, évidemment très bien construite. Conan Doyle sait y faire pour captiver et intéresser son lecteur, des descriptions bien amenées, pas de lenteur, des révélations à chaque page ! Et évidemment, je retrouve avec un immense plaisir tous les personnages qui évoluent dans la série Sherlock Holmes. Des protagonistes secondaires tous plus intéressants les uns que les autres, et chacun est essentiel et important, comme Lestrade, Henry Baskerville, le docteur Mortimer...
Et, bien sûr, Holmes et Watson ! Beaucoup regrettent la grande absence de Sherlock Holmes au cours de ce récit (évidemment, il nous manque !), mais c'est l'occasion d'introduire un mystère de plus dans le roman, et, surtout, de permettre à Watson d'occuper pour une fois le devant de la scène. Je pense que Watson a été trop vu comme le faire-valoir de Sherlock, et montré comme un « petit gros », toujours à suivre Sherlock Holmes sans jamais l'égaler. Certes, Holmes a une très grande intelligence et expérience, mais Watson est un personnage tout aussi intéressant, intelligent, et peut-être aussi plus abordable et « sympathique » que Holmes, j'ai donc eu le grand plaisir de découvrir mieux Watson avec Le Chien des Baskerville !
Bouleversant, lugubre, une enquête policière avec un petit côté fantastique, Le Chien des Baskerville est décidément l'une de mes œuvre préféré d'Arthur Conan Doyle !
 
 
 
 
Une étude en rouge, 1887 (roman)
Le Signe des quatre, 1890 (roman)
Les Aventures de Sherlock Holmes, 1892 (recueil de nouvelles)
Les Mémoires de Sherlock Holmes, 1894 (recueil de nouvelles)
Le Chien des Baskerville, 1902 (roman)
Le Retour de Sherlock Holmes, 1905 (recueil de nouvelles)
La Vallée de la peur, 1917 (roman)
Son dernier coup d'archet, 1917 (recueil de nouvelles)
Les Archives de Sherlock Holmes, 1927 (recueil de nouvelles)
 
 
 
 
Logo Livraddict

27/03/2013

Coup de cœur

coup de cœur

Une nouvelle catégorie a fait son apparition sur mon blog : la rubrique coup de cœur. Les livres apparaitront dans cette catégorie, et sera également signalée par les mots « Coup de cœur », à la fois au début de l'article et dans les tags.
Pourquoi ? J'avais pensé au début donné une note au différents livres chroniqués. Mais je n'ai jamais trop appréciée cette pratique, déjà parce qu'il m'est très difficile de noter des livres, mais aussi parce que cela me fait trop penser au système scolaire.
Donc, je préfère la méthode coup de cœur. Je ne la mettrais qu'à un livre que j'aime « plus » que d'autres, qui se distinguent. Et lorsque je la mettrais sur une série, je la mettrai en général seulement sur le premier tome, malgré le fait que tous les autres tomes suivants soient bien souvent des coups de cœur également ! Mais je me limite à un livre par saga, pour ne pas trop envahir cette catégorie !

Publié dans Coup de cœur | Tags : coup de cœur | Commentaires (1) |  Facebook | |