Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

12/06/2013

La Cour des Miracles, Tome 2, de Jean-Luc Bizien

la cour des miracles,jean-luc bizien,tome 2,historique,policier

Saga La Cour des Miracles, Tome 2
La Main de Gloire

 

Jean-Luc Bizien




Tandis que l'Exposition universelle bat son plein aux pieds de la tour Eiffel flambant neuve, un assassin, défiant les services de la Sûreté, sème la terreur dans Paris.
Après la découverte de la main momifiée d'une jeune femme, puis celle du corps mutilé d'un malfrat, les macchabées s'amoncellent.
Alerté par la police, l'aliéniste Simon Bloomberg reprend du service, aidé de son intrépide gouvernante, Sarah Englewood. La Cour des miracles est transformée en quartier général : il faut agir au plus vite pour démasquer un ennemi aussi redoutable qu'insaisissable.
Mais qui est donc ce criminel surgi de nulle part ? Un tueur professionnel, un dément qui frappe au hasard... Ou bien un monstre, que rien ni personne ne peut arrêter ?



La Main de Gloire poursuit sa plongée dans le Paris des années 1900, à l'ombre de la Tour Eiffel et de l'Exposition Universelle.
Sous cette frénésie de culture, de découverte et d'amusement, un assassin va s'amuser à narguer la police en disséminant des cadavres derrière lui. Toujours sous le choc des événements de La Chambre Mortuaire et de l'annonce de la mort de sa femme, l'aliéniste Simon Bloomberg peine à sortir la tête de l'eau. Heureusement, Sarah Englewood est toujours à ses côtés, prête à l'aider. Mais le véritable aiguillon vient de l'arrivée des policiers, Léonce Desnoyers et Raoul Mesnard (déjà croisés dans La Chambre Mortuaire), venus demander son aide à l'aliéniste, dans l'espoir de comprendre les actes du meurtrier.
Un meurtrier, un tueur professionnel, ou un dément frappant au hasard ? L'enquête est lancée, pour le meilleur et pour le pire.
La Main de Gloire nous permet de nous replonger encore une fois dans cette époque de la vie parisienne, évoluant au gré de cette dixième Exposition Universelle, dont la principale attraction est la Tour Eiffel, mais non la seule. Les personnages et les lecteurs vont déambuler dans les jardins du Trocadéro, au Champs de Mars, avec le village des « sauvages » et des « indigènes », le spectacle de Buffalo Bill, mais aussi avec une mise en avant des progrès techniques, dans n'importe quelle domaine. Jean-Luc Bizien nous décrit avec précision et talent le lieu et cette époque que j'aurais adorée vivre. Avec lui, je peux connaître les années 1900 et d'y avoir véritablement voyagée !
Outre cette épopée dans Paris, Jean-Luc Bizien nous montre des personnages toujours aussi captivants et intéressants, Simon Bloomberg en tête. Dans un premier tome où on le découvrait, dans La Main de Gloire il se dévoile davantage, abandonne sa froideur et son impassibilité apparente. Il doit faire face à ses démons et ses peurs, mais surtout faire face aux coups durs, donnant un éclairage et une humanité inattendue à ce personnage. Simon Bloomberg est décidément très attachant dans ce tome, j'ai hâte de voir ses prochaines évolutions ! Outre l'aliéniste, il y a également Ulysse, ce garçon emprisonné dans un corps de géant, toujours aussi touchant et adorable. Et, bien sûr, Sarah Englewood. Toujours aussi volontaire et sensible, la jeune femme s'est rapproché de son employeur, elle se révèle davantage également. Toujours aussi attachante, elle va très bien avec Bloomberg !
Un nouveau roman passionnant de Jean-Luc Bizien, toujours un vrai plaisir de lecture !
 
 
 
 
La Cour des Miracles, Tome 1 : La Chambre Mortuaire
La Cour des Miracles, Tome 2 : La main de gloire
La Cour des Miracles, Tome 3 : Vienne La nuit, sonne l'heure
 
 
 
 
Logo Livraddict

20/04/2013

La Cour des Miracles, Tome 1, de Jean-Luc Bizien

saga la cour des miracles,jean-luc bizien,tome 1,historique,policier

Saga La Cour des Miracles, Tome 1
La Chambre Mortuaire

 

Jean-Luc Bizien



Paris, fin XIXe.
Le docteur Simon Bloomberg, aliéniste reçoit ses patients dans son hôtel particulier, une étrange demeure en forme de pyramide. Ses thérapies, novatrices pour l'époque, lui attirent les foudres et les jalousies de ses collègues psychiatres.
La jeune Sarah Englewood a fuit l'Angleterre pour suivre son galant en France avant de s'apercevoir que ce dernier ne tenait pas à elle. Munie d'une lettre de recommandation, elle entre alors au service de Bloomberg. L'adaptation a son nouveau travail est assez difficile : la maison est étrange, pleine de passages, de systèmes d'écoute, et le centre de la bâtisse est une sorte de cage de verre où vivent des singes !
Elzbétia, la femme de l'aliéniste a disparu depuis des semaines ce qui rend fou de chagrin son mari. Sarah essaie alors de comprendre pourquoi tout semble si mystérieux dans cette maison...



La Chambre Mortuaire, ou comment remonter le temps jusqu'au Paris du XIXème siècle.
Sarah Englewood est une jeune Anglaise qui a suivi son amour en France, pour s'apercevoir qu'elle n'était qu'une passade aux yeux du jeune homme. Dévastée, elle va rentrer au service du docteur Simon Bloomberg, en tant que gouvernante.
Sarah va vite se rendre compte des particularités de son nouveau travail ! Bloomberg est un aliéniste qui reçoit ses patients dans son hôtel particulier, une étrange demeure empli d'objets insolites, construite en forme de pyramide et avec une cage où des singes sont enfermés. Une demeure où plane la présence d'Elzbétia, la femme de l'aliéniste, et disparue depuis trop longtemps... Ce qui rend son mari encore plus sombre et renfermé, cette tension s'ajoutant au poids de la jalousie et de l'incompréhension de ses collègues vis-à-vis de ses méthodes de travail.
Outre cette nouvelle vie, ses nouvelles responsabilités, un mystère épais s'accumule autour de l'aliéniste, de sa maison et de sa femme, mais Sarah voit également une série de meurtres inexpliqués... Hasard ?
Jean-Luc Bizien décrit parfaitement les us et coutumes de la vie de Paris à cette époque, une époque de changements, et où nous pouvons marcher aux côtés de Sarah et Bloomberg avec l'impression d'y être réellement. Jean-Luc Bizien a parfaitement retranscris cette époque que je rêve de pouvoir visiter ! Les personnages ne sont pas en reste : Sarah est une jeune femme à la fois timide et volontaire. Malgré les dangers de plus en plus présents, elle va s'impliquer pour tenter de découvrir à la fois les secrets de Simon et ce qui se cache derrière cette histoire de meurtres. Bloomberg est sans doute le personnage que je préfère. Un métier intéressant bien que très dur, une apparence sombre et énigmatique cachant des fragilités et un caractère hors-norme !
La Chambre Mortuaire est un excellent moment de lecture, cette virée dans la maison de Barbe-Bleue est décidément une aventure que je vais continuer. J'ai découvert Jean-Luc Bizien avec ses romans SF pour la jeunesse, Les Empereurs-Mages puis avec Mastication et L'Evangile des Ténèbres. Autant dire que je rajoute La Cour des Miracles dans les livres à lire et (re)lire !




La Cour des Miracles, Tome 1 : La Chambre Mortuaire
La Cour des Miracles, Tome 2 : La main de gloire
La Cour des Miracles, Tome 3 : Vienne La nuit, sonne l'heure
 
 
 
 
Logo Livraddict

02/12/2012

Un Monde sans Fin, de Ken Follett

 un monde sans fin,ken follett,classique,historique

Un Monde sans Fin

Ken Follett

 
1327. Quatre enfants sont les témoins d'une poursuite meurtrière dans les bois : un chevalier tue deux soldats au service de la reine, avant d'enfouir dans le sol une lettre mystérieuse, dont le secret pourrait bien mettre en danger la couronne d'Angleterre. Ce jour scellera à jamais leurs destinées...
Gwenda, voleuse espiègle, poursuivra un amour impossible ; Caris, libre et passionnée, qui rêve d'être médecin, devra défier l'autorité de l'Église, et renoncer à celui qu'elle aime ; Merthin deviendra un constructeur de génie mais, ne pouvant épouser celle qu'il a toujours désirée, rejoindra l'Italie pour accomplir son destin d'architecte ; Ralph son jeune frère dévoré par l'ambition deviendra un noble corrompu, prêt à tout pour satisfaire sa soif de pouvoir et de vengeance.
Prospérités éphémères, famines, guerres cruelles, ravages féroces de la peste noire...


Avec un Monde sans Fin, Ken Follett écrit une nouvelle épopée moyenâgeuse avec les descendants des Piliers de la Terre.
En 1327, quatre enfants sont témoins d'une poursuite dans les bois, où un chevalier tue deux soldats de la reine, avant de cacher une lettre. Dix ans après, nous retrouvons ces personnages. Il y a Gwenda, voleuse et qui tente tout pour se retrouver avec l'amour de sa vie ; Caris, jeune femme idéaliste, en butte avec l'Eglise ; Merthin, architecte de génie, amoureux de Caris ; le frère de Merthin, Ralph, chevalier dévoré par l'ambition.
Leur histoire va se dérouler dans une période d'une quarantaine d'années, avec les mêmes ingrédients qui ont fait des Piliers de la Terre une œuvre majeure : meurtres, secrets, perfidie, guerres, injustice, le bien contre le mal, l'amour contrarié, une noblesse puissante et souvent obtuse, un clergé composé d'un grand nombre de membres pourris, avec, en arrière-plan, la peste rôdant et révélant tout le mal que peut faire une maladie et les réactions des gens qui y sont confrontés.
Evidemment, Un Monde sans Fin peut faire déjà-vu, une histoire rabattue, mais le talent de Ken Follett fait que je n'ai pas décroché du livre ! Bon, j'avais quand même tenté une fois de le lire – sans succès ! – et cette deuxième tentative a été la bonne ! Certes, il n'innove pas, mais ce roman est très prenant, à tel point qu'on oublie ses défauts ! Car, c'est vrai, Ken Follett emploie la même recette que pour les Piliers de la Terre, on pourrait dire que ce nouveau roman n'apporte rien de plus, déjà avec les personnages qui sont soit « bons », soit « mauvais », sans vraiment de nuances et d'entre-deux. Mais Ken Follett écrit sur une période tellement intéressante, avec des protagonistes qui sont attachants ou non, que je ne me suis pas ennuyée une seule seconde lorsque j'ai enfin réussi à commencer ce livre !
Un Monde sans Fin ravira tous les fans de Ken Follett, tellement cette épopée est captivante !
 
 
Logo Livraddict

10/11/2012

Les piliers de la terre, de Ken Follett

 les piliers de la terre,ken follett,classique,historique

Les Piliers de la Terre

Ken Follett

Coup de cœur

 
Dans l'Angleterre du XIIème siècle ravagée par la guerre et la famine, des êtres luttent chacun à leur manière pour s'assurer le pouvoir, la gloire, la sainteté, l'amour, ou simplement de quoi survivre.
Les batailles sont féroces, les hasards prodigieux, la nature cruelle. Les fresques se peignent à coups d'épée, les destins se taillent à coups de hache et les cathédrales se bâtissent à coups de miracles... et de saintes ruses.
La haine règne, mais l'amour aussi, malmené constamment, blessé parfois, mais vainqueur enfin quand un Dieu, à la vérité souvent trop distrait, consent à se laisser toucher par la foi des hommes.

 

XIIème siècle, en Angleterre.
Roman historique, Les Piliers de la Terre fait partie de ces œuvres très dur à chroniquer, tant il est dense et s'étend sur un grand nombre d'années ! Ken Follett écrit une fresque magistrale, un pavé conséquent (plus de 1000 pages !), dans lequel je ne me suis jamais ennuyé.
Le point central de cette histoire est une cathédrale. Autour d'elle, la vie va se construire, des talents et des personnes vont être reconnus, l'amour et la haine vont y passer. Le moine Philip, devenu prieur de Kingsbridge, met tout en œuvre pour reconstruire la cathédrale détruite. Mais au-delà de la construction qui met du temps, les ennuis s'accumulent sur sa route. Autour de Kingsbridge gravitent tout un cortège haut en couleur. Tom le Bâtisseur, employé par le prieur Philip, avec sa première femme Agnès, ainsi qu'Alfred et Martha, leurs enfants. Mais il y a aussi Ellen, une femme envoûtante, que l'on dit un peu sorcière, et son fils, Jack, étrange mais très brillant, qui vont se joindre aux premiers personnages. Il y a Aliena, fille d'un comte déchu, et son frère Richard, ainsi que des protagonistes pour le moins détestable : l'évêque Waleran, utilisant sa position pour obtenir encore davantage de pouvoirs, et William Hamleigh, une brute épaisse, fourbe, détestant Aliena et ceux qui l'entourent depuis que la jeune fille a refusée de l'épouser.
L'histoire se déroulant sur une cinquantaine d'année, Les Piliers de la Terre a son lot de lutte, de guerre, de mort, de traitrise, mais aussi – heureusement ! – de la victoire du « bien » contre le « mal », la réussite de l'honnêteté contre la soif de pouvoir. Car ces personnages dépendent tous du contexte politique. A la mort du roi Henri 1er, le royaume d'Angleterre devient un pays sans roi. C'est la guerre de succession qui commence, entre Stephen et Maud (fille du roi Henri 1er). Cette guerre des puissants aura des incidences sur tous les habitants du royaume et de Kingsbridge, car tandis que certains essayeront de construire la cathédrale, ou tout simplement de survivre, d'autres ourdiront des complots, pour avoir plus de puissance, et pouvoir ainsi écraser les plus faibles ou les plus démunis qui pourraient malgré tout leur faire de l'ombre !
Au-delà de l'histoire et la vie des différents personnages, Ken Follett réussit à nous dévoiler un grand pan des coutumes de cette société, très souvent rude, parfois presque barbare. Grâce à son talent d'écrivain, la plongée dans cette époque intéressante et une histoire et des personnages plus que captivants, Ken Follett a fait des Piliers de la Terre un roman qui se dévore d'une traitre, les rebondissements permanents et l'envie de savoir si la cathédrale de Kingsbridge sera finalement construite, si les personnages vont triompher des obstacles mis sur leur chemin... Bref, savoir ce qu'il advient de Jack et d'Aliena (mes personnages préférés), d'Ellen et de Tom, et si Waleran et William vont être vaincus.
Je craignais un peu le sujet de la religion. Mais Ken Follet réussit à nous le rendre passionnant. La manière dont fonctionne l’Église à cette époque (mais a-t-elle beaucoup changée) est captivante, tant dans les détails de la vie de tous les jours (élection, prière), mais aussi dans les rouages politiques et la façon dont la religion est utilisée pour arriver à ses fins, ou pour contrecarrer le pouvoir royal, démontrant au final que même si la plupart des religieux sont vraiment des personnes biens, intéressés par leurs proches et dévoués à Dieu, certains n'y voient qu'une opportunité de pouvoir. Ainsi que tout ce qui est fait pour « le bien » de l'église, et qui ne sont en fait qu'une couverture pour couvrir les meurtres et les actes détestables faits par les puissants ! Même si les « gentils » arrivent parfois à gagner, quel en sera le prix ?
Sans juger ou condamner, Ken Follett raconte d'une manière frappante les événements de cette époque sans que cela ressemble à une banale et ennuyeuse leçon d'histoire ! Romance, haine, vengeance, amitié, Ken Follett est décidément un écrivain de talent. Passant de personnages en personnages pour nous faire vivre l'action d'une manière différente, je ne me suis jamais ennuyée, au contraire ! Chacun des protagonistes est unique et particulier : Philip et Jonathan sont des hommes d’Église souvent prévisible, Waleran sans scrupule et davantage tourné vers le pouvoir politique que l’Église, William à qui j'aurais bien fait sa fête tant il est détestable, Jack en jeune tête brûlée est vraiment passionnant, de même que sa mère, Aliena est également intéressante bien que parfois pas toujours très régulière, et, bien sûr, Tom le Bâtisseur, un des « piliers » de cette œuvre magistrale.
Bref, un roman épique dans lequel je ne me suis jamais ennuyée ! Si vous ne le connaissez pas encore, plongez-y, vous ne le regretterez pas !
 
 
Logo Livraddict

07/09/2012

Geisha, de Arthur Golden

geisha,arthur golden,documentaire,historique

Geisha

 

Arthur Golden





A neuf ans, dans le Japon d'avant la Seconde Guerre mondiale, Sayuri est vendue par son père, un modeste pêcheur, à une maison de plaisir de Kyoto.
Dotée d'extraordinaire yeux bleus, la petite fille comprend vite qu'il faut mettre à profit la chance qui est la sienne. Elle se plie avec docilité à l'initiation difficile qui fera d'elle une vraie geisha. Art de la toilette et de la coiffure, rituelle du thé, science du chant, de la danse et de l'amour : Sayuri va se hisser au rang des geishas les plus convoitées de la ville.
Les riches, les puissants se disputeront ses faveurs. Elle triomphera des pièges que lui tend la haine d'une rivale.
Elle rencontrera finalement l'amour...



geisha,arthur golden,documentaire,historiqueGeisha est une autobiographie fictive basée sur des faits réels, et raconte la vie de Sayuri, une des geishas les plus convoitées de sa ville.
L'histoire commence lorsque Sayuri à 9 ans, et habite dans un petit village, en compagnie de ses parents et de sa sœur. Sa mère est mourante, et son père se résout à vendre ses deux filles à une maison de plaisir de Kyoto. Les deux filles se retrouvent séparées. Sayuri commence l'initiation qui fera d'elle une geisha. Seulement, tout ne se passe pas facilement : elle devra déjouer les pièges d'une rivale, apprendre différents arts (toilette, coiffure, chant, danse...). Après des débuts difficiles, où après avoir tentée de s'enfuir et devient servante, elle accède finalement à l'apprentissage. Avec l'aide d'une geisha confirmée, qui joue le rôle de sa « grande sœur », elle accède finalement au plus haut niveau dans le classement des geishas de la ville.
En lisant Geisha, j'ai eu l'impression de pénétrer dans un monde totalement nouveau, déjà à cause du temps : l'action se passe dans les années 20, mais aussi grâce à l'histoire racontée. En effet, ce livre est le premier que je lis sur les geishas. C'est un roman très instructif, où j'ai pu découvrir ce qui compose la réalité d'une femme de ce milieu : maquillage, habit, conditions de travail... Arthur Golden a su écrire un ouvrage où on pouvait démystifier le cliché de la prostituée par celui de la femme qui divertit les hommes par le chant, la poésie, la danse, ou la conversation.
Outre cet aspect historique de la vie des geishas, l'auteur a su décrire des personnages hauts en couleur, à l'image des kimonos : intéressants, captivants, avec leur part d'ombre et de lumière... Mention spéciale pour le personnage du Président, que j'ai trouvée particulièrement intéressant et captivant !
Geisha se déroule dans une atmosphère à la fois feutrée et cruelle : des joies et des peines parsèment la vie de Sayuri. Sa vie de geisha a entraînée à la fois de grands espoirs (elle tombe amoureuse, elle rencontre des gens prêts à l'aider...) et de grandes douleurs (la condition de geisha n'est pas évidente, une rivale puissante...). Ce livre met en avant des traditions peu connues chez nous, la documentation et l'histoire se mélangeant agréablement. L'histoire et l'écriture sont si agréables que je n'ai pas pu lâcher ce livre avant la conclusion finale !
 
 
 
Logo Livraddict