Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

06/03/2014

The Mortal Instruments, Tome 1, de Cassandra Clare

 the mortal instruments,cassandra clare,tome 1,fantastique,jeunesse

The Mortal Instruments, Tome 1
La Cité des Ténèbres


Cassandra Clare




Clary n'en croit pas ses yeux. Elle vient de voir le plus beau garçon de la soirée commettre un meurtre. Et détail terrifiant : le corps de la victime a disparu d'un seul coup !
Mais le pire reste à venir... Sa mère a été kidnappée par d'étranges créatures et l'appartement complètement dévasté.
Sans le savoir, Clary a pénétré dans une guerre invisible entre d'antiques forces démoniaques et la société secrète des chasseurs d'ombres... Une guerre dans laquelle elle a un rôle fatal à jouer.



Après vu le film et entendu énormément parler de cette série, j'étais très curieuse de la commencer.
Clary Fray est une jeune fille ordinaire de 15 ans. Jusqu'au jour où elle sort en boîte de nuit avec Simon, son meilleur ami. Là, elle découvre Jace et ses amis tuer ce qu'ils prétendent être un démon. Eux-mêmes se qualifient de Chasseurs d'Ombres, et la jeune fille est la seule à les voir. Tout ça n'est rien lorsqu'un beau jour sa mère disparait après une bagarre.
Aidé par Jace, Alec et Isabelle, les Chasseurs d'Ombres, Clay va se plonger brusquement dans un monde qu'elle doit connaître le plus vite possible. Elle va découvrir les différentes créatures obscures, c'est-à-dire les loups-garous, les vampires, les fées, les sorciers, les démons...
La Cité des Ténèbres nous plonge directement dans le milieu des Chasseurs d'Ombres et un monde inconnu des humains normaux. Cassandra Clare nous plonge dans l'histoire dès les premières pages avec ce meurtre où la victime disparait sans laisser de trace. On va très vite découvrir les premières créatures surnaturelles, qui ne sont pas tellement originales mais plutôt bien présentés. Il y a des conflits, des dissensions, un homme qui pense que sa vision du monde est la seule à être valable et qu'elle doit être la seule... L'auteure, sans révolutionner les codes du genre, a fait de ce premier tome de The Mortal Instrument un livre très sympathique à lire et dans lequel je n'ai pas vu le temps passer.
C'est un livre qui bouge énormément, on commence directement avec un meurtre, avec la disparition de Jocelyn, la mère de Clary, avec toutes les recherches pour la retrouver, les découvertes de Clary et les différents personnages que l'on croise. Clary est une jeune fille plutôt statique dans ce premier tome, elle est quasiment tout le temps submergé par les événements et prend peu part aux événements. J'espère qu'elle se réveillera un peu plus dans la suite ! C'est un personnage un peu effacée, mais qui m'a l'air quand même très sympathique. A voit dans la suite. Pour ce qui est de Jace, c'est bien évidemment, le beau, le talentueux, le charismatique Chasseur d'Ombres. Ta-daaaam ! Mais sérieusement, il est souvent tête brûlée, adore la bagarre et fonce dans le tas. Il aime ses amis et ferait tout pour les protéger. Toujours sarcastique, il aime bien énerver son entourage. Un personnage que j'aime beaucoup pour le moment. Pour les autres, ils restent des personnages secondaires, mais quand même bien présents. Simon est le parfait second rôle, j'espère qu'il s'étoffera davantage dans la suite. J'ai beaucoup aimé Luke, qui a une histoire très intéressante, ainsi qu'Alec, que j'ai trouvé touchant. J'espère aussi en apprendre davantage sur Valentin dans la suite de la saga, car on le voit finalement assez peu, malheureusement. Un personnage qui a du potentiel ! Dans l'ensemble des personnages plutôt bien décrits, même si la plupart demandent à être davantage approfondis.
Une bonne palette de personnages, avec une intrigue peu compliquée mais intéressante à suivre et bien menée. J'ai beaucoup aimé ce premier tome de The Mortal Instrument dans l'ensemble et j'espère que la suite sera aussi agréable à lire ! Cassandra Clare a réussi à écrire une saga qui ne ressemble ni à Twilight, ni à Hunger Games ou tout autres séries connues. Certes, on peut retrouver des éléments semblables, évidemment, tout en faisant une histoire bien à elle et fraîche. C'est-à-dire qu'elle n'a pas pompé ses idées ailleurs et qu'on sent bien sa patte personnelle.
Ce n'est pas la série la plus innovante, la mieux écrite, mais La Cité des Ténèbres m'a fait passer un excellent moment, c'est un livre qui se lit très vite et qui détend bien. Tout ce dont on a besoin, parfois !




The Mortal Instruments, Tome 1 : La Cité des Ténèbres
The Mortal Instruments, Tome 2 : La Cité des Cendres
The Mortal Instruments, Tome 3 : La Cité de Verre
The Mortal Instruments, Tome 4 : La Cité des Anges Déchus
 
 
 
 
Logo Livraddict

21/02/2014

Balefire, Tome 3, de Cate Tiernan

balefire,cate tiernan,tome 3,fantastique,jeunesse,plume de pierre

Balefire, Tome 3
Plume de Pierre

Cate Tiernan



Clio et Thais sont des sorcières. Si Clio l'a toujours su et a été élevée dans la sorcellerie, Thais, elle, n'a découvert l'étendue de ses pouvoirs que récemment, après la mort de son père.
Alors qu'elle tente de maîtriser ce nouveau don, elle se retrouve au cœur du rite des Treize, dont la puissance pourrait bien changer sa vie et celle de sa sœur à jamais. À la clé de ce rite millénaire ? L'immortalité.
Alors que Thais rejette en bloc cette éventualité et se méfie des sorciers qui composent l'assemblée, Clio s'intéresse de plus en plus à la magie noire. La légende qui raconte que les jumeaux sont divisés entre ombre et lumière se vérifiera-t-elle ? Le lien qui unit les deux sœurs résistera-t-il à cette divergence ? Et, surtout, les pouvoirs balbutiants de Thais sont-ils à la hauteur d'un tel rite ?
Entre secrets, rêves de grandeur et double jeu, les jumelles sont-elles de taille à faire face à une assemblée de sorciers qui cherche à les manipuler ?



J'étais très impatiente de lire ce troisième tome, surtout après les deux premiers que j'avais trouvé très bon !
Pour rafraichir la mémoire, Clio et Thais sont deux jumelles séparées à la naissance. Clio a été élevée dans la tradition des sorcières et de leurs pouvoirs par sa grand-mère, tandis que Thais vivait une existence banale avec son mère. Après la mort de son père, son existence à la Nouvelle-Orléans avec une personne qui lui était totalement inconnue, pour ensuite emménager avec sa sœur et sa grand-mère.
Les deux premiers tomes nous avaient plongés dans l'univers de ces deux jeunes filles. A leur côté, nous allons découvrir la magie, mais aussi ces éléments intrinsèques à la vie de toute personne. Clio et Thais ont énormément évoluées depuis Le Calice du Vent. Clio est passée de la gamine têtue, sûre d'elle à une personne plus adulte et plus mature. De son côté, Thais a davantage confiance en elle, elle fait montre de plus d'assurance en ses capacités. Les deux filles ont beaucoup à apprendre, que ce soit en magie ou sur elles-mêmes. Elles doivent non seulement apprendre à se connaître l'une et l'autre, mais aussi leur propre personnalité. On voit leur approche différente de la vie et de la magie. Clio reste très sûre d'elle et n'hésite pas à foncer pour obtenir ce qu'elle veut, elle est de plus tentée par la possibilité d'accéder à l'immortalité grâce au 13. De son côté, Thais prend enfin conscience de ses capacités de sorcière, elle maîtrise davantage ses pouvoirs. Elle n'hésite plus autant qu'avant et est en mesure de faire vraiment ses choix, contrairement au premier tome où elle était davantage renfermée. Enfin, contrairement à Clio, Thais arrive quand même à essayer d'avancer par rapport à André. Elle a un petit ami, et même si ce n'est pas facile de résister au sentiment suscité par le sorcier immortel, elle évolue et ne reste pas figée contrairement à sa sœur.
J'ai donc été vraiment enchantée de retrouver ce monde créé par Cat Tiernan dans ce troisième tome de Balefire. Plume de pierre est vraiment un excellent tome, beaucoup plus approfondi que les précédents, tant au niveau des personnages que de l'intrigue. J'apprécie donc davantage Clio, j'aime toujours autant Thais, et les personnages secondaires prennent plus d'importance, notamment les 13, que l'on retrouve dans certains chapitres qui leur sont consacrés. J'ai été très contente qu'on avance également sur certains moments, des révélations sont faites et j'ai apprécié la manière de les amener. Ça nous promet de belles tensions et encore plus de rebondissements pour la suite !
Je ne me suis pas ennuyée une seule seconde et j'en redemande ! Balefire fait partie de ces séries qui deviennent vraiment de mieux au mieux au fil des tomes. Sachant que le tome 4, Un collier d'eau, sortira le 5 mars 2014, je compte les jours sur mon calendrier.
Si vous ne connaissez pas encore ces romans de Cate Tiernan, je vous les conseille. C'est une série jeunesse qui plaira à la fois à un jeune public, mais aussi aux personnes adultes.



Balefire, Tome 1 : Le Calice du Vent
Balefire, Tome 2 : Cercle de cendres
Balefire, Tome 3 : Plume de Pierre
Balefire, Tome 4 : Un collier d'eau
 
 
 
Logo Livraddict

13/02/2014

La rusalka, d'Erin Bow

la rusalka,erin bow,fantastique,jeunesse

La rusalka

Erin Bow



Kate est orpheline et par temps de famine, pour survivre, elle échange son ombre contre quelques nourritures. Mais pour que le troc soit équitable et donc valable, le sorcier blanc accorde aussi la parole à son chat Loque. Elle est alors suspectée par les villageois de sorcellerie et se voit contrainte de fuir.
Elle quitte la ville avec un groupe de nomades où elle tente d'être acceptée, grâce à ses dons de sculpture sur bois.
Mais les malheurs se succèdent, la mort rôde dans toute la région et son absence d'ombre risque d'être révélée à tout moment,la désignant une nouvelle fois comme paria. Pourchassée, elle est recueillie par Linay, le sorcier blanc, et découvre peu à peu la terrible vérité...



Kate est une jeune fille qui vivait heureuse avec son père. Comme lui, elle a un immense talent pour la sculpture. Seulement, à la mort de son père, elle se retrouve expulsée par la Guilde, qui possède sa maison. Malgré tout son talent, elle va avoir énormément de mal à s'en sortir : à cause de son talent, de ses yeux de couleurs différents, les villageois vont la traiter de sorcière et la rejeter.
Elle va réussir à survivre grâce à des petits travaux que vont lui donner des gens. Elle réussit tant bien que mal, jusqu'à l'arrivée d'un étranger, qui s'avère être un sorcier. Lorsqu'il lui propose de lui acheter son ombre, Kate va refuser. Mais lorsque les événements étranges vont se multiplier autour d'elle, rendant sa position plus que précaire, elle ne va plus avoir le choix.
Elle va donner son ombre contre l'opportunité de quitter son village, avec Loque, son chat parlant. Heureusement qu'elle va d'abord tomber sur un groupe de bohémiens qui vont la recueillir, avant que Kate ne voit d'étranges morts, des nappes de brouillard mystérieuse et la présence d'une malédiction...
J'ai d'abord été énormément attirée par la couverture de La rusalka, que je trouve vraiment très bien faite et qui attire l'œil. Ensuite, le résumé : une orpheline, en proie au butte de son village, l'incompréhension et la haine, un sorcier trop fort et bien déterminé à obtenir ce qu'il souhaite... Cela paraît très classique, mais j'avoue avoir adoré car Erin Bow à une excellente plume, elle a fait une histoire excellente, très entraînante et qui parvient à sortir des sentiers battus malgré un début un peu classique !
Mais les personnages sont surtout captivants. Kate est une jeune fille volontaire mais fragile, et dont la mort de son père va bouleverser toute son existence. Très courageuse, elle est bien décidée à ne surtout pas se laisser abattre. Elle va survivre à l'hostilité de son village, elle va voyager (que ce soit seule ou en groupe), elle fait tout pour ne pas attirer d'ennuis à ses amis, et malgré l'affaire redoutable à laquelle elle s'est trouvée mêlée, elle va bravement relever le défi pour réparer. Le sorcier est un méchant animé par la vengeance et son désir de faire payer ceux qui l'ont mis à terre. Ce n'est pas le personnage que je vais le plus retenir, bien qu'il apporte quand même un côté intéressant à l'histoire. J'ai beaucoup aimé le temps passé avec les bohémiens et toutes les conséquences que cela impliquait. Mais j'ai surtout aimé, outre Kate, le personnage de Loque. Ce petit chat parlant fait vraiment sensation, c'est un indispensable dans La rusalka. Sans lui, je ne sais pas ce que serait devenu Kate ! Même avant qu'il sache parler, elle pouvait compter sur lui et sur le réconfort qu'il lui apportait.
Une écriture fluide et intéressante, des personnages particulièrement bien décrits, une intrigue bien menée, La rusalka est un récit fantastique jeunesse qui se lit très bien et avec beaucoup de plaisir !

03/02/2014

La Marque des Anges, Tome 1, de Laini Taylor

la marque des anges,laini taylor,tome 1,fantastique,jeunesse

La Marque des Anges, Tome 1
Fille des Chimères

Laini Taylor



L'amour impossible d'un ange et d'une chimère, une guerre millénaire entre deux peuples...
Des ruelles de la Prague d'aujourd'hui à un monde sombre et fabuleux, la quête identitaire d'une héroïne passionnante.
Karou remplit ses carnets de dessins de monstres qui sont peut-être réels. Elle a 17 ans, parle de nombreuses langues - pas toutes humaines - et ses cheveux bleus poussent de cette couleur.
Une question la hante : qui est-elle ?



Je découvre Laini Taylor avec le premier tome de sa série La Marque des Anges.
Karou est une jeune fille pour le moins singulière. Étudiante en arts, elle se fait remarquer notamment par ses cheveux bleus. Mais ce n'est là que la partie immergé de l'iceberg. Elle parle de nombreuses langues, passe son temps à sillonner le monde pour des courses mystérieuses... au profit de Sulfure, un être qui n'est pas humain. Elle se pose sans cesse une question : « Qui suis-je ? ». La jeune fille n'a aucune idée de ses origines, pourquoi la chimère qui l'a élevé la protège ainsi. Jusqu'au jour où elle rencontre Akiva, une rencontre qui va bien évidemment bouleverser encore plus sa vie déjà bien mouvementée.
Fille des Chimères reprend ce schéma classique d'amour interdit à la Roméo et Juliette, agrémenté d'une bonne dose de surnaturel. Mais cela n'empêche que ce premier tome de La Marque des Anges m'a bien plu !
Pour ce qui est des personnages, j'ai eu énormément de mal à accrocher à Akiva, que je trouvais assez creux et sans vraiment de profondeur, plus préoccupé par sa guerre dans le début. Je n'ai vraiment apprécié ce personnage qu'à la fin, lorsqu'on commence vraiment à comprendre ses motivations. Ensuite, Sulfure est le personnage qui m'a le plus captivée, et je regrette vraiment qu'on ne le voit pas davantage. Vraiment énigmatique et surtout intéressant ! Karou est l'autre personnage intéressant. Tous les adolescents traversent une crise existentielle, mais elle a davantage de raison pour se poser des questions. Comment en est-elle arrivée à mener cette vie, que cache Sulfure, et que ressent-elle à propos d'Akiva ?
Fille des Chimères est une excellente découverte, dans le sens où Laini Taylor a réussi à reprendre des éléments déjà connus, mais aussi en inventant son propre monde et sa mythologie. Certes, l'intrigue amoureuse peut être assez basique : deux camps opposés, des personnes que tout séparent, une éducation différente... Mais heureusement que c'est bien décrit et bien amené ! Et surtout, c'est « noyé » dans le reste. L'amour ne va pas tenir la première place, bien au contraire. Il y a une intrigue et une tension constante, le lecteur va toujours se demander ce qui va se passer. J'ai toujours été sur la brèche, curieuse de savoir ce qui se passera ensuite. J'ai malgré tout préféré la première partie, lorsque Karou fait les courses pour Sulfure. Car c'est dans ces moment-là qu'on découvre le plus l'univers. Il y a un dépaysement bienvenu, surtout dans le fait que l'intrigue se passe à Prague. Enfin un pays étranger ! Et surtout, Laini Taylor a fait de très belles descriptions de l'univers de Karou, sur ses virées quotidiennes, sur son école et ses amis, sur les endroits où elle se rend tous les jours. Une ambiance, des spectacles, des restaurants... Une atmosphère différente, ce qui est vraiment un excellent point ! La deuxième partie est davantage centrée sur la romance. Ce n'est pas un mauvais passage, car on saura davantage sur le lien qui unit Karou et Akiva, mais peut-être un peu moins intéressant que le début quand même.
En tout cas, ce premier tome de La Marque des Anges tient toutes ses promesses, et maintenant je suis plus qu'impatiente de lire la suite afin de découvrir ce qui va arriver à nos héros !



La Marque des Anges, Tome 1 : Fille des Chimères
La Marque des Anges, Tome 2 : Revenante
 
 
 
 
Logo Livraddict

20/01/2014

La maîtresse de guerre, de Gabriel Katz

la maîtresse de guerre,gabriel katz,fantasy,jeunesse

La maîtresse de guerre

Gabriel Katz



Kaelyn, fille d'un maître d'armes, rêve de reprendre le flambeau paternel, tandis que les autres filles de son âge rêvent d'un beau mariage. Elle a le talent, l'instinct, la volonté. Elle ne demande qu'à apprendre. Mais cela ne suffit pas : c'est un monde dur, un monde d'hommes, où la place d'une femme est auprès de son mari, de ses enfants, de ses casseroles.
Il va falloir lutter.
Elle s'engage donc dans cette grande armée qui recrute partout des volontaires pour aller se battre au bout du monde. Des milliers de soldats partis « libérer » le lointain sultanat d'Azman, plaque tournante de l'esclavage, terre barbare où règnent les cannibales.
Dans la violence de la guerre, elle veut acquérir seule ce que personne n'a voulu lui enseigner.
Mais le grand sud, plongé dans le chaos de l'invasion, va bouleverser son destin bien au-delà de ses attentes...



Découvert par hasard avec un service de presse provenant du travail, je me suis empressée de me jeter sur cette histoire.
Kaelyn est la fille d'un maitre d'armes. Malheureusement son apprentissage ne sera pas fini et aucun des maîtres à qui elle fait appel n'accepte une fille comme élève. Pour tous, la place d'une femme est auprès de son mari, à pondre des enfants et à faire la cuisine. Pour mener à bien ses projets, elle s'engage dans l'armée pour aller lutter contre les « barbares ». Juste avant d'être capturé par l'ennemi...
Après avoir refermé La maîtresse de guerre, je me suis interrogé sur ce que j'avais ressenti au cours de ma lecture. Je suis d'accord avec certains des avis que j'ai pu lire : ce n'est pas le roman le plus poussé que j'ai pu lire, un peu trop rapide parfois et pas assez approfondi.
Mais malgré tout, j'ai quand même appréciée ma lecture ! J'ai bien aimé Kaelyn, un personnage courageux mais aussi fragile. Le vrai coup de cœur est pour Hadrien : grand guerrier, mais surtout un homme secret, difficile à cerner, avec une aura qui le rend très attirant. Les personnages secondaires sont bien introduits et donnent du sel au récit, principalement la femme d'Hadrien, une peste que j'ai adorée détester (et je dois dire que je suis particulièrement satisfaite concernant un détail spécifique à ce personnage).
Un des points que j'ai apprécié et qui « sauve » un peu les défauts du livre, c'est ces deux personnages, ainsi que d'avoir écrit le livre du point de vue d'une femme. Une fille n'a peut-être pas la force musculaire d'un grand costaud, ça ne va pas l'empêcher d'être plus coriace, plus rusée et plus habile ! Le thème de la guerre est intéressant également, et j'aurais aimé le voir plus approfondi. On vit du sang, des batailles, des tactiques... Mais cela reste vraiment sommaire. Bon, il ne faut pas oublier que La maîtresse de guerre s'adresse à un jeune public, mais ce n'est pas pour ça que les personnages, en particulier les généraux, auraient dû être décrits comme des gros lourdauds incapables de voir ce qui leur pendait au nez.
Si La maitresse de guerre ne s'est pas révélé le coup de cœur que j'espérais, j'ai quand même passée un excellent moment, surtout avec la relation entre Kaelyn et Hadrien, pour ce monde déchiré par la guerre et les conflits, et une écriture vraiment entraînante de Gabriel Katz !
Si vous voulez un roman jeunesse simple à lire, détendant, je vous conseille celui-ci !
 
 
 
Logo Livraddict