Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

23/05/2013

Les écureuils de Central Park sont tristes le lundi, de Katherine Pancol

les écureuils de central park sont tristes le lundi,katherine pancol,tome 3,contemporain

Les écureuils de Central Park sont tristes le lundi

 

Katherine Pancol



Souvent la vie s'amuse.
Elle nous offre un diamant, caché sous un ticket de métro ou le tombé d'un rideau. Embusqué dans un mot, un regard, un sourire un peu nigaud.
Il faut faire attention aux détails. Ils sèment notre vie de petits cailloux et nous guident. Les gens brutaux, les gens pressés, ceux qui portent des gants de boxe ou font gicler le gravier, ignorent les détails. Ils veulent du lourd, de l'imposant, du clinquant, ils ne veulent pas perdre une minute à se baisser pour un sou, une paille, la main d'un homme tremblant.
Mais si on se penche, si on arrête le temps, on découvre des diamants dans une main tendue... Et la vie n'est plus jamais triste. Ni le samedi, ni le dimanche, ni le lundi...



Dernier tome de la trilogie de Katherine Pancol.les écureuils de central park sont tristes le lundi,katherine pancol,tome 3,contemporain
Avec Les écureuils de Central Park sont tristes le lundi, les personnages poursuivent leurs différentes vies, toutes connectées les unes aux autres. Joséphine, bouleversé par la mort de sa sœur, s'éloigne de Philipe, à la fois par culpabilité et pour faire son deuil. Dans le même temps, elle continue à présenter son diplôme universitaire, mais se retrouve en butte avec la jalousie de ses collègues à cause du succès de son livre. Joséphine apprend à vivre davantage pour elle-même que pour les autres, même si j'aurais eu envie de la réveiller, notamment par rapport à Philipe ! Stressée par le succès de son premier roman, elle trouve un jour l'inspiration en découvrant un carnet dans des poubelles. Zoé est toujours la même petite fille adorable, mais qui a grandi, et doit en outre gérer sa relation avec son petit ami. De son côté, Hortense fait toujours des pieds et des mains pour vivre son rêve de styliste. Parfois toujours aussi peste, je l'apprécie mais j'aurais plus envie de lui mettre une bonne baffe ! Tous les personnages secondaires sont toujours aussi intéressants, notamment Philipe et son fils mais aussi Gary et sa vie à Londres !
Katherine Pancol prend plaisir à malmener ses personnages, mais surtout à leur faire traverser la vie, où il a certes des embûches, mais où on peut trouver le bonheur ! De choix en décision, de questionnements en vécus, c'est la vie qui se déploie dans Les écureuils de Central Park sont tristes le lundi. Tout le côté inattendu et magique est parfaitement décrit, mais au-delà des points positifs, il y a quand même quelques petits accros. Ce qui m'a le plus dérangée est, comme pour beaucoup, le côté surréaliste de Junior, le fils de Marcel. Certes, je veux bien qu'il soit surdoué, mais point trop n'en faut ! Dans les deux premiers tomes, il y avait de situations parfois un peu « abracadabrantes » mais qui restaient dans les limites. J'ai trouvé qu'avec Junior, ça dépassait un peu les limites et que ça en enlevait au récit. Mais c'est vraiment le seul point vraiment négatif que je pourrais voir au roman, car même si certains passages sont peut-être un peu longs, ça ne nuit aucunement à la valeur de ce troisième tome !
Les écureuils de Central Park sont tristes le lundi conclut très bien la trilogie, j'ai adorée de bout en bout !
 
 
 
Les yeux jaunes des crocodiles
La valse lente des tortues
Les Ecureuils de Central Park sont tristes le lundi
 
 
 
 
Logo Livraddict

20/05/2013

Complètement cramé !, de Gilles Legardinier

complètement cramé !,gilles legardinier,contemporain,humoristique

Complètement cramé !

 

Gilles Legardinier



Lassé d'un monde dans lequel il ne trouve plus sa place, privé de ceux qu'il aime et qui disparaissent un à un, Andrew Blake décide de quitter la direction de sa petite entreprise pour se faire engager comme majordome en France, le pays où il avait rencontré sa femme.
En débarquant au domaine de Beauvillier, où personne ne sait qui il est réellement, il espère marcher sur les traces de son passé. Pourtant, rencontres et situations hors de contrôle vont en décider autrement... Entre Nathalie, sa patronne veuve aux étranges emplois du temps, Odile, la cuisinière et ses problèmes explosifs, Manon, jeune femme de ménage perdue et Philippe, le régisseur bien frappé qui vit au fond du parc, Andrew ne va plus avoir le choix.
Lui qui cherchait un moyen d'en finir va être obligé de tout recommencer...



Après avoir lu sa comédie Demain j'arrête !, je me suis aussitôt précipitée sur Complètement Cramé !
Andrew Blake est le patron d'une petite entreprise. Réalisant qu'il n'est plus tout jeune, accablé par la mort il y a quelques années de sa femme et par l'éloignement de sa fille, il perd peu à peu son entrain et sa joie de vivre.
Pour tenter de retrouver un peu de peps, il abandonne son entreprise, sa vie et décide de se refaire en France, avec une place de majordome dans le domaine de Beauvillier. Là-bas, il va rencontrer la propriétaire du domaine, Nathalie Beauvillier, et le personnel : Odile la cuisinière au tempérament explosif, Manon une jeune femme attachante, et Philippe le régisseur au abord un peu farouche.
En changer aussi radicalement de vie, Andrew va s'apercevoir que le changement fait beaucoup de bien, et pas seulement à lui ! La souffrance qu'il renferme va peser moins lourd, il va apprendre à gérer davantage le décès de sa femme, mais surtout de se rendre compte qu'il y a des gens qui tiennent encore à lui, et qu'il faut juste reprendre le contact, comme avec sa fille, ou entretenir l'amitié, avec son meilleur ami Richard. Les personnes qu'il va rencontrer vont également évoluer. Odile va apprendre à se laisser aller, à s'ouvrir davantage aux autres. Manon va trouver beaucoup de conseils utiles près d'Andrew et connaître ceux avec qui elle travaille, tout comme Philippe, qui était au départ replié sur lui-même dans sa maisonnette, sans prendre part aux événements de la maison principale. Finalement, Nathalie sera également bouleversée par l'arrivée du nouveau venu. L'arrivée d'Andrew va permettre à tous ces personnages uniques de se rassembler, de vivre ensemble, de se préoccuper des uns des autres, d'être réunis au lieu de vivre chacun de leur côté comme ils en avaient l'habitude.
Complètement Cramé ! est une excellente surprise, j'étais effrayée à l'idée que ce soit un copié-collé de Demain j'arrête ! Mais pas du tout. Certes, ces deux romans sont des comédies, des bouffées d'air frais dans le quotidien, mais Complètement Cramé ! a un humour légèrement moins présent, et davantage de mélancolie. Gilles Legardinier a su refaire une nouvelle comédie qui emporte dans un tourbillon d'émotions, avec des personnages singuliers et profonds.
Efficace, simple, Gilles Legardinier a décidément une plume toujours aussi savoureuse, avec un message à la fois pleins d'espoir et de réalisme. Complètement Cramé ! est un livre à découvrir absolument, où on se sent bien une fois les dernières pages tournées.
A lire absolument !
(Et je dois dire que la couverture me fait autant rire que celle de Demain j'arrête !, avec ce gros chat dans sa casserole, que j'ai eu plaisir à retrouver dans le livre !)
 
 
 
 
Logo Livraddict

05/05/2013

Adieu ! Ou presque..., de Laurie Frankel

adieu ! ou presque...,laurie frankel,contemporain

Adieu ! Ou presque...

Laurie Frankel

 
On dit que la mort nous sépare. Mais que se passerait-il si l'on pouvait rester en contact avec nos proches disparus ? Pour Sam, brillant informaticien de Seattle, cette idée ne relève pas de la magie, c'est juste une question d'algorithmes. Et d'amour fou.
En effet, sa petite amie Meredith vient de perdre sa grand-mère, Livie. Devant la détresse de celle qu'il aime, Sam décide de créer, à partir de correspondance de Livie, un logiciel qui enverrait des messages comme si elle était encore là, derrière l'écran. Le résultat est si convaincant et Meredith si heureuse d'avoir à nouveau Livie "dans sa vie" que le couple décide de commercialiser le concept.
Le succès de leur entreprise, RePose, est immédiat. Des personnes endeuillées se pressent chez eux pour feindre, le temps d'une conversation, que l'être disparu est toujours vivant.
Mais rapidement, Meredith et Sam commencent à douter du bien-fondé de leur invention. N'est-il pas préférable de laisser quelqu'un partir pour de bon ? L'amour peut-il-doit-il-vraiment se poursuivre jusque dans l'au-delà ?
Une histoire d'amour hors du commun qui défie la science et le destin...

 

Premier roman de Laurie Frankel.
J'ai eu la chance de pouvoir découvrir ce roman dès sa sortie, sinon il serait resté longtemps oublié, sans doute jusqu'à sa sortie en poche.
Sam est un informaticien de génie pour une agence de rencontres en lignes. Pour à la fois ne pas rester célibataire et améliorer les logiciels de l'entreprise, il crée un algorithme capable de trouver l'âme sœur. Meredith est l'âme sœur de Sam, et très vite ils vont développer un amour intense et profond.
Lorsque la grand-mère de Meredith meurt, la jeune femme est dévastée. Elle va demander à son petit ami de réfléchir à un projet qui lui permettrait de garder un contact avec sa grand-mère, Livvie, malgré la mort. De fil en aiguille, Sam va inventer un système qui permettrait d'abord de faire répondre aux mails de Meredith comme si c'était réellement sa grand-mère derrière l'écran, en temps réel. Puis ce système va se développer pour permettre de parler en direct avec Livvie, via l'ordinateur... L'idée de Sam va rapidement être développée par le couple pour devenir RePose, où les personnes endeuilles peuvent parler avec leurs disparus.
A travers Adieu ! Ou presque..., Laurie Frankel pose la question jusqu'où peut aller la science, mais surtout jusqu'où peut aller une personne pour garder contact avec les personnes qu'elle aime, malgré la mort, et sur le travail de deuil. Les réactions des personnages face au logiciel RePose sont très variées, du dégoût à l'intérêt, avec ensuite la façon d'interagir avec les avatars des morts, les implications que cela entraîne.
Laurie Frankel développe un bon conte sur la mort, le deuil, d'une façon originale mais surtout avec beaucoup de sentiments et de sensibilité. Je comprends très bien qu'on puisse utiliser ce programme pour avoir l'occasion d'entendre et de voir encore une fois une personne à laquelle on tient et qui est partie ! Comment gérer ses émotions, surtout que personnes ne vit et ressent exactement la même chose ? Faut-il tirer un trait définitif, faire son deuil avec le temps qui passe, ou saisir l'opportunité de repousser son chagrin pour un temps grâce à la technologie ?
Le dernier rebondissement a été pour moi assez prévisible, mais Laurie Frankel a su l'amener sans que cela nuise à l'histoire et au rythme du récit. Adieu ! Ou presque... n'est pas un coup de cœur, mais j'ai beaucoup appréciée cette lecture pour l'idée originale de faire revenir les morts grâce à l'électronique, et surtout ce que cela implique dans les sentiments des personnes encore vivantes.
Une bonne lecture, sans prise de tête, et où j'ai été tenue en haleine la majeure partie du récit.




- Le sort peut frapper, Sam.
Au hasard, horrible, injuste, insensé, incompréhensible.



- Mais pourquoi les autres ne passent pas leur temps à mourir de chagrin ?
- Parce que les glaces à la crème sont quand même délicieuses, parce que le soleil brille, même quand on a soixante-quinze ans. Parce que les films drôles font rires, parce que le travail peut rendre heureux et qu'une bière avec un ami c'est chouette. Et parce qu'il y a d'autres gens qui t'aiment.
 
 
 
 
Logo Livraddict

28/04/2013

La Joueuse de Go, de Shan Sa

la joueuse de go,shan sa,contemporain

La Joueuse de Go

 

Shan Sa



Depuis 1931, le dernier empereur de Chine règne sans pouvoir sur la Mandchourie occupée par l'armée japonaise. Alors que l'aristocratie tente d'oublier dans de vaines distractions la guerre et ses cruautés, une lycéenne de seize ans joue au go.
Place des Mille Vents, ses mains infaillibles manipulent les pions. Mélancolique mais fiévreuse, elle rêve d'un autre destin. « Le bonheur est un combat d'encerclement ». Sur le damier, elle bat tous ses prétendants.
Mais la joueuse ignore encore son adversaire de demain : un officier japonais dur comme le métal, à peine plus âgé qu'elle, dévoué à l'utopie impérialiste.
Ils s'affrontent, ils s'aiment, dans un geste, jusqu'au bout, tandis que la Chine vacille sous les coups de l'envahisseur qui tue, pille, torture.




La Joueuse de Go est ma première découverte de l'univers de Shan Sa. Publié en 2001, il reçoit le Prix Goncourt des lycéens la même année.
La Joueuse de Go alterne tout au long du récit deux points de vue. Une jeune lycéenne mandchoue, âgée de 16 ans. Initié au go par son cousin alors qu'elle était enfant, elle est depuis la seule femme admise dans le club installé Place des Mille Vents. Et un jeune officier japonais muté en Mandchourie. Dévoué à l'impérialisme, il n'a de cesse que de se battre et de mourir pour son pays et l'honneur.
Infiltrant un jour le club de go, il va commencer une partie avec la jeune fille, une partie où l'un ni l'autre n'avaient prévu les conséquences...
Lorsque j'ai commencé La Joueuse de Go, je ne connaissais pas du tout l'histoire ni l'auteur. Le résumé m'attirait énormément, donc je me suis lancée ! Un livre très court, qui se lit facilement. Deux personnages évoluent chacun dans leurs bulles et univers respectifs, qui vont finir par se croiser. Une jeune adolescente qui évolue, grandit, plus impliquée dans le jeu de go que dans les relations, elle découvre cependant des relations plus compliquées lorsque deux garçons et le soldat entrent dans sa vie. Le soldat est très différent, très dévoué à sa cause, mais qui essaiera de se remettre en question...
L'écriture de Shan Sa est vraiment très particulière, très poétique et vraiment très intéressante à suivre ! En outre, la division des chapitres entre les deux personnages principaux rend la cadence plus vive, on est plongé aussitôt dans les deux histoires, racontées toutes les deux à la première personne du singulier. Le contexte est en outre très intéressant (guerre dans les années 30, l'opposition entre la Chine et le Japon, avec toute la culture asiatique en arrière-plan).
La Joueuse de Go est un livre touchant, qui m'a profondément remuée. Plein de poésie et de sentiments, Shan Sa joue avec les émotions humaines : amour, haine, jalousie, amitié, confiance... Tout cela dans un monde dur et dépaysant !
Une excellente découverte, mon premier livre de Shan Sa, mais sûrement pas le dernier, loin de là ! Si vous ne connaissez pas, je vous recommande vivement cette auteure et ses œuvres !
 
 
Mourir, est-ce aussi léger que s'étonner ?

Il désire que je le rejoigne dans le monde des adultes,
sans savoir que ce monde-là, triste et vaniteux, m'effraie.

Je saurai maîtriser mon destin et me rendre heureuse. Le bonheur est un combat d'encerclement, un jeu de go. Je tuerai la douleur en l'étreignant.

Entre la mort et la lâcheté,
choisis sans hésiter la mort.
 
 
 
Logo Livraddict

15/04/2013

Demain j'arrête !, de Gilles Legardinier

demain j'arrête !,gilles legardinier,contemporain,humoristique

Demain j'arrête !

Gilles Legardinier

 
Comme tout le monde, Julie a fait beaucoup de trucs stupides.
Elle pourrait raconter la fois où elle a enfilé un pull en dévalant des escaliers, celle où elle a tenté de réparer une prise électrique en tenant les fils entre ses dents, ou encore son obsession pour le nouveau voisin qu'elle n'a pourtant jamais vu, obsession qui lui a valu de se coincer la main dans sa boîte aux lettres en espionnant un mystérieux courrier...
Mais tout cela n'est rien, absolument rien, à côté des choses insensées qu'elle va tenter pour approcher cet homme dont elle veut désormais percer le secret.
Poussée par une inventivité débridée, à la fois intriguée et attirée par cet inconnu à côté duquel elle vit mais dont elle ignore tout, Julie va prendre des risques toujours plus délirants, jusqu'à pouvoir enfin trouver la réponse à cette question qui révèle tellement : pour qui avons- nous fait le truc le plus idiot de notre vie ?

 

Après avoir lu son thriller Nous étions les hommes, je me suis intéressée aux comédies écrites par Gilles Legardinier, avec Demain j'arrête ! et Complètement cramé. Je me suis donc arrêtée d'abord sur Demain j'arrête ! et ce qui m'a fait pencher en sa faveur est sa couverture (j'adore ce chat avec un bonnet péruvien !), mais surtout le résumé et la question : pour qui avons-nous fait le truc le plus idiot de notre vie ?
Cette question va être posée à Julie au cours d'une soirée, ce qui va être l'occasion de découvrir sa rencontre avec un de ses nouveaux voisins : Ricardo Patatras. Elle va tout faire pour le connaître, prendre des risques, faire tout ce qui est possible pour qu'il s'intéresse à elle.
Julie est une jeune femme avec parfois un petit grain de folie, mais surtout très humaine : ses qualités, ses défauts, ses complexes, et sa façon de réagir au monde qui l'entoure. Célibataire depuis peu, travaillant dans une banque par nécessité, elle retrouve sa joie de vivre avec ses amis et son entourage. Son nouveau voisin va lui faire faire des choses qu'elle n'aurait jamais imaginées, redonnant un petit goût piquant à sa vie. Qui est-il ? Est-il amoureux d'elle ? Mais aussi, que lui cache-t-il ?
Grâce au déclic de cette rencontre, Julie va évoluer, se rendre compte qu'on oublie un bon nombre de choses importantes au cours de sa vie. Ce qui est réellement important est l'équilibre de la personne, ce qui peut tenir à un boulot qu'on aime ou pas, l'amour de son entourage, les liens que l'on tisse avec ses proches, le partage... Julie est pétillante est agréable à suivre, mais les personnages secondaires ne sont pas en reste (avec Xavier, mon préféré !). Ce sont des personnes que l'on peut croiser tous les jours dans la rue, voisins, amis, familles, tous merveilleusement bien décrits !
Rempli de gags, de situations cocasses, tendres et émouvantes, Demain j'arrête ! est un livre où on se sent bien, où la vie est belle, et où les méchants ne gagnent pas, où l'amitié permet de surmonter des montagnes (ou d'aider à passer des portes trop petites !).
Une histoire simple, mais que Gilles Legardinier rend jubilatoire, plaisante, rempli d'humour, bref c'est un gros coup de cœur pour ce roman. Demain j'arrête ! est un pur moment de bonheur, du plaisir en barre ! Un livre plus qu'excellent pour se changer les idées et avoir la pêche.
Une comédie agréable, je ne peux que vous la recommander avec enthousiasme (et n'hésitez pas à aller dire bonjour à Gilles Legardinier, un auteur super-sympa) !




- Dis-moi, Julie, c'est quoi le truc le plus idiot que tu aies fait dans ta vie ?



Ce matin-là, j'ai découvert une des sept vérités fondamentales qui commandent l'univers : le bonnet péruvien ne va à personne.
 
 
 
P.S : Ne laissez pas les chats vous convaincre que les bonnets péruviens vous vont bien.

 

Logo Livraddict