Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

20/04/2014

Les stagiaires, de Samantha Bailly

les stagiaires,samantha bailly,contemporain

Les stagiaires

Samantha Bailly



Ophélie, Arthur, Hugues et Alix viennent tous d'horizons différents. Leur seul point commun : ils rêvent de travailler chez Pyxis, entreprise spécialisée dans l'édition de mangas et de jeux vidéo, pilier dans le secteur de l'industrie créative.
Une réalité s'impose rapidement : beaucoup de candidats, peu d'élus. Désormais, le stage est devenu une étape obligatoire pour ces jeunes qui sont à la croisée des chemins dans leurs vies professionnelles et affectives.
Provinciale tout juste débarquée, Ophélie a laissé derrière elle petit ami et logement, et doit faire face aux difficultés de la vie parisienne.
Étudiant en école de commerce, Arthur est tiraillé entre les grands projets qu'on a pour lui et son envie de mettre la finance entre parenthèses.
À leurs côtés, Alix, passionnée de mangas, ne jure que par ses sagas favorites, et Hugues, graphiste, teste ses limites dans les soirées électro...
Dans une atmosphère conviviale, travail et vie privée s'entremêlent. Pourtant, une question demeure en fond sonore : qui restera ? Quand la "génération Y" entre en collision avec le monde du travail : un récit marquant dans lequel beaucoup de jeunes adultes se reconnaîtront.



Le dernier livre de Samantha Bailly, sur lequel j'ai craqué au Salon du Livre de Paris.
Dans Les stagiaires, on va suivre 4 jeunes gens : Ophélie, Arthur, Hugues et Alix. Tous provenant de formations et d'endroits différents, ils vont tous avoir la possibilité de faire un stage chez Pyxis, une entreprise spécialisée dans le manga et les jeux vidéo. C'est dit dès le départ : peu d'élus, peu d'appelés. Tous n'auront pas la chance de continuer leur route à Pyxis après le stage.
Pour ce qui est des personnages, il y a Ophélie, une provinciale qui a tout laissé derrière elle pour avoir la chance de faire ce stage. Arthur hésite entre travailler dans le domaine qui lui plait ou travailler dans la finance comme sa famille le voudrait. Il y a Alix, une jeune femme qui ne voit que ses séries préférées. Hugues, un graphiste, est un jeune homme qui entend bien profiter de cette expérience.
Des personnes différentes, des parcours différents...Tout cela va générer une atmosphère à la fois chaleureuse et tendue : entre ceux qui veulent rester et qui sont prêts à tout, ceux qui ne voit que leur intérêt, ou qui ont des envies différentes, ça va être un stage très agité ! Le travail est une chose, sa vie personnelle une autre, mais pourtant, comment peut-on éviter que les deux ne se mélangent ?
Pendant 6 mois, les stagiaires vont se confronter au monde dur du travail : sous-payés, souvent exploités, des objectifs à atteindre, les individus vont se télescoper les uns aux autres. Mais il va y avoir également ce à quoi toutes personnes a été confrontés : la recherche d'un travail ou d'un stage, les questionnements sur son avenir et sur sa place dans la société, se trouver, et surtout trouver un logement, un salaire correct... Bref, c'est un moment de vie qui est traité dans Les stagiaires !
Samantha Bailly écrit un de ses meilleurs livres. Oraisons restera un gros coup de cœur, mais je me suis sentie plus proche de ce livre que de A pile ou face ou Ce qui nous lie (que j'avais déjà bien aimé !). Mais celui-ci a une résonance particulière : je me suis sentie particulièrement proche d'Ophélie, car je me suis retrouvée dans ses difficultés à trouver un logement décent à Paris, dans sa joie à avoir trouvé un stage dans un domaine qui lui plait, et le fait d'hésiter sur les décisions à prendre concernant son travail ou sa vie personnelle. Sa volonté de trouver un stage qui lui plait et de le faire à Pyxis n'a pas été facile, car elle doit pour ça quitter sa ville d'origine pour monter à Paris, et laisser derrière elle famille, ami et petit ami. Elle va se retrouver dans un domaine où la compétition fait rage, avec une chef qui ne pense qu'à son travail. Bref, un vécu dans lequel je me rapidement identifiée !
Un autre personnage que l'on suit énormément est Arthur. Il fait partie d'une famille très aisée, qui souhaite le voir travail dans la finance. Lui ne pense qu'à s'amuser, à boire et à rencontrer des filles malgré le fait qu'il soit en couple. Autant dire un personnage assez antipathique, et que j'aurais pris plaisir à frapper à plusieurs reprises !
L'ensemble des personnages est très bien décrit, on retrouve cette atmosphère spéciale au monde du travail. Samantha Bailly a fait des Stagiaires un livre intéressant, accessible mais surtout passionnant. Écrit très simplement, j'ai dévorée ce livre en moins de deux, avec beaucoup de plaisir. J'ai particulièrement aimé la fin, avec cette ouverture sur le passé des patrons, ce qui nous rappelle que les patrons et toutes personnes a commencé exactement comme les jeunes. Tout le monde à sa chance, il suffit parfois d'un simple coup de pouce ou d'un peu de chance.
Si vous ne connaissez pas encore Samantha Bailly, je vous conseille Les stagiaires !
 
 
 
 
Logo Livraddict

18/04/2014

Le journal du Capitaine Wentworth, d'Amanda Grange

le journal du capitaine wentworth,amanda grange,romance,persuasion,jane austen

Le journal du Capitaine Wentworth

Amanda Grange



« J'ai enfin admis ce que, je crois, je savais depuis le début : je suis toujours amoureux d'elle. Je n'ai jamais cessé de l'aimer. En huit ans, je n'ai jamais vu son égale, parce qu'elle n'a pas d'égale. »
Lorsque Frederick Wentworth, promis à une brillante carrière dans la Marine, et Anne Elliot se rencontrent, ils tombent amoureux et se fiancent. Mais la marraine de la jeune femme la persuade de mettre fin à cette union. Des années plus tard, après être devenu capitaine et avoir fait fortune, Wentworth la retrouve. Il s'aperçoit très vite que ses sentiments pour Anne n'ont pas changé. Elle est toujours belle et pleine d'esprit.
La vie leur accordera-t-elle une seconde chance ?



Après avoir lu Le journal de Mr Darcy, je me suis plongée dans Le journal du Capitaine Wentworth qui est mon deuxième personnage préféré après Darcy.
Persuasion étant un de mes romans préférés, j'ai eu la même appréhension que pour Orgueil et Préjugés : que les romans d'Amanda Grange détruisent un peu la magie de ces romans... Mais que ce soit le journal de Darcy ou de Wentworth, ces lectures se sont révélés distrayantes, faciles à lire et nous permettaient de nous replonger dans l'univers de Jane Austen.
Amanda Grange commence sa réinterprétation de Persuasion non au moment où Anne et le capitaine se retrouvent après une séparation de 8 ans, mais au moment de leur toute première rencontre. Cela nous permet d'assister au début de leur amour, d'avoir une version de leur rencontre et comment leur histoire a commencé. Cette première partie est intéressante, Amanda Grange nous raconte une version possible. On y découvre un Frederick Wentworth fier, insouciant, bien décidé à s'amuser et à prendre du bon temps, notamment avec les femmes. Il n'est pas le moins du monde intéressée par une relation plus poussé ou par le mariage, mais sa rencontre avec Anne va le faire changer radicalement. La deuxième partie nous raconte Persuasion tel qu'on le connait, mais avec les pensées du Capitaine Wentworth. Cette deuxième partie m'a beaucoup plus intéressée, j'ai vraiment pris plaisir à connaître les pensées d'un de mes personnages austennien préféré ! On découvre son ressenti face à ses retrouvailles avec Anne, Amanda Grange a pris soin de reprendre tous les petits détails de Persuasion pour nous faire revivre pleinement ce récit.
Le journal du Capitaine Wentworth m'a fait passer un excellent moment dans l'ensemble : j'ai pris plaisir à découvrir ce personnage d'une manière différente, même si la description de l'auteure ne correspondait pas toujours à celle que je me faisais des différents personnages et que certaines émotions étaient parfois expédiées trop rapidement.
Évidemment, Le journal du Capitaine Wentworth est loin de valoir le récit original de Jane Austen. Les émotions et sentiments sont moins décrits, les personnages ont moins de profondeurs... Mais ce récit a atteint son but : me faire passer un peu plus de temps avec mes personnages préférés et les connaître de manière différente. Ceux qui ont aimé Persuasion devraient passer un moment agréable avec ce titre, tout en ne s'attendant pas à quelque chose d'une très grande qualité !
Un livre qui m'a plu dans l'ensemble.
 
 
 
Logo Livraddict

16/04/2014

Divergente, Tome 1, de Veronica Roth

divergente,veronica roth,tome 1,jeunesse,dystopie,science-fiction

Divergente, Tome 1

Veronica Roth


Coup de cœur


Dans le Chicago dystopique de Béatrice, la société est divisée en cinq factions, chacune dédiée à la culture d'une vertu : les Sincères, les Altruistes, les Audacieux, les Fraternels, et les Érudits.
Sur un jour désigné de chaque année, tous les adolescents âgés de seize ans doivent choisir la faction à laquelle ils consacreront le reste de leur vie. Pour Béatrice, la décision est entre rester avec sa famille et être qui elle est, les deux sont incompatibles. Alors, elle fait un choix qui surprend tout le monde, y compris elle-même.
Mais Tris a aussi un secret, celui qu'elle a caché à tout le monde parce qu'elle a été averti qu'il peut signifier la mort. Et comme elle découvre un conflit croissant qui menace de percer cette société en apparence parfaite, elle apprend aussi que son secret pourrait l'aider à sauver ceux qu'elle aime. . . ou pourrait la détruire.



C'est la deuxième série que je commence dernièrement car je voulais voir ou j'avais vu l'adaptation au cinéma. La première série est The Mortal Instrument, une des prochaines séries sera Les 100... Mais aujourd'hui, j'en suis au premier tome de Divergente !
L'histoire se déroule dans le futur, dans un monde post-apocalyptique. Pour tenter de garantir la paix, la société a été organisée en 5 factions : Altruiste (totalement dévoué aux autres), Audacieux (qui protège la cité et maintiennent l'ordre), Érudit, Sincère et Fraternel. Mais il y a également un groupe de gens à part, les Sans Faction, qui ont été rejetés et n'appartiennent à personne. Chacun vit dans un secteur qui lui est dédié, les contacts sont donc rares, à part pendant les cours et le moment où, à 16 ans, ils doivent choisir leur faction finale, celle qui correspond le plus à leur identité.
Beatrice, appelée Tris, a grandi dans une famille Altruiste. Elle a 16 ans, l'âge de participer à ladivergente,veronica roth,tome 1,jeunesse,dystopie,science-fiction Cérémonie du Choix. Mais lors de son test, Tris va se révéler vraiment différente. Elle s'est toujours sentie éloignée des valeurs des Altruistes, malgré le réconfort de cette vie. Tris est détectée comme Divergent, c'est-à-dire qu'elle n'appartient vraiment à aucune Faction, et qu'elle a la possibilité de faire un choix véritable. Elle va choisir d'appartenir aux Audacieux, et va commencer sa formation au bout de laquelle tous les transferts ne sont pas admis et risqueront donc d'être Sans-Faction. Pour éviter cette situation, la jeune fille va se défoncer pour prouver sa valeur. Il va y avoir la pratique des armes, les combats physiques et les situations émotionnelles extrêmes. Tris va devenir de plus en plus sûre d'elle, capable et entraînée. Sa divergence va l'aider à se contrôler lors des exercices situations émotionnelles, tout en la mettant en danger lorsqu'elle est pratiquement repérée par des gens qui n'apprécient pas trop la liberté d'opinion des Divergents. Au fil du temps, elle va se faire davantage confiance, elle va comprendre sur qui elle peut compter et comment réagir face aux situations inattendues. Tris va se faire des amis, elle qui en avait si peu avant, et va même tomber amoureuse. Car, qu'on le sache, il y de la romance dans Divergente ! Pour ceux qui veulent éviter de se faire SPOILER, ne pas lire la suite. On se doutait tous un peu, je pense, qu'il y allait avoir quelque chose entre elle et Quatre. Et là où j'étais très contente, c'est que cette histoire d'amour s'est bien installée dès le premier tome, on n'a pas eu de jeu entre le chat et la souris, pas besoin d'attendre le tome 3 pour les déclarations... Enfin ! La jeune fille tombe peu à peu amoureuse, on suit son évolution, le cheminement qui l'a conduit à être attiré par son instructeur.
Tris est un personnage très intéressant, une jeune fille qui a vécu dans un cadre très formel et qui vadivergente,veronica roth,tome 1,jeunesse,dystopie,science-fiction apprendre à se libérer, à avoir des contacts avec son entourage, à se laisser aller, à rire. C'est une petit bout de femme très touchant, et on ne peut que s'en sentir proche, on a tous ressenti la même impression de décalage vis-à-vis des gens qui nous entourent, et le bonheur de trouver une place où l'on se sent bien. Son parcours n'est pas facile, mais elle s'en sort de mieux en mieux une fois qu'elle grandi et apprend à se faire confiance. L'autre personnage pour lequel j'ai eu un gros coup de cœur, c'est bien évidemment Quatre. Âgé de 18 ans, c'est un jeune homme très mûr et très dur, qui porte de nombreux fardeaux. Très charismatique, il est vraiment un des points forts du récit ! Vraiment un des personnages masculins que je classe maintenant dans mon Top d'hommes littéraires préférés !
Divergente est vraiment excellent, grâce à ses personnages principaux, mais aussi grâce à toute une série de personnages secondaires, très bien traités mais que j'aurais voulu connaître davantage. Je pense que cela viendra davantage dans la suite ! La manière de traiter leur personnalité, les interactions entre chacun et entre les factions sont très bien faite, on a toujours l'envie de savoir ce qui va se passer. Il y a de la jalousie, de l'envie, de la haine, de l'amitié, de l'amour... Chacun à son caractère et sa manière de réagir, ce qui fait qu'on se sent très proche d'eux et de ce qu'ils ressentent. Je me suis vraiment identifiée à eux, spécialement à Tris. Le monde créé par Veronica Roth est également très bien décrit. On ne se perd pas dans les explications inutiles, mais il y a suffisamment de détails et de descriptions pour qu'on comprenne aussitôt comment ça se passe et à quoi ressemble le monde qui nous entoure.
Bref, vous l'aurez compris, j'ai passé un excellent moment avec Divergente, et j'ai hâte de lire la suite ! Une dystopie à la fois accessible, bien construite, et qui fait vraiment réfléchir sur l'importance de nos choix et du libre arbitre.
Lorsque j'ai commencé ma lecture, je ne pensais pas que j'apprécierais autant. Je pensais le lire dans le même état d'esprit qu'Hunger Games, Twilight ou même The Mortal Instrument : une série sympathique mais qui ne m'aurait pas plus marqué que ça. Et je suis très contente de m'être trompée et que Divergente se soit révélé aussi bon !
Un coup de cœur que je conseille !
 
 
 
Nous croyons aux actes de courage ordinaire,
au courage qui pousse une personne
à prendre la défense d'une autre.
 
 
 
Divergente, Tome 1
Divergente, Tome 2
Divergente, Tome 3
 
 
 
Logo Livraddict

13/04/2014

Jane Yellowrock, Tome 4, de Faith Hunter

jane yellowrock,faith hunter,tome 4,bit-lit,fantasy

Jane Yellowrock, Tome 4
La malédiction du corbeau

Faith Hunter



Les vampires d'Asheville veulent établir leur propre clan, mais comme ils doivent fidélité au Maître des Vampires de la Nouvelle Orléans, c'est avec lui qu'ils doivent négocier les termes du contrat.
Et pour s'assurer de trouver une solution équitable, le Maître envoie son meilleur combattant que le sang lui permet de s'offrir : Jane Yellowrock. Mais lorsque des campeurs locaux sont attaqués par une créature, Jane passe du statut d'émissaire à celui d'enquêtrice.
Et si elle ne veut pas faire face à un Maître des Vampires très énervé, elle va devoir faire des heures sup ! Heureusement que c'est la meilleure dans son job !



Je poursuis ma lancée sur le monde de Jane Yellowrock avec ce quatrième tome, La malédiction du corbeau.
La politique vampirique se poursuit, cette fois avec les vampires d'Asheville qui veulent posséder leur propre clan. Mais étant sous la tutelle du Maître de la Nouvelle-Orléans, ils doivent d'abord obtenir son autorisation. Léo va envoyer Jane mener les négociations pour le traité. Mais arrivée sur place, Jane va se retrouver au milieu d'un bain de sang, comme d'habitude, lorsque des campeurs et d'autres personnes sont attaqués par une mystérieuse créature.
Cette suite de Jane Yellowrock se révèle aussi sympathique que les tomes précédents. Faith Hunter n'a pas écrit une série marquante et qui fait partie de mes préférées, mais qui fait quand même partie de celles que je suis avec beaucoup de plaisir et dont j'attends la suite avec impatience !
Ce qui m'a le plus intéressée ici n'était pas l'enquête bizarrement. Pourtant très intéressante, car bien rythmée, bien décrite, l'auteur a vraiment acquis davantage de « maturité » dans sa manière de la mener et de faire un déroulement à la fois bien mené, simple et qui tient en haleine jusqu'à la fin. Mais malgré cela, ce qui m'a le plus plu c'est les relations de Jane avec son entourage. Elle doit à la fois jongler entre cacher son identité aux personnes qui ne doivent pas la connaître (comme Léo ou Gros Bras), à approfondir sa relation avec sa Bête, qui, à mon plus grand plaisir, prend de plus en plus de place et s'affirme vraiment davantage ! On sent que sa personnalité s'est vraiment développée depuis le premier tome, on la comprend mieux et c'est vraiment une personnalité distincte maintenant. Et surtout, ses relations avec son amie Molly, la sorcière, et sa famille vont être plus intense que jamais. Car depuis quelques temps, ils vont être entrainés contre leur gré dans les aventures de Jane, avec tous les risques que son métier implique. Le mari de Molly n'appréciait déjà pas trop, les tensions et les ressentiments vont encore s'aggraver. Molly elle-même va avoir des moments où elle va se mettre en retrait par rapport à sa meilleure amie, causant ainsi un certain effondrement de la part de Jane. Des relations tendues, explosives, ont également lieu entre elle et la sœur ainée de Molly, ce qui va entraîner une bonne dose de remue-ménage !
La malédiction du corbeau est un tome que j'ai vraiment aimé, on y sent une réelle évolution, à la fois pour l'approfondissement des personnages et de l'intrigue, mais aussi pour la manière d'écrire de Faith Hunter, qui s'éloigne des petits défauts du premier tome et qui a su ne pas rester figer dans un modèle type d'écriture.
Donc une excellente continuation des aventures de Jane Yellowrock, et j'ai hâte de lire la suite !
 
 
 
Jane Yellowrock, Tome 1 : Tueuse de Vampires
Jane Yellowrock, Tome 2 : La Croix de Sang
Jane Yellowrock, Tome 3 : La Lame de Miséricorde
Jane Yellowrock, Tome 4 : La malédiction du corbeau
 
 
 
Logo Livraddict

11/04/2014

Après la fin, de Barbara Abel

Après la fin.JPG

Après la fin

Barbara Abel



Tiphaine et Sylvain vivent ensemble depuis presque 20 ans. Ils ont connu des moments merveilleux et ont surmonté main dans la main des épreuves difficiles. Comme tant d'autres époux... Aujourd'hui leur couple bat de l'aile et élever Milo, leur fils de 15 ans, n'est pas une partie de plaisir. Une situation qui pourrait être très classique...
Si Milo n'était pas leur fils adoptif. Si Milo n'était pas le fils de leur ancien voisin David qui s'est suicidé dans sa propre maison. Si Milo n'était pas le meilleur ami de Maxime, leur fils, décédé brutalement à l'âge de 7 ans. Si Milo n'avait pas hérité de la maison de son père dans laquelle vit désormais la nouvelle famille recomposée. Et si une nouvelle voisine n'était pas venue s'installer précisément dans leur ancienne maison, de l'autre côté de la haie, avec un petit garçon de 7 ans...
Que deviennent Tiphaine, Sylvain et Milo, ces trois personnages qui ont vécu l'horreur et qui ont inconsciemment choisi de s'imposer l'enfer quotidien en restant dans une maison qui a abrité tant de drames ? Et juste à côté d'une autre maison qui, dès qu'ils en rouvriront la porte, laissera ressortir tous les fantômes du passé ?



Après avoir lu Derrière la haine, j'étais très curieuse de savoir ce que Barbara Abel allait concocter à ses personnages. Le Salon du Livre de Paris a été l'occasion parfaite pour céder honteusement à la tentation !
Dans Après la fin, nous retrouvons Tiphaine, Sylvain et Milo huit après les terribles événements narrés dans Derrière la haine. Les événements commis par Tiphaine et Sylvain leur ont permis de récupérer la garde de Milo après la mort brutale de ses parents. Le couple espère que tout va s'effacer et qu'ils vont de nouveau vivre une vie heureuse et calme. Mais le passé ne s'efface pas comme ça, au contraire ! Le couple va être profondément miné, et leur vie déjà branlante ne fait que s'effondrer davantage. Ils vont avoir du mal à vivre ensemble, l'incompréhension et la distance s'installe de plus en plus, aggravé par le retrait et l'attitude de Milo, devenu un adolescent mal dans sa peau (on le serait à moins !).
Mais la personne qui descend de plus en plus vers les enfers est Tiphaine, qui voit son mental vaciller encore davantage lors de l'installation d'une femme, Nora, juste à côté de chez eux. Elle est en plein divorce et vient s'installer avec sa fille de 13 ans, Inès, et son fils de 8 ans, Nassim, qui va faire remonter encore davantage la folie de Tiphaine à la surface.
Personne ne s'est remis des dernières années : Milo se renferme de plus en plus, il a peur d'aimer et de voir les gens mourir, Sylvain sombre dans les remords et les regrets... Mais c'est Tiphaine qui est véritablement endommagé et qui ne fait que plonger inexorablement. La dissolution de son couple, le fait de ne pas arriver à se connecter avec Milo la mine profondément. Le coup fatal va être l'arrivée de leurs nouveaux voisins, et particulièrement la présence de Nassim, qui a le même âge que son fils lorsqu'il est mort.
Après la fin met en branle une nouvelle machination et montre une nouvelle facette de la folie qui s'est emparé des deux maisons. Car on dirait vraiment qu'une atmosphère empoisonnée infecte les personnes qui y habitent, que ce soit les nouveaux couples ou les anciens, personne n'y échappe. Toute l'histoire se passe en huit clos, entre les deux maisons, dans une ambiance très noire et tendue. On n'en ressort pas intact, tant l'histoire est à la fois prenante, intéressante, mais qui fait surtout ressentir un vrai malaise devant la noirceur de certaines situations.
Barbara Abel réutilise certaines techniques déjà utilisé pour Derrière la haine, mais a su faire de Après la fin un livre qui prend tout autant aux tripes mais pour des raisons différentes. C'est un roman que je n'ai pas lâché jusqu'à la fin, une fin vraiment...
Un thriller à lire !
 
 
 
Derrière la haine
Après la fin
 
 
 
Logo Livraddict