Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

01/09/2013

Les Arcanes du Chaos, de Maxime Chattam

les arcanes du chaos,maxime chattam,policier,coup de cœur

Les Arcanes du Chaos

 

Maxime Chattam


Coup de cœur

Célibataire parisienne sans histoires, Yael est loin de se douter qu'il existe des secrets qui mettent en danger ceux qui les découvrent. Le jour où des ombres apparaissent dans ses miroirs pour lui parler codes secrets et sectes millénaires, elle se croit folle ou possédée.
Projetée dans un jeu de piste infernal, pourchassée par des tueurs, Yael se retrouve au cœur d'une lutte ancestrale. Des catacombes de Paris aux gorges hantées de Savoie, jusqu'au New York des milliardaires, la vérité ne doit pas survivre.
Qui n'a jamais rêvé de tout savoir sur l'assassinat de JFK ? Sur le 11 septembre ? Et si l'histoire n'était que manipulation ? Quand le diable s'en mêle, la terreur ne fait que commencer...



Un coup de cœur pour ce roman !
Yael Mallan est une jeune parisienne de 27 ans, semblable à beaucoup d'autres. Elle travaille dans un magasin de taxidermie, un job temporaire qui s'est éternisé. Sans être totalement satisfaite de sa vie, Yael s'en contentait.
Jusqu'au jour où... Elle va commencer par apercevoir des ombres dans son miroir, des bruits étranges chez elle. Et ces Ombres vont finalement prendre contact avec elle, via les miroirs ou son ordinateur. Ces Ombres vont lui dire que rien n'est comme il le paraît, que rien n'est sûr. Elles vont lui conseiller de s'intéresser aux symboles, notamment ceux du billet de 1 dollar et ceux entre Lincoln et Kennedy. En plus de ces Ombres mystérieuses, Yael s'aperçoit que certaines personnes semblent bien décider à lui faire du mal.
Accompagnée d'un ami journaliste, Thomas, la jeune femme va devoir se lancer dans un immense jeu de piste, pour savoir dans quelle histoire elle s'est embarquée et pourquoi elle.
Les Arcanes du Chaos est un livre sur la théorie du complot, qui m'a fait devenir légèrement paranoïaque une fois les dernières pages tournées ! Maxime Chattam présente l'envers du décor, avec la manipulation, l'ivresse du pouvoir et de l'argent. Ce sont des individus, dans l'ombre de l'histoire, là où on ne voit personne, et qui sont pourtant bien présentes, manipulant les événements. Pour ce roman, Maxime Chattam utilise des ficelles que l'on connait, comme de décrire des faits apparemment surnaturel, mais qui se révèlent très rationnels une fois expliqués. Dans Les Arcanes du Chaos, Maxime Chattam expérimente un genre encore différent. Après le fantastique et les thrillers, cette fois c'est plus un récit de suspense qu'un thriller traditionnel. Pas de serial killer, pas d'inspecteur ou de détective, mais des personnes que l'on pourrait rencontrer tous les jours. Il utilise ici les théories du complot, beaucoup d'exemples sont tirés de la réalité, ce qui fait froid dans le dos ! Présentés comme il le fait, on peut se dire que ces choses peuvent véritablement se passer, et arriver à n'importe qui, sans raisons.
Ma lecture des Arcanes du Chaos m'a complètement transportée, je l'ai lu entièrement sans m'arrêter, avec toujours l'envie de savoir la suite, de savoir ce qui se passerait, comment allait s'en sortir les personnages, qui sont les Ombres et quel est leur but. Une fois le livre fini, j'ai bien eu envie de crier sur l'auteur, qui m'a encore flanqué une belle frousse ! Certes, tout cela n'est que de la fiction, mais pourquoi ça ne pourrait pas arriver dans la réalité ? Maxime Chattam construit son récit de telle sorte qu'on est obligé de s'interroger, de se questionner, et d'aller se renseigner nous-même sur ce qu'il nous dit. J'espère que ce n'ait pas vrai, je me dis que les ficelles sont trop grosses, que ça ne peut PAS arriver. Mais et si...
Bref, je vous conseille vivement Les Arcanes du Chaos, un pur moment de lecture !




Ce qu'il y a de l'autre côté est la seule vérité.
Chaque chose est une apparence.
Il faut regarder de l'autre côté.
L'Histoire dans les livres est une apparence.
Les villes sont une apparence.
Le sous-sol d'une ville est l'âme nue de sa civilisation, ses arcanes.
Ainsi en va-t-il de tout.
Les arcanes de l'Homme sont dans ses fondations.
Son Histoire.
Passez de l'autre côté.
Et apprenez à lire dans l'ombre de l'Histoire.
N'oubliez pas : chaque chose est une apparence.
Et derrière chaque apparence se cachent ses arcanes : son essence réelle, sa vérité.
La découvrir c'est la connaissance du monde.
Le pouvoir.



Ne méprisons pas les vies sous prétexte qu'elles sont loin de nous.
Ne méprisons pas la liberté sous prétexte que la nôtre n'est pas menacée.
Car la liberté des nations et des peuples est un jeu de dominos fragiles.

 

 

 

Logo Livraddict

31/08/2013

Kate Daniels, Tome 6, d'Ilona Andrews

kate daniels,ilona andrews,tome 6,bit-lit,urban fantasy,vo

Kate Daniels, Tome 6
Magic Rises

 

Ilona Andrews




Mercenary Kate Daniels and her mate, Curran, the Beast Lord, are struggling to solve a heartbreaking crisis. Unable to control their beasts, many of the Pack's shapeshifting children fail to survive to adulthood. While there is a medicine that can help, the secret to its making is closely guarded by the European packs, and there's little available in Atlanta.
Kate can't bear to watch innocents suffer, but the solution she and Curran have found threatens to be even more painful. The European shapeshifters who once outmaneuvered the Beast Lord have asked him to arbitrate a dispute—and they'll pay him in medicine.
With the young people's survival and the Pack's future at stake, Kate and Curran know they must accept the offer—but they have little doubt that they're heading straight into a trap...



Avec la fin du tome précédent, je ne pouvais qu'attendre avidement la sortie de Magic Rises !
Kate poursuit sa relation avec Curran, continue à apprendre son rôle (éprouvant) de Consort et s'occupe de Julie. Jusqu'au jour où elle est demandée à l'infirmerie, où deux adolescentes sont en train de virer Wolf. Wolf, c'est la perte de contrôle chez un changeforme, ce moment où toutes les défenses du corps tombent pour laisser place à la folie. Soit on s'en relève, soit on en meurt. A cet état, il y a apparemment un seul remède : la panacée (panacea en VO). Vous vous en doutez, c'est un produit très rare, très cher, et très difficile à fabriquer...
Curran est invité à arbitrer un conflit en tant que partie neutre entre trois meutes de Changeformes, installés en Europe. Kate et Curran pensent tous les deux à un piège, mais ils se décident à y aller car ils seront payés en panacée, ce qui leur permettrait de sauver beaucoup de vie en tentant d'enrayer le Wolfisme. Au cours de leur périple, ils vont être accompagnés d'Andrea, Raphaël, Tante B, Derek, Mahon... Ils ne seront pas trop s'ils se dirigent vers les ennuis !
Mais les ennuis ils les trouvent dès le début. Je n'en dirais pas trop, seulement le fait que non seulement ils se retrouvent entre changeformes rivaux, qu'ils doivent face à des attaques, et que Kate – qui doit protéger une jeune changeforme enceinte, Desandra – se trouve être méprisé parce qu'elle n'est « qu'une humaine ». Pratiquement aucun des changeformes présents ne la jugent digne d'être avec Curran ou mérite son titre de Consort. Ajouté à ça l'indécision, la tension, le manque de confiance, vous saurez comment Kate se sent dans cet univers différent de celui auquel elle est habituée !
Dans Magic Rises, j'ai particulièrement aimée la délocalisation de l'intrigue. En effet, contrairement aux tomes précédents, l'action ne se situe plus dans la ville tourmentée d'Atlanta et de ses environs, elle ne se déroule pas non plus aux Etats-Unis. Cette fois, c'est en Europe que ça va se passer. Outre le fait d'avoir un changement de décor, c'est l'occasion également de découvrir d'autres meutes de changeformes, avec des méthodes différentes et de nouveaux personnages, tous très intéressants. Pour ce qui est des personnages, j'ai trouvé les nouveaux intéressants, notamment Desandra, mais ce qui m'a le plus interpellé était les anciens. La relation entre Curran et Kate est comme toujours pleine de rebondissement, mais dans ce tome il y a encore plus de tensions et de surprises. Je n'en dis pas plus ! Kate est égale à elle-même, mais elle montre plus de fragilité, contrairement au premier tome où on la voyait presque seulement comme une dure à cuire que rien n'arrête.

kate daniels,ilona andrews,tome 6,bit-lit,urban fantasy,vo

Je vais faire un gros SPOILER, mais je ne peux pas m'en empêcher, désolée ! J'ai été particulièrement contente de retrouver dans Magic Rises Hugh d'Ambrey. Depuis le temps que j'attendais qu'il fasse une apparition plus marquée dans le récit ! Ilona Andrews a très bien préparé ce personnage, son entrée dans le récit est fracassante, et ce qui suit ne l'est pas moins. FIN DU SPOILER
Je n'en dirais pas plus pour préserver la surprise, mais pour ma part j'ai été surprise et transportée tout au long de Magic Rises, tout autant que pour les romans précédents. Kate Daniels fait partie de mes séries préférées, qui se bonifie au fur et à mesure !
Pour ce qui est de la lecture, je l'ai bien sûr lu en version originale, vu que Bragelonne/Milady n'a toujours pas décidée de reprendre cette merveilleuse série. A ma grande surprise, mes visionnages de séries et films en VOSTFR ont portés leurs fruits, j'ai englouti Magic Rises en environ deux semaines, tandis que j'avais lu avec plus de difficulté Magic Slays, le finissant au bout d'un mois. Pour ceux qui aimeraient connaître la suite de cette saga, je vous conseille beaucoup de le lire en Anglais (y a pas trop le choix d'ailleurs !). Quand on a lu les premiers tomes, qu'on est familiarisés avec les personnages et le style d'écriture, la lecture en VO est accès facile d'accès, même pour les personnes comme moi qui n'ont pas un niveau élevé en Anglais.
J'ai appris récemment qu'au lieu de compter sept tomes au total, les auteurs ont finalement décidés d'en écrire 10 ! Je saute de joie et je suis très impatiente de pouvoir lire la suite, surtout qu'on se rapproche sans cesse de Roland et que j'ai hâte de voir ce que ça va donner.
Bonne lecture !




- You'll never be a shapeshifter. If you live with us for a hundred years, a newborn werebear will be more of a shapeshifter than you are. [...]
You'll never fully understand what it's like and we'll never fully understand you. But it doesn't matter.
You're Pack.
 
 
 
 
 
Kate Daniels, Tome 1 : Morsure Magique
Kate Daniels, Tome 2 : Brûlure Magique
Kate Daniels, Tome 3 : Attaque Magique
Kate Daniels, Tome 4 : Blessure Magique
Kate Daniels, Tome 5 : Magic Slays
Kate Daniels, Tome 6 : Magic Rises
 
 
 
 
Logo Livraddict

28/08/2013

Un intérêt particulier pour les morts, d'Ann Granger

un intérêt particulier pour les morts,ann granger,policier,historique

Un intérêt particulier pour les morts

 

Ann Granger




Nous sommes en 1864 et Lizzie Martin accepte un poste de dame de compagnie à Londres auprès d'une riche veuve qui est aussi une propriétaire de taudis.
Lizzie est intriguée d'apprendre que la précédente dame de compagnie a disparu, apparemment après s'être enfuie avec un inconnu. Mais quand le corps de la jeune fille est retrouvée dans les décombres de l'un des bidonvilles démolis récemment autour de la nouvelle gare de St Pancras,
Lizzie commence à se demander ce qui s'est passé. Elle renoue avec un ami d'enfance, devenu l'inspecteur Benjamin Ross, et commence à enquêter avec son aide, au péril de sa vie, pour découvrir la vérité sur la mort de la jeune fille dont le sort semble étroitement lié au sien.



J'ai entendu beaucoup parler de ce roman, je trouvais la couverture très belle, il ne m'en fallait pas plus pour commencer l'aventure.
On découvre Elizabeth Martin – ou Lizzie – peu de temps après la mort de son père, un médecin de campagne. Celui-ci ayant laissé peu d'argent pour permettre à sa fille de substituer, Elizabeth accepte un travail de dame de compagnie. Elle va arriver à Londres pour prendre son poste auprès de Mme Parry, la veuve de son parrain.
Très vite, elle va apprendre que la jeune femme qui occupait sa position précédemment s'est enfui avec un homme. Mais ça, c'était avant qu'on ne découvre son corps dans un chantier de démolition ! L'inspecteur Benjamin Ross, de Scotland Yard et ancienne connaissance de Lizzie, va faire des pieds et des mains pour démasquer la personne responsable.
Parlons tout d'abord de l'enquête policière. Sans être extraordinaire, elle est intéressante et en se demande sans cesse comment l'affaire va être résolue ! Sans être sûre à 100% de l'identité du suspect, j'ai eu très vite des soupçons, ce qui ne m'a pas gâchée la lecture. J'ai été happé par les rebondissements, et surtout par les méthodes, les pensées de Ben Ross et de Lizzie, qui apporte un éclairage inattendu à l'enquête policière.
Voilà, pour l'intrigue, parlons maintenant des personnages. Sans contexte, ils sont tous plus intéressants les uns que les autres ! Les personnages secondaires sont tous très bien décrits, avec une mention particulière pour Mme Parry, qui n'est pas aussi futile ou écervelée qu'on le pense. Mais ma préférence va bien sûr aux deux personnages principaux, étant donné que le récit se partage entre ces deux-là. Ben Ross est parti de pas grand-chose pour finalement devenir un excellent inspecteur, il a du talent et de la motivation à revendre, sans compter un certain charme. Lizzie me fait penser un peu à Elizabeth Bennet (je suis la seule à qui ça fait cet effet ?) est vraiment LE personnage. Peu de moyens, elle arrive déphasée à Londres, le contraste est dur entre la vie où elle pouvait dire tout ce qu'elle pensait, et les salons où elle doit surveiller ses manières et sa façon de penser, très différente des mœurs des femmes de ce milieu. Elizabeth va faire de son mieux pour s'adapter aux conventions, à se fondre dans la masse et à ne pas choquer les hommes par son caractère entier et indépendant.
Mais ce qui m'a également particulièrement plu dans Un intérêt particulier pour les morts est le fait d'avoir ancré le récit dans l'époque victorienne, que j'apprécie décidément de plus en plus ! Mœurs, usages, relations, vêtements, décors, j'ai eu l'impression d'y être et de pouvoir vivre une nouvelle fois à cette époque fascinante. Une époque fascinante, mais très dure, évidemment. La description du travail dans les mines de charbons, les taudis dans lesquels les gens sont obligés de s'entasser, les bouges... Bref, du beau mais aussi du moins reluisant, avec un luxe de détails et de précisions qui rendent ce décor vraiment vivant et intéressant.
Un intérêt particulier pour les morts est un roman qui se lit très vite et facilement, avec beaucoup de plaisir. Je me plongerai dans la suite avec intérêt.




Londres était une ville dans laquelle un homme
pouvait se perdre complètement s'il le désirait.
 
 
 
 
Logo Livraddict

24/08/2013

Chroniques des Enchanteurs, Tome 1, de Kami GARCIA et Margaret STOHL

chroniques des enchanteurs,16 lunes,kami garcia,margaret stohl,tome 1

Chroniques des Enchanteurs, Tome 1
16 Lunes

 

Kami GARCIA et Margaret STOHL




J'ai longtemps rêvé de cette fille. Elle apparaissait dans un cauchemar où, malgré tous mes efforts, elle tombait sans que je ne puisse la sauver. Je me savais lié à elle d'une façon particulière.
Et puis un jour, elle est arrivée en chair et en os dans au lycée de Gatlin, notre petite bourgade du Sud des Etats-Unis. Elle était belle et mystérieuse. Si j'avais su qu'en même temps que cette fille, dont j'allais tomber éperdument amoureux, surgirait aussi une malédiction... Nous étions menacés.
Et cette fois, j'allais devoir la sauver... L'amour sera-t-il plus fort que le destin ?


C'est une de ces rares fois où j'ai d'abord vu l'adaptation au cinéma avant de lire le livre. Je connaissais donc déjà la plupart des personnages, quelques éléments de l'action... Au regard de tout ce qui se disait de 16 Lunes et de sa suite (en bien et en mal), j'ai profité de l'occasion d'avoir ce premier tome d'occasion. Je m'y suis plongée avec curiosité.
Ethan Wate est un lycéen de la petite ville de Gatlin. Adolescent sans histoire, il reste néanmoins assez solitaire, depuis que son père s'enferme dans son bureau suite au décès de sa mère. Amma, sa gouvernante, reste à veiller sur lui.
Le jour de la rentrée, le lycée est en émois. Une nouvelle élève, Lena Duchannes, arrive en ville. Elle attire l'attention car elle est la nièce de ce « vieux fou de Ravenwood », un homme mystérieux, intrigant, et qui n'a pas été vu en ville depuis des années. Mais des événements étranges se manifestant autour de Lena, la populace de Gatlin n'est pas disposée à lui accorder confiance. Hormis Ethan ! Leur aventure commence dans ce monde où les Enchanteurs et la magie existent.
Ce début des Chroniques des Enchanteurs est un début honorable, sans être grandiose. Je m'explique ! On peut rapprocher 16 lunes d'Harry Potter ou de Twilight, évidemment, comme cela a déjà été fait. Mais ça ne m'a pas particulièrement dérangée ou interpellé, les ficelles utilisées ici sont communes à beaucoup de romans, spécialement pour la jeunesse. Il y a un amour interdit, le côté fantastique, la magie... Ce qui m'a, en revanche, plus « dérangée » serait par exemple les clichées qu'on y trouve comme les élèves stéréotypés avec les footballeurs et les cheerleaders, la lutte entre la Lumière et les Ténèbres (sans nuance entre les deux !), qui est quand même un thème un peu trop souvent utilisé et qui n'est pas spécialement novateur ici. Ce côté aussi un peu trop chasse à la sorcière, où l'élève est rejeté, comme Lena dès le début juste parce qu'elle était la nièce de son oncle. (L'oncle, Macon, est d'ailleurs celui que j'ai préféré, car c'était le plus complexe et le plus intéressant).
Mais je n'ai pas pour autant détestée ma lecture de 16 lunes ! C'est une histoire malgré tout intéressante, peut-être deux ou trois longueurs parfois, mais que j'ai lu très vite et très facilement. Pour une fois, l'histoire est racontée du point de vue d'un garçon, et son ressenti, spécialement sur son histoire d'amour avec Lena, est touchante le plus souvent. L'univers des Chroniques des Enchanteurs a du potentiel, j'espère qu'il sera davantage exploité par la suite ! Car si je peux trouver d'occasion la suite, ou l'emprunter, je pense que je cèderai à la curiosité de savoir ce qui se passe ensuite.
Une lecture assez agréable dans l'ensemble.





Chroniques des Enchanteurs, Tome 1 : 16 Lunes
Chroniques des Enchanteurs, Tome 2 : 17 Lunes
Chroniques des Enchanteurs, Tome 3 : 18 Lunes
Chroniques des Enchanteurs, Tome 4 : 19 Lunes

 

 

 

Logo Livraddict

21/08/2013

Une dernière chose avant de partir, de Jonathan Tropper

une dernière chose avant de partir,jonathan tropper,contemporain

Une dernière chose avant de partir

 

Jonathan Tropper




Silver a une vie de rêve, une épouse et une fille qui l'adore, un foyer chaleureux et une carrière de rock star en plein essor. Ah non, ça c'était avant...
Silver a 44 ans, il est divorcé et vit des royalties de son unique tube. Rock star déchue et père lamentable, il passe ses journées avec ses deux acolytes aussi paumés que lui au bord de la piscine du Versailles, la résidence pour hommes divorcés dans laquelle il a atterri. Son ex-femme s'apprête à se remarier et sa fille, Casey, vient de lui confier qu'elle était enceinte. Pourquoi à lui plutôt qu'à sa mère ? Parce que, vu le soin qu'il met à gâcher sa vie, il ne risque pas de lui faire la morale.
Quand Silver apprend qu'il est gravement malade et que seule une opération peut le sauver, il prend une décision radicale : il refuse l'intervention. Le peu de temps qui lui reste à vivre, il veut le consacrer à renouer avec Casey et à devenir un homme meilleur. Alors évidemment, le pire est à prévoir...



Silver avait une belle vie il y a quelques années : une carrière prometteuse dans la musique, une femme et une belle fille. Mais tout ça, c'était avant de déchoir lamentablement de son piédestal. Il vit des royalties de son tube et de diverses magouilles.
Sa vie déjà catastrophique prend un tour nouveau lorsqu'il apprend dans le même temps que son ex-femme va se remarier, que sa fille Casey est enceinte et que lui-même est gravement malade. N'ayant pas une grande envie de continuer à vivre ainsi, il refuse l'opération tout en décidant, dans le temps qu'il lui reste, d'être le meilleur père possible pour Casey. Mieux vaut tard que jamais !
Jonathan Tropper m'était totalement inconnu avant que j'ouvre Une dernière chose avant de partir. Je m'y suis plongée avec intérêt, un brin dubitatif. En effet, Silver n'est pas franchement sympathique et intéressant les premiers chapitres ! Mais, à ma grande surprise, j'ai suivi son périple avec un intérêt grandissant au fil des lignes. Au fur et à mesure, je me suis attachée à lui et j'ai eu envie de savoir comment il allait enfin s'en tirer, si ses relations avec sa fille allaient connaître un tour différent et si son ex-femme allait finalement revoir en lui l'homme qu'elle connaissait avant.
Dans Une dernière chose avant de partir, Jonathan Tropper explore toute la palette des émotions humaines, peur, regret, joie, doute, amitié, amour... Tout cela à cause des crises de couples, de la vie de famille, de la maladie, de la dépression, de la vie qui avance. L'histoire se révèle plus bouleversante que prévue, je comprends tout à fait la prise de distance qu'ont prise la femme et la fille de Silver à un moment donné, et pourquoi aussi elles ont repris contact. Car à part son désir de parler avec quelqu'un de sa famille qui ne peut pas la blâmer, Casey recherche aussi une relation avec son père, même s'il a magistralement raté des années essentielles.
Une dernière chose avant de partir est un roman très sympathique à lire, j'ai passé un bon moment de lecture, on voit la déchéance d'un homme, mais aussi sa volonté de finalement se reprendre, d'arrêter de se laisser aller et surtout de reprendre contact avec les personnes qui lui tiennent à cœur. Un livre léger, avec une écriture très ironique et satirique. Sans être la révélation de l'année, je le conseille malgré tout !
 
 
 
Logo Livraddict