Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

25/06/2013

Anita Blake, Tome 1, de Laurell K. Hamilton

anita blake,laurell k. hamilton,tome 1,bit-lit

Anita Blake, Tome 1
Plaisirs Coupables

 

Laurell K. Hamilton




Mon nom est Blake, Anita Blake. Les vampires, eux, m'appellent "l'Exécutrice" et par égard pour les oreilles les plus chastes, je ne vous dirai pas comment, moi, je les appelle.
Ma spécialité, au départ, c'était plutôt les zombies. Je relève les morts à la nuit tombée pour une petite PME. Ce n'est pas toujours très exaltant et mon patron m'exploite honteusement, mais quand on a un vrai don, ce serait idiot de ne pas s'en servir.
Tuer des vampires, c'est autre chose, une vieille passion liée à des souvenirs d'enfance. Depuis qu'ils sont officiellement reconnus et ont pignon sur rue, ils se croient tout permis. Certes, il yen a de charmants, voire très sexy, mais il y en a aussi qui abusent. Ceux-là je les élimine.
Rien de tel pour garder la forme : ça vous fouette le sang !



Commencé en 1993, Anita Blake a commencé à se faire connaître par le bouche-à-oreille aux Etats-Unis. En France, la série s'est d'abord vu publié chez Pocket et Fleuve Noir, avant d'être réédités par Bragelonne et Milady en 2009. Anita Blake est considérée comme l'une des séries de Bit-Lit les plus vendues et qui a fait connaître ce genre en France.
Anita Blake travaille pour une PME, comme réanimatrice et ses missions étaient au départ de relever des zombies, notamment pour des clients souhaitant les dernières volontés de leur défunt proche. Mais elle est aussi tueuse de vampires, cette fois pour des raisons plus personnelles.
J'entends parler d'Anita depuis des années, et j'ai décidée il y a un moment de me lancer dans cette lecture, histoire de voir à quoi ça ressemblait. Autant le dire tout de suite, je suis dans les personnages qui n'ont pas accrochés.
Pourquoi ? Je ne saurais pas vraiment dire pourquoi... Car il y avait quand même tout les ingrédients qui me plaisent d'habitude. L'apparition du fantastique dans un monde ordinaire, avec nécromanciens, zombies, vampires, garous... Une héroïne qui n'a pas sa langue dans sa poche et qui attire les ennuis comme le vinaigre attire les mouches, des enquêtes et autres investigations... Ce n'est pas un univers romantique, mièvre et gnan-gnan, mais où l'érotisme est bien présent. C'est peut-être ce qui m'a un peu refroidi, surtout que ça devient « pire » par la suite avec tout ce que j'ai pu apercevoir des romans suivants que j'ai feuilletés. Ou c'est moi qui tombe à chaque fois sur ces passages ? Hum... Mais c'est aussi les vampires : ils sont beaux, ils sont puissants, ils font tomber les femmes à leurs pieds. Bon, ils sont capables du pire comme du bon, mais j'ai eu l'impression qu'il n'y avait que ces vampires dans les romans de bit-lit, que ça a un peu trop envahi les étagères des librairies. Overdose de vampires ? Possible, surtout ceux décrits comme Laurell K. Hamilton. Bon, pour avoir lu seulement les trois premiers tomes, je ne suis peut-être pas la mieux placée pour dire si ça continue dans cette veine ou non, surtout si mes souvenirs ne sont pas bien frais.
En tout cas, ces trois premiers tomes ont été une assez mauvaise expérience, surtout qu'en dehors des points cités plus hauts (trop d'érotisme et des vampires peut-être un peu trop « clichés »), je n'ai pas réussi à adhérer aux personnages, et surtout pas à Anita elle-même, ce qui est quand même un comble, vu que c'est le personnage principal et que la série Anita Blake compte 17 romans traduits en français.
Tout ça pour dire, je m'attendais à une série coup de cœur, et le résultat est très décevant, je suis ressortie de ma lecture en me disant : « Tout ça pour ça ? ». Bon, j'en attendais peut-être beaucoup trop, à la mesure de ma déception. Mais je ne compte pas rester sur ce point de vue, du moins je l'espère. Qui sait, peut-être que je reprendrais Anita Blake depuis le tout début, un de ces jours ? En tout, elle ne fait pas partie de mes priorités, loin de là, mais sait-on jamais...
 
 
 
Logo Livraddict

24/06/2013

Les Âmes Vagabondes, de Stephenie Meyer

les Âmes vagabondes,stephenie meyer,science-fiction,coup de cœur,vo

Les Âmes Vagabondes

 

Stephenie Meyer


Coup de cœur

 

 
La Terre est envahie.
L'humanité est en danger. Nos corps restent les mêmes, mais nos esprits sont contrôlés.
Mélanie Stryder vient d'être capturée. Elle refuse cependant de laisser place à l'être qui tente de la posséder. Quelque part, caché dans le désert, il y a un homme qu'elle ne peut pas oublier.
L'amour pourra-t-elle la sauver ?

 


Après avoir lu la série Twilight, j'étais curieuse de voir ce nouveau roman de Stephenie Meyer. J'étais à la fois impatiente de le lire mais aussi dans l'expectative : allait-elle se reposer sur ses lauriers et ne refaire qu'une autre version de sa saga à succès ? Car il y a beaucoup d'éléments semblables au vu du résumé : de l'amour contrarié, du fantastique (ici l'invasion des âmes « remplace » les vampires et autres loups-garous)... Donc, je me suis lancée, un peu dubitatif, dans la lecture des Âmes Vagabondes !
les Âmes vagabondes,stephenie meyer,science-fiction,coup de cœur,voLe monde est envahi par des aliens. Pas par des aliens voulant à tout prix annexer une nouvelle planète, à grand renfort de sang et d'armes. Mais malgré tout, ces Âmes n'ont pas seulement colonisés la Terre. Origine est leur planète natale, où ils peuvent vivre en dehors d'un hôte. S'étant fait eux-mêmes envahis, ils ont pris conscience qu'ils pouvaient survivre dans des êtres pensants. La Terre fait partie d'une de leur dernière « acquisition ».
Contrairement à la plupart des hôtes, les êtres humains ont leurs propres résistants. Se rendant compte qu'ils étaient envahis, ils ont réagis, mais trop tard. Il existe peu d'humains libres désormais, et les âmes ont annihilés l'esprit du corps qu'ils occupent. Mélanie Stryder a échappé à la capture pendant des années, mais a fini par être capturée. C'est l'âme Vagabonde qui sera insérée, les Traqueurs (âmes chargées de capturer les derniers humains libres) espérant qu'elle les conduise à ses complices. Mais voilà, il semble que l'âme humaine ne disparaisse pas toujours au profit de la nouvelle âme implantée dans le corps... Mélanie reste bien présente, mais incapable de bouger ou de réagir par elle-même. Elle ne va pas se laisser faire pour autant, déversant ses souvenirs dans leur tête commune, poussant Vagabonde à s'attacher notamment à deux personnes : Jamie Stryder, son petit frère, et Jared Howe, l'homme dont elle est amoureuse.
Se lançant à leur recherche, Vagabonde les retrouves dans une cachette, au fin fond d'un désert. Capturée, elle n'est vue que comme une Âme, une ennemie. Personne ne sait que Mélanie est encore à l'intérieur d'elle, ni est disposée à la croire, à part peut-être Jamie, qui voit bientôt en elle une amie, et Jebediah, l'oncle loufoque de Mélanie, le premier à découvrir son existence. Quand à Jared, la perte de Mélanie l'a rendu encore plus dur et cruel, et se comporte de façon abominable avec Vagabonde presque tout au long du roman.
Donc, après hésité, j'ai commencé Les Âmes Vagabondes. Mais dès les premières pages je me suis retrouvée plonger dans un patchwork d'émotions. Evidemment, comme au vu des phrases d'accroches, l'amour est le point central de ce récit.
Mais il n'est pas le seul ! Stephenie Meyer nous fait redécouvrir toute la gamme des émotions humaines à travers Vagabonde. L'âme n'était pas habitué au corps humains et à ses violentes réactions, plus excessives que toutes celle des corps qu'elle avait précédemment occupée (car elle en est quand même à environ 9 cycles différent). Il y a la peur, la joie, le bonheur, la colère, l'incertitude, la jalousie... Elle côtoie la violence et l'amour, la colère mais aussi l'amitié. Les premières semaines ont été particulièrement difficiles. Vagabonde est une âme apparemment plus résistante que les autres, mais qui est comme la majorité de son espère : douce, révulsée par la violence, plus peace and love que batailleuse ! Contrairement à Mélanie, qui a le sang vif, un caractère explosif. C'est très dur pour elle d'être enfermée dans son propre corps, sans rien pouvoir contrôler. Au fil du temps, ces deux âmes vont devenir très proche, se considérant comme des amies, presque des sœurs. Très généreuse, laissant passer les autres avant elle-même, Vagabonde s'est laissé « contaminer » par les émotions humaines qu'elle ressent. Elle aime Jamie et Jared d'abord grâce aux souvenirs de Mélanie, avant de s'attacher à eux à sa propre manière. Mais elle va nouer des relations par elle-même sans avoir l'affection préalable de Mélanie. Elle va avoir une relation très proche de Jebediah, son premier protecteur, il l'a fait accepter dans la communauté très réticente, il l'a accepté et soutenue dès le début. Mais Vagabonde va avoir d'autres amis, comme Walter, mais il y a surtout Ian O'Shea. Au début, avec son frère Kyle, il va tenter de la tuer, rejetant totalement sa présence. Mais peu à peu, son regard va changer sur elle, il va se rendre compte que l'invasion ou la perte d'êtresles Âmes vagabondes,stephenie meyer,science-fiction,coup de cœur,vo chers n'est pas de sa faute. Il va tomber amoureux de Vagabonde, ce qui introduit tensions et rivalités au sein de l'histoire entre Mélanie et Jared. Mélanie refuse totalement Ian et son amour, ce qui empêche Vagabonde de réagir. Jared est son rival pour obtenir Vagabonde, mais Jared a beau refuser l'âme, il refuse que l'on touche au corps de Mélanie... Autant vous le dire tout de suite, je suis team Ian ! C'est un des personnages les plus profonds et captivants, mon chouchou. Au début, il n'a pas le beau rôle, mais c'est celui qui évolue le plus. Son amour pour Vagabonde est touchant et profond, il est toujours là pour elle, sans jamais s'imposer tout en asticotant quand même Mélanie de temps en temps !
Autant Jared m'a à la fois intéressée et profondément énervée. Certes, je serais aussi furieuse si je voyais revenir ma copine avec une âme à l'intérieur, mais la façon dont il se compte avec Vagabonde jusqu'à la fin m'a franchement mis en boule. Heureusement qu'il y a des moments où il s’amende ou que Gaby (le surnom de Vagabonde en français) ne se laisse pas faire. J'ai apprécié particulièrement le moment dans l'infirmerie où elle lui dit qu'elle est la femme dans son espèce ! Il aide peut-être ou protège Gaby, mais surtout pour ne pas blesser le corps de Mélanie, il refuse de croire Vagabonde, doute de la présence de Mel... Bref, parfois charmant, souvent antipathique ou presque, un personnage très ambivalent, que j'aurais bien envie de gifler une fois ou deux.
Stephenie Meyer décrit parfaitement ses personnages et leurs émotions. Pas besoin d'être un grand sensible pour apprécier l'histoire d'amour, le triangle amoureux, mais aussi la quête de Vagabonde. La Terre n'est pas comme les autres mondes qu'elle a connus, et c'est une bataille de tous les instants. Pour comprendre le monde qui l'entoure, les émotions qui l'envahissent, la manière d'y réagir... Ce n'est pas comme dans Twilight, où je trouvais souvent l'histoire (et pas seulement l'histoire d'amour) niaise et gnan-gnan. Non, Stephenie Meyer a écrit dans Les Âmes Vagabondes quelque chose de bien meilleur, de beaucoup mieux travailler et écrit, plus adulte et beaucoup plus intéressant ! Les émotions sont au cœur du roman, le point essentiel, et elles sont toutes parfaitement décrites, sensibles, j'ai été profondément touchée du début à la fin.
Partie pour être une déception, ce roman de Stephenie Meyer s'avère, comme vous l'avez sans doute remarqué, un véritable coup de cœur ! A ceux qui ont lu Twilight : n'hésitez pas à lire Les Âmes Vagabondes, sans conteste bien meilleur pour moi. Mieux écrit, mieux travaillé, beaucoup plus émouvant et intense, c'est vraiment un roman excellent, que je relis et relis encore, en étant toujours emportée par un flot d'émotions !

 

 

les Âmes vagabondes,stephenie meyer,science-fiction,coup de cœur,voPourquoi l'amour humain me paraissait tellement plus précieux que celui de mes congénères ? Parce qu'il était exclusif, capricieux ? Les âmes offraient leur amour sans restriction. Avais-je besoin de relever un plus grand défi ? Cet amour humain était truffé de pièges ; il était sans règles, sans loi ; il pouvait être offert sans rien exiger en retour, comme avec Jamie, ou alors obtenu, avec le temps, après de longs efforts, comme avec Ian, ou être immédiat, déchirant et animal, comme avec Jared.
L'amour des Hommes était peut-être tout simplement plus fort... Était-ce là le secret ? Ces humains pouvaient haïr avec une telle ardeur... A l'autre bout du spectre, pouvaient-ils aimer avec une ardeur égale ?
Pourquoi avais-je tant besoin de cet amour ? Tout ce que je savais, à présent, c'est que l'amour que je recevais valait mille fois les risques et les souffrances qu'il m'avait coûtés. L'amour était encore plus exaltant que je ne l'imaginais.
Il était Tout.
 
 

 

Logo Livraddict

23/06/2013

Porteurs d'Âmes, de Pierre Bordage

porteurs d'Âmes,pierre bordage,policier,science-fiction

Porteurs d'Âmes

 

Pierre Bordage




Léonie, achetée au Liberia, alors qu'elle n'était qu'une enfant, séquestrée, prostituée, s'enfuit à vingt ans de son enfer pour se retrouver clandestine et sans papiers dans les rues de Paris.
Edmé, un inspecteur de la Crim', déprimé par les violences, la misère et le cynisme qu'il côtoie chaque jour, découvre un étrange charnier dans la Marne.
Cyrian, fils de famille en mal de raisons de vivre, se prête à un voyage expérimental d'un genre nouveau, pour trouver le frisson de l'extrême : le transfert de l'âme dans un corps d'emprunt...
Leur point commun ? Tous trois sont porteurs d'âmes, comme tous les êtres humains. Mais parfois les âmes ne sont pas où elles devraient être ...
Polar, roman d'amour et d'anticipation : Pierre Bordage joue ici de tous les genres avec un art consommé...



Après avoir adoré Les Derniers Hommes, j'ai décidée de continuer ma lancée et de lire d'autres romans de Pierre Bordage. Profitant de l'édition 2013 du Salon du Livre de Paris, j'ai craqué pour Porteurs d'Âmes, et eu ma petite dédicace pour l'accompagner.
Léonie a vingt ans. Après des années de prostitution, de séquestration et de calvaire organisés par sa tante, elle parvient à s'enfuit. Dans un foyer d'accueil, on la renseigne sur un laboratoire qui recherche des cobayes pour tester un médicament.
Il y a Cyrian, un étudiant rêvant d'entrer dans le club des Titans, une confrérie très fermés et sélective, où il faut passer des épreuves insoutenables avant de pouvoir en faire partie. Le début de son aventure en tant que Titan va l'entraîner dans le voyage expérimental...
Et enfin, Edmé. C'est un policier, peu à peu mis sur le banc de touche par ses supérieurs. Jusqu'au jour où il découvre un charnier dans la Marne, avec une quantité de femmes violées.
Trois personnes très différentes se côtoient avant de se rejoindre dans Porteurs d'Âmes. L'alternance entre les différents personnages (un chapitre chacun, d'abord Léonie, puis Cyrian, enfin Edmé, avant de revenir à Léonie) permet de faire monter le suspense, surtout lorsque Pierre Bordage nous laisse avec des éléments captivants à la fin d'un chapitre, ce qui rend avide d'avoir la suite !
L'histoire racontée ici est intéressante, grâce à cette machine qui permettrait de voyager entre... Mais ça vous verrait bien à la lecture, je n'ai pas envie de vous spoiler plus que nécessaire (bon, il y a quand même pas mal de résumé qui ont déjà divulgué cette information, sans parler du titre, mais bon... Vous ferez vous-même l'expérience !). Sans être spécialement novateur, Pierre Bordage l'a très bien amené !
Ce qui le fait le point fort de Porteurs d'Âmes, ce sont ses personnages. Léonie est d'emblée le personnage que j'ai préféré, celle à qui je me suis identifié le plus rapidement et le plus fort. Sans papier, elle a vécu pendant des années un véritable supplice, en commençant une existence difficile au Libéria, mais surtout lorsqu'elle a été vendue en France comme prostituée. A travers elle, on va connaître la peur, la douleur, la colère, toutes les souffrances que peut engendrer son existence... Le flic, Edmé, est celui que j'ai trouvé le plus « neutre ». Je m'explique : comme beaucoup de policiers, il a eu des drames, des difficultés, il est une figure classique de flic désabusé et cyniques, qui ne croit plus en rien et en personne... Ou presque ! Car il va se rendre compte que sous sa carapace, il y a encore quelqu'un. Malgré le fait que Pierre Bordage l'ait très bien décrit, je me suis plus intéressé à son enquête qu'à lui et à sa vie amoureuse. Et enfin, il y a Cyrian. Le personnage le plus ambivalent, je trouve. On le découvre comme un fils de bonne famille, aisé, et qui a toujours eu ce qu'il voulait sur un plateau. Ce qui l'a fait devenir très détaché, sans rien de vraiment réel à se raccrocher. Hormis le fait d'appartenir à une mystérieuse confrérie, ce qui introduirait enfin dans son existence un peu d'adrénaline, de sensations fortes et de suspense ! Autant au début j'ai eu envie de lui mettre des claques à de nombreuses reprises, autant il évolue, grandit, et apprend finalement tout au long du récit, ce qui fait qu'il devient très touchant, bien loin de l'adolescent larmoyant qu'il était au début.
Pierre Bordage décrit un univers sombre, très pessimiste, surtout lorsqu'il décrit la vie de Léonie (avec la prostitution, les coups, les squats, l'attitude des policiers et autres politiciens) et les enquêtes d'Edmé. Dans le monde de Cyrian, c'est plus diffus, moins palpable, mais tout aussi présent et étouffant. Mais il y a quand même une note d'espoir, surtout par le voyage de Cyrian. Cela ne touchera pas tout le monde de la même façon que lui, mais voir le monde (SPOILER) à travers les yeux des autres... Quelle opportunité ! Car on a beau vivre tous dans le même monde, personne ne le perçoit exactement de la même façon, personne ne se fait tout à fait les mêmes réflexions sur ce qu'il nous inspire. Se mettre à la place de l'autre est une bonne manière de redécouvrir ce qui nous entoure, et balayer nos idées préconçues !
Cynique, grinçant, sombre, où l'espoir n'est qu'une mince flamme dans l'obscurité, Porteurs d'Âmes est une excellente découverte ! Rempli de suspense, haletant du début à la fin, je ne m'y suis pas ennuyée une seule seconde et j'en redemande !
 
 
 
Logo Livraddict

19/06/2013

La Conjuration Primitive, de Maxime Chattam

la conjuration primitive,maxime chattam,policier

La Conjuration Primitive

 

Maxime Chattam





Et si seul le Mal pouvait combattre le Mal ?
Une véritable épidémie de meurtres ravage la France. Plus que des rituels, les scènes de crimes sont un langage. Et les morts semblent se répondre d'un endroit à l'autre.
Plusieurs tueurs sont-ils à l'œuvre ? Se connaissent-ils ? Et si c'était un jeu ?
Mais très vite, l'hexagone ne leur suffit plus : l'Europe entière devient l'enjeu de leur monstrueuse compétition.
Pour essayer de mettre fin à cette escalade dans l'horreur, une brigade de gendarmerie pas tout à fait comme les autres et un célèbre profiler, appelé en renfort pour tenter de comprendre.
De Paris à Québec en passant par la Pologne et l'Ecosse, Maxime Chattam nous plonge dans cette terrifiante Conjuration Primitive, qui explore les pires déviances de la nature humaine.


Enfin, un nouveau livre de Maxime Chattam, et surtout un Thriller, le genre où cet auteur excelle, même si j'aime bien le lire également en fantastique. La Conjuration Primitive est en passe de devenir un de mes livres préférés (comment ça, Joshua Brolin y fait une apparition ? Non, non, ça ne joue pas du tout...)
En France, une épidémie de meurtres semble se propager. Très vite, cela se propage hors du pays pour aller dans les pays voisins. Chaque meurtre est signé d'un *e mystérieux. Ce symbole est-il le signe que les meurtriers se rassemblent, se connaissent ? Un signe de ralliement, de reconnaissance ? Le symbole d'un club sélect de tueur ?

« - Le plus grand nombre dicte les codes, les lois, mais si demain les tueurs en série sont plus nombreux que nous, alors les monstres, ce sera nous. »

On suit principalement les meurtres du Fantôme, violant, étranglant et réanimant ses victimes jusqu'à leur mort ; il y a la Bête, qui semble dévorer ses victimes avec une mâchoire monstrueuse. A ces deux-là s'ajoute des photos à caractère pédophile, mais aussi les actes de violence d'un squatter. A chaque fois, le symbole *e est là...
Alexis Timée est adjudant à la Gendarmerie Nationale de Paris. Avec ses collaborateurs, Ludivine Vancker et Segnon Dabo, il va tout tenter pour résoudre cette vague de crimes. Dépassé par les événements, il va solliciter l'aide de Richard Mikélis, un criminologue, pour tenter de comprendre ce qui se trame dans la tête des meurtriers.
La Conjuration Primitive se classe définitivement parmi mes préférés de Maxime Chattam, avec la Trilogie du Mal et Le Diptyque du Temps. Evidemment, c'est dur de passer au-dessus de la Trilogie du Mal, mais ce dernier roman tient vraiment toutes ses promesses de qualité !
Découpé en trois partis : Lui, Elle et Eux, on commence par suivre Alexis, puis Ludivine, et enfin on finit avec les conclusions de Richard Mikélis. Des personnages toujours aussi intéressants ! Alexis, comme beaucoup de policier que l'on retrouve dans les Thrillers, est très bon professionnellement, même excellent. Il a cependant ses failles et ses doutes, il est beaucoup moins sûr de lui dans sa vie personnelle. Ludivine est l'un des personnages que j'ai préféré, elle est vive, elle se repose à la fois sur les techniques et sur son instinct. Tout comme Alexis, elle a une fragilité au niveau émotionnelle, qu'elle répugne à montrer. Et surtout, j'ai apprécié le fait qu'elle ait fait des arts martiaux (notamment du Krav Maga), ce qui lui donne un autre point commun avec Annabelle dans La Trilogie du Mal. Enfin, Mikélis. Un autre de mes personnages préférés, car il ressemble beaucoup à Joshua Brolin. La même faculté à comprendre et à traquer les tueurs, à se mettre dans leur tête, à mettre leur instinct de prédateur dans la chasse.

« Elle sut qu'il était à l'image de Mikelis en tout point : capable de comprendre les pires des hommes, de se mettre à leur place, pour anticiper, pour les traquer.
Ludivine réalisa alors qu'il existait quelques rares spécimens de ce genre. Des prédateurs de prédateurs.
»


Et justement, en parlant de Joshua Brolin : nombreux était les fans de La Trilogie du Mal à avoir hurlé de joie en apprenant qu'il ferait une apparition dans La Conjuration Primitive. Juste un bref passage, mais le revoir a fait du bien à mon cœur d'artichaut ! A part ça, j'espère qu'il nous sera donné la possibilité de le revoir ultérieurement. Peut-être dans un nouveau roman qui lui sera consacré, pour expliquer comment son chemin a croisé les protagonistes de La Conjuration Primitive ? Et, apparemment, Maxime Chattam n'en a pas tout à fait finis avec ses héros, donc peut-être que Brolin refera une autre apparition, qui sait !
Sombre, noir, avec une angoisse permanente tout au long du récit, Maxime Chattam frappe de nouveau très fort ! Tout comme après la lecture d'In Tenebris et les peurs qu'un tueur ne rentre chez moi pour m'enlever etc, j'ai de nouveau eu peur que le Mal ne rentre chez moi ! Maxime Chattam fait ressortir ce qu'il y a de plus noir dans le genre humain, ce qui rend à chaque fois notre vision du monde très pessimiste et dénué d'espoir. Le don de Maxime Chattam est de faire ressortir cette noirceur, mais aussi de nous y rendre complétement accro. Il décrit la violence et la façon dont elle se répand de manière très clinique, à la fois psychologique et sociologique, ce qui la rend très présente et effrayante.
Vous l'aurez compris, un nouveau thriller qui fait mouche, une nouvelle fois !




- Et qu'est-ce qu'on traque exactement ?
- Ce qu'il y a en chacun de nous depuis l'aube des temps et qui nous a permis d'arriver là où l'humanité en est désormais. Cette chose que la civilisation nous a appris à contrôler, pour la faire taire au fil du temps. Jusqu'à l'oublier, loin tout au fond de nous. La bestialité primitive. L'âme des prédateurs.



Parce que l'humanité n'a pas fini d'engendrer des parias, des détraqués, des épaves, et des pauvres types, et qu'ils comprendront qu'en se rassemblant ils deviendront une force.
Ils ne peuvent se soigner, car ils ne sont pas malades au sens médical, ils sont différents, ils se sont construits sur leurs déviances et rien ne peut plus les faire changer désormais. Plus la société prendra conscience qu'ils sont nombreux et incurables, plus elle se radicalisera. Et plus ils seront acculés à s'unir pour ne pas périr. [...]
Ils sont là, tout autour de nous, ils s'organisent, dans l'ombre, le silence. Ils sont invisibles, et nous n'avons pour les traquer que l'empreinte de leur existence : leurs crimes.
 
 
 
 
Logo Livraddict

Charlie et la Chocolaterie, de Roald Dahl

charlie et la chocolaterie,roald dahl,jeunesse

Charlie et la Chocolaterie

 

Roald Dahl




Charlie est un petit garçon qui vit avec son papa et sa maman, mais aussi avec ses quatre grands-parents.
Tout ce monde est entassé dans deux pièces seulement car la famille de Charlie est très pauvre. Lorsque son papa perd son travail, la situation devient dramatique, ils meurent presque de faim.
Mais dans la ville où ils demeurent, il y a une mystérieuse chocolaterie : nul n'y entre ni n'en sort jamais. Son propriétaire, Mr Wonka, lance un grand concours : les cinq gagnants pourront visiter l'usine et gagner des sucreries pour toute leur vie.
Mais les enfants mal élevés doivent se méfier : ils seront punis par où ils auront péché.



Roman pour enfants, Charlie et la Chocolaterie fait partie de ces classiques indémodables qui ont bercés ma jeunesse, aux côtés de nombreux autres romans de Roald Dahl, comme Matilda, James et la grosse pêche, Sacrées Sorcières ou La Potion Magique de Georges Bouillon !
Charlie Bucket vit avec ses parents et ses quatre grands-parents toujours allongés dans leur lit. C'est unecharlie et la chocolaterie,roald dahl,jeunesse famille très pauvre, mais très unie. Charlie est un petit garçon très sympathique, dont la misère ne peut que nous émouvoir. A côté de chez lui, il y a la plus grande chocolaterie du monde, dont Willy Wonka est le propriétaire, mais surtout le plus merveilleux et le plus inventif créateur de sucreries. Il peut inventer de tout, et surtout des choses apparemment totalement irréalisables, telles les glaces qui ne fondent jamais, les chewing-gums qui gardent leur goût...
Pratiquement ruiné par l'espionnage industriel, Willy Wonka a fermé un temps sa fabrique, avant de la rouvrir avec des ouvriers qu'on ne voit jamais... Après quelques années de travaux, il organise une loterie pour permettre au public de redécouvrir sa chocolaterie. Cinq tablettes de chocolat Wonka vont contenir un ticket d'or, ce qui permettra aux heureux gagnants de pouvoir entrer dans la fabrique. Les gagnants vont être Augustus Gloop, un glouton ; Veruca Salt, une fille pourrie-gâtée ; Violet Beauregard, mâcheuse de chewing-gum ; Mike Teavee, passionné de télévision. Et évidemment, Charlie Bucket !
J'ai entendu quelques reproches contre Charlie et la Chocolaterie, comme le fait que les enfants accompagnant Charlie soient réduits à un défaut les caricaturant, comme la gourmandise ou autre, ainsi par le fait que Charlie soit le seul garçon pauvre, et donc le plus humble et le plus discret. Mais ça ne m'a pas choquée, car à la base ce roman de Roald Dahl est destiné aux enfants, et par là leur montrer que c'était une bonne chose d'être attentif aux autres, d'être compréhensif et respectueux. Les enfants gâtés sont punis, Charlie à sa fin heureuse... Eh bien, de temps en temps, ça fait du bien que les gentils gagnent et que les méchants soient remis à leur place !
Charlie et la Chocolaterie se dévore comme un bon chocolat, il se lit vite et très facilement, tout en plaisant à la fois aux grands et aux petits ! C'est un moment de lecture excellent, délicieux, où je ne vois pas le temps passer et où à chaque fois je rêve de pouvoir aller moi aussi dans la chocolaterie de Willy Wonka ! Avec ses descriptions féériques, ce roman est un vrai bijou, je ne peux que le conseiller.
Très drôle et original, Roald Dahl nous montre que l'enfant en nous est toujours présent, pour un moment que l'on n'oublie pas !
 
 
 
 
Logo Livraddict