Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

08/05/2013

Le Jardin Secret, de Frances Hodgson Burnett

le jardin secret,frances hodgson burnett,jeunesse

Le Jardin Secret

 

Frances Hodgson Burnett



Mary Lennox est une enfant peu engageante. Privée d'affection, elle n'a jamais appris, dans son extrême solitude, à sourire ni à aimer. A la mort de ses parents, emportés par une épidémie de choléra, Mary quitte l'Inde où elle avait toujours vécu. Exilée dans le manoir anglais d'un oncle toujours absent, Mary trouve du réconfort dans l'Amitié. Elle partage avec Dickon, Colin et le rouge-gorge un merveilleux secret : un jardin oublié de tous, dont la clef, comme par magie, ouvre aussi la porte des cœurs...



Etant petite, Le Jardin Secret faisait partis de mes livres de chevet, que je relisais toujours avec plaisir et émerveillement. Je m'y suis replongée il y a quelques mois, curieuse que j'étais de porter un regard un peu plus adulte dessus.
Mary Lennox est une petite fille élevée aux Indes. Avec un père travaillant énormément et une mère plus intéressée par les réceptions que par sa fille, Mary est élevée par des domestiques qu'elle terrorise et qui font ses quatre volontés.
A neuf ans, une épidémie de choléra se répand, tuant ses parents. La petite fille va aller vivre chez son oncle, Alexis Craven, dans son manoir d'Angleterre. Un domaine magnifique, mais un peu lugubre, bâti près de la lande, et où la petite fille a l'impression d'entendre des sanglots... La nouvelle vie va transformer Mary, qui va prendre plaisir à connaître Dick, le frère de sa bonne, mais va aussi vagabonder sur la lande et soigner les jardins, notamment un mystérieux jardin caché derrière un mur.
Avec Le Jardin Secret, je suis retombée directement en enfance ! Frances Hodgson Burnett a un excellent plume, spécialement dans ses descriptions de nature, avec les magnifiques jardins, la lande, les bruits du vent et des animaux, le vent vivifiant, les odeurs de la terre et des plantes... Le manoir est également très bien décrit, avec les couloirs interminables, avec une multitude de portes avec qui sait ce qui se cache derrière.
Les personnages ne sont pas en reste : Mary est au départ une petite fille insupportable, une princesse gâtée, mais qui, sous diverses influences, va finir par s'améliorer nettement ! Martha est une jeune femme vive, qui n'a pas peur des caprices de Mary. Son frère Dick est un amoureux de la nature et des animaux, Ben le jardinier est un homme bourru mais attentif aux autres, et finalement Daniel ressemble par certains côté à la Mary du début, et heureusement qu'il ne reste pas pareil tout au long du récit !
Un roman intemporel, à lire aussi bien adulte qu'enfant, accessible très tôt.
 
 
Logo Livraddict

05/05/2013

Adieu ! Ou presque..., de Laurie Frankel

adieu ! ou presque...,laurie frankel,contemporain

Adieu ! Ou presque...

Laurie Frankel

 
On dit que la mort nous sépare. Mais que se passerait-il si l'on pouvait rester en contact avec nos proches disparus ? Pour Sam, brillant informaticien de Seattle, cette idée ne relève pas de la magie, c'est juste une question d'algorithmes. Et d'amour fou.
En effet, sa petite amie Meredith vient de perdre sa grand-mère, Livie. Devant la détresse de celle qu'il aime, Sam décide de créer, à partir de correspondance de Livie, un logiciel qui enverrait des messages comme si elle était encore là, derrière l'écran. Le résultat est si convaincant et Meredith si heureuse d'avoir à nouveau Livie "dans sa vie" que le couple décide de commercialiser le concept.
Le succès de leur entreprise, RePose, est immédiat. Des personnes endeuillées se pressent chez eux pour feindre, le temps d'une conversation, que l'être disparu est toujours vivant.
Mais rapidement, Meredith et Sam commencent à douter du bien-fondé de leur invention. N'est-il pas préférable de laisser quelqu'un partir pour de bon ? L'amour peut-il-doit-il-vraiment se poursuivre jusque dans l'au-delà ?
Une histoire d'amour hors du commun qui défie la science et le destin...

 

Premier roman de Laurie Frankel.
J'ai eu la chance de pouvoir découvrir ce roman dès sa sortie, sinon il serait resté longtemps oublié, sans doute jusqu'à sa sortie en poche.
Sam est un informaticien de génie pour une agence de rencontres en lignes. Pour à la fois ne pas rester célibataire et améliorer les logiciels de l'entreprise, il crée un algorithme capable de trouver l'âme sœur. Meredith est l'âme sœur de Sam, et très vite ils vont développer un amour intense et profond.
Lorsque la grand-mère de Meredith meurt, la jeune femme est dévastée. Elle va demander à son petit ami de réfléchir à un projet qui lui permettrait de garder un contact avec sa grand-mère, Livvie, malgré la mort. De fil en aiguille, Sam va inventer un système qui permettrait d'abord de faire répondre aux mails de Meredith comme si c'était réellement sa grand-mère derrière l'écran, en temps réel. Puis ce système va se développer pour permettre de parler en direct avec Livvie, via l'ordinateur... L'idée de Sam va rapidement être développée par le couple pour devenir RePose, où les personnes endeuilles peuvent parler avec leurs disparus.
A travers Adieu ! Ou presque..., Laurie Frankel pose la question jusqu'où peut aller la science, mais surtout jusqu'où peut aller une personne pour garder contact avec les personnes qu'elle aime, malgré la mort, et sur le travail de deuil. Les réactions des personnages face au logiciel RePose sont très variées, du dégoût à l'intérêt, avec ensuite la façon d'interagir avec les avatars des morts, les implications que cela entraîne.
Laurie Frankel développe un bon conte sur la mort, le deuil, d'une façon originale mais surtout avec beaucoup de sentiments et de sensibilité. Je comprends très bien qu'on puisse utiliser ce programme pour avoir l'occasion d'entendre et de voir encore une fois une personne à laquelle on tient et qui est partie ! Comment gérer ses émotions, surtout que personnes ne vit et ressent exactement la même chose ? Faut-il tirer un trait définitif, faire son deuil avec le temps qui passe, ou saisir l'opportunité de repousser son chagrin pour un temps grâce à la technologie ?
Le dernier rebondissement a été pour moi assez prévisible, mais Laurie Frankel a su l'amener sans que cela nuise à l'histoire et au rythme du récit. Adieu ! Ou presque... n'est pas un coup de cœur, mais j'ai beaucoup appréciée cette lecture pour l'idée originale de faire revenir les morts grâce à l'électronique, et surtout ce que cela implique dans les sentiments des personnes encore vivantes.
Une bonne lecture, sans prise de tête, et où j'ai été tenue en haleine la majeure partie du récit.




- Le sort peut frapper, Sam.
Au hasard, horrible, injuste, insensé, incompréhensible.



- Mais pourquoi les autres ne passent pas leur temps à mourir de chagrin ?
- Parce que les glaces à la crème sont quand même délicieuses, parce que le soleil brille, même quand on a soixante-quinze ans. Parce que les films drôles font rires, parce que le travail peut rendre heureux et qu'une bière avec un ami c'est chouette. Et parce qu'il y a d'autres gens qui t'aiment.
 
 
 
 
Logo Livraddict

03/05/2013

Des milliards de tapis de cheveux, d'Andreas Eschbach

des milliards de tapis de cheveux,andreas eschbach,science-fiction

Des milliards de tapis de cheveux

 

Andreas Eschbach




Quelque part aux confins de l'empire se niche une planète que seule une curieuse coutume distingue de ses consoeurs : depuis des temps immémoriaux, les hommes, tisseurs de père en fils, y fabriquent des tapis de cheveux destinés à orner le palais des étoile de l'empereur.
Pourtant, certains, tel cet homme au passé nébuleux qui prétend venir d'une lointaine planète, racontent que l'empereur n'est plus. Qu'il aurait été tué par des rebelles.
Mais alors, à quoi - ou à qui - peuvent donc servir ces tapis ?



Premier roman d'Andreas Eschbach.
Je ne savais pas trop à quoi m'attendre lorsque je l'ai commencé et en le refermant, je me suis dit : « Bon... Bizarre... » Je l'ai reposé et l'ai oublié quelque temps dans ma bibliothèque. Je me suis décidée à le relire pour en faire une chronique avec les idées claire.
Quelque part dans l'empire se cache une petite planète, pas très différente des autres. A part pour une singularité : depuis toujours, de père en fils, des tapis de cheveux sont fabriqués afin qu'ils ornent le palais de l'empereur. Mais l'empereur lui-même est-il toujours vivant ? Ondes milliards de tapis de cheveux,andreas eschbach,science-fiction raconte qu'il mort, tué par des rebelles... A qui ou à quoi serviront donc ces tapis ?
Après cette relecture Des Milliards de tapis de cheveux, j'en suis ressortie songeuse, comme la première fois. Andreas Eschbach a écrit un livre de science-fiction très intéressant : des tapis en cheveux avec un rôle mystérieux, des thèmes comme les traditions, les coutumes, le pouvoir, un univers très fantastique... Et qui au final laisse très songeur !
Composés de petits chapitres avec à chaque fois un personnage différent, tout s'assemble à la fin comme un puzzle. Chaque personnage est très différent, il y a de tout, et cela permet de mieux se rendre compte de la diversité de l'univers et d'avoir un point de vue différent ou une façon différente de penser. Quant à l'empereur tout-puissant, c'est vraiment ce qui m'a le plus intéressé pendant ma lecture : il vit depuis des milliers d'années, les personnes qui ont pu le voir réellement se compte sur les doigts d'une main, mais tout le monde possède une photo de lui. Pourquoi a-t-il besoin de tapis en cheveux ? Quel est son but ? Est-il toujours en vie ? Règnera-t-il encore longtemps ?
Toutes ces questions m'ont fait tenir jusqu'à la fin dans le suspense ! Des Milliards de tapis de cheveux est un roman à lire au moins une fois, je pense que c'est vraiment un livre à ajouter à ses lectures indispensables !
 
 
 
Logo Livraddict

Tess d'Urberville, de Thomas Hardy

tess d'urberville,thomas hardy,classique

Tess d'Urberville

Thomas Hardy

 
Jeune paysanne innocente placée dans une famille, Tess est séduite puis abandonnée par Alec d'Urberville, un de ses jeunes maîtres. L'enfant qu'elle met au monde meurt en naissant.
Dans la puritaine société anglaise de la fin du XIXe siècle, c'est là une faute irrémissible, que la jeune fille aura le tort de ne pas vouloir dissimuler.
Dès lors, son destin est une descente aux enfers de la honte et de la déchéance.

 

Je me remets à jour dans les classiques avec la lecture de Tess d'Urberville.
Publié en 1891, il a d'abord été censuré pour les remises en cause de Thomas Hardy des mœurs sexuelles de l'époque.
Tess est une jeune paysanne, apparentée aux d'Urberville, et chez qui elle est placée récemment. Dans la famille d'Urberville, il y a Alec, qui va poursuivre la jeune femme de ses assiduités, et donc la conséquence pour Tess sera d'avoir un enfant... Le bébé mourra quelques temps après l'accouchement, mais c'est un coup terrible pour la jeune fille, la société réprouve sa conduite, c'est une faute que Tess n'a pas dissimulé. La jeune fille, rejetée, décide de partir pour supporter son fardeau dans un endroit où personne ne la connait. Tess rencontrera un jeune homme, mais est-il possible qu'elle trouve le bonheur, que la tragédie s'évanouisse pour laisser place à la joie ?
Tess d'Urberville était depuis un bon moment dans mes projets de lecture, et je me suis finalement décidée à combler ma lacune en l'empruntant à la médiathèque. Je ne regrette absolument pas cette lecture, Thomas Hardy rejoint le club des écrivains anglais qui me font rêver et me transporte dans un autre monde, aux côtés de Jane Austen, des sœurs Brontë, de Dickens... Tess d'Urberville était ma première excursion dans le monde de cet auteur, mais pas la dernière!
Le point fort de Thomas Hardy dans ce récit est la justesse de ses descriptions. J'ai eu l'impression de me promener dans son livre, de pouvoir contempler les différents paysages, et surtout de connaitre les personnages, Tess en tête. C'est une jeune fille bonne, elle accepte tout ce qui lui arrive et arrive à surmonter ses épreuves tout en étant perpétuellement rattrapé par son passé ou par le malheur, sans que le bonheur qui lui arrive ne dure bien longtemps... Alec fait partie de ces individus détestables, que j'ai pris grand plaisir à détester, la tentation, celui qui a souillé Tess et lui a enlevé tout espoir de vivre une vie honorable, qu'elle aurait choisie. Mais les parents de Tess sont également au premier plan pour ce qui est des personnages que je déteste ! Ce sont eux les premiers qui ont jeté la jeune fille dans la gueule du loup en espérant un mariage avantageux ou une reconnaissance de la famille d'Urberville.
Thomas Hardy décrit avec justesse le petit peuple, les bourgeois, les différentes castes de l'époque, la morale et les codes qui imprègnent cette société, les inégalités entre les hommes et les femmes. Tess d'Urberville fait partie de ces récits poignants, durs, dont il est difficile de se détacher, et duquel je suis ressortie avec les larmes aux yeux ! Dur, sans concession, Thomas Hardy a frappé fort avec Tess, c'est une lecture vraiment bouleversante, sans espoir, mais aussi avec une grande beauté, illuminée par la dignité de Tess, une des plus grandes dames du récit malgré le « milieu » où elle est née.
Une lecture inoubliable ! Si vous ne connaissez pas encore, n'hésitez surtout pas !
 
 
 
 
Logo Livraddict

tess d'urberville,thomas hardy,classique

02/05/2013

Ce qui nous lie, de Samantha Bailly

 ce qui nous lie,samantha bailly,romance,fantastique

Ce qui nous lie

Samantha Bailly

 
Alice a un don. Elle a la capacité de voir les liens se tisser et se rompre entre les individus. Les attaches lui apparaissent sous forme de fils lumineux, déployant une cartographie des relations affectives. Les questions restent entières quant à l'origine de ce phénomène. Manifestation surnaturelle ? Hallucination provenant d'un choc psychologique ? Sans réponse médicale, la jeune femme a appris à vivre avec dans le plus grand secret.
Durant plus d'un an, Alice s'est servie de son pouvoir dans une optique de vengeance : dénoncer les hommes ayant des relations multiples. Elle décide finalement de briser ce schéma et de sortir de ce besoin maladif de vérité. Le roman commence lorsqu'elle reprend une vie plus balisée et normée, en démarrant un nouveau travail comme chargée de Ressources Humaines.
C'est alors qu'elle rencontre Raphaël, son manager. Un homme dont elle ne peut voir les liens. L'exception à la règle.

 

 
Nouveau roman de Samantha Bailly !
Suite à un choc important, Alice se découvre un don : celui de voir les liens qui unissent les personnes, et qui varie selon l'intensité de leurs émotions. La jeune femme va d'abord utiliser ce don pour dénoncer les relations multiples, pour démasquer les hommes infidèles.
La jeune femme va se rendre compte du chemin destructeur de cette démarche, et se détourne de son projet de vérité à tout prix. Alice va être embauchée dans un cabinet de recrutement, ce qui lui semble la meilleure manière d'avoir une vie normale et du temps pour souffler. Mais en arrivant à ce travail, parmi les différents collègues qui partageront son open space, un homme se distingue. Raphaël est un chasseur de tête, un homme à femmes, mais aussi la première personne qu'Alice rencontre depuis qu'elle s'est découvert son don qui n'a pas de liens qu'elle puisse percevoir...
Après Au-Delà de l'Oraison et Lignes de Vie, j'étais très curieuse de lire Ce qui nous lie ! Aussitôt commencé le livre, je me suis plongée dedans et s'en m'en rendre compte, je l'avais fini ! Samantha Bailly ici une romance atypique, avec évidemment l'amour, les relations de couples, mais surtout les relations entre hommes et femmes, entre amis, entre collègues, familles... Ce qui nous lie est un moment de voyage dans la psyché humaine, écrit avec une très grande délicatesse et originalité. Samantha Bailly sait parfaitement y faire pour nous entraîner à chaque fois dans son univers, toujours différent, mais dans lesquels on y retrouve toute sa poésie, sa maîtrise et son style très poétique.
Une histoire captivante, mais aussi des personnages qui ne sont pas moins intéressants ! Alice a vécu beaucoup, et pas forcément des événements faciles. Elle peut compter sur elle-même, sur ses amis tant les anciens que les nouveaux, mais elle se rend compte que son don va prendre une place importante, à cause des choix qu'il implique de prendre. Raphaël est un autre personnage intéressant, un homme dont je me méfierais si jamais je le croisais dans la vie réelle. Mais sous ses airs de coureur de jupons se cache un garçon sensible malgré tout, bien qu'il le montre rarement !
Plus qu'une romance, Ce qui nous lie est une découverte de soi-même et des autres, agrémentés d'une légère touche de fantastique. Une quête, une recherche de la sérénité, du bonheur, Samantha Bailly a su trouver les mots pour m'émouvoir une nouvelle fois !
A quand le prochain roman ?
 
 
 
 
Les relations humaines n'ont pas de secret pour moi ; elles m'apparaissent.
C'est mon don.
Ou ma malédiction.


- Tu ne supportes pas que les personnes que tu aimes aient un jardin secret. Tu voudrais la vérité, et toute la vérité. Seulement, il n'est ni possible ni conseillé de tout révéler au grand jour. Il faut parfois simplement laisser à l'autre sa liberté.
 
 
 
 
Logo Livraddict