Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

03/12/2012

Jane Yellowrock, tome 1, de Faith Hunter

jane yellowrock,faith hunter,tome 1,bit-lit,fantasy

Jane Yellowrock, tome 1
Tueuse de vampires

 

Faith Hunter

 
Je m'appelle Jane... Jane Yellowrock.
Je suis Cherokee, et mon job, c'est de tuer des vampires !
Bienvenue sur mon terrain de chasse. Bienvenue à la Nouvelle-Orléans.

 

 
Jane Yellowrock est une jeune femme d'origine Cherokee, dont le job est de chasser les vampires et les primes, et qui est surtout une changeuse de peau !
La plus grande particularité de Jane Yellowrock est de pouvoir adopter la forme de différents animaux, et de vivre en symbiose avec Bête. Les échanges entre la jeune femme et sa Bête sont très bien retranscris, rendus encore plus profond par l'écriture du point de vue de Jane, des échanges parfois brutaux, mais non exemptes d'humour.
Un beau jour, Jane est contactée pour un contrat inhabituel : Kate, une vampire de la Nouvelle-Orléans et propriétaire d'un bordel, veut l'engager pour retrouver un vampire paria qui s'attaque à ses semblables. En acceptant ce contrat, Jane va s'engager sur un chemin périlleux : retrouver un vampire dangereux qui cache bien des choses, mais aussi évoluer dans la société des vampires, protecteurs de leurs secrets et tous intrigués par la nature atypique de Jane.
Tueuse de vampire est un tome intéressant, qui non seulement plante la base des personnages, en particulier celui de Jane Yellowrock, mais qui décrit aussi une enquête intéressante et bien décrite, menée à la fois de manière traditionnelle, mais à laquelle s'ajoute aussi la traque menée par la Bête. La chasse au paria se déroule dans une Nouvelle-Orléans passionnante, où nous avons vraiment l'impression de déambuler, grâce aux descriptions de Jane et de la Bête. Cela donne une intrigue avec un bon suspense, où Faith Hunter mêle des personnages fantastiques très connus comme les vampires à des éléments plus originaux, tels les croyances et mythe Indien, avec aussi une touche de magie.
J'ai particulièrement aimée le personnage de Jane, sympathique et intéressante, avec sa dualité, ses origines indiennes intéressantes et les histoires qui vont avec... L'histoire alterne entre son point de vue et celui de sa Bête, ce qui permet d'approfondir encore davantage l'histoire ! Quant aux autres personnages, ils sont tous aussi intéressant, en particulier l'amie magicienne de Jane, mais ils auraient tous mérités d'être un peu approfondis, ce qui se fera sans doute au fur et à mesure des tomes suivants.
Bref, ce premier tome de Jane Yellowrock, est très intéressant, j'ai passé un bon moment, je vous le conseille vivement ! De plus, je trouve la couverture très belle, je me suis facilement imaginé le physique de Jane, il y a un petit bonus avec le marque-page détachable, et le papier très épais rend la lecture agréable.

 

 

Si tu es un présage, si tu es le souffle de Dieu sur mon âme
entachée et sombre, retiens ces mots et emporte-les avec toi au paradis :
nous cherchons toujours le pardon.
Nous cherchons toujours la rédemption.

 

 

 

Jane Yellowrock, Tome 1 : Tueuse de Vampires
Jane Yellowrock, Tome 2 : La Croix de Sang
Jane Yellowrock, Tome 3 : La Lame de Miséricorde
Jane Yellowrock, Tome 4 : La malédiction du corbeau

 

 

Logo Livraddict

02/12/2012

Un Monde sans Fin, de Ken Follett

 un monde sans fin,ken follett,classique,historique

Un Monde sans Fin

Ken Follett

 
1327. Quatre enfants sont les témoins d'une poursuite meurtrière dans les bois : un chevalier tue deux soldats au service de la reine, avant d'enfouir dans le sol une lettre mystérieuse, dont le secret pourrait bien mettre en danger la couronne d'Angleterre. Ce jour scellera à jamais leurs destinées...
Gwenda, voleuse espiègle, poursuivra un amour impossible ; Caris, libre et passionnée, qui rêve d'être médecin, devra défier l'autorité de l'Église, et renoncer à celui qu'elle aime ; Merthin deviendra un constructeur de génie mais, ne pouvant épouser celle qu'il a toujours désirée, rejoindra l'Italie pour accomplir son destin d'architecte ; Ralph son jeune frère dévoré par l'ambition deviendra un noble corrompu, prêt à tout pour satisfaire sa soif de pouvoir et de vengeance.
Prospérités éphémères, famines, guerres cruelles, ravages féroces de la peste noire...


Avec un Monde sans Fin, Ken Follett écrit une nouvelle épopée moyenâgeuse avec les descendants des Piliers de la Terre.
En 1327, quatre enfants sont témoins d'une poursuite dans les bois, où un chevalier tue deux soldats de la reine, avant de cacher une lettre. Dix ans après, nous retrouvons ces personnages. Il y a Gwenda, voleuse et qui tente tout pour se retrouver avec l'amour de sa vie ; Caris, jeune femme idéaliste, en butte avec l'Eglise ; Merthin, architecte de génie, amoureux de Caris ; le frère de Merthin, Ralph, chevalier dévoré par l'ambition.
Leur histoire va se dérouler dans une période d'une quarantaine d'années, avec les mêmes ingrédients qui ont fait des Piliers de la Terre une œuvre majeure : meurtres, secrets, perfidie, guerres, injustice, le bien contre le mal, l'amour contrarié, une noblesse puissante et souvent obtuse, un clergé composé d'un grand nombre de membres pourris, avec, en arrière-plan, la peste rôdant et révélant tout le mal que peut faire une maladie et les réactions des gens qui y sont confrontés.
Evidemment, Un Monde sans Fin peut faire déjà-vu, une histoire rabattue, mais le talent de Ken Follett fait que je n'ai pas décroché du livre ! Bon, j'avais quand même tenté une fois de le lire – sans succès ! – et cette deuxième tentative a été la bonne ! Certes, il n'innove pas, mais ce roman est très prenant, à tel point qu'on oublie ses défauts ! Car, c'est vrai, Ken Follett emploie la même recette que pour les Piliers de la Terre, on pourrait dire que ce nouveau roman n'apporte rien de plus, déjà avec les personnages qui sont soit « bons », soit « mauvais », sans vraiment de nuances et d'entre-deux. Mais Ken Follett écrit sur une période tellement intéressante, avec des protagonistes qui sont attachants ou non, que je ne me suis pas ennuyée une seule seconde lorsque j'ai enfin réussi à commencer ce livre !
Un Monde sans Fin ravira tous les fans de Ken Follett, tellement cette épopée est captivante !
 
 
Logo Livraddict

01/12/2012

Orianor, Tome 1, de Jean Avril

 orianor,jean avril,tome 1,fantasy,jeunesse

Orianor, Tome 1
La Cité aux Sept Murailles

Jean Avril

 
Rihel, la Cité aux sept murailles, agonise dans les flammes : quarante années de siège, pour une poignée de cendre...
Depuis des millénaires, les humains sont en guerre contre les forces de So'Ghol, la Montagne Noire. Après la chute de Rihel, un seul Trône reste encore aux mains des humains : celui de la Citadelle de Céless, cœur du royaume de l'Endriel. Beaucoup disent que la situation est sans espoir, et pourtant plusieurs se tiennent encore debout, déterminés à poursuivre l'œuvre de résistance. Ensemble, ils continuent d'écrire une épopée traversant les âges.
Les voici qui s'avancent : Kahel, chevalier de l'ordre des ivataris, mages ayant pour arme la lumière. Blanc, un enfant qui a désormais un empire contre lui. Jad, Iridia et Raygone, jeunes héros répondant à l'appel de l'Endriel, l'ultime rempart du monde libre, sur le point de tomber entre les griffes de l'envahisseur. Et Uriss, ancien roi amené en esclavage au cœur de la Montagne Noire pour y rencontrer un sort tragique : être enchaîné à son pire ennemi, par une chaîne lui faisant subir les souffrances qu'il inflige à l'autre...

 

 
La maison d'édition Cima m'a offert l'opportunité de lire les deux tomes de la série Orianor.
Le royaume est ravagé par une guerre depuis près de quarante ans. L'avantage a tournée du côté du Mal : So'Ghol, la Montagne Noire. L'espoir résiste malgré tout, grâce à la Citadelle de Céless, le seul endroit au cœur de l'Endriel qui reste toujours aux mains des Hommes. Les différentes cités sont tombées face aux Rakhanes, les soldats de la Montagne Noire. Le Roi Uriss et la Reine Méliore souffrent de voir leur peuple ainsi battus.
La Cité aux Sept Murailles est un livre très court (une centaine de pages), où nous suivons trois personnages ou groupes de personnages : Uriss, l'ancien roi emmené comme esclave par les Rakhanes, Kahel, un chevalier Ivataris qui doit protéger Blanc, le fils d'Uriss et Méliore, et enfin, Jad, Iridia et Raygone, trois jeunes chevaliers qui se rendent à Endriel pour lutter contre So'Ghol.
On se plonge très facilement dans ce premier tome d'Orianor. Simple, une écriture qui permet vraiment d'imaginer l'ambiance, les événements et les personnages sont bien amenés au cours de la lecture.
La Cité aux Sept Murailles ne révolutionne pas les genres de la Fantasy : l'éternelle lutte du Bien contre le Mal, des personnages manichéens, un preux chevalier, une magie puissante, un enfant innocent qui se retrouve au centre de toutes les convoitises, un roi déchu et des chevaliers prêts à tout pour accomplir leur mission. De plus, la brièveté de ce premier tome rend plus difficile la tâche de bien étoffer l'histoire, et on sent une influence perceptible du Seigneur des Anneaux : une grande montagne noire et un méchant tout-puissant que l'on sent principalement par son influence sur le monde, des Trônes offerts aux hommes, qui se sont perdus...
Mais ces idées « type » de la Fantasy sont très bien amenées, intéressantes, et rend l'histoire vraiment prenante ! J'ai particulièrement aimé la description de l'adversaire des personnages principaux et des créatures qui le servent, leur noirceur et leur cruauté se démarquent vraiment du récit, ainsi qu'également la magie qui parcoure le roman, notamment celle utilisée par l'ordre Ivataris.
La Cité aux Sept Murailles est une bonne surprise, qui se lit d'une traite, une bonne découverte ou initiation à la Fantasy, peut-être surtout pour un public jeune ou peu familier de ce genre de littérature. Je suis donc impatiente de lire le tome 2 d'Orianor, qui devrait véritablement mettre en train le récit, maintenant que les bases sont posées !




Orianor, Tome 1 : La Cité aux Sept Murailles
Orianor, Tome 2 : Esclaves de So'Rah
 
 
 
Logo Livraddict

Le passager, de Jean-Christophe Grangé

 le passager,jean-christophe grangé,policier

Le passager

Jean-Christophe Grangé

 
Je suis l'ombre.
Je suis la proie.
Je suis le tueur.
Je suis la cible.

Pour m'en sortir, une seule option : fuir l'autre.
Mais si l'autre est moi-même ?

 
 
Ticket simple pour ce voyage dans l'univers de Grangé.
Comme souvent, Jean-Christophe Grangé met en relation deux personnages : Mathias Freire, un psychiatre légèrement désabusé par son travail ; et Anaïs Chatelet, OPJ à la personnalité aussi cabossée que son histoire (coup de cœur immédiat pour ce personnage, auquel l'auteur à fait pratiquer le Krav-Maga !). Ces deux personnalités atypiques vont être réunies par une enquête on ne peut plus mystérieuse et intrigante...
Tout commence lorsque Mathias Freire « récupère » le patient qui va tout déclencher : retrouvé en état de choc, avec des objets tachés de sang et, surtout, totalement amnésique, ne se rappelant même pas son nom. Qui est-il ? D'où vient-il ? Pourquoi ce sang ? Chaque question en entraîne une autre, surtout quand ce cas se révèle plus compliqué que prévu. Ce patient se révèle être un « passager », un homme qui, après un traumatisme, s'invente une nouvelle identité. Et cela peut durer indéfiniment !
Ce patient conduit les policiers à s'intéresser de près à Freire, qui se révèle impliqué davantage dans cette affaire que par son statut de psychiatre. Avec l'aide d'Anaïs, le héros va devoir remonter dans sa vie, dans son passé et plus particulièrement dans sa mémoire... Accusé d'un crime, pourchassé à la fois par les policiers et d'autres hommes plus énigmatiques, Mathias Freire va devoir lutter contre le tic-tac fatal, et surtout élucider les indices de nouveaux crimes en rapport avec la mythologie. Icare, le Minautore... Œuvre d'un fou ou d'un génie ? Quel est la relation entre cet homme et le psychiatre ?
L'écrivain met en œuvre tout le suspense possible, de manière à embarquer son lecteur, avec les nombreuses pistes possibles, vraies ou fausses. Les aventures de Mathias Freire sont captivantes car on découvre son histoire en même temps que lui, même si des passages sont parfois moins entraînant. Le concept des histoires emboîtées les unes dans les unes, comme des poupées russes, est très bien utilisé et, surtout, m'a scotchée tout au long du récit, malgré quelques petits bémols, comme parfois un essoufflement du récit, et une fin qui n'est pas aussi percutante que le reste du roman.
Mais, n'empêche, Le Passager reste un excellent roman de Jean-Christophe Grangé, maître français du Thriller ! Les personnages sont toujours aussi cabossés et désespérés, l'intrigue à couper le souffle est très très bien menée, le fond de psychologie et de mythologie est plus qu'intéressant, bref, un excellent roman ! Vous pouvez l'acheter et le lire sans hésiter !
 
 
 
 
 
Logo Livraddict

30/11/2012

Saga L'Héritage, Tome 2, de Christopher Paolini

 saga l'héritage,christopher paolini,tome 2,fantasy,jeunesse

L'Héritage, Tome 2
L'Aîné

Christopher Paolini

 
Parvenu chez les Vardens, Eragon a livré bataille aux Urgals et a tué Durza, un Ombre. Maintenant respecté pour ce haut fait, Saphira et lui accompagnent Arya chez les Elfes, afin de parfaire leur éducation avec le Sage en deuil.
Pendant ce temps, à Carvahall, Rohan, le cousin d'Eragon est pourchassé par les Ra'zacs. Tout le village combat derrière lui, ce qui achève de lui forger un tempérament de meneur avisé. Chacun de son côté s'apprête à affronter Galbatorix pour rétablir la paix et l'harmonie entre humains, elfes, nains et dragons...

 

 
Eragon nous avait laissé à la fin de la bataille contre les Urgals à Farthen Dûr, la cité où s'abritent les Vardens, avec des personnages vainqueurs, certes, mais pour le moins endoloris. L'Aîné reprend donc dans la continuité, ce qui permet de se replonger directement dans l'action !
L'Aîné permet de connaître un peuple plus mystérieux, que nous ne connaissions jusqu'ici qu'à travers Arya : les Elfes. En effet, Eragon, accompagné de Saphira, évidement, d'Arya et du nain Orik, se rend à Ellesméra, cité des Elfes. Là-bas, il rencontre notamment la reine Islanzadí mais surtout le dragonnier Oromis et son dragon Glaedr. Ce dragonnier de l'ancien temps va devenir son précepteur, poursuivant ainsi la formation commencé par Brom. J'ai beaucoup apprécié ce deuxième tome notamment grâce à cette découverte du peuple elfique, mais aussi grâce à la description de l'enseignement que reçoit Eragon, la partie la plus intéressante avec les derniers chapitres, qui introduisent des révélations pour le moins inattendues !
L'Aîné, à la différence du premier tome de L'Héritage, oscille entre les points de vue de différents personnages. Eragon est très présent, ainsi que Roran, son cousin, par exemple. Ces différents points de vue permettent de mieux comprendre la situation à travers différents lieux de l'Empire, comment l'histoire est vécue par les personnages... Pour ne pas perturber le rythme, les différents points de vue changent assez rapidement, afin de permettre de retrouver assez vite les différents protagonistes là où on les avait laissés.
Ce deuxième tome peut être un peu plus décevant, après le premier. Je l'ai trouvée parfois un peu long, il est vrai, et des scènes qui auraient mieux valu expliciter plus... J'ai cependant beaucoup aimé L'Aîné, car l'on y retrouve tous les ingrédients essentiels que j'avais aimés dans Eragon et tous les livres de Fantasy : action, romance, aventure, passion, magie, amitié, courage, honneur, le bien et le mal...
Christopher Paolini prend plaisir à camper ses héros dans le royaume de l'Alagaësia, avec ses paysages et ses créatures fascinantes, pour mon plus grand plaisir !
 
 
 
L'Héritage, Tome 1 : Eragon
L'Héritage, Tome 2 : L'Aîné
L'Héritage, Tome 3 : Brisingr
L'Héritage, Tome 4 : L'Héritage
 
 
 
 
Logo Livraddict