Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

29/11/2012

La Trilogie de Bartiméus, Tome 3, de Jonathan Stroud

 la trilogie de bartiméus,jonathan stroud,tome 3,science-fiction,jeunesse

La trilogie de Bartiméus, Tome 3
La Porte de Ptolémée

Jonathan Stroud

 
Londres, ville des sorciers, est en proie aux grèves et aux émeutes. Humains et démons en ont assez d'être asservis aux magiciens dédaigneux qui les exploitent et les humilient.
Mais cette grande révolution pourrait bien tourner à l'apocalypse. Nathaniel, le jeune magicien ambitieux, Bartiméus, le djinn sarcastique, et Kitty, la résistante, sauront-ils surmonter leurs dissensions et unir leurs forces pour sauver Londres ?
 
 
Troisième tome de La Trilogie de Bartiméus.
Dans La Porte de Ptolémée, la colère gronde chez les plébéiens et les esprits, victimes de l'esclavage et de la tyrannie des magiciens, toujours aussi arrogants. Lentement, la rébellion se marche en marche. Les plébéiens peuvent compter sur leur immunité croissante à la magie, les démons tentent de se rassembler pour essayer de contrer leurs maîtres...
Trois ans ont passés. Nathaniel a 17 ans, et il est devenu ministre de l'information. Jugé comme dangereux et possédant trop de pouvoirs par ses confrères, le jeune homme est constamment sur la brèche, sans alliés véritables. De plus, il sait qu'il doit constamment se surveiller pour rester dans les bonnes grâces de Devereaux, le Premier Ministre. A cause de cela, le magicien se remet sans cesse en cause, et commence à être las de l'hypocrisie permanente qui règne dans ce milieu.
De son côté, Kitty Jones, après son passage dans la Résistance, maintenant détruite, tente de passer le plus inaperçue possible. Elle est devenue l'apprentie d'un magicien, et fait pour lui des courses, l'aide aux invocations mineures... Dans le but d'accumuler assez de savoir pour appeler Bartiméus. Mais dans quel but ?
Enfin, Bartiméus. Invoqué par Nathaniel depuis 3 ans, avec seulement de brefs passages dans l'Autre Lieu, son monde natal, le démon a perdu, à cause de son épuisement, la plus grande partie de ses capacités. Malgré tout, Bartiméus n'a rien perdu de son ironie ou de sa causticité, et ne perd pas une occasion de dire à Nathaniel ce qu'il pense de lui. J'ai retrouvé avec joie ce personnage, que l'on comprend de mieux en mieux, avec les nombreux flash-back expliquant son passé, et notamment sa relation avec le magicien Ptolémée. Bartiméus devient véritablement le personnage central, et acquiert définitivement une dimension, non seulement burlesque, mais aussi une dimension de plus en plus profonde et intéressante.
Dans La Porte de Ptolémée, on entre directement dans l'action, sans aucun temps mort. Les héros et différents protagonistes sont de mieux en mieux décrits, et, surtout, l'histoire va d'actions en rebondissements, pour un final explosif ! De plus, j'ai beaucoup apprécié la relation et l'association entre les trois personnages principaux. Bartiméus, Nathaniel et Kitty vont se rendre compte qu'ils ont plus de points communs que de différence, et vont pouvoir œuvrer en commun pour mettre en œuvre leurs idéaux.
Pour moi, ce troisième tome de La Trilogie de Bartiméus est le meilleur !
 
 
 
Paradoxalement, tout en enrageant de nous faire invoquer dans ce monde-ci, nous autres esprits tirons une assez grande satisfaction rétrospective des exploits que nous y accomplissons.
Sur le moment, bien sûr, nous faisons de notre mieux pour nous défiler, mais après coup, nous montrons une certaine fierté empreinte de lassitude au récit des événements marquants les plus astucieux, les plus téméraires ou les plus hasardeux de notre CV.
 
 
 
La Trilogie de Bartiméus, Tome 1 : L'Amulette de Samarcande
La Trilogie de Bartiméus, Tome 2 : L'Oeil du Golem
La Trilogie de Bartiméus, Tome 3 : La Porte de Ptolémée
La Trilogie de Bartiméus, Tome 4 : L'Anneau de Salomon
 
 
 
 
 
Logo Livraddict

24/11/2012

Les Aventuriers de la Mer, tome 7, de Robin Hobb

 les aventuriers de la mer,robin hobb,tome 7,fantasy

Les Aventuriers de la Mer, tome 7
Le Seigneur des Trois Règnes

Robin Hobb

 
Une fois encore, les femmes de la famille Vestrit sont au cœur de toutes les polémiques : Ronica, la matriarche, se dresse seule face à ceux qui accusent les siens d'être à l'origine du chaos régnant à Terrilville ; sa fille, Althea, toujours à bord du Parangon, traque la Vivacia, la vivenef familiale devenue le vaisseau amiral de la flotte pirate de l'impitoyable Kennitt ; et sa petite-fille, Malta, a disparu dans le tremblement de terre qui a détruit la cité des Anciens, sur les rives du fleuve du Désert des Pluies.
Mais le fiancé et le frère de cette dernière, piégés alors même qu'ils s'étaient lancés à sa recherche, pourraient bien bénéficier d'un petit coup de pouce inattendu...

 

Le Seigneur des Trois Règnes, septième tome des Aventuriers de la Mer, est définitivement ancré dans l'histoire, et où chaque personnages, tant principaux que secondaires, sont merveilleusement décrits et font face à leur destin.
Matla, avec le Gouverneur Cosgo et sa compagne Keki, tente de survivre sur le fleuve après un tremblement de terre qui a détruit la cité des Anciens. La jeune fille, pour tracer son chemin, va devoir puiser dans ses réserves d'endurance et de ruse pour convaincre Cosgo qu'elle lui est nécessaire.
Pendant ce temps, Reyn et Selden, le fiancé et le frère de Malta sont restés bloqués dans la cité enterré, après avoir tenté de retrouver Malta... Reyn retrouve son chemin jusqu'au cocon du dragon, qu'il va réussir à éveillé. La dragonne Tintaglia va « éclore », mettant fin aux tourments de Reyn, en partie grâce à Malta, qui avait réussi à dégager le système d'ouverture avant de retrouver le Gouverneur. Reyn et Selden vont bénéficier d'une aide à laquelle ils ne s'attendaient pas !
Hiémain, après avoir délivré Celle-qui-se-souvient, est défiguré et plongé dans le coma à cause de la bave du serpent. Profondément replié en lui-même, il fait une rencontre à laquelle il ne s'attendait pas : le dragon tapi sous la conscience de la Vivacia et sous la personnalité forgé par les souvenirs de la famille Vestrit. Utilisant Hiémain, le dragon, prénommé Foudre, va reléguer Vivacia dans l'ombre pour pouvoir prendre sa place.
De son côté, Ronica Vestrit met tout en œuvre pour obliger Terrilville à sortir de son apathie, prouver l'innocence de Davad dans le complot contre le gouverneur et, surtout, rétablir la réputation de la famille Vestrit.
Des épreuves de plus en plus dures pour les personnages dans Le Seigneur des Trois Règnes, et où chacun doit non seulement faire face à ses propres problèmes mais aussi à ceux de leurs familles, leurs amis, et leur monde en général ! Les révélations arrivent petit à petit, pour mieux tenir le spectateur en haleine... Mais Robin Hobb sait alterner avec brio les scènes d'actions, les révélations et les questionnements.
Un excellent tome des Aventuriers de la Mer, allez-y sans crainte !
 
 
Une telle merveille. Une telle joie.
 
 
La faute n'a rien à voir dans l'ordre de la grande nature. Quand le mal est fait, la faute et la culpabilité sont aussi vaines que l'excuse. Une fois qu'on a accompli un acte, on doit en supporter les conséquences.
 
 
 
 
Les Aventuriers de la Mer, Tome 1 : Le Vaisseau Magique
Les Aventuriers de la Mer, Tome 2 : Le Navire aux Esclaves
Les Aventuriers de la Mer, Tome 3 : La Conquête de la Liberté
Les Aventuriers de la Mer, Tome 4 : Brumes et Tempêtes
Les Aventuriers de la Mer, Tome 5 : Prisons d'Eau et de Bois
Les Aventuriers de la Mer, Tome 6 : L'Eveil des Eaux Dormantes
Les Aventuriers de la Mer, Tome 7 : Le Seigneur des Trois Règnes
Les Aventuriers de la Mer, Tome 8 : Ombres et Flammes
Les Aventuriers de la Mer, Tome 9 : Les Marches du Trône
 
 
 
 
Logo Livraddict

19/11/2012

Hordes, Tome 1, de Laurent Genefort

hordes,laurent genefort,tome 1,fantasy

Hordes, Tome 1
L'Ascension du Serpent

Laurent Genefort

 
Audric est le fléau du démon. Ce surnom, le capitaine de la horde du Serpent le doit au brassard en acier articulé qui lui permet de manier une épée gigantesque que nul ne peut seulement soulever.
On murmure qu'il a conclu un pacte démoniaque pour obtenir cette force surhumaine. Audric néglige ces rumeurs, tout comme il ne tient pas compte des mises en garde d'Umiade, son augure personnel, à l'encontre d'un jeune paysan qu'il a secouru à l'issue d'une bataille. Lui qui n'avait jamais sauvé personne...
Mais le garçon, Marween, en profite pour s'engager dans cette bande de mercenaires, où il ne tarde pas à faire ses preuves et semble contredire, par ses qualités, l'inquiétude d'Umiade.
Après plusieurs succès qui hissent le Serpent au premier plan, le duc Coresh engage la horde pour une mission extraordinaire en pays ennemi : enlever une augure légendaire, qui, dit-on, est non seulement capable de prédire l'avenir, mais aussi de le modifier. Celui qui l'obtiendra dominera le monde...


 
Hordes est la première série que je lis de Laurent Genefort.
Société médiévale, ce monde n'a rien à voir avec le nôtre, avec une flore et une faune exotique. Dans ce monde, les seigneurs s'affrontent entre eux perpétuellement, et pour ça, ils engagent des hordes de mercenaires qu'ils payent grassement pour combattre à leur place. Ces mercenaires ont beau être très utiles aux seigneurs, ils sont néanmoins considérés comme la lie de l'humanité, juste utile pour mener les combats des autres.
Parmi les nombreuses autres Hordes existantes, nous suivons celle du Serpent, qui existe depuis des décennies, voire des siècles. A sa tête, le capitaine Audric, surnommé aussi le Fléau du Démon. Un brassard d'acier articulé recouvre son bras droit et qui peut venir à bout de n'importe quels ennemis. Les spéculations autour de ce bras sont nombreuses, mais on apprend que ce bras est le résultat d'un pacte démoniaque. Malgré la présence de ce démon, qui fait sentir sa présence et réclame sa moisson d'âmes, le capitaine Audric ne se laisse pas influencer par cette présence et reste capable de sentiments. Audric dirige sa Horde avec maîtrise, en tenant ses troupes : pas de pillage, pas de viol, pas de tueries en dehors des combats pour les seigneurs.
Malgré les avertissements d'Umiade, son augure (un augure est capable de prédire l'avenir, sans pour autant contrôler ses visions), Audric va sauver un jeune villageois, Marween. Le jeune homme s'intègre bien dans la Horde, déjouant pour l'instant les appréhensions d'Umiade. Marween devient un bon guerrier, avec aussi un bon sens tactique, qui lui permet d'aider la Horde et de commencer à s'élever dans la hiérarchie.
Au-delà de ses craintes face à Marween, Umiade averti Audric qu'elle sent un changement venir, des nuages noirs commencent à s'accumuler à l'horizon. Malgré tout, quand le duc Coresh vient voir Audric pour lui confier une mission importe, le guerrier va l'accepter, malgré les difficultés ! En effet, Coresh va lui demander de retrouver une jeune femme, Solenn. Solenn est une augure, mais pas n'importe laquelle, c'est la Prime Augure. Elle ne se contente pas de voir l'avenir ou le passé, elle peut aussi contrôler ses visions au lieu de les subir, contrairement aux autres augures. Ce don puissant suscite la convoitise, de tous les ducs, en plus de Coresh, ainsi que de toutes personnes pouvant mettre le prix afin de « contrôler » la jeune femme, qui mettrait ainsi ses visions à leurs services, ce qui leur permettrait de s'assurer la suprématie...
Laurent Genefort écrit dans ce premier tome de Hordes une histoire bien construire, cohérente, où les aventures d'Audric et de sa Horde sont menée tambour battant. Politique, combat, magie, monstres, trahison... L'Ascension du Serpent est une belle découverte, j'ai été prise dans l'action sans jamais m'ennuyer. Pour les amateurs de Fantasy musclée, n'hésitez pas !



hordes,laurent genefort,tome 1,fantasy 

Hordes, Tome 1 : L'Ascension du Serpent
Hordes, Tome 2 : Le Vol de l'Aigle
Hordes, Tome 3 : Les Crocs du Tigre
 
 
 
 
Logo Livraddict

13/11/2012

La Tyrannie de l'Arc-en-Ciel, Tome 1, de Jasper Fforde

 la tyrannie de l'arc-en-ciel,jasper fforde,tome 1,science-fiction

La Tyrannie de l'Arc-en-Ciel, Tome 1
La route de Haut-Safran

Jasper Fforde

 
Bienvenue dans la Chromocratie !
Ici, les citoyens sont normaux, à la différence près qu'ils naissent Gris, Jaunes, Verts, Bleus, ou encore Rouges en fonction des couleurs qu'ils distinguent. Le rôle de chacun dépend justement de cette singularité. Les Pourpres accèdent aux postes les plus agréables tandis que les Gris, incapables de discerner les nuances éclatantes, sont traités en esclaves.
Et comme dans toute tyrannie digne de ce nom, les autorités veillent à ce que cet ordre soit respecté !
Edward Rousseau est un jeune homme Rouge sans histoire, promis à un bel avenir. Jusqu'au jour où un compagnon rencontré par hasard dans un train disparaît, dans l'indifférence la plus totale.
Dès lors, de mystérieux incidents l'interpellent : on lui confisque ses papiers, il apprend que le médecin de la ville est mort dans des circonstances étranges... Sa rencontre avec Jane, une Grise effrontée au nez exquis, va confirmer ses soupçons : ces événements cachent une vérité effrayante.
Qui réussira à la révéler sans y perdre la vie ?

 

 
Jasper Fforde, en dehors de sa série Thursday Next, écrit également d'autres romans, comme sa nouvelle trilogie La Tyrannie de l'Arc-En-Ciel.
Dans La Route de Haut-Safran, un monde appelé Chromocratie, divise les citoyens selon les couleurs qu'ilsla tyrannie de l'arc-en-ciel,jasper fforde,tome 1,science-fiction perçoivent, et le rôle de chacun dépend de cette singularité. Les Pourpres sont ceux promis aux postes les plus élevés tandis que les Gris sont les esclaves. Et, évidemment, personne ne peut se rebeller s'il ne veut pas en subir les conséquences...
Le protagoniste principal, Edward Rousseau, un Pourpre, engagé auprès d'une jeune Sang de Bœuf, est un jeune homme sans histoire. Mais un jour, il est envoyé en compagnie de son père dans un village, afin de procéder à un recensement des chaises, pour un Réalignement d'Humilité. Ces changements vont entraîner des incidents et des rencontres : la disparition d'un camarade, confiscation de papiers... Et surtout Jane, une Grise effrontée qui a beau le menacer et le mépriser, va l'intéresser grandement, l'entraînant dans une aventure à laquelle il ne s'attendait pas !
Après Thursday Next, j'espérais que ce premier tome serait à la hauteur. Car c'est rapidement devenu un mythe pour moi, les écrits de Jasper Fforde, avec sa plume tout à fait reconnaissable et inimitable !
Avec La Route de Haut-Safran, Jasper Fforde parvient à développer une histoire intéressante, mais surtout un univers complètement décalé, mais très cohérant, et surtout tout en gardant son humour. Malgré toute la force de son écriture, j'ai beaucoup moins adhérée à ce premier tome qu'à la série Thursday Next. Ce pourrait être à cause des expressions et des termes qui parcourent le récit, mais cela tient, pour moi personnellement, à des personnages dans lesquels je ne me suis pas investis. Le personnage principal est gentil, mais j'avais plus envie de le secouer pour le réveil qu'autre chose, ce qui s'est poursuivi tout au long du récit. Et Edward est entouré de profiteurs et d'ambitieux, pas un pour racheter l'autre ! Le protagoniste vraiment captivant est Jane, car elle a vraiment du mordant et de la répartie, ce qui m'a fait bien rire !
Cependant, malgré cette légère « déception », je ne regrette pas du tout cette lecture, et m'y replongerais sûrement dans quelques temps, ainsi que dans la suite, car Jasper Fforde est un maître dans l'art de créer un univers captivant, rempli d'humour et va même donner à réfléchir sur le système politique et social : abus, pouvoir, tyrannie...
Laissez-vous tenter par La Tyrannie de l'Arc-En-Ciel, Jasper Fforde signe ici, peut-être pas une de ses meilleures œuvres, mais en tout cas un roman qui vaut la peine d'être lu !
(Et surtout, je trouve la couverture très belle !)
 
 
 
Logo Livraddict

10/11/2012

Les piliers de la terre, de Ken Follett

 les piliers de la terre,ken follett,classique,historique

Les Piliers de la Terre

Ken Follett

Coup de cœur

 
Dans l'Angleterre du XIIème siècle ravagée par la guerre et la famine, des êtres luttent chacun à leur manière pour s'assurer le pouvoir, la gloire, la sainteté, l'amour, ou simplement de quoi survivre.
Les batailles sont féroces, les hasards prodigieux, la nature cruelle. Les fresques se peignent à coups d'épée, les destins se taillent à coups de hache et les cathédrales se bâtissent à coups de miracles... et de saintes ruses.
La haine règne, mais l'amour aussi, malmené constamment, blessé parfois, mais vainqueur enfin quand un Dieu, à la vérité souvent trop distrait, consent à se laisser toucher par la foi des hommes.

 

XIIème siècle, en Angleterre.
Roman historique, Les Piliers de la Terre fait partie de ces œuvres très dur à chroniquer, tant il est dense et s'étend sur un grand nombre d'années ! Ken Follett écrit une fresque magistrale, un pavé conséquent (plus de 1000 pages !), dans lequel je ne me suis jamais ennuyé.
Le point central de cette histoire est une cathédrale. Autour d'elle, la vie va se construire, des talents et des personnes vont être reconnus, l'amour et la haine vont y passer. Le moine Philip, devenu prieur de Kingsbridge, met tout en œuvre pour reconstruire la cathédrale détruite. Mais au-delà de la construction qui met du temps, les ennuis s'accumulent sur sa route. Autour de Kingsbridge gravitent tout un cortège haut en couleur. Tom le Bâtisseur, employé par le prieur Philip, avec sa première femme Agnès, ainsi qu'Alfred et Martha, leurs enfants. Mais il y a aussi Ellen, une femme envoûtante, que l'on dit un peu sorcière, et son fils, Jack, étrange mais très brillant, qui vont se joindre aux premiers personnages. Il y a Aliena, fille d'un comte déchu, et son frère Richard, ainsi que des protagonistes pour le moins détestable : l'évêque Waleran, utilisant sa position pour obtenir encore davantage de pouvoirs, et William Hamleigh, une brute épaisse, fourbe, détestant Aliena et ceux qui l'entourent depuis que la jeune fille a refusée de l'épouser.
L'histoire se déroulant sur une cinquantaine d'année, Les Piliers de la Terre a son lot de lutte, de guerre, de mort, de traitrise, mais aussi – heureusement ! – de la victoire du « bien » contre le « mal », la réussite de l'honnêteté contre la soif de pouvoir. Car ces personnages dépendent tous du contexte politique. A la mort du roi Henri 1er, le royaume d'Angleterre devient un pays sans roi. C'est la guerre de succession qui commence, entre Stephen et Maud (fille du roi Henri 1er). Cette guerre des puissants aura des incidences sur tous les habitants du royaume et de Kingsbridge, car tandis que certains essayeront de construire la cathédrale, ou tout simplement de survivre, d'autres ourdiront des complots, pour avoir plus de puissance, et pouvoir ainsi écraser les plus faibles ou les plus démunis qui pourraient malgré tout leur faire de l'ombre !
Au-delà de l'histoire et la vie des différents personnages, Ken Follett réussit à nous dévoiler un grand pan des coutumes de cette société, très souvent rude, parfois presque barbare. Grâce à son talent d'écrivain, la plongée dans cette époque intéressante et une histoire et des personnages plus que captivants, Ken Follett a fait des Piliers de la Terre un roman qui se dévore d'une traitre, les rebondissements permanents et l'envie de savoir si la cathédrale de Kingsbridge sera finalement construite, si les personnages vont triompher des obstacles mis sur leur chemin... Bref, savoir ce qu'il advient de Jack et d'Aliena (mes personnages préférés), d'Ellen et de Tom, et si Waleran et William vont être vaincus.
Je craignais un peu le sujet de la religion. Mais Ken Follet réussit à nous le rendre passionnant. La manière dont fonctionne l’Église à cette époque (mais a-t-elle beaucoup changée) est captivante, tant dans les détails de la vie de tous les jours (élection, prière), mais aussi dans les rouages politiques et la façon dont la religion est utilisée pour arriver à ses fins, ou pour contrecarrer le pouvoir royal, démontrant au final que même si la plupart des religieux sont vraiment des personnes biens, intéressés par leurs proches et dévoués à Dieu, certains n'y voient qu'une opportunité de pouvoir. Ainsi que tout ce qui est fait pour « le bien » de l'église, et qui ne sont en fait qu'une couverture pour couvrir les meurtres et les actes détestables faits par les puissants ! Même si les « gentils » arrivent parfois à gagner, quel en sera le prix ?
Sans juger ou condamner, Ken Follett raconte d'une manière frappante les événements de cette époque sans que cela ressemble à une banale et ennuyeuse leçon d'histoire ! Romance, haine, vengeance, amitié, Ken Follett est décidément un écrivain de talent. Passant de personnages en personnages pour nous faire vivre l'action d'une manière différente, je ne me suis jamais ennuyée, au contraire ! Chacun des protagonistes est unique et particulier : Philip et Jonathan sont des hommes d’Église souvent prévisible, Waleran sans scrupule et davantage tourné vers le pouvoir politique que l’Église, William à qui j'aurais bien fait sa fête tant il est détestable, Jack en jeune tête brûlée est vraiment passionnant, de même que sa mère, Aliena est également intéressante bien que parfois pas toujours très régulière, et, bien sûr, Tom le Bâtisseur, un des « piliers » de cette œuvre magistrale.
Bref, un roman épique dans lequel je ne me suis jamais ennuyée ! Si vous ne le connaissez pas encore, plongez-y, vous ne le regretterez pas !
 
 
Logo Livraddict