Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

29/03/2014

Chroniques Barbares, Tome 2, de Mallock

chroniques barbares,les visages de dieu,mallock,tome 2

Chroniques Barbares, Tome 2
Les visages de Dieu

Mallock



24 décembre, le Père Noël rajuste sa barbe, les sapins clignotent et la neige tombe lentement sur la dernière scène de crime du Maquilleur. Ce tueur en série, hors normes, fait de chacun de ses meurtres une œuvre d'art baroque, sculptant sauvagement les corps et peignant les visages dans des décors d'Apocalypse.
Amédée Mallock, commissaire visionnaire au cœur mélancolique, va tenter de résoudre une terrifiante énigme, une course contre la montre et la mort.
Plus il avancera, plus les questions s'accumuleront. Le Maquilleur est-il plusieurs ? Pourrait-il être immortel ? Le diable croit-il en Dieu ?
Polar mystique, thriller théologique. Les Visages de Dieu croise une formidable intrigue avec une quête vertigineuse dans les abîmes de la barbarie humaine.



Je découvre enfin Mallock et son univers. J'aurais préféré commencer avec Le massacre des innocents, le premier tome où nous découvrons le commissaire Mallock et suivre l'évolution de ce personnage mais tant pis !
Au moment de Noël, un tueur laisse des cadavres mis en scène derrière lui. Chacun de ces corps est exposés, de telle sorte qu'on a fini par surmonter l'assassin le Maquilleur. Très vite, ce tueur semble hors norme et suscite de plus en plus de questions. L'enquête stagne, alors les autorités décident de changer d'enquêteur et confient cette enquête à Mallock, réputé pour ses méthodes à la fois différentes et efficaces.
Les visages de Dieu est un thriller que j'ai pris plaisir à lire, mais qui ne m'a pas non plus interpellée plus que ça, malheureusement... Les scènes de crimes ont beau être décrites comme des œuvres d'art, je trouvais que ça montait très vite dans la surenchère du sang et du gore. Le commissaire Mallock est un nounours bourru, qui a bien évidemment ses failles et ses blessures, comme la mort violente de son fils.
Le seul point qui change des thrillers que je lis habituellement est la petite note fantastique. En effet le commissaire Mallock est un devin – ou tout comme. A l'aide de l'opium ou de diverses autres drogues (alcool...), il se plonge dans des transes, dans des visions qui lui permettent de comprendre le tueur, de saisir des instantes clefs de la vie de l'assassin. C'est un point qui change et qui permet de rester intéressé, surtout lorsque ce Maquilleur semble assassiner depuis de trop longues années !
J'ai l'air d'être moyennement convaincu par ce premier livre de Mallock que je lis, et c'est vrai que ce n'est pas une révélation ni un coup de cœur. Mais malgré tout, je suis restée prise dans l'histoire et je ne me suis pas ennuyée. Et c'est là tout ce que je demande bien souvent à un thriller, car si je m'étais ennuyée ou si j'avais abandonné en cours de route, ç'aurait été vraiment très mauvais signe ! Donc Les visages de Dieu n'a beau pas être mon thriller préféré, il reste quand même un livre que j'ai lu avec intérêt et l'envie de découvrir l'identité du Maquilleur (dont je me doutais, et je suis très contente de voir que mes soupçons étaient confirmés !). J'attendais peut-être trop de ce livre, mais j'ai quand même réussi à m'y plonger et à y prendre plaisir en fin de compte, c'est le principal !
Un livre policier intéressant dans l'ensemble.
 
 
 
Logo Livraddict

09/03/2014

Les proies, de Thomas Cullinan

les proies,thomas cullinan,contemporain,policier,challenge,livra'deux pour pal'addict

Les proies

Thomas Cullinan



La guerre de Sécession frappe à la porte d'un pensionnat de jeunes filles sous la forme d'un officier blessé. Jusque là épargnées, les occupantes du lieu vont elles aussi entrer dans ce monde de haine, de rage et de larmes.


J'ai participé avec Zina au LDPA, où elle m'avait sélectionnée plusieurs romans : Le maître des orphelins, Les proies et Les faucheurs sont les anges, que j'avais sélectionné et chroniqué. Je me suis ensuite intéressée aux autres titres de ce challenge, et me suis arrêtée sur Les proies.
Le roman se déroule durant la guerre de Sécession, en 1864, dans un coin perdu de Virginie. Les sœurs Farnsworth, toutes les deux célibataires, ont monté un institut et pensionnat de jeunes filles de bonnes familles. Martha et Harriet Farnsworth sont deux sœurs, très différentes l'une de l'autre. Martha est très sèche, autoritaire, bien décidée à faire respecter son autorité. Au contraire, sa sœur Harriet est très sensible, nerveuse, une faible aux yeux de sa sœur.
Alors que la guerre fait rage, les jeunes filles et leurs directrices vivent malgré tout une vie assez préservés des horreurs de la guerre. Jusqu'au jour où une des jeunes pensionnaires ramènent un soldat yankee blessé. Le caporal McBurney va apporter une bonne dose de bouleversements au sein de la tranquille petite maisonnée. Au départ une présence bienvenue, il va bientôt mettre au grand jour toutes les tensions, les rancœurs, les secrets et autres perfidies, prenant plaisir à jeter de l'huile sur le feu. McBurney a beau déchainer toutes sortes de sentiments négatifs, on peut voir que beaucoup de sentiments couvaient déjà sous la surface bien avant qu'il n'arrive.
Au fur et à mesure qu'on avance sur Les proies, ce huis-clos devient de plus en plus oppressant et sombre. De plus en plus de noirceur va faire irruption, au point qu'on a véritablement l'impression de marcher dans de la mélasse (voire de la boue, pour ne pas dire autre chose). Thomas Cullinan a réussi à rendre une atmosphère vraiment dérangeante et déroutante.
C'est un des éléments qui m'a le plus accroché, car j'ai eu quand même du mal à rester concentrée du début à la fin avec ce roman. Une très grande qualité, mais qui aurait gagné à être plus dynamique à certains moments. J'apprécie de me retrouver dans un livre classé « policier » où on n'a pas une enquête au sens traditionnel du terme, sans détective ou inspecteur, sansles proies,thomas cullinan,contemporain,policier,challenge,livra'deux pour pal'addict meurtriers à appréhender, sans grandes gerbes de sang et où on a toujours quelque chose qui arrive. Mais du coup, j'ai eu l'impression que Les proies avait peut-être pêché par cet excès inverse. Thomas Cullinan a parfaitement rendu une atmosphère noire, pesante, lente, mais qui était peut-être justement trop lente. Je suis restée jusqu'au bout uniquement parce que je voulais savoir ce qui allait arriver au caporal McBurney. Mais j'ai eu plusieurs fois la tentation de sauter des passages pour arriver plus vite à l'épilogue et savoir le fin mot de l'histoire. Donc je conseillerai à toutes personnes qui souhaiteraient lire ce roman d'être préparé à un rythme très lent. Ce n'est pas un livre inintéressant, loin de là, mais où il faut bien rester accrochés jusqu'à la fin. J'ai passé un bon moment, mais je ne pense pas qu'il restera en mémoire bien longtemps. A relire une prochaine fois peut-être, pour voir si mon ressenti évolue !
Un livre que je conseille spécialement pour l'ambiance sombre, vraiment très bien décrite.

22/01/2014

Jusqu'à ce que la mort nous unisse, de Karine Giébel

jusqu'à ce que la mort nous unisse,karine giébel,policier

Jusqu'à ce que la mort nous unisse

Karine Giébel



L'Ancolie est une fleur aussi belle que toxique. Belle, à l'image de certains souvenirs. Toxique, à l'image de certains regrets. L'Ancolie, c'est aussi le nom d'un chalet perdu en pleine montagne.
C'est là que vit Vincent, un homme seul et meurtri. Rejetant son passé et redoutant son avenir, il préfère vivre dans le présent. Une existence éprise de liberté qu'il consacre entièrement à sa passion pour la montagne et à son métier de guide.
Jusqu'au jour où la mort frappe tout près de lui, l'obligeant à sortir de sa tanière. Aux yeux de tous, un tragique accident, une chute mortelle. Seul Vincent est persuadé qu'il s'agit d'un meurtre, que ce n'est pas la montagne qui a tué, et que les vrais coupables doivent payer. Alors, aidé par Servane, une jeune recrue de la gendarmerie avec laquelle il a noué une étrange relation, il se lance dans une quête de vérité.
Une quête qui va le conduire sur d'effroyables sentiers, le confronter à ses propres démons. Une quête qui va déterrer un à un des secrets profondément enfouis au cœur de cette paisible vallée, et qui auraient dû le rester à jamais.
Car si le mensonge blesse, la vérité peut être fatale...



Depuis le temps que ce livre traînait dans ma PAL, je me suis enfin décidée à le lire !
Jusqu'à ce que la mort nous unisse nous présente cette fois Vincent, guide en haute montagne. Un homme que j'ai d'abord considéré comme un salaud fini avec sa façon de se jeter sur les femmes puis de les laisser tomber une fois fini. Malgré le fait qu'il ait apparemment un passé lourd, des souvenirs traumatisants, j'ai eu du mal à accrocher avecjusqu'à ce que la mort nous unisse,karine giébel,policier lui. Mais il y a aussi Servane, une jeune femme venant d'arriver à la gendarmerie. Alors, le jour où un accident se produit parmi les proches de Vincent, il se retrouve à enquêter sur cette affaire, accompagné de la gendarme. Mais à force de trop fouiller, on finit toujours par déterrer quelque chose...
J'ai trouvé ce livre assez différent des précédents que j'ai lu. Déjà, l'action. Le début fait penser à tout sauf à un roman policier. On découvre le quotidien de Vincent et comment un guide en montagne organise son planning, comment il gère ses clients... Il y a un côté descriptif plus que bienvenu, j'ai vraiment eu l'impression de me promener dans les paysages décrits par Karine Giébel, me donnant envie d'aller explorer les sommets avec Vincent. Même l'arrivée de Servane à la gendarmerie ne nous fait pas basculer aussitôt dans l'intrigue. On voit plus l'adaptation de la jeune femme à ce nouveau milieu, que ce soit dans les montagnes, un environnement qu'elle ne connaît pas du tout, que dans une nouvelle équipe composée exclusivement d'hommes. Pas le milieu le plus égalitaire qui soit. Très macho au contraire ! Le genre d'endroits où les rumeurs courent très vite, et pas forcément les plus gentilles.
Ainsi, on pourrait être déçu par un manque d'action au début de ce roman. Pour ma part, ça été tout le contraire. J'ai apprécié pour une fois de ne pas me retrouver plongée jusqu'au cou dans l'hémoglobine et avec un meurtre à résoudre dès les 5 premières pages ! Jusqu'à ce que la mort nous unisse prend le temps de nous préparer, on s'installe à L'ancolie comme si on devait y rester, on voit les montagnes comme un lieu paisible... Jusqu'à ce jour où on retrouve le corps d'un garde forestier. Apparemment une simple chute qui aurait mal tourné. Mais pour Vincent, ce n'est ni plus ni moins qu'un crime. Mais qui aurait profit de ce meurtre ? L'antagonisme entre les gardes et les chasseurs aurait-il pu aller aussi loin ?
Karine Giébel est décidément une auteure que j'aime de plus en plus au fur et à mesure que je la découvre. Chacun de ses livres fait mouche, chacun pour une raison. Mais on retrouve comme d'habitude cette écriture captivante, que ce soit pour décrire les enquêtes, des personnages ou un décor. Les montagnes ici sont à la fois belles mais capricieuses, on n'est jamais à l'abri même si on les arpente depuis des années. Jusqu'à ce que la mort nous sépare joue sur l'attente et le suspense, j'ai dévorée chaque ligne pour pouvoir arriver au plus vite à la fin et enfin tout savoir ! Bref, conquise une nouvelle fois.

Mais, je suis désolée, je ne vais pas pouvoir m'empêcher de faire un SPOILER... Je ne peux pas garder mon ressenti pour moi ! Alors ne lisez surtout pas ce qui va suivre si vous n'avez pas lu Jusqu'à ce que la mort nous unisse ou les autres livres de Karine Giébel. Dans tous jusqu'à ce que la mort nous unisse,karine giébel,policierles livres de cette auteure que j'ai lue, tout se finit extrêmement mal. Que ce soit pour l'un des personnages, pour les deux ou pour tous... Donc, je savais dès le début que je finirai en larme, criant « Pourquoiiiii ? ». Et cela n'a pas raté ! Et pourtant... Sans être déçue, j'aurais préféré une fin différente pour ce livre-ci. Autant la fin de Meurtres pour rédemption, Le Purgatoire des Innocents, étaient peut-être très dures mais parfaites, j'aurais voulu que ça se fasse différemment pour ce livre précis. Ces deux personnages sont ceux à qui j'aurais le plus souhaité un happy ending... Mais cela n'arrivera pas ! Fin du SPOILER

Si vous ne connaissez pas Karine Giébel, je ne peux que vous conseiller de la découvrir au plus vite !
 
 
 
Logo Livraddict

03/01/2014

Puzzle, de Franck Thilliez

1507-1.jpg

Puzzle

Franck Thilliez



Ilan et Chloé, deux jeunes gens spécialistes des chasses au trésor ont rêvé des années durant de participer à la partie ultime, d'un jeu mystérieux dont on ne connaît pas les règles, dont on ne connaît pas l'entrée, et dont on ne sait même pas s'il existe. Mais dont on connaît le nom : Paranoïa.
Quand les joueurs découvrent le premier cadavre, quand Illan retrouve dans le jeu des informations liées à la disparition de ses parents, la distinction entre le jeu et la réalité est de plus en plus difficile à faire...
Et Paranoia peut alors réellement commencer...



Le dernier roman de Franck Thilliez, un livre que j'attendais avec beaucoup d'impatience !
Puzzle rompt avec la série Henebelle et Sharko et nous offre, dans la lignée de Vertige, un huis-clos angoissant et terrifiant.
Ilian est un jeune homme qui travaille dans une station-essence et qui mène une vie banale après des années d'addiction aux jeux. Son es-petite-amie, Chloé, resurgit dans sa vie avec le projet de participer au jeu Paranoïa, et dont le gagnant empocherait la somme de 300 000 euros.
Replongeant dans sa dépendance, pour passer du temps avec son ex, pour oublier la mort tragique de ses parents, Ilian accepte. Mais quel sera le prix véritable de ce jeu ? Surtout lorsqu'on voit le décor : un ancien bâtiment psychiatrique en pleine campagne, dont l'atmosphère m'a un peu rappelé celle décrite par Dennis Lehane dans Shutter Island...
Parfois comparé à Shutter Island, mais aussi reprenant des ambiances de Shining, Le Jeu, Dix petits nègres, Franck Thilliez réussit à nous embarquer une nouvelle fois dans son monde. On se retrouve vite enfermés dans un hôpital psychiatrique, où tout peut arriver, au cœur des montagnes. De quoi faire froid dans le dos ! On va vagabonder à la fois de révélations à des détails troublants, mais surtout dans les couloirs froids et les pièces terrifiantes où on a l'impression de se perdre, avec toujours la peur de voir une ombre surgir dans notre dos ou de tomber nez à nez avec un fou armé d'un grand couteau et d'un sourire flippant.
Franck Thilliez réussit à nous faire peut une nouvelle fois (et à en redemander !). L'ambiance est sinistre à souhait, vraiment le grand atout de Puzzle. J'ai frissonné de peur et de froid, vraiment très prenant. Le seul petit bémol serait effectivement la fin, dont je me doutais de plus en plus au fil de ma lecture. Avec le suspense et la maîtrise de l'ensemble du livre, j'aurais espéré un dénouement qui soit plus explosif, bien qu'il soit très bien amené et décrit. Ce n'est pas tant une déception qu'une trop grande attente je pense. Puzzle se finit d'une manière excellente, mais peut-être en dessous de l'ensemble de l'œuvre.
J'ai en tout cas été emportée du début à la fin par maître Thilliez, et je trépigne d'impatience à l'idée de lire ses prochains romans. Plus le temps passe, plus je lis cet auteur, et plus j'en raffole ! Une écriture vraiment très bien maîtrisée, du suspense et une histoire à couper le souffle, on ne peut pas se décrocher avant la fin et j'en veut encore plus !
 
 
 
Logo Livraddict

29/12/2013

Le sang de la trahison, de Hervé Jourdain

le sang de la trahison,hervé jourdain,policier

Le sang de la trahison

Hervé Jourdain



"Tueurs en série de génération en génération, ça reste une drôle de vocation ! Mais toujours au service de l'Etat. Fallait pas toucher à l'honneur de mes ancêtres...J'aime voir les flics s'agiter à cause de moi, voir leurs gyrophares bleuter les façades du Palais de Justice. Qui éliminera les traîtres à sa mémoire ?"
Ces menaces hantent dramatiquement le "36", au moment où une jeune policière rejoint les "seigneurs" de la Crim', au risque d'assumer une filiation singulière et de se trouver confrontée à une hécatombe dans les rangs du monde judiciaire.



J'ai été intriguée d'abord car j'ai vu que ce livre a reçu le prix du Quai des Orfèvres – édition 2014. Comme le résumé m'intéressait énormément, je n'ai pas hésité à le commencer et à le finir aussi vite !
Un tueur en série prend plaisir à mener en bateau les policier du 36, qui se retrouvent bien désemparés, ballotés de fausses pistes en indices truqués. L'arrivée d'une petite nouvelle, Zoé Dechaume, une jeune policière, va-t-elle être une aide ou un ralentissement dans l'enquête ?
Je découvre Hervé Jourdain avec Le sang de la trahison, qui s'est révélé une bonne surprise. Sans être spécialement le meilleur policier que j'ai pu lire, j'ai été captivée tout du long. J'ai beaucoup aimé ce livre, non seulement pour l'intrigue, qui est très bien mené, mais aussi pour les interactions entre les personnages, autant captivante que l'enquête en elle-même. D'abord avec Zoé Dechaume : elle se retrouve pistonné au sein de l'équipe du 36, sans forcément l'accord des responsables. La jeune femme va donc devoir se battre encore plus fort, pour prouver qu'elle mérite ce poste et qu'elle n'est pas une faible femme. Son esprit de compétition, sa ténacité et son intelligence ne vont pas être de trop pour lui permettre de faire sa place ! Ensuite, l'équipe en général est composée de personnalités très différentes, tant dans les méthodes que dans la façon de voir le monde. Autant dire que ça fait souvent des étincelles, mais qu'une fois l'équipe en marche et soudée, plus rien ne l'arrête.
Pour ce qui est de l'enquête, on se retrouve avec un tueur bien décidé à punir les policiers. On va retrouver certains chapitres du point de vue de l'assassin et ses réflexions, que ce soit sur ses meurtres, sa vie, ou ses diverses motivations. Ces courts passages sont vraiment très intéressants et nous permettent vraiment de comprendre son point de vue !
Le sang de la trahison est un livre intéressant, prenant, sans temps mort, et où j'ai eu un moment vraiment intéressant de lecture.
 
 
 
Logo Livraddict