Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

15/12/2012

La Onzième Plaie, de Aurélien Molas

 la onzième plaie,aurélien molas,policier

La Onzième Plaie

Aurélien Molas

 
Dans un Paris survolté en proie à une crise sociale sans précédent, la violence éclate à chaque carrefour : partout, des voitures brûlent, des bandes de casseurs se livrent au pillage et au vandalisme.
Les flics, débordés, s'engagent avec l'énergie du désespoir dans une croisade sans merci.
Un thriller crépusculaire et fulgurant, premier roman d'un jeune auteur français dont on n'a pas fini de parler.

 

 
Depuis un bon moment déjà, l'envie de lire les romans d'Aurélien Molas me taraude. Enfin, j'ai eu l'occasion d'acheter La Onzième Plaie au Salon du Livre de Caen, où j'ai pu également discuter avec l'auteur, vraiment très agréable ! J'ai dévoré le roman et je ne regrette absolument pas cet achat !
La Onzième Plaie est le premier roman d'Aurélien Molas, qui a réussi à écrire un premier livre, mais aussi un très bon policier ! Son atmosphère m'a un peu fait penser aux romans de Jean-Christophe Grangé ou de Maxime Chattam.
Dans une ambiance de guerre civile, où les Français se révoltent contre le gouvernement dans une guerre sans merci, mettant les policiers à rude épreuve, une autre guerre est engagée, à leur insu.
Plusieurs policiers vont se retrouver impliqués dans une sombre affaire de pédophilie, chacun avec ses raisons, sa méthode, ses blessures... De révélations en secrets, ponctués de la vie plus privée de ces flics hors-normes, je n'ai pas vu les pages défiler ! Aurélien Molas a une écriture qui ne laisse pas de place à l'ennui ou au désintérêt, il présente avec maîtrise ces flics border-lines, résolus à rendre justice à tous ces enfants maltraités par plus forts qu'eux. Il n'y a pas de scènes ou d'hémoglobines superflues, l'horreur est présente dans les sévices infligés aux mineurs...
La Onzième Plaie est un thriller à lire absolument, et Aurélien Molas un auteur à lire !
 
 
 
Logo Livraddict

01/12/2012

Le passager, de Jean-Christophe Grangé

 le passager,jean-christophe grangé,policier

Le passager

Jean-Christophe Grangé

 
Je suis l'ombre.
Je suis la proie.
Je suis le tueur.
Je suis la cible.

Pour m'en sortir, une seule option : fuir l'autre.
Mais si l'autre est moi-même ?

 
 
Ticket simple pour ce voyage dans l'univers de Grangé.
Comme souvent, Jean-Christophe Grangé met en relation deux personnages : Mathias Freire, un psychiatre légèrement désabusé par son travail ; et Anaïs Chatelet, OPJ à la personnalité aussi cabossée que son histoire (coup de cœur immédiat pour ce personnage, auquel l'auteur à fait pratiquer le Krav-Maga !). Ces deux personnalités atypiques vont être réunies par une enquête on ne peut plus mystérieuse et intrigante...
Tout commence lorsque Mathias Freire « récupère » le patient qui va tout déclencher : retrouvé en état de choc, avec des objets tachés de sang et, surtout, totalement amnésique, ne se rappelant même pas son nom. Qui est-il ? D'où vient-il ? Pourquoi ce sang ? Chaque question en entraîne une autre, surtout quand ce cas se révèle plus compliqué que prévu. Ce patient se révèle être un « passager », un homme qui, après un traumatisme, s'invente une nouvelle identité. Et cela peut durer indéfiniment !
Ce patient conduit les policiers à s'intéresser de près à Freire, qui se révèle impliqué davantage dans cette affaire que par son statut de psychiatre. Avec l'aide d'Anaïs, le héros va devoir remonter dans sa vie, dans son passé et plus particulièrement dans sa mémoire... Accusé d'un crime, pourchassé à la fois par les policiers et d'autres hommes plus énigmatiques, Mathias Freire va devoir lutter contre le tic-tac fatal, et surtout élucider les indices de nouveaux crimes en rapport avec la mythologie. Icare, le Minautore... Œuvre d'un fou ou d'un génie ? Quel est la relation entre cet homme et le psychiatre ?
L'écrivain met en œuvre tout le suspense possible, de manière à embarquer son lecteur, avec les nombreuses pistes possibles, vraies ou fausses. Les aventures de Mathias Freire sont captivantes car on découvre son histoire en même temps que lui, même si des passages sont parfois moins entraînant. Le concept des histoires emboîtées les unes dans les unes, comme des poupées russes, est très bien utilisé et, surtout, m'a scotchée tout au long du récit, malgré quelques petits bémols, comme parfois un essoufflement du récit, et une fin qui n'est pas aussi percutante que le reste du roman.
Mais, n'empêche, Le Passager reste un excellent roman de Jean-Christophe Grangé, maître français du Thriller ! Les personnages sont toujours aussi cabossés et désespérés, l'intrigue à couper le souffle est très très bien menée, le fond de psychologie et de mythologie est plus qu'intéressant, bref, un excellent roman ! Vous pouvez l'acheter et le lire sans hésiter !
 
 
 
 
 
Logo Livraddict

04/11/2012

Le Briseur d'Âmes, de Sebastian Fitzek

 le briseur d'Âmes,sebastian fitzek,policier

Le Briseur d'Âmes

Sebastian Fitzek

 
Un psychopathe sévit dans les environs de Berlin. Lorsque la police retrouve ses victimes, ces dernières sont vivantes, n'ont subi aucun sévice, mais se trouvent prostrées dans un état végétatif, psychologiquement anéanties, comme privées de conscience...
D'où le surnom que lui a donné la presse : le briseur d'âmes. Quelles tortures mentales a-t-il infligé à ses proies ? Et pourquoi laisse-t-il dans leur main une phrase énigmatique ?
Caspar, un amnésique d'une quarantaine d'années interné dans une clinique psychiatrique de luxe, n'aurait jamais imaginé croiser le chemin du psychopathe.
Et pourtant, en cette veille de Noël, alors qu'au-dehors une tempête de neige fait rage, lui, le personnel médical et quelques patients se retrouvent enfermés dans la clinique, coupés du monde... avec le briseur d'âmes. Et, cette fois, il tue !

 

Pour un premier roman que je lis de Sebastian Fitzek, c'est une révélation !
Dans la clinique Teufelsberg, la plupart des patients et personnels sont partis pour les vacances. Ne restent que quelques-uns. Un jour, à la télé, une patiente suit l'affaire du Briseur d'Âmes : on retrouve ses victimes plongées dans le coma, apparemment inconsciente de ce qui se passe autour d'elles, et psychologiquement anéanties... Surnommé ainsi par la presse, il leur inflige une torture mentale connue de lui seul, et un de ses plaisirs est de laisser une note énigmatique dans les mains de ses victimes.
Caspar, un amnésique interné à Teufelsberg, suit cette affaire de loin. Jusqu'au jour où une tempête de neige fait rage la veille de Noël, le personnel médical et les patients se retrouvent enfermés dans la clinique avec le Briseur d'Âmes. Mais cette fois, il ne va pas se contenter de terroriser ses victimes !
L'équipe médicale et les patients se retrouvent enfermés dans l'hôpital, en compagnie d'un dangereux psychopathe, qui avance les pièces une par une pour parvenir à accomplir un plan machiavélique que presque personne ne peut comprendre... Caspar sent qu'il peut comprendre ces actes, mais il faudrait pour ça qu'il parvienne à élucider les bribes de souvenirs qui lui parviennent !
Le Briseur d'Âmes est un récit vraiment captivant, Sebastian Fitzek met ses personnages et ses lecteurs dans un suspense insoutenable, dans l'attente de ce qui va se passer pour la suite. Un thriller oppressant, qui joue perpétuellement avec nos nerfs...
J'ai tourné les pages avec avidité, dans l'attente du mouvement suivant, que ce soit de la part du Briseur d'Âmes ou de ses victimes (n'empêche, quelle idée parfois d'aller se mettre dans des endroits sombres où on peut se faire facilement piéger !). Les pages finales sont grandes en révélations, et vraiment satisfaisantes, car certes elles apportaient des réponses, mais surtout au fait que certaines de mes hypothèses soient justes !
Si vous n'avez pas encore lu Le Briseur d'Âmes, je vous recommande cet ouvrage de Sebastian Fitzek !
 
 
 
Logo Livraddict

02/11/2012

Nous étions les hommes, de Gilles Legardinier

 nous étions les hommes,gilles legardinier,policier

Nous étions les hommes

Gilles Legardinier

 
Dans le plus grand hôpital d'Édimbourg, le docteur Scott Kinross travaille sur la maladie d'Alzheimer. Avec une jeune généticienne, Jenni Cooper, il a découvert l'une des clefs de ce mal qui progresse de plus en plus vite, frappant des sujets toujours plus nombreux, toujours plus jeunes.
Leurs conclusions sont aussi perturbantes qu'effrayantes : si ce fléau l'emporte, tout ce qui fait de nous des êtres humains disparaîtra.
C'est le début d'une guerre silencieuse dont Kinross et Cooper ne sont pas les seuls à entrevoir les enjeux. Partout sur la Terre, face au plus grand danger que notre espèce ait connu, face à ceux qui veulent contrôler le monde et les vies, l'ultime course contre la montre a commencé...

 

A Edimbourg, le docteur Scott Kinross travaille sur un mal terrible, qui frappe de plus en plus durement les hommes : la maladie d'Alzheimer. Avec l'aide d'une généticienne, Jenni Cooper, ils découvrent que cette maladie progresse dangereusement et frappe de plus en plus tôt.
Si ce fléau continue sa progression, ce n'est pas les conditions climatiques ou tout autre catastrophe qui emportera les hommes, mais Alzheimer ou toute autre maladie semblable.
Outre ces conclusions inquiétantes, Kinross est appelé pour résoudre un mystère étrange : dans une mine, les ouvriers se sont entretués, sans raison et en peu de temps, déchainant une violence inexpliquée qui laissa une seule survivante, traumatisée. Après une enquête, le docteur se rend compte que ce phénomène s'est déjà produit plusieurs fois.
Scott va s'allier avec Greeholm, un vieux monsieur très riche dont la femme est atteinte d'Alzheimer. Les brevets et travaux de Scott et Jenni prennent forme, déclenchant la convoitise de personnes peu scrupuleuses, qui voit dans ces travaux un frein à leurs affaires commerciales. Il va alors débuter une course contre la montre, non seulement pour contrer la maladie, mais aussi pour déjouer les plans des industriels et révéler la vérité au public.
Dans Nous étions les hommes, Gilles Legardinier développe l'idée de l'intérêt de la recherche médicale : bénéfique si elle parvient à aider les malades et à contrer, voire neutraliser les maladies, mais aussi financière et réservée à une élite si les brevets et autres tombent entre de mauvaises mains, plus intéressés par l'argent et le contrôle que par l'idée d'aider leur prochain. En s'attaquant à la maladie d'Alzheimer, Gilles Legardinier présente une des priorités médicales actuelles : qui n'a pas un proche atteint ou ne connait pas les ravages de cette maladie ? Surtout qu'elle n'est pas encore bien connue, bien expliquée et sans véritable traitement.
Nous étions les hommes a beau avoir une vision noire de l'environnement qui nous entoure et ce qui pourrait causer notre destruction, l'espoir est malgré tout toujours là. Espoir de trouver des remèdes, espoir de voir les contrôles des brevets pas aux mains des mêmes personnes...
Pour une première lecture de Gilles Legardinier, vraiment une excellente surprise et j'ai été emportée par le récit ! A lire absolument !
 
 
 
Logo Livraddict

31/10/2012

Un endroit discret, de Seichô Matsumoto

un endroit discret,seichô matsumoto,policier

Un endroit discret

Seichô Matsumoto

 
 
Tsuneo Asai est en mission à Kôbe pour le compte du ministère de l'Agriculture lorsqu'il reçoit un coup de téléphone : son épouse est morte quelques heures plus tôt. Elle a succombé à une crise cardiaque tandis qu'elle se trouvait dans un magasin.
Sous le choc, il décide de rentrer à Tôkyô par le premier train. Eiko avait le coeur fragile, il le savait, et la nouvelle de son décès ne l'a surpris qu'à demi. Les circonstances de sa mort, en revanche, ne laissent pas de l'étonner.
Comment cette épouse docile, au caractère réservé, avec laquelle il menait une vie calme et sobre, qui ne s'absentait de la maison que deux ou trois après-midi par semaine pour aller à ses réunions de haïku, a-t-elle pu mourir dans une curieuse petite boutique de cosmétiques, dans un quartier où elle n'aurait jamais dû mettre les pieds ?

 

 
Tsuneo Asai est un petit fonctionnaire qui a su s'élever à une bonne position à force de travail. Marié à une jeune femme, Eiko, il coule une vie sans surprise, conforme à celle des gens qui les entourent.
Mais lors d'une mission à Kôbe avec le ministère de l'Agriculture, un coup de téléphone vient bouleverser sa vie bien rangée : Eiko vient de mourir d'une crise cardiaque. La jeune femme avait le cœur fragile, mais pourquoi est-elle morte dans une boutique de cosmétiques, dans un quartier où elle n'avait aucune raison d'aller ?
Comment une femme, très prudent à cause d'une faiblesse cardiaque, mais surtout une épouse docile, réservée, qui ne sortait presque que pour ses réunions d'haïku, s'est-elle retrouvée dans cette situation ? Un endroit discret présente un fonctionnaire dépassé par un événement qu'il n'avait pas prévu, et surtout par les conséquences de cet accident.
Tentant de découvrir qui était vraiment sa femme, Tsuneo Asai découvre que ceux que l'on connait le moins sont ceux que l'on croyait connaître le mieux ! Seichô Matsumoto écrit davantage qu'un roman policier, qu'une enquête d'un mari pour retracer les derniers événements de la vie de sa femme. Un endroit discret est véritablement une critique sociale et des mœurs, plus spécifiquement celle des codes de la culture japonaise. L'auteur utilise les règles inhérentes à la vie des Japonais pour faire passer tout le trouble et l'angoisse du personnage principal : son désarroi à l'annonce de la mort de sa femme, la façon de l'annoncer à la réunion où il était quand il a appris le décès, la façon de percevoir le monde et les gens qui l'entourent. Tsuneo Asai est mené par les règles de la société, pour qui le déshonneur de perdre son sang social est parfois plus fort que toutes autres raisons. Une société extrêmement hiérarchisé, structure et rigidifie les rapports entre les individus, à tous les niveaux, avec le sens de l'honneur, de la discipline et de la courtoisie vraiment très poussée...
Un endroit discret est un livre policier plutôt atypique, une enquête classique mais marqué par une psychologie et une étude sociale des plus intéressantes et extrêmement bien menée !
Si vous ne connaissez pas encore Seichô Matsumoto, je vous recommande ce roman !
 
 
 
 
Logo Livraddict