Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

12/08/2012

Le Diptyque du Temps, tome 2, de Maxime Chattam

 le diptyque du temps,maxime chattam,tome 2,policier

Le Diptyque du Temps, tome 2
Le Requiem des Abysses

Maxime Chattam

 
Au début des années 1900, la France est en proie à d'étranges phénomènes.
A Paris, les momies disparaissent des musées, les médiums succombent à des morts mystérieuses, et les rumeurs les plus folles courent les cercles occultes. A quelques kilomètres de là, dans les campagnes, une chose sans nom décime des familles entières selon des rites d'une infinie barbarie.
Hanté par ses propres démons, fasciné par le Mal, le romancier Guy de Timée se lance à la poursuite de la créature.
Après Léviatemps, le nouveau thriller de Maxime Chattam nous entraine des brumes du Vexin à celles du Paris ésotérique dans un terrifiant voyage dans le temps et le doute.

 

Deuxième tome du Diptyque du Temps, Le Requiem des Abysses poursuit et achève les aventures de Guy de Timée et de Faustine.
Toujours dans les années 1900, ils se sont retirés dans l'habitation de campagne de Maximilien Hencks, un ami de Guy, dont les connaissances et le soutien ont été précieux lors de l'affaire d'Hubris. Las, les deux amis décident de s'éloigner de la folie de la capitale et de la vie parisienne, espérant oublier les atrocités de l'homme auxquels ils ont été confrontés.
Seulement, le Mal n'est pas disposé à lâcher son emprise sur le romancier, attiré par le chaos, comme un papillon par la lumière, quitte à se brûler les ailes. En effet, la vie à la campagne, dans un petit village tranquille, ne prédisposait pas à la rencontre de l'horreur : un homme décime des familles selon un rite propre et, surtout, d'une cruauté sans nom. Fasciné, Guy va se lancer à la poursuite de cette créature, qui appartient visiblement à la communauté...
En mettant les pieds dans cette nouvelle enquête, Guy ne réalisait pas qu'il allait non seulement risquer sa raison et sa vie, mais aussi celle de Faustine et de ses amis, et surtout, qu'elle allait prendre plus d'ampleur que tout ce qu'il a pu imaginer.
Pour comprendre et élucider ce mystère, Guy va devoir retourner à Paris, agitée par d'étranges événements : disparition de momies, mort mystérieuse des médiums, le foisonnement des rumeurs dans le milieu occulte... Hasard ? Ou bien l'œuvre d'un seul et même individu ?
Cette nouvelle enquête va coûter cher au romancier, l'obligeant une nouvelle fois à courir contre le temps, confronté à un adversaire malin, dangereux et parfait caméléon !
Ce diptyque de Maxime Chattam, et plus particulièrement la conclusion de l'histoire, me laisse une nouvelle fois admirative devant la puissance de l'histoire, de l'intrigue et de l'écriture ! Promené de suspects en suspects, de péripéties en rebondissements, j'avais beau avoir des idées, m'attendre à une certaine fin, je reste sans voix devant une nouvelle démonstration du talent de l'auteur ! Je me suis plongée dans Le Requiem des Abysses, où je retrouve des éléments de la Trilogie du Mal, livres phares de la biographie de Maxime Chattam. Je me suis promenée aux côtés de Guy et Faustine, que ce soit dans le Vexin français ou Paris, en m'immergeant à 100% dans le récit.
Alors, chapeau bas, Monsieur Chattam !

 

 

Se pouvait-il qu'une œuvre dépasse la personnalité d'un individu ? Au point de l'asservir, de lui faire nier son humanité, pour n'être qu'un vecteur, un instrument pour propager une idée ? Les grands courants de pensées venaient-ils ainsi au monde ? Les idées comme une énergie propre, capable de subjuguer des êtres pour les commander, pour qu'ils les concrétisent, qu'ils les répandent ? Les idées, la matière philosophique, la pensée comme une entité extérieure animant les hommes comme des pantins, était-ce insensé ?

 

 

Le Diptyque du Temps, Tome 1 : Léviatemps
Le Diptyque du Temps, Tome 2 : Le Requiem des Abysses
 
 
 
Logo Livraddict

 

03/08/2012

Panique, de Jeff Abbott

panique,jeff abbott,policier

Panique

Jeff Abbott

 

Tout va pour le mieux pour Evan Casher : sa carrière de documentariste est en train de décoller et il file le parfait amour avec Carrie. Jusqu'au jour ou sa mère lui demande de venir la retrouver toutes affaires cessantes. Lorsqu'il arrive chez ses parents, sa vie bascule : il trouve sa mère sauvagement assassinée et échappe de peu à un meurtre.
Poursuivi par les mystérieux assassins de sa mère et ne pouvant faire confiance à personne, Evan découvre peu à peu que beaucoup de choses dans sa vie ne sont que mensonges.
Il s'engage alors dans une quête périlleuse pour découvrir la vérité sur lui-même et sur son passé afin de se réapproprier la vie qu'on lui a volée.

 

Evan Casher est un homme sans histoire, sa seule particularité semble être les prix gagnés grâce à sa carrière de documentariste, il a une nouvelle petite amie... Et sa vie bascule dans la panique le jour où sa mère l'appelle. A son arrivée chez ses parents, il découvre sa mère assassinée, n'arrive pas à contacter son père, et surtout, passe à deux doigts de la mort à son tour.
Evan va découvrir que chacun à ses secrets, petits ou gros, et, surtout, que ces secrets peuvent avoir leur répercussion sur ceux qui les entourent. Les secrets de ses parents vont projetés le jeune homme au milieu d'intrigues gouvernementales où il va devoir apprendre à fuir, à se cacher et à traiter avec des gens puissants et sans scrupule.
Panique ne révolutionne pas les codes du thriller : l'innocent jeté dans la fosse aux lions, sans savoir ce qui l'attend, confronté à des individus malavisés ou qui ne tiennent pas compte de sa vie et de ses envies. Sans être parfaitement original dans son histoire, j'ai beaucoup appréciée ce roman de Jeff Abbott, qui a une écriture très agréable. Le récit est très agréable à lire, on ne voit pas le temps passer !
Panique est un roman policier bien construit, les coups de théâtres s'enchainent sans temps morts, ce qui tient en haleine du début à la fin !
 
 
 
 
Logo Livraddict

27/07/2012

Le Chuchoteur, de Donato Carrisi

le chuchoteur,donato carrisi,policier

Le Chuchoteur


 

Donato Carrisi



Coup de cœur


Cinq petites filles ont disparu. Cinq petites fosses ont été creusées dans la clairière. Au fond de chacune, un petit bras, le gauche.
Depuis qu'ils enquêtent sur les rapts des fillettes, le criminologue Goran Gavila et son équipe d'agents spéciaux ont l'impression d'être manipulés. Chaque découverte macabre, chaque indice les mènent à des assassins différents. La découverte d'un sixième bras, dans la clairière, appartenant à une victime inconnue, les convainc d'appeler en renfort Mila Vasquez, experte dans les affaires d'enlèvement. Dans le huis clos d'un appartement spartiate converti en QG, Gavila et ses agents vont échafauder une théorie à laquelle nul ne veut croire : tous les meurtres sont liés, le coupable est ailleurs.
Quand on tue des enfants, Dieu se tait, et le diable murmure...



Premier roman de Donato Carrisi et qui a fait de lui une révélation dans le monde de la littérature policière.
Cinq petites filles ont disparues. Et cinq fosses ont été creusées avec, à l'intérieur, un petit bras gauche. Pour tenter de retrouver les fillettes – ou au moins leurs corps – on fait appel au criminologue Goran Gavila et à son équipe d'agents spéciaux. L'enquête piétinant un peu et ayant retrouvé le bras d'une sixième fillette inconnue, Mila Vasquez est appelée en renfort. La jeune femme est une grande spécialiste des disparitions, solitaire, acharnée, faisant son boulot coûte que coûte.
Donato Carrisi est un auteur italien très particulier. Le Chuchoteur est son premier roman, mais il n'en n'ait pas à son coup d'essai dans l'écriture. Il est l'auteur d'une thèse sur Luigi Chiatti, un tueur en série, puis il a écrit des scénarios. Juriste de formation, spécialisé en criminologie et sciences du comportement, toute son expérience se ressent vraiment dans son roman !
L'enquête est particulièrement entraînante. On est aussitôt plongés dans l'horreur de la découverte de ces bras d'enfants découverts dans une clairière. A travers la traque à ce « monstre », on croisera des pédophiles, des parasites et des kidnappeurs, on se familiarisera avec les différents types de tueurs en série, on vivra une véritable plongée dans l'enfer humain. Car malgré toutes les horreurs qu'est capable l'être humain, le pire n'est-il pas l'indifférence de la population en général ? Car Donato Carrisi nous montre plusieurs exemples du détachement des gens vis-à-vis de leurs semblables, ou un intérêt seulement de dernière minute, devant le macabre, sans se soucier des personnes lorsqu'elles étaient encore parmi nous.
Le Chuchoteur est un livre glauque, très sombre, sans doute à ne pas mettre entre toutes les mains. Car rien que la pédophilie et l'enlèvement d'enfants sont des sujets plus que bouleversants, on côtoie l'horreur sans fard, on est frappés de plein fouet. On voit l'humain dans ce qu'il a de plus noir, de plus sombre et de plus dégoûtant, le Mal véritable, celui qui n'a pas d'explications.
Cela a beau être un thriller extrêmement sombre, j'ai été prise aux tripes et je n'ai pas pu le lâcher avant la fin ! Donc, une enquête très intéressante, menée avec brio du début à la fin, le tout servi avec une écriture vraiment très descriptive et envoûtante. Mais j'ai été aussi particulièrement captivée par les personnages. L'équipe d'enquêteurs à chacun une spécialité qui lui est propre, on se sent proche d'eux ou non. J'aurais aimé les voir plus décrit à certains moments, mais ils sont tous essentiels et importants. Le professeur Goran est particulièrement frappant, un homme très décalé, très étrange, qui se révélera jusqu'à la fin du livre. Mais Mila Vasquez est le personnage que j'ai préféré. Spécialisée dans les disparitions, elle y excelle car elle a quelque chose qui lui permet de connaître et de comprendre les personnes qu'elle pourchasse. On découvre sa vie bribe par bribe, distillé tout au long du Chuchoteur. D'abord froide et purement professionnelle, j'ai vite pris plaisir à découvrir la personne derrière la carapace, ce qu'elle cachait et comment elle en est arrivée là.
Le Chuchoteur est une vraie révélation et un immense coup de cœur pour moi ! J'ai beaucoup entendu dire que certains avaient trouvés la fin décevante. Après plusieurs relectures du roman, je peux dire que ce n'est pas mon cas. J'aimerai expliquer mon point de vue, donc ne lisez pas la suite pour ne pas vous faire SPOILER. L'identité d'Albert est, je trouve, particulièrement réussie. Après de multiples surprises et rebondissements, on a enfin la réponse et je n'ai pas été déçue, surtout devant ce nouveau type de tueurs en série, que je ne connaissais absolument pas. Ensuite, il y a l'arrestation finale et la découverte de la fillette. On n'y prend pas part directement, on assiste avec Mila à la découverte retransmise à la télévision. Je trouve que c'était assez osé comme méthode : contrairement à beaucoup d'autres thrillers, on n'est pas sur les lieux, avec le personnage principal qui résous toute l'affaire. Je trouve que Donato Carrisi a pris une voie différente, qui aurait pu ne pas marcher, mais qui a révélé encore davantage de suspense pour moi. Et c'est ensuite une fin particulièrement ouverte que l'auteur nous laisse, et heureusement que j'ai appris qu'il y aurait une suite, avec L'Ecorchée ! FIN DU SPOILER
Tout ça pour dire et vous conseiller vraiment cette lecture, j'ai été transportée du début à la fin, un coup de cœur !




Le Chuchoteur
L'Ecorchée

 
 
 
 
Logo Livraddict

26/07/2012

Le Diptyque du Temps, tome 1, de Maxime Chattam

 le diptyque du temps,maxime chattam,tome 1,policier

Le Diptyque du Temps, tome 1
Léviatemps

Maxime Chattam

Coup de cœur

 

Paris, 1900.
Prisonnier de son succès, un écrivain décide de tout quitter pour entrer au plus profond de ses cauchemars, de ses abysses, explorer ce qu'il y a de pire en lui. Dans ce terreau de peurs se cache la matrice des monstres enfouis en chacun de nous.
Un Léviathan d'ombres, un golem de violence.
Guy de Timée voulait déterrer la fange, il va rencontrer le mal.
Des cercles ésotériques de la capitale aux démesures de l'Exposition universelle, le début du XXe siècle inspire à Maxime Chattam un thriller halluciné où les progrès de la science nourrissent la folie des âmes perdues en quête d'éternité.

 

Dans le Paris de 1900, les rues sont marquées par des événements marquants : des jeunes femmes, des courtisanes, sont sauvagement assassinées. Événements qui ne sont pas sans rappelé le sanglant passage de Jack l’Éventreur à Londres... Non moins sanglant sera le passage de ce mystérieux assassin dans la belle capitale française, ville lumière, où la technologie, avec l'exposition universelle, explose littéralement : la science fait un bond phénoménal en avant.
Guy, un écrivain à succès, fuit sa famille de classe élevée et étouffante, pour se réfugier dans le milieu où il se sent le mieux : une maison close, où il se lie d'amitié avec la gérante et les courtisanes. L'événement déclencheur est le meurtre d'une jeune femme, Milaine, qui appartenait au Boudoir de soi, la maison close où Guy a élu domicile. Se prenant au jeu d'une enquête policière, le romancier découvre que d'autres meurtres tout aussi horrible ont eu lieus, sur la personne de prostituées. Cependant, ces endroits sont très mal famés et, contrairement aux courtisanes du Boudoir de soi (qui exercent leur métier dans le respect et le consentement), ces autres jeunes femmes assassinées étaient au pied du mur et acculées...
Guy de Timée explore avec avidité la psyché de ce mystérieux tueur en série, afin de venger la mort de son amie, et, surtout, d'explorer l'univers du Mal afin d'en faire un roman policier, digne des aventures de Sherlock Holmes. Cependant, à trop vouloir côtoyer le mal, il risque d'y laisser sa vie et celles de ses compagnons...
Côtoyant tout à tour la haute bourgeoisie, les quartiers "mal famés", les cercles ésotériques ou scientifiques, Maxime Chattam reprend, réécrit et modifie à sa manière les ingrédients des plus grands écrivains : Poe, Conan Doyle, Jules Vernes... En en faisant une œuvre magistrale ! En effet, Maxime Chattam a le don de nous faire revivre l'écriture des maîtres des romans policiers, mais sans pour autant les plagier : la force de son talent vient de son écriture unique, qui a le don de faire voyager. Que ce soit la noirceur des esprits criminels (La Trilogie du Mal), dans un univers fantastique et humanitaire (Autre-Monde) ou l'évolution de l'espèce humaine (Cycle de l'Homme). Cette fois, il m'a fait vibrer et découvrir la France et le Paris de 1900, où chaque scènes sont détaillées et criantes de réalisme. L'immersion est complète, à tel point que je déambulais dans les rues au côté de Guy et de Faustine, en vivant complètement leurs aventures !
Une question est toujours restée présente en arrière-plan de cette lecture : quelle part de lui-même Maxime Chattam a-t-il mis dans ce nouveau roman ?
 
 
 
Le Diptyque du Temps, Tome 1 : Léviatemps
Le Diptyque du Temps, Tome 2 : Le Requiem des Abysses
 
 
C'est le temps.
Qui n'a besoin d'aucun repli, d'aucune faille pour saisir et corrompre l'âme et la chair.
Ce précieux temps qui a emporté avec lui tant d'existences.
Les gens contemplent rarement le temps.
Ils n'en ont qu'une vision très approximative, relative et subjective à la fois.
Le temps est pourtant réel et palpable.
 
 
Logo Livraddict

17/07/2012

De fièvre et de sang, de Sire Cédric

de fièvre et de sang,sire cédric,policier,fantastique

De Fièvre et de Sang

Sire Cédric

 

Une jeune fille se réveille entièrement nue et entravée sur un matelas couvert de sang. Elle sait qu'elle va mourir, toute tentative de fuite semble inutile. La douleur n'est rien en comparaison de la peur panique qui s'est emparée d'elle...
Le commandant Vauvert mène l'enquête en compagnie d'une profileuse albinos, Eva Sviirta. Personnage excentrique et hors norme, Eva a un véritable sixième sens qui fait d'elle une redoutable traqueuse de l'ombre. Ensemble, ils vont tenter de remonter la piste d'un tueur en série qu'ils croyaient mort et qui a pour habitude de vider entièrement ses victimes de leur sang.
S'agit-il d'une réincarnation, d'un spectre, d'un homme, d'une femme, d'une créature d'un autre monde ?
Suspense, angoisse, horreur, sensations étranges, crises de démence, folie meurtrière, rite satanique... Un thriller oppressant qui entraîne ses lecteurs au-delà de la raison.


Première excursion dans l'univers de Sire Cédric avec De Fièvre et de Sang, que j'avais envie de lirede fièvre et de sang,sire cédric,policier,fantastique depuis longtemps.
Avec ce premier roman que je lis, je ne pouvais mieux tomber. Dès le début, on rentre directement dans l'action : on découvre une jeune fille, enlevée, attachée à un lit, et prête à subir des violences insoutenables...
Le commandant Vauvert et la profileuse Eva Svärta font faire équipe pour tenter de capturer les personnes responsables de ces forfaits. Mais, un an après, tout recommence malgré la mort des principaux suspects. Copycat ? Ou quelque chose de plus sombre ? Ce mystérieux tueur, non seulement torture violemment ses victimes, mais les vide également de leur sang et les laisse dans une mise en scène macabre.
« Pour arrêter un monstre, il faut parfois un autre monstre. » Les deux protagonistes sont vraiment des personnages que Sire Cédric a décrits de manière très vivace. Vauvert est un flic carré, tenace, avec une grande expérience de son métier, très humain, bref attachant, un colosse cachant une sensibilité aussi grande que lui. Mais pour moi, la véritable révélation de De Fièvre et de Sang est la profileur Eva. Déjà pour son apparence physique : la jeune femme est albinos. Mais aussi pour son passé rempli de fantômes et de violence, qui la marque évidemment profondément, la rendant plus que tenace dans son métier, au point d'être constamment sur le fil du rasoir.
Ensuite, l'intrigue. De Fièvre et de Sang est un mélange réussi entre policier et fantastique. Sire Cédric maîtrise son histoire du début à la fin, tant dans l'enquête qui rebondit sans arrêt, avec un rythme échevelé, que dans le côté fantastique avec les légendes et les personnages du folklore traditionnel.
Tous ces éléments baignant dans le sang forment une bonne histoire, qui m'a tenue en haleine jusqu'à la fin ! Avec De Fièvre et de Sang, je pense pouvoir dire sans me tromper que je continuerai à lire Sire Cédric !

 

Pour arrêter un monstre,
il faut parfois un autre monstre.

 

 

 

Logo Livraddict