Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

14/01/2014

Bleak House, Tome 1, de Charles Dickens

bleak house,charles dickens,tome 1,classique,drame

Bleak House, Tome 1
La mystérieuse Lady Dedlock

Charles Dickens



Le richissime John Jarndyce accueille dans son domaine, Bleak House, trois enfants dont il a obtenu la tutelle.
Tout porte à croire qu'un avenir radieux s'ouvre désormais à eux, mais la malchance semble poursuivre tous les occupants de la maison...



Après avoir lu De grandes espérances et La petite Dorrit, je m'attaque à Bleak House, séparé en deux parties.
Dans La mystérieuse lady Dedlock, on se plonge illico dans l'intrigue et les personnages. Tout commence avec l'affaire « Jarndyce contre Jarndyce », où chacun des individus que l'on croise est liés de près ou de loin à cette affaire. Un testament obscur, une grosse somme d'argent, on ne sait pas d'où vient cet argent, pourquoi cet héritage est tellement contesté... Cette affaire est le pivot de l'histoire de Dickens tout en restant un des éléments les plus énigmatiques !
Ada Clare et Richard Carstone sont des pupilles de la Cour et concernés par l'affaire. Les deux jeunes gens vont être recueillis par John Jarndyce, qui se refuse à toute implication dans le procès. Il veut avant tout être bien entourés, mais surtout pouvoir apprécier sa tranquillité. Aux pupilles va s'ajouter Esther Summerson, une jeune femme que John Jarndyce a toujours épaulée. Esther va avoir la mission de tenir compagnie à Ada, mais aussi d'être l'intendance de Bleak House, la demeure de Mr Jarndyce.
La vie va se poursuivre tranquillement, les jeunes gens ont des personnes à aimer, et Mr Jarndyce a trouvé avec qui partager sa richesse et sa tranquillité. Mais ce ne serait pas du Dickens si tout ne se déroulait pas sans heurt ou chaos... L'affaire Jarndyce contre Jarndyce obsède chaque personne qui s'en rapproche, tout le monde espère un dénouement pour pouvoir posséder une partie de ces richesses que l'on dit immenses. Le premier Richard souhaite plus que tout acquérir de l'argent sans se fatiguer outre mesure pour pouvoir prétendre épouser Ada. Il va aller d'études en études afin de trouver celle qui lui correspond. Esther assiste avec un œil inquiet tous ces multiples rebondissements.
Chacun des personnages est décrits avec finesse par Dickens. Richard est un jeune homme charmant, qui attire la sympathie... mais tellement indolent parfois ! Il hésite, il doute, il navigue entre plusieurs métiers et n'espère que la résolution de l'affaire Jarndyce pour toucher l'héritage. De son côté, Ada est une belle jeune fille, dont l'amour pour Richard l'empêche bien souvent de voir ses défauts. Une enfant charmante, mais sans grande expérience. Lady Dedlock est peut-être le personnage le plus intrigant, avec cette langueur, cet ennui qui la suit partout. Son passé se dévoile petit à petit, à coup de révélations dosées. John Jarndyce est sans doute le personnage que je préfère. Tuteur d'Esther et des pupilles de l'affaire Jarndyce, il a à cœur de réparer les justices qu'il voit, de faire tout ce qui est en son possible pour répandre la bonté autour de lui. Un des personnages les plus touchants ! Esther Summerson est l'une des narratrices du roman. Elle ne sait pas qui sont ses parents, elle a été élevée par une tutrice sèche et désagréable. Pour se faire aimer, Esther cherche à être toujours humble, disponible pour les autres, de compenser la « honte » de sa naissance. Son bienfaiteur s'avère être Mr Jarndyce, qui va la prendre sous son aile. Un personnage que j'ai d'abord trouvé un peu lisse, pour finalement laisser la place à un être plus complexe et tourmenté qu'on ne l'aurait cru !
Bleak House est un roman que j'appréhendais un peu de commencer. Car si j'ai aimé De grandes espérances, j'avais plus envie de gifler Pip du début à la fin que de m'attacher à lui. La Petite Dorrit a beau être un coup de cœur, il m'a fallu un peu de temps avant d'acquérir une vitesse de croisière pour ce qui est de la lecture. Mais j'ai dû prendre le pli et acquérir davantage de familiarité avec l'écriture de Dickens, car j'ai englouti La mystérieuse Lady Dedlock en moins de temps qu'il faut pour le dire !
J'ai pris un immense plaisir à ma lecture et je n'attends maintenant plus que deux choses : lire la seconde partie et regarder la version série de la BBC !
Et vous, vous l'avez lu ?
 
 
 
Logo Livraddict

04/01/2014

Autant en emporte le vent, de Margaret Mitchell

 autant en emporte le vent,margaret mitchell,classique,coup de cœur

Autant en emporte le vent

Margaret Mitchell

Coup de cœur

 

En Georgie, en 1861, Scarlett O'Hara est une jeune femme fière et volontaire de la haute société sudiste.
Courtisée par tous les bons partis du pays, elle n'a d'yeux que pour Ashley Wilkes malgré ses fiançailles avec sa douce et timide cousine, Melanie Hamilton. Scarlett est pourtant bien décidée à le faire changer d'avis, mais à la réception des Douze Chênes c'est du cynique Rhett Butler qu'elle retient l'attention...

 

Histoire mythique, Autant en Emporte le Vent est connu par pratiquement par tous, qu'on ait lu le livre, vu le film ou la comédie musicale... Je n'ai jamais vu la comédie musicale mais autant en emporte le vent,margaret mitchell,classique,coup de cœurl'adaptation au cinéma est une des plus réussies et des plus abouties, notamment grâce à la prestation de Clark Gable et Vivien Leigh. Cependant, la qualité ne vaut pas celle du roman, qui est, pour moi, un des meilleurs romans jamais écrit !
Autant en Emporte le Vent commence en 1861, en Géorgie. Les Sudistes, fiers et fanfarons, vivent dans l'insouciance et la tranquillité. Scarlett O'Hara, jeune fille de bonne famille, est une enfant gâtée, habituée à obtenir ce qu'elle désire. Elle aime en secret Ashley Wilkes, jeune homme de son milieu. Cependant, il reste différent de la jeune fille frivole : il est perdu dans son monde, au milieu de la littérature, de la musique et de la peinture. Quand Scarlett apprend au cours d'une réunion le mariage d'Ashley avec Mélanie Hamilton, elle va connaître son premier chagrin d'amour, tentant tout pour conquérir Ashley, prenant en grippe Mélanie. Au cours de cette même réunion, des événements vont déterminer la vie de Scarlett : son mariage avec Charles Hamilton, le frère de Mélanie, par dépit envers l'annonce du mariage d'Ashley, sa rencontre avec le capitaine Rhett Butler, homme qui est tout sauf un gentleman et à la réputation sulfureuse, et enfin l'annonce l'annonce de la guerre avec les Yankees. Convaincus que la guerre tournera en leur faveur, les Sudistes sont convaincus d'être dans leur droit en gardant des esclaves et en se voulant indépendant de l'Union. Cependant, la réalité va les rattraper...
Pendant ce temps, Scarlett part de Tara, la plantation de ses parents, pour aller habiter chez sa tante à Atlanta, retrouvant ainsi Mélanie et Ashley, qu'elle ne désespère pas de conquérir. La jeune femme va découvrir dans cette ville les premières conséquences de la guerre, tels que les privations, les blessés à s'occuper. Peu intéressée par la guerre et la politique, Scarlett s'indigne de son statut de veuve, qui lui interdit de participer aux festivités organisées. Retrouvant Rhett Butler, leur relation va s'intensifier, défrayant les chroniques de la ville.
Les Sudistes vaincus, les Yankees s'approchent d'Atlanta, faisant fuir la population. Cependant,autant en emporte le vent,margaret mitchell,classique,coup de cœur Scarlett ne peut s'en aller, car elle doit veiller sur Mélanie et l'aider à accoucher. Réclamant l'aide de Rhett, Scarlett va quitter la ville avec Mélanie et son bébé, pour se réfugier à Tara. Espérant décharger son fardeau sur des épaules plus fortes que les siennes, mais elle doit faire face à la mort de sa mère et à la folie de son père. Le domaine a été ravagé par la guerre, la famine guette sa famille et ses amis, Scarlett devient froide et calculatrice afin de les sauver. Elle se résigne à un nouveau mariage, par appât du gain, afin de pouvoir payer les impôts. Habitant de nouveau à Atlanta, elle devient femme d'affaire en acquérant une scierie. La « Vieille Garde » lui tourne le dos quand elle commence à faire affaire avec les Yankees, rebutés par son attitude dure et apparemment bien décidée à laisser le passé de côté pour faire tout ce qui est nécessaire pour survivre. Mélanie exceptée, tous ses anciens amis lui battent froid. De son mariage avec Rhett née une petite fille, Bonnie, pour laquelle, sa mère éprouvera le plus de sentiment maternel.
Jusqu'à la fin, les événements se sont enchaîner sans perdre de temps.
Malgré les horreurs de l'esclavage et du Ku Klux Klan, je me suis attachée à tous les personnages, qui considèrent les Blancs comme supérieurs et les Noirs comme des êtres inférieurs, gentils et bêtas, parfois violents, capables seulement de servir d'esclaves. Des liens se tissent entre ces protagonistes, rendant le récit d'autant plus vivants, évoluant dans un cauchemar où les Sudistes ne veulent pas changer leur façon de vivre. Dans ce chaos, ils ne se laissent pas faire, tous tentent de remonter la pente, certains ne prendront pas la même route que celle empruntées par d'autres...
Les longues descriptions permettent de se plonger longuement dans le récit et dans la vie des personnages, me donnant l'impression de déambuler à leurs côtés.
Un récit magnifique et vibrant, à lire absolument !

 

 

 

Logo Livraddict

10/11/2013

Le secret de Lady Audley, de Mary Elizabeth Braddon

le secret de lady audley,mary elizabeth braddon,classique,gothique,policier

Le secret de Lady Audley

 

Mary Elizabeth Braddon




Le château des Audley fut jadis le théâtre d'un crime.
Ce meurtre non élucidé est resté imprimé dans la mémoire des habitants du village comme une malédiction... Cette fatalité pèsera- t- elle sur les différents personnages du roman ? Car il est à peu près sûr qu'un sombre destin plane sur le baron Audley et sa très belle épouse.
Effrayant, machiavélique, ce roman est à classer parmi la littérature à sensation d'Alexandre Dumas, de Wilkie Collins et de Dickens, annonçant les detective novels et les thrillers.



Ma première découverte de Mary Elizabeth Braddon, dont j'ai beaucoup entendu parler et dont on m'a dit que c'est une auteure classique à connaître absolument.
Lucy Graham est une jeune fille très belle, aimée par tous et travaillant comme institutrice chez un médecin. D'origine apparemment modeste, elle va très vite accroitre sa position en se mariant au très riche châtelain, Lord Audley. Devenue lady Audley, elle continue de charmer son mari et les gens qui la connaisse. A deux exceptions près : sa belle-fille et le neveu de son mari, Robert Audley.
Nous allons suivre Robert Audley, d'abord dans son existence indolente, plus porté sur la lecture de classiques français et sur le fumage de cigare. Mais le jeune homme va bientôt devoir secouer son apathie lorsque son ami George Talboys disparait, déprimé par le décès de sa femme.
Robert Audley, jeune avocat qui n'a jamais plaidé d'affaire, va se découvrir l'envie d'enquêter et de rendre justice à son ami, de porter à la lumière tout ce qui a pu lui arriver et à cause de qui. Très vite, il va – à tort ou à raison – enquêter sur lady Audley et son passé trouble. La jeune femme est-elle vraiment ce qu'elle parait ?
Mary Elizabeth Braddon va faire du Secret de Lady Audley une œuvre intéressante. L'intrigue metle secret de lady audley,mary elizabeth braddon,classique,gothique,policier du temps à se mettre en place, mais ce rythme assez lent ne nuit pas à l'intrigue et à l'envie de savoir comment tout va se dérouler. On prend son temps, on découvre, on s'interroge, le monde décrit prend vie, ce qui donne vraiment envie d'aller le visiter. L'histoire est peut-être assez lente, mais cela n'empêche pas l'intrigue de se développer, presque sans qu'on s'en rende compte. De petits faits à des phrases en apparence anodines, on se retrouve déjà bien engagé avant qu'on n'ait eu le temps de dire ouf.
Le Secret de Lady Audley est un petit récit, orienté thriller gothique victorien. Sans être déçue, je m'attendais à quelque chose de beaucoup plus prenant. L'histoire est intéressante, mais je n'ai pas été embarquée comme je le voulais. J'étais curieuse de voir comme cela allait se finir, mais je n'étais pas prise dedans à 100%. Pourtant, l'écriture de Mary Elizabeth Braddon est très intéressante et captivante, l'histoire de fond est vraiment passionnante. Mais cela tient peut-être plus aux personnages. Si George Talboys m'a beaucoup plu, on ne peut pas dire que ce soit le personnage le plus présent, même s'il occupe toutes les pensées de son ami ! C'est davantage Robert Audley qui m'a dérangé. Au début mou et apathique, il va finalement se secouer pour tenter d'aider son ami. Mais je n'ai pas réussi à apprécier vraiment ce personnage. J'ai aimé son parcours, son enquête, mais pas l'individu en lui-même. De son côté, lady Audley est manipulatrice à souhait, ce qui apporte vraiment un côté très agréable au récit !
Donc, vous l'aurez compris, je n'ai pas eu de coup de cœur pour Le secret de lady Audley, mais j'ai quand même passée un bon moment de lecture avec ce premier roman que je lisais de Mary Elizabeth Braddon ! Je lirai d'autres romans, qui j'espère me plairont vraiment davantage, même si je pense relire celui-ci avec plaisir.
 
 
Logo Livraddict

21/10/2013

L’Île Mystérieuse, de Jules Verne

L’île mystérieuse.jpg

L'Île Mystérieuse

 

Jules Verne




L'Île mystérieuse raconte l'histoire de cinq personnages : l'ingénieur Cyrus Smith, son domestique Nab, le journaliste Gédéon Spilett, le marin Pencroff et l'adolescent Harbert.
Pour échapper au siège de Richmond pendant la guerre de Sécession, ils décident de fuir à l'aide d'un ballon, mais échouent sur une île déserte qu'ils baptiseront l'île Lincoln. Après avoir mené une exploration de l'île, ils s'y installent en colons mais quelque chose semble veiller sur eux.


l’Île mystérieuse,jules verne,anticipation,classique,aventureAprès Vingt Mille Lieues sous les Mers, mon avis sur L'Île Mystérieuse.
Jules Verne s'inspire pour un certains nombres de ses livres (entre autre L'Île Mystérieuse ou Deux ans de vacances, par exemple) des livres type Robinson Crusoé, que ce soit Daniel Defoe ou Johann David Wyss, ainsi que des récits de voyage.
L'Île Mystérieuse est l'histoire d'une évasion. Cinq personnages, pour échapper au siège de Richmond, retenus par les sudistes, décident de s'échapper à bord d'un ballon. Incapables de contrôler leur destination à cause d'un ouragan, ils vont s'échouer sur une île déserte : l'île Lincoln. A la merci du destin, ils vont tout faire pour tenter de survivre, mais surtout tout faire pour coloniser leur nouvelle demeure. Ces naufragés, qui sont-ils ? Il y a Cyrus Smith, un ingénieur, une des personnes les plus savantes qui fait office de chef. Feu, poterie, explosif, rien ne lui résiste ! Puis Gédéon Spilett, un reporter de guerre, très courageux et capable. Ensuite, Pencroff, dont les connaissances de marin vont être très appréciables. Le protégé de Pencroff et de Cyrus Smith, Harbert, un jeune homme de 15 ans, très débrouillard et intelligent. Enfin, Nab, un ancien esclave affranchi par Cyrus Smith, un appui indispensable.
Ce sont des personnes courageuses, très liés les unes aux autres, que l'ouragan a placé sur l'île Lincoln. Ensemble, ils ne vont pas se contenter de survivre, mais aussi de maîtriser leur environnement. Cela va commencer avec le feu, pour finir avec des moulins, des monte-charges, des télégraphes... Avec leurs connaissances et leurs capacités, ces naufragés vont véritablement créer un petit pays, pourvu de toutes les commodités ! Ils arrivent complètement démunis, ils doivent donc se débrouiller seul. Heureusement, la chance (ou le destin ?) ne les a pas totalement oublié, notamment avec quelques miracles et autres événements qui ne s'expliqueront qu'à la fin. Mais heureusement pour eux qu'ils sont aussi arrivés sur une île hospitalière, très riche au niveau botanique, minéral ou animal. La nature a beau rendre les hommes impuissants, Jule Verne veut faire de L'Île Mystérieuse un roman accessible à tous et pédagogique pour les plus jeunes : avec l'entraide, on peut arriver à se sortir de pratiquement n'importe quelle situation, mais la science est le moteur du roman. On découvre comment construire un four ou des vitres, élaborer de la nitroglycérine... Un véritable manuel de survie !
Mais si la science est indispensable, Jules Verne la décrit surtout à travers l'interactivité du groupe. Chacun à ses capacités, ses méthodes, ses points forts et ses faiblesses, des connaissances particulières à chacun. Seuls, ils ne peuvent pas espérer survivre, mais ensemble, ils peuvent accomplir des miracles. Jules Verne présente un aspect humain avant tout, au l’Île mystérieuse,jules verne,anticipation,classique,aventuretravers de son analyse sur la survie de l'homme, ses capacités à réagir et expose surtout son point de vue : coupé de toute interaction humaine, l'homme ne peut plus être un homme. SPOILER. Il le démontre principalement grâce à l'exemple d'Ayrton, qui, au bout de 25 ans d'existence sans contact avec d'autres hommes, est tombé dans un état animal et sauvage, uniquement préoccupé de sa survie immédiate. Il faudra du temps pour pouvoir le racheter, et cela uniquement grâce à l'amitié. Mais outre Ayrton, il y a également le capitaine Nemo. Connu à travers Vingt Mille Lieues sous les Mers, ce personnage était déjà très particulier, il avait refusé la compagnie des hommes pour s'enfuir avec un groupe d'homme qu'il avait choisis. Mais dans L'Île Mystérieuse, il se retrouve seul, mourant. Son état l'avait rendu davantage misanthrope et dégoûté de la société des hommes. C'est seulement le fait d'avoir pu assister à la colonisation des naufragés qui lui avait rendu espoir en l'humanité. Un personnage que l'on voit peu ici, mais dont la présence est perceptible du début à la fin. Un personnage plus que charismatique et intéressant ! FIN DU SPOILER
Pour moi, Jules Verne fait définitivement parti des plus grands auteurs français. Ses œuvres restent très actuelles, très intéressantes, bref indémodables et addictives ! Je conseille vraiment cette lecture à tous les amoureux d'aventure, de naufragés, de techniques et de camaraderie !



 

Vingt mille lieues sous les mers
L'Île Mystérieuse
 

 

 

Logo Livraddict

20/10/2013

Jude l'Obscur, de Thomas Hardy

Jude l’Obscur, de Thomas Hardy

Jude l'Obscur

 

Thomas Hardy




Tout en exerçant son métier de maçon, Jude Fawley rêve d'une vie meilleure et s'acharne à acquérir le savoir et la culture.
La passion qui naît en lui pour sa cousine Sue, mariée à un maître d'école, va lui faire entrevoir d'autres horizons de bonheur et les conduire tous deux à la perdition.



Après Tess d'Urberville, je me lance dans Jude l'Obscur. A la fois car j'ai envie de continuer à découvrir Thomas Hardy, mais aussi par le fait de connaitre un de ses livres qui a le plus défrayé la chronique. Et aussi – Jude l’Obscur, de Thomas Hardyun tout petit peu ! – par le fait que le roman ait été adapté, notamment avec Christopher Eccleston dans le rôle de Jude.
Jude l'Obscur a beaucoup choqué l'opinion lors de sa sortie en 1895, notamment à cause de sa remise en cause du mariage et de la religion. L'évêque d'Exeter l'aurait même fait brûler ! (Le livre, pas l'auteur) Mais c'est vrai que pour cette époque, ce sujet et la manière de le traiter a dû être très rebutant pour l'opinion publique.
Jude Fawley est un orphelin qui décide de devenir savant pour pouvoir être à la mesure de son ancien maître d'école, Richard Phillotson. Mais ses études pour pouvoir entrer à l'université de Christminster ne prendront pas le cours qu'il a prévu lorsqu'il se heurte aux obstacles mises par l'Université mais surtout lorsqu'il rencontre une jeune femme, Arabella, qu'il va épouser. Un mariage en haut et bas, des études qu'il va devoir modifier... Puis le jour où il va rencontrer Sue Bridehead. Sa cousine est une femme pour le moins différente des personnes qu'il a rencontrées par sa façon de penser et par son refus de correspondre aux standards des femmes de son époque. Les différents mariages et relations qui s'ensuivent dans Jude l'Obscur entraînent une lente descente vers l'enfer et le malheur. Une spirale destructrice qui ne pouvait qu'amener malheurs, déceptions, regrets et tourments.Jude l’Obscur, de Thomas Hardy
C'est le deuxième roman que je lis de Thomas Hardy, après Tess d'Urberville. Et à chaque fois, j'ai dû me forcer pour rester plongée dans le livre. Pas parce que c'est mal écrit ou inintéressant, pas du tout ! Mais c'est parce que l'un et l'autre sont vraiment très sombres, très pesants, sans la moindre petite lueur d'espoir. Pour l'instant, mes lectures de cet auteur classique sont des expériences assez éprouvantes. Car c'est incontestablement un auteur à lire, mais pas un auteur qui fait du bien au moral. Ce n'est pas comme Nord et Sud ou Jane Eyre. Ils ont beau être parfois sombres et dur, c'est une lecture qui ravit et transporte. Pour moi, je ressens un peu les mêmes sensations que lorsque j'ai lu Les Hauts de Hurlevent : désolé, amer, solitaire... A ne surtout pas lire lorsqu'on a un coup de déprime, car ça va vous rendre le moral pire à la fin ! Thomas Hardy présente une version très dure et démoralisante de la société et de ses mœurs : les sentiments que l'on éprouve lors de son mariage se doivent d'être figés dans le marbre sans jamais évoluer. Une union malheureuse est-elle préférable à un divorce ? Les disputes sont-elles la preuve des gens mariés ? Lorsqu'elle n'est pas qu'une simple foi, la religion à outrance est-elle vraiment bonne ?
Jude l'Obscur est une œuvre à découvrir, mais faites attention au coup de blues !
 
 
 
Logo Livraddict