Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

16/03/2014

Salon du Livre de Paris - 2014

salon du livre de paris,2014,dédicace,événement littéraire,rencontre

Bonjour mes chatons !

Voilà, pour la troisième fois consécutive, je vais participer au Salon du Livre de Paris, THE événement que j'attends toute l'année. Et cette année, c'est un peu spécial : c'est mon premier en tant que libraire (bon apprentie librairie, mais on ne va pas chipoter !). Ce qui fait que j'ai une accréditation professionnelle, qui me donne droit de sortir et rentrer comme je veux. Ça va être comme d'habitude l'occasion de rencontrer des auteurs, mais surtout de traîner dans un lieu exclusivement consacré aux livres et de revoir des amis, et certains bloggeurs.
Donc, voilà un peu à quoi je ressemble :

salon du livre de paris,2014,dédicace,événement littéraire,rencontre

Tout ça pour dire que je suis très contente d'aller encore à ce Salon.


Voici quelques dédicaces que je compte faire. Cette année, il n'y a pas de « grands » auteurs archi-connu que je compte aller voir, mais j'improviserai au fur et à mesure, ces quatre jours sont surtout là pour me permettre de voir quelques auteurs que j'apprécie, d'en découvrir pleins et de papoter avec les amis.

salon du livre de paris,2014,dédicace,événement littéraire,rencontre


Vendredi 21 mars 2014
- Samantha Bailly. Nobi Nobi, T22. 14h-16h
- Charlotte Bousquet. Editions Mnémos. 14h30-16h30.
- Samantha Bailly. Milady Romance, R88. 18h-20h
- Pierre Bordage. Au diable vauvert, M79. 18h-20h
- Jeanne Benameur. Actes sud, K14. 18h30-20h

Samedi 22 mars 2014
- Laurent Genefort. Editions CRITIC, B24. 10h30-19h30
- Pierre Bordage. Au diable vauvert, M79 ; L'Atalante, C64. 11h30-13h30 ; 14h-15h30
- Gilles Legardinier. Fleuve éditions, F49. 13h30-16h30
- Samantha Bailly. Milady Romance, R88. 14h-16h
- Romain Puértolas. Le Dilettante, F97. 14h-19h
- Valentin Musso. Seuil, J11. 15h-17h
- Hélène Bruller. Delcourt, P28. 15h-17h
- Paul Colize. Ska éditeur numérique, E59. 15h30-19h30
- Laurent Guillaume. Denoël, L92. 16h-18h

Dimanche 23 mars 2014
- Laurent Genefort. Éditions CRITIC, B24. 10h30-19h30
- Jean-Luc Bizien. Le pré aux clercs, G49. 11h30-12h30
- Pierre Bordage. Au diable vauvert, M79 ; l'Atalante, C64. 13h-18h
- Franck Thilliez. Le grand livre du mois, M91. 14h30-15h30
- Samantha Bailly. Milady Romance, R88. 15h-17h
- Bernard Minier. XO éditions, J59. 15h-17h
- Karine Giébel. Fleuve éditions, F49. 15h-16h30
- Marie Pavlenko. Pocket Jeunesse, F49. 16h-18h
- Charlotte Bousquet. Rageot éditeur, K60. 16h-18h
- Franck Thilliez. Fleuve éditions, F49. 16h30-18h

Lundi 24 mars 2014
- Gilles Legardinier. Pocket, F49. 10h30-12h
- Karine Giébel. Pocket, F49. 10h30-12h
- Barbara Abel. Fleuve éditions, F49. 15h-16h30


Et vous, mes chatons, comptez-vous y aller ? Pour voir qui, dites-moi tout ? J'espère que j'aurais la chance de croiser certains d'entre vous !

15/03/2014

L'homme qui a oublié sa femme, de John O'Farrell

l'homme qui a oublié sa femme,john o'farrell,humoristique

L'homme qui a oublié sa femme

John O'Farrell



Un homme évanoui reprend connaissance. Il a tout oublié... y compris sa femme ! Après un étrange malaise, un homme se réveille. Il ne se souvient de rien : ni de son nom, ni de ses enfants... ni de sa femme.
Quand il revoit celle-ci pour la première fois, c'est le coup de foudre. Pas de chance, elle le déteste, et ils sont en plein divorce. Il n'aura désormais plus qu'une obsession : la reconquérir.
Parviendra-t-il à séduire cette inconnue qui ne veut plus entendre parler de lui ? Et comment ce mariage d'amour a-t-il pu, au bout de vingt ans, en arriver là ?



Ma première découverte de John O'Farrell.
Le personnage principal, Vaughan, mène une vie semblable à celle de n'importe qui. Jusqu'au jour où, dans le métro, il est totalement incapable de se souvenir de qui il est. Son cerveau, c'est une page blanche. Il ne se rappelle plus son nom, où il habite, rien de rien !
Il va finir à l'hôpital, où les médecins curieux de son cas vont l'étudier pour comprendre ce phénomène. Un jour, un homme qui se dit son meilleur ami va le chercher à l'hôpital et lui raconte sa vie passée. Vaughan va découvrir alors qu'il était marié, qu'il a entamé une procédure de divorce avec sa femme, qu'il a deux enfants et qu'il a l'habitude de se comporter comme un gros con****. Il va tout faire pour recroiser sa femme, et là c'est le coup de foudre comme au premier jour. Vaughan va tout faire pour prouver qu'avec sa perte de mémoire, il peut changer et devenir un homme complétement différent, et surtout reconquérir sa femme.
L'homme qui a oublié sa femme est un petit récit très distrayant, j'ai passé un moment de détente. John O'Farrell a fait de son livre un livre avec de l'humour, sans prise de tête. Chacun des personnages va avoir sa petite touche personnelle qui va apporter une note différente à l'histoire. Vaughan est un homme un peu paumé, qui va devoir se réadapter à tout un monde, mais surtout arriver à comprendre la personne qu'il était avant. Le meilleur ami de Vaughan est un macho, semblable à ce qu'était Vaughan précédemment et que j'ai eu du mal à apprécier tout le temps. De son côté, la femme de Vaughan est un personnage également intéressant, mais un peu inégal, elle m'attendrissait et m'énervait tour à tour (un peu comme Vaughan en fait, surtout lorsqu'on voit comment celui-ci se comportait dans sa vie passée).
Les pages se tournent très vite, j'ai été prise sans cesse par un détail, par l'envie de savoir comment ça allait se passer, si Vaughan allait réussir à reconquérir sa femme, de quelle manière... Sans être le livre du siècle, L'homme qui a oublié sa femme s'est révélé une bonne surprise dans l'ensemble, qui a réussi à me détendre et à me faire rire. Pari réussi !
Si vous cherchez un livre simple et léger, n'hésitez pas à vous lancer sur L'homme qui a oublié sa femme. Traitant d'un sujet assez grave, le divorce, John O'Farrell en a fait un événement déclencheur et qui peut avoir beaucoup plus de conséquences qu'on ne le croit, tout en réussissant à le traiter de manière suffisamment légère pour nous faire rire. Tout le monde a droit à sa seconde chance, il faut juste faire attention à ne pas la gâcher.
 
 
Logo Livraddict

13/03/2014

Une planète dans la tête, de Sally Gardner

une planète dans la tête,sally gardner,dystopie,jeunesse,science-fiction

Une planète dans la tête

Sally Gardner




Depuis que ses parents ont dû fuir la répression d'un gouvernement brutal, Standish vit avec son grand-père dans la « zone 7 », celle des impurs, privés de tout, surveillés en permanence... Dyslexique, il subit à l'école brimades et humiliations jusqu'au jour où il se lit d'amitié avec son nouveau voisin, Hector. Ensemble, ils rêvent de s'évader sur Juniper, la planète qu'ils ont inventée. Mais Hector et ses parents disparaissent sans laisser de trace... Ont-ils été supprimés ?


Reçu en service de presse, il était temps que je me plonge dans ce roman de Sally Gardner, une auteure que je ne connaissais pas du tout. Une planète dans la tête traînait dans ma PAL depuis un moment, et c'est l'avis de Phebusa qui m'a décidée à m'y mettre !
Un gouvernement pour le moins brutal réprime la population. Les parents de Standish font partie de ces victimes qui ont disparu un jour, laissant leur garçon à la charge de son grand-père. Le jeune garçon vit une vie pour le moins difficile. Non seulement il vit dans un monde totalitaire très sombre (on peut voir à quoi ressemblerait la France si l'Allemagne Nazie avait vaincue par exemple), mais il doit faire farce aussi aux disparitions de ses parents et de gens qu'il connait, mais aussi à sa solitude et aux tourments qu'il vit à l'école, entre sa dyslexie et les humiliations diverses. Heureusement qu'il va rencontrer Hector, un nouveau voisin, qui va lui apprendre l'amitié.
Une planète dans la tête est un livre à lire, même si ce n'est pas le coup de cœur que j'attendais. En effet, j'ai trouvé que le potentiel de l'histoire n'avait pas été assez exploité. Avec les avis positifs que j'ai entendus, j'aurais apprécié davantage. L'univers décrit par Sally Gardner est très intéressant et passionnant, mais il aurait mérité d'être beaucoup plus détaillé. J'aurais voulu plus de détails sur ce monde, comment il en était arrivé là, sur la Zone 7, sur les dirigeants... Je trouve que ça aurait eu plus d'impact si on savait d'où ils venaient, où ils allaient, pourquoi les dirigeants s'y prenaient de cette manière. Bref, avoir encore plus de détails ! Ce manque d'informations m'a parfois fait me sentir un peu déconnecté de l'intrigue, ce qui est vraiment dommage, car c'est bien amené dans l'ensemble.
Il y a donc ce manque de détails, mais que je vous rassure tout de suite, j'ai quand même passé un bon moment. Les personnages ne m'ont pas particulièrement frappé, mais j'ai aimé vivre leur histoire et leur aventure. Le fait d'avoir un jeune héros dyslexique le rend très touchant, sa manière de voir le monde et de le décrire est très intéressante. Ce personnage mais surtout la plume de l'auteur font d'Une planète dans la tête un récit très vivant, très décalé et intéressant. C'est ce qui m'a le plus interpellé dans le roman : la manière de décrire de Sally Gardner. Des chapitres courts mais percutants, une action qui s'enchaîne, et des tournures de phrase vraiment particulières. On sent planer tout au long une atmosphère vraiment pesante, mais où l'espoir arrive à percer malgré tout. Une planète dans la tête amène à réfléchir, à se poser des questions, bref on est interpellé !
Pour tout vous dire, Une planète dans la tête n'est pas un coup de cœur, loin de là. Mais je pense surtout au fait que j'en attendais beaucoup trop. Je pense donc le relire un de ces jours pour m'y plonger plus en profondeur. Une première lecture que j'ai appréciée, j'ai vraiment été captivée, mais j'espère qu'une deuxième lecture me transportera encore davantage.
Une dystopie intéressante, un bon moment de lecture, ce roman de Sally Gardner est à lire.
 
 
 
Logo Livraddict

11/03/2014

Top Ten Tuesday n°47

top ten tuesday,n°47

Top Ten Tuesday n°47
Les 10 livres favoris en jeunesse


top ten tuesday,n°47

A la croisée des mondes – Philip Pullman
Une des premières trilogies qui m'a vraiment marquée en profondeur, j'en frissonne encore. Même maintenant, lorsque je la relis, je ressens le même plaisir !

top ten tuesday,n°47

BalefireCate Tiernan
Une série que j'ai découverte il y a peu, et que j'apprécie vraiment. J'ai le dernier tome dans ma PAL et il ne devrait pas y dormir longtemps.

top ten tuesday,n°47

Le Clan des OtoriLian Hearn
Très addictive, bien écrite, une trilogie qui a que des qualités.

top ten tuesday,n°47

Les fiancés de l'hiverChristelle Dabos
Un de mes derniers GROS coups de cœur en matière de littérature ado ! Je trépigne d'impatience en attendant le tome suivant et je ne sais pas comment je vais supporter l'attente.

top ten tuesday,n°47

Harry PotterJ.K Rowling
Comment ne pas citer cette série qui a bercé ma jeunesse ? J'ai grandi avec Harry comme j'ai grandi avec Lyra !

top ten tuesday,n°47

Le Livre de SaskiaMarie Pavlenko
Une trilogie ado, mais qui a tout ce qu'il faut pour conquérir petits et grands !

top ten tuesday,n°47

Le PasseurLois Lowry
Un des plus beaux textes jeunesse que j'ai lu, même si c'est beaucoup plus. Il y a un message très fort derrière, et vraiment accessible qu'aux adultes.

top ten tuesday,n°47

Charlie et la chocolaterieRoald Dahl
Parce que du chocolat ?

top ten tuesday,n°47

Les quatre filles du Docteur MarchLouisa May Alcott
Lorsque j'étais petite, je rêvais d'être Jo et de pouvoir vivre dans sa famille ! (Qui a dit bizarre ?)

top ten tuesday,n°47

Au-delà de l'oraisonSamantha Bailly
Un diptyque plus qu'excellent, les premiers livres que j'ai lu de Samantha Bailly et qui m'ont donnée très envie de continuer à explorer l'univers de Samantha Bailly.

Le maître ou le tournoi de go, de Yasunari Kawabata

le maître ou le tournoi de go,yasunari kawabata,drame,historique

Le maître ou le tournoi de go

Yasunari Kawabata



1938.
Shusai, dernier maître de Go, invaincu mais âgé et miné par la maladie, s'engage dans son dernier combat. Son adversaire, Otaké, pratique un jeu agressif, efficace et brillant. La partie dont l'issue est inéluctable va durer six mois...
Tout oppose les deux héros de ce récit. Shusai témoigne de l'esprit ancien, simple et lumineux, évoque les forces de la nature jusque dans son comportement autocrate. Otaké incarne la modernité, sombre, inflexible et triomphante.
Le jeu est serré, âpre, il s'interrompt et reprend sans cesse alors que le crépitement d'une averse, le grondement d'une cascade étouffent le son des canons d'une guerre pourtant toute proche.
Méditation mélancolique sur la mort, sur le temps qui passe, Le Maître ou le Tournoi de Go s'accroche au rythme immuable des éléments comme pour suspendre le cours inexorable de l'Histoire.



Après La joueuse de go, de Shan Sa, j'ai eu envie de découvrir davantage l'univers de ce jeu si particulier : le go. Le maître ou le tournoi de go fait partie de ces classiques dont on m'a beaucoup parlé et que j'étais impatiente de commencer.
Shusai est un grand maître de go, peut-être le plus grand, et encore invaincu dans les tournois. Mais il vieux maintenant, et surtout très malade. Il décide de faire un dernier tournoi. Son adversaire, Otaké, pratique un jeu très différent, efficace, mais très agressif. Ils vont s'affronter pendant 6 mois, jusqu'à l'issue qui déterminera le vainqueur.
le maître ou le tournoi de go,yasunari kawabata,drame,historiqueLe maître ou le tournoi de go est un récit très court, mais aussi très dense. C'est un récit qui repose sur des faits historiques et où seulement les noms ont été modifiés. L'auteur décrit avec minutie et beaucoup de détails une partie de go, organisé entre un vieux maître, issue d'une longue dynastie de joueurs de go et son adversaire, un homme plus sanguin et qui n'a pas la même vision séculaire que le maître.
Au cours de ce long tournoi, on assiste au choc entre deux personnalités, deux manières de jouer. Le maître voit le go comme une forme d'esthétisme avec ses codes, son adversaire est moins porté sur l'aspect mystique du jeu. Shusai joue très rapidement, porté par sa longue expérience, tandis qu'Otaké prend un long temps de réflexion, à la fois pour bien réfléchir à son prochain coup, mais aussi pour déconcentrer le maître.
Le go a beau être un jeu très peu connu des Occidentaux, on ne pas rester sans rien ressentir devant ce jeu et devant la manière de le traiter par Yasunari Kawabata. Ce tournoi engendre beaucoup de tensions et d'attentes, ressenties très fortement par le lecteur, et les enjeux sont énormes : l'affrontement entre la modernité et les traditions, les manières de jouer différentes les unes des autres... Entre deux plages de jeu, on peut également assister à la vie des personnages qui attendent la reprise du tournoi, comment ils vivent, comment ils s'occupent, et leurs relations avec famille, amis ou connaissances.
Yasunari Kawabata a une écriture très particulière, très frappante, vraiment très belle. Le maître ou le tournoi de go est un récit qui va droit à l'essentiel, sans s'embarrasser de superflu. Une écriture concise, dépouillé, vraiment magnifique ! Il va être le premier auteur japonais à recevoir le prix Nobel de littérature en 1968. C'est un auteur particulier que je découvre seulement maintenant et que j'ai bien l'intention de continuer à découvrir ! Après Le maître ou le tournoi de go, j'ai bien envie de lire Le grondement de la montagne, Tristesse et beauté ainsi que Les belles endormies.
Si vous ne connaissez pas encore Yasunari Kawabata, je vous conseille ce livre !
 
 
 
Logo Livraddict