Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

11/02/2014

Fiche Série n°6 : Robin Hood - Saison 1, BBC

robin hood,série,n°6,bbc,saison 1,dominic minghella,foz allan,jonas armstrong,richard armitage,lucy griffiths,keith allen

Fiche technique

Titre original : Robin Hood
Genre : Série d'aventures
Créateur(s) : Dominic Minghella, Foz Allan
Pays d'origine : Royaume-Uni
Chaîne d'origine : BBC One
Nombre de saisons : 3
Nombre d'épisodes : 39
Durée : 45 minutes
Diffusion d'origine : 7 octobre 2006 – 27 juin 2009

robin hood,série,n°6,bbc,saison 1,dominic minghella,foz allan,jonas armstrong,richard armitage,lucy griffiths,keith allen

Casting
Jonas Armstrong : Robin des Bois
Richard Armitage : Sir Guy de Gisborne
Lucy Griffiths : Marianne
Keith Allen : Le shérif de Nottingham
Gordon Kennedy : Petit Jean
Sam Troughton : Much
Joe Armstrong : Allan de Dale
Harry Lloyd : Will Scarlett
Anjali Jay : Djaq
David Harewood : Frère Tuck
Joanne Froggatt : Kate
Lara Pulver : Isabella
Toby Stephens : Prince Jean

robin hood,série,n°6,bbc,saison 1,dominic minghella,foz allan,jonas armstrong,richard armitage,lucy griffiths,keith allen


Épisodes

Première saison (2006-2007)
Retour des Croisades (Will You Tolerate This ?)
La Langue ou la Bourse (Sheriff Got Your Tongue ?)
Qui veut la peau du shérif ? (Who Shot the Sheriff ?)
L'enfant trouvé (Parent Hood)
La flèche d'argent (Turk Flu)
Un percepteur particulier (The Taxman Cometh)
Le prix de la trahison (Brothers in Arms)
Un tatouage compromettant (Tattoo ? What Tattoo ?)
Question de loyauté (A Thing or Two About Loyalty)
La paix ? Que nenni ! (Peace ? Off !)
Mon père ce héros (Dead Man Walking)
Le Retour du roi (The Return of the King)
Audience royale (Clue No)

Deuxième saison (2007-2008)
Tel frère, telle sœur (Sisterhood)
Les jeux sont faits (The Booby and the Beast)
Jeux d'enfants (Child Hood)
L'ange de la mort (The Angel of Death)
Plouf plouf (Ducking and Diving)
Pour l'Angleterre ! (For England !)
Donne-moi ta main (Show me the Money)
Esprit de vengeance (Get Carter !)
Le messager voyageur (Lardner's Ring)
L'union fait la force (Walkabout)
La Chasse au Trésor (Treasure of the Nation)
Kalilah et Dimnah (A good day to die)
Un pour tous, tous pour un ! (We are Robin Hood)

Troisième saison (2008-2009)
Eclipse Totale (Total Eclipse)
Les Guerriers (Cause and Effect)
Hérésie (Lost in Translation)
L'Ombre du Père (Sins of the Father)
Que le spectacle commence (Let the Games Commence)
La Maladie du Roi (Do You Love Me ?)
D'Amour et d'eau fraiche (Too Hot to Handle)
Le Roi est mort, Vive le Roi ! (The King Is Dead, Long Live The King)
Mésalliance (A Dangerous Deal)
Faux Frère (Bad Blood)
La Grande Evasion (The Enemy of My Enemy)
Une Juste Cause (Something Worth Fighting For - Part 1)
Un Beau Jour pour mourir (Something Worth Fighting For - Part 2)

Mon avis

robin hood,série,n°6,bbc,saison 1,dominic minghella,foz allan,jonas armstrong,richard armitage,lucy griffiths,keith allenJ'ai découvert il y a peu cette série, car le thème de ce justicier m'intéresse toujours énormément. Quand j'étais petite, je rêvais d'être un pirate, un samouraï ou de faire partie de la bande de Robin Hood ! Je me suis donc intéressée à cette série, et deux éléments m'ont vraiment décidé à la commencer : parce que La Bouteille à la Mer a fait une chronique vachement tentante de la première saison... Mais aussi parce que... Oserais-je le dire... Parce qu'il y a Richard Armitage. Voilà, j'avoue tout, je me confesse !
Robin des Bois est un personnage qui a énormément marqué la légende. On ne compte plus les récits, histoires, et toutes les adaptations qui en ont découlés. On peut citer en 1973 le célèbre dessin animé de Walt Disney, le plus récent est le film de Ridley Scott avec Russell Crowe... Cette série télévisée fait partie des dernières de sortie. Créée par Dominic Minghella et Foz Allan, diffusé à partir d'octobre 2006, la BBC a encore fait un excellent travail en produisant cette série !

robin hood,série,n°6,bbc,saison 1,dominic minghella,foz allan,jonas armstrong,richard armitage,lucy griffiths,keith allen

Robin revient à Nottingham après avoir fait les croisades. C'est un endroit transformé qu'il découvre, dirigé par le shérif de Nottingham, secondé Sir Guy de Gisborne. Robin va voler au secours des plus démunis, d'abord aidé par Much puis rejoint par tout une bande de hors la loi : Will Scarlett, Allan, Petit Jean, Djaq. Tous ensembles, ils vont lutter contre le shérif et Guy de Gisborne, combattant les taxes et les injustices présentes dans les contrées aux alentours. Marianne, la fille d'un ancien Shérif et ex-fiancée de Robin, va les aider dans leur combat, notamment en leur fournissant des renseignements. Bientôt, elle va se retrouver prise entre le marteau et l'enclume, devant faire face aux conséquences du retour de Robin et aux attentions que lui porte Guy de Gisborne.
A part Richard Armitage donc, je connaissais peu le reste du casting. A part la présence de Lucy Griffiths dans le rôle de Marianne et que je connaissais déjà grâce à son apparition dans la saison 5 et 6 de True Blood. D'abord un peu inquiète et dubitative, je me suis laissée prendre au jeu des acteurs dès la première moitié de l'épisode 1 !
Commençons par Jonas Armstrong : je le voyais jeune, peut-être trop jeune. Mais rapidement on se rend compte que c'est un acteur plus qu'excellent et qu'on ne voit pas assez. Il montre un Robin plus que convaincant, avec cette volonté d'aider les pauvres et réparer les injustices, dévasté par les horreurs vue en Terre Sainte et bien déterminé à ne pas prendre part à de nouveaux massacres. Mais c'est un homme, et malgré toute sa volonté, il a bien du mal parfois à ne pas se laisser aller et à rester maître de lui, surtout lorsque Guy de Gisborne semble réveiller tous ses plus mauvais côtés. Bref, un personnage attachant, intéressant, qui a ses failles et ses qualités.
Avec Marianne, on a enfin affaire à un personnage féminin fort et indépendant ! Pas de donzellerobin hood,série,n°6,bbc,saison 1,dominic minghella,foz allan,jonas armstrong,richard armitage,lucy griffiths,keith allen prête à se pâmer et à laisser les hommes s'occuper d'elle, Marianne est prête à tout pour protéger son père, les innocents et à ne pas se laisser faire. Elle sait se battre (je garde un souvenir mémorable d'un certain coup de poing dans le dernier épisode de la première saison !) et est prête à tout pour faire ce qu'elle estime juste. Malgré son affection pour Robin, elle ne va pas lui pardonner aussi facilement, et surtout lorsqu'on s'interroge sur ses sentiments vis-à-vis de Guy, ce qui ne va pas simplifier les choses. Car c'est l'occasion d'amener un triangle amoureux enfin bien construit !

robin hood,série,n°6,bbc,saison 1,dominic minghella,foz allan,jonas armstrong,richard armitage,lucy griffiths,keith allen

J'en viens à Guy de Gisborne, joué par le très talentueux Richard Armitage. Je pense que vous aurez compris que cet acteur, je l'aime d'amour. Encore une fois, il nous livre un superbe jeu. Ce personnage est loin d'être facile à comprendre, il a beaucoup de facettes, de caractères différents. Bras-droit du shérif, il est constamment rabaissé par ce dernier, tout en lui étant nécessaire notamment pour faire le sale boulot. Un boulot qui lui convient la plupart du temps, car il a un côté vraiment très sombre. Sa position n'est pas facile à tenir, surtout depuis le retour de Robin, qui va très vite se poser en rival. Un rival pour l'attention et les sentiments de Marianne, que les deux hommes aiment, mais aussi dans son estime : Guy va se prendre beaucoup de revers, il va avoir peu de succès dans ce qui est de détruire Robin. Ce qui ne contribue pas à le rendre très heureux ! Un personnage hors norme, charismatique et très intéressant.

robin hood,série,n°6,bbc,saison 1,dominic minghella,foz allan,jonas armstrong,richard armitage,lucy griffiths,keith allen

Passons ensuite au shérif de Nottingham. Rien de bon en lui contrairement à Guy, c'est définitivement le bad boy par excellence. Rien de gentil ou d'humain chez lui, ce n'est pas la peine de chercher ! Keith Allen est particulièrement excellent dans ce rôle et je me demande comment j'ai fait pour passer à côté de cet acteur pendant toutes ces années... Jamais un moment robin hood,série,n°6,bbc,saison 1,dominic minghella,foz allan,jonas armstrong,richard armitage,lucy griffiths,keith allende bonté ou de gentillesse, il est totalement méchant et tellement intéressant. On se demande jusqu'où il va bien pouvoir aller, il a le pouvoir absolu et l'exerce comme il veut. Un personnage que l'on adore détester, la série ne serait pas pareille sans lui, sans ses immondes sandales et ses orteils peints en noir, sans ses aspects parfois ridicules, notamment lorsqu'il est en danger. J'ai particulièrement aimé l'épisode 3 « Who shot the Sheriff », avec cette conversation sur l'oreiller mémorable entre le shérif et Robin ! Il n'hésite pas non plus à s'aller à Robin lorsque la nécessité le demande comme dans l'épisode 10 « Peace ? Off ! » pour ensuite reprendre leur antagonisme habituel. Robin met souvent le shérif et ses associés en déroute, n'hésitant pas à le rendre ridicule (ou le shérif se rendant ridicule lui-même, ça arrive aussi), mais le shérif n'est pas un adversaire à sous-estimer, loin de là. Il a sans cesse des idées pour tenter de coincer Robin et ses alliés, et pour garder la mainmise sur son pouvoir. Il ne va pas hésiter à recourir à toutes les bassesses possibles, à soulever les villageois contre Robin des Bois, à utiliser le chantage et la menace... Tout ce qu'il faut pour vaincre ! Et que serait la série sans la petite phrase habituelle du shérif : « A clue : no ! ».
Quant aux personnages secondaires (Much, Petit Jean, Allan, Will, Djaq), ce sont tous desrobin hood,série,n°6,bbc,saison 1,dominic minghella,foz allan,jonas armstrong,richard armitage,lucy griffiths,keith allen éléments essentiels et surtout indispensables. Que serait Robin sans sa bande ? Tous différents et complémentaires, ils apportent chacun quelque chose de différent. J'ai particulièrement aimée retrouver Harry Lloyd, que l'on peut apercevoir brièvement dans Doctor Who et dans l'adaptation Jane Eyre de Cary Fukunaga.
Robin Hood et cette première saison fait définitivement partie de mes coups de cœur ! Il y a de l'action à foison, de l'humour à volonté, toute une bande de héros sympathique, un méchant bien méchant, un méchant qui ne l'est peut-être pas tant que ça, bref des personnages très complexes ! Un début très sympathique, une histoire intéressante, à voir absolument je vous le dis !
 
 

robin hood,série,n°6,bbc,saison 1,dominic minghella,foz allan,jonas armstrong,richard armitage,lucy griffiths,keith allen

03/10/2013

Fiche Série n°5 : Orgueil et Préjugés - Mini-Série, BBC

Fiche Série n°5 : Orgueil et Préjugés - Mini-Série, BBC

Fiche technique

Titre original : Pride and Prejudice
Genre : Drame , Romance
Nationalité : Britannique
Scénario : Andrew Davies
Réalisation : Simon Langton
Producteur : Sue Birtwistle

 Saisis un titre d'article ici ! 

C
asting


Colin Firth
: Fitzwilliam Darcy
Emilia Fox : Georgiana Darcy
Jennifer Ehle : Elizabeth Bennet
Alison Steadman : Mrs Bennet
Benjamin Whitrow : Mr Bennet
Julia Sawalha : Lydia Bennet
Susannah Harker : Jane Bennet
Lucy Briers : Mary Bennet
Polly Maberly : Kitty Bennet
David Bamber : Mr Collins
Barbara Leigh-Hunt : Lady Catherine de Bourgh
Crispin Bonham-Carter : Charles Bingley
Anna Chancellor : Caroline Bingley
Adrian Lukis : George Wickham

Fiche Série n°5 : Orgueil et Préjugés - Mini-Série, BBC
Synopsis

Elizabeth Bennet est la cadette d'une famille modeste de cinq sœurs. Alors qu'elle est en âge de se marier, elle rencontre au cours d'un bal l'élégant Monsieur Darcy qu'elle juge orgueilleux.
Les deux êtres devront passer outre leurs préjugés pour pouvoir s'accorder.


Mon avis

La deuxième adaptation que je vois de ce merveilleux roman qu'est Orgueil et Préjugés. Lesérie,mini-série,adaptation,n°5,orgueil et préjugés,jane austen,bbc,andrew davies,colin firth,jennifer ehle premier que j'ai vu est le film de 2005, réalisé par Joe Wright, avec notamment Keira Knightley et Matthew MacFayden. Pour ceux qui ont vu mon article sur le film, vous vous êtes peut-être aperçus que j'avais une affection particulière pour ce film, car c'est le premier que j'ai vu. En outre, il rend plutôt bien hommage au livre de Jane Austen, les décors et le casting sont à mon goût. Pour ce qui est de Matthew MacFayden, il restera mon Darcy !
Mais passons maintenant au sujet de cet article, c'est-à-dire l'adaptation du roman par la BBC.
 
J'avais vu cette adaptation à la télé il y a quelques années, sans m'y arrêter spécialement. Et le swap Jane Austen and England 1ère édition m'a donné l'occasion de me remettre aux adaptations de la BBC, et parmi celles-ci, Orgueil et Préjugés. Merci Celdunord !
L'histoire, nous la connaissons : avec cinq filles, le grand but de Mrs Bennet est de leur trouver un mari. Avec la venue de Mr Bingley, on espère qu'il épousera une des demoiselles Bennet, qui pourrait s'avérer être l'aînée, Jane Bennet. Avec lui se trouve ses deux sœurs (des demoiselles forts imbues de leurs personnes) et son meilleur ami, Mr Darcy (un homme apparemment très orgueilleux). Si Bingley plait immédiatement, autant Darcy est considéré défavorablement. Et c'est parti pour une histoire ponctué de préjugés, de rebondissements et d'intrigues.
Fiche Série n°5 : Orgueil et Préjugés - Mini-Série, BBCMini-série de 6 épisodes d'environ 50 min chacun, on peut dire que la BBC a encore fait ici une excellente adaptation, vraiment très bien du début à la fin ! Le scénario est extrêmement fidèle, au point de reprendre de nombreux dialogues au mot près. La durée permet donc non seulement de présenter toute l'histoire sans les découpes qu'un film nécessite, mais aussi de bien s'attarder sur les personnages principaux et de présenter dans le même temps les personnages secondaires. Ensuite, les décors sont particulièrement beaux. J'ai particulièrement aimé la maison des Bennet, que je me représentais ainsi. Pour Pemberley, je suis un peu plus mitigée : je voyais l'extérieur de la maison plus grandiose, peut-être plus imposant. Mais l'intérieur était tout à fait conforme à ce que j'attendais, et j'étais particulièrement contente de retrouver la galerie de portraits ! Outre les décors, j'ai appréciée de retrouver les vêtements que j'imaginais ou connaissais de cette époque, les coiffures, mais aussi les différentes danses et activités pratiquées, les dîners, ou les moyens de transports.
J'attends beaucoup de la relation entre Elizabeth Bennet et Darcy, espérant qu'elle serait à la hauteur de celle décrite dans le roman. Je n'ai pas été déçue, tout est très bien mis en scène et interprété ! Que ce soit la colère d'Elizabeth en entendant la remarque désobligeante de Darcy durant le bal, ou l'intérêt croissant de Darcy pour Elizabeth au fur et à mesure que le temps passe. Les acteurs sont vraiment très talentueux et font toute la qualité Fiche Série n°5 : Orgueil et Préjugés - Mini-Série, BBCde l'adaptation. Colin Firth était au départ peu tenté par le rôle, pour finalement se laisser convaincre par Sue Birtwistle. Il a eu raison de se ravier, car c'est vraiment un excellent Darcy ! Souvent très impassible, peu porté à laisser voir ses émotions, tout passe par son regard, vraiment expressif. Toute la chaleur passe par les yeux, comme dans la scène culte où Georgiana et Elizabeth sont côte à côte devant le piano à Pemberley. On le voit lutter contre l'attraction qu'il ressent pour la jeune femme, on le voit dédaigneux et méprisant devant certains membres de la famille Bennet, on le voit reconnaître ses erreurs... Jennifer Ehle correspond tout à fait à l'image que je me faisais de l'héroïne. Elle est vive, espiègle, n'a pas la langue dans sa poche. Elle a un caractère indépendant, et elle très active (elle court, elle fait de longues promenades), tout en cultivant son esprit. C'est cette personnalité peu conventionnelle qui va attirer Darcy. Il est attiré par son énergie, mais aussi par la volonté d'Elizabeth de ne pas se laisser faire et de ne pas avoir peur d'une personne qui a une position plus « élevée » qu'elle, comme Darcy ou la comtesse de Bourg. Elizabeth est celle que l'on voit le plus, on ne peut que s'attacher à elle, la comprendre  Saisis un titre d'article ici !car on a accès à ses émotions, aux événements quotidiens de sa vie, à ses réactions devant les événements qui peut lui arriver.
Le reste de la famille Bennet n'est pas négligé, au contraire. Kitty et Lydia sont de jeunes sottes inconséquentes, entièrement tournées vers le flirt et les officiers, sans se soucier de leur réputation ou de celle de leur famille. Mary se voit comme l'intellectuelle de la famille, et cherche sans cesse à prouver ses talents en musique. Jane est peut-être celle avec qui j'ai eu le plus de mal, contrairement au livre. Dans la mini-série, je la trouvais trop effacée, presque terne. Mais c'est vrai qu'elle doit soutenir la comparaison avec la vivacité de sa sœur Elizabeth, et avec le jeu magistral de Jennifer Ehle. Mr Bennet, désabusé, se renferme pour échapper à l'atmosphère de sa maison. Caustique, mais indolent, il préfère son
 
confort plutôt que de brider certaines filles. Quand à Mrs Bennet, avec sa voix de crécerelle, son hystérie et sa façon de se plaindre pour un sujet ou un autre, est vraiment exaspérante ! Un autre personnage exaspérant est, vous vous en doutez, Mr Collins. Ridicule, maladroit, obséquieux et fier de lui, je n'ai qu'une envie, c'est bien de le gifler. La famille Bennet présente donc bien des défauts, auxquels les deux filles aînées échappent, heureusement ! Mais comme le dit si bien Elizabeth, arriveront-elles à échapper au déshonneur et à l'opprobre que fait surgir chacune des conduites de leurs sœurs et de leur mère ?
Fiche Série n°5 : Orgueil et Préjugés - Mini-Série, BBC
Orgueil et Préjugés est une adaptation que je ne me lasse pas de revoir et de savourer. Je ne me lasse jamais de cet univers, que ce soit celui du livre (un de mes livres doudous) ou des adaptations. Le livre Orgueil et Préjugés est bien évidemment meilleur, sans conteste. Mais lorsqu'une adaptation est aussi bien faite, cela permet de savourer encore davantage le plaisir de l'histoire et des interactions entre les différents personnages. A voir absolument !
Adapté en 1995, cette série n'a pas pris une ride, tout comme le roman de Jane Austen. Sorti en DVD, faisait régulièrement une venue sur Arte, plus d'excuses pour passer à côté de cette magnifique adaptation ! (Et surtout, SURTOUT, pas d'excuses pour ne pas lire le livre !)

25/08/2013

Fiche Série n°4 : Nord et Sud - Mini-Série, BBC

série,mini-série,n°4,nord et sud,elizabeth gaskell,bbc,sandy welch,daniela denby-ashe,richard armitage,brendan coyle

Fiche technique

Titre original : North & South
Nationalité : Britannique
Genre : Drame, Romance
Statut : Production achevée
Scénario : Sandy Welch
Production : Kate Bartlett
Réalisation : Brian Percival
Musique originale : Martin Phipps

série,mini-série,n°4,nord et sud,elizabeth gaskell,bbc,sandy welch,daniela denby-ashe,richard armitage,brendan coyle

Episodes

1- Enfer blanc
2- Des hommes en colère
3- Les jours sombres
4- L'appel du destin

série,mini-série,n°4,nord et sud,elizabeth gaskell,bbc,sandy welch,daniela denby-ashe,richard armitage,brendan coyle
Casting

* Daniela Denby-Ashe
Rôle : Margaret Hale
* Tim Pigott-Smith
Rôle : Richard Hale
* Lesley Manville
Rôle : Maria Hale
* Pauline Quirke
Rôle : Dixon
* Richard Armitage
Rôle : John Thornton
* Sinéad Cusack
Rôle : Hannah Thornton
*Jo Joyner
Rôle : Fanny Thornton
* Brendan Coyle
Rôle : Nicholas Higgins
* Anna Maxwell Martin
Rôle : Bessy Higgins
* Kay Lyon
Rôle : Mary Higgins
* Brian Protheroe
Rôle : Mr Bell


Synopsis


C'est le choc de deux Angleterre que le roman nous invite à découvrir : le Sud, paisible, rural et conservateur, et le Nord, industriel, énergique et âpre.
Entre les deux, la figure de l'héroïne, la jeune et belle Margaret Hale. Après un long séjour à Londres chez sa tante, elle regagne le presbytère familial dans un village du sud de l'Angleterre. Peu après son retour, son père renonce à l'Eglise et déracine sa famille pour s'installer dans une ville du Nord.
Margaret va devoir s'adapter à une nouvelle vie en découvrant le monde industriel avec ses grèves, sa brutalité et sa cruauté. Sa conscience sociale s'éveille à travers les liens qu'elle tisse avec certains ouvriers des filatures locales, et les rapports difficiles qui l'opposent à leur patron, John Thornton.

série,mini-série,n°4,nord et sud,elizabeth gaskell,bbc,sandy welch,daniela denby-ashe,richard armitage,brendan coyle

Mon avis

Après mon coup de cœur pour Nord et Sud, en faisant un de mes livres doudous, je me suis intéressée à l'adaptation faite par la BBC. Autant dire les choses tout de suite, car je sais que parfois des mauvaises langues viennent traîner par ici : le fait que Richard Armitage campe Thornton n'entre pas du tout en compte !

série,mini-série,n°4,nord et sud,elizabeth gaskell,bbc,sandy welch,daniela denby-ashe,richard armitage,brendan coyle
J'vous l'jure ! Bon évidemment, ça m'a fait tomber encore plus amoureuse de John Thornton, mais bon Richard Armitage est juste... parfait ! Un acteur talentueux (entre autre), il a un physique qui ne laisse pas indifférent et une voix tout simplement sublime !

série,mini-série,n°4,nord et sud,elizabeth gaskell,bbc,sandy welch,daniela denby-ashe,richard armitage,brendan coyle

Bon, passons aux choses sérieuses. Je sais que la BBC fait toujours un travail de qualité et je n'ai jamais été déçue, mais j'avais quand même une petite appréhension au début : et s'ils rataient cette adaptation ? Nord et Sud est une énorme référence littéraire, un coup de cœur, et j'espérais que l'adaptation serait à la mesure du talent d'Elizabeth Gaskell. Heureusement, mes appréhensions se sont vites envolées !
Pour me débarrasser tout de suite d'un point un peu négatif, je vais parler de la scène qui m'a lesérie,mini-série,n°4,nord et sud,elizabeth gaskell,bbc,sandy welch,daniela denby-ashe,richard armitage,brendan coyle plus dérangée. C'est celle où l'on rencontre pour la première fois qu'on rencontre Mr Thornton dans sa manufacture. On y voit un John Thornton violent physiquement, ce qui diffère complètement de l'idée qu'on en a dans le livre. Thornton est un homme dur, certes, très autoritaire, tenace aussi, mais c'est surtout un homme honnête, intègre. Je n'ai pas du tout compris pourquoi ils ont tellement transformé cette scène, qui était en outre absolument pas nécessaire et qui montrer une fausse idée de ce personnage.
Après on peut parler de la fin. Je vais faire un SPOILER pour ceux qui n'ont ni lu le livre ni vu la mini-série. Dans le livre, Thornton se rend au rendez-vous de Margaret qui va lui proposer de l'aider financièrement pour reprendre ses activités. Mais dans la série, ils se retrouvent par hasard à mi-chemin entre Londres et Milton, et c'est là que vont être révélé leurs sentiments. On a critiqué cette fin, notamment par le fait que Margaret rentre seule avec lui et l'embrasse en public à la gare (enfin, rendez-vous compte...). Cette scène ne m'a pas autant dérangée que celle de la violence de Thornton, elle m'a quand fait passer un moment d'émotions, mais ça c'est mon côté midinette ! Je comprends néanmoins que ça puisse choquer pour les conventions de leur époque.
série,mini-série,n°4,nord et sud,elizabeth gaskell,bbc,sandy welch,daniela denby-ashe,richard armitage,brendan coyleMais à part ces petits détails, j'ai été enthousiasmé, transportée et ravie par cette adaptation. Je ne vais pas vous refaire l'histoire, mais en tout cas elle a été respectée dans l'ensemble, elle a été très bien menée du début à la fin. Voilà pour l'histoire, qui est vraiment très bien suivie.
Ensuite, les décors. Que vous dire, à part que j'ai eu l'impression d'avoir fait un saut dans le temps et de me retrouver véritablement à cette époque ? Les scènes dans la manufacture sont particulièrement impressionnantes avec le coton qui vole, mais aussi très dure. Un travail contraignant, épuisant, où ni les femmes ni les enfants ne sont épargnés, pour un salaire par forcément très haut, et la poussière de coton qui vole dans l'air est respiré par les ouvriers, empoisonnant les poumons. On comprend les patrons, qui ont des délais à respecter, de l'argent à rentrer pour pouvoir continuer à maintenir leurs manufactures à niveau et payer leurssérie,mini-série,n°4,nord et sud,elizabeth gaskell,bbc,sandy welch,daniela denby-ashe,richard armitage,brendan coyle ouvriers. Mais on comprend aussi ces salariés, qui réclament un meilleur salaire et des meilleures conditions de travail. On voit dans Nord et Sud les premières grèves, la manière dont elles sont organisées, et le désespoir qu'elles peuvent susciter. J'ai particulièrement apprécié Higgins, un ouvrier faisant parti du syndicat, et qui m'a beaucoup touché, ainsi que sa fille. Comme dans le livre, j'ai assisté avec intérêt à la relation qui va se former entre Higgins et Thornton, une relation pour le moins intéressante, captivante, qui ne manque pas de piment !
Pour ce qui est des autres personnages, j'ai apprécié le jeu de Daniela Denby-Ashe dans le rôle de Margaret Hale. Elle correspond physiquement à l'idée que je m'en faisais, ainsi que dans son comportement, bien qu'elle soit parfois un peu moins « volontaire » que dans le roman. En tout série,mini-série,n°4,nord et sud,elizabeth gaskell,bbc,sandy welch,daniela denby-ashe,richard armitage,brendan coylecas, elle s'est imprégnée de son rôle avec une grande maîtrise, pour une interprétation très convaincante ! Sinéad Cusack, qui joue le rôle de Mme Thornton, est particulièrement intéressante également. On sent l'amour et la complicité qui la lie avec son fils, mais aussi son caractère froid, indépendant, dure pour les affaires. Et évidemment, Richard Armitage : il ne joue pas John Thornton, il l'est ! Physiquement, il correspond très bien : une mine dure et froide, l'air rébarbatif et sévère, mais il sait également montrer le côté plus doux et touchant, spécialement lorsqu'il sourit ou quand ses yeux parle pour lui. Il a remarquablement bien compris le fonctionnement de son personnage, ce qui lui a permis de de devenir véritablement Thornton, bref un jeu magistral ! Cela fait un moment que je ne peux que regarder mes films en VO (la VF me colle pratiquement à chaque fois des frissons d'horreur !), j'ai donc regardé Nord et Sud dans sa version originale et je ne peux que vous conseiller de faire pareil pour cette série, car on ne peut pas aimer la (très) belle voix grave de Richard Armitage,série,mini-série,n°4,nord et sud,elizabeth gaskell,bbc,sandy welch,daniela denby-ashe,richard armitage,brendan coyle qui colle parfaitement à son physique ! Je n'en dirais pas plus sur cet acteur exceptionnel, sauf, comme le dit si bien Une bouteille à la mer : Richard, marry me !
Les différences entre le Nord et le Sud sont bien très bien mises en avant, tout en restant subtiles. On voir peu de la vie de Margaret et de sa famille à Helstone, mais le choc entre ce village et Milton est vraiment très frappant. Différence entre la campagne et la ville, entre la vie tranquille et la vie mouvementée, avec les usines, les conflits, les nouvelles relations et surtout de nouvelles manières. Le discours d'Elizabeth Gaskell sur les questions sociales n'est ni amoindri ni caché derrière l'histoire d'amour, heureusement ! Nord et Sud est un livre sombre, avec des comportements montrés du doigt, qui est bien reflété dans la série. Un univers dur, mais l'ironie de Mme Gaskell est toujours présent, apportant quand même des touches de légèreté et d'humour très bienvenue. La musique, magnifique, embellit encore davantage cette histoire magnifique.

série,mini-série,n°4,nord et sud,elizabeth gaskell,bbc,sandy welch,daniela denby-ashe,richard armitage,brendan coyle

J'ai beaucoup entendu comparer Nord et Sud à Orgueil et Préjugés. Il y a de la ressemblance, on ne va pas le nier : deux femmes auteurs, de la même époque, et deux personnages attirés l'un par l'autre mais séparés par les préjugés et l'incompréhension... Mais voilà les plus grandes ressemblances ! Richard Armitage est très flatté d'être comparé à la prestation de Colin Firth dans Orgueil et Préjugés, car c'est vrai que ces deux acteurs ont montrés un jeu époustouflant et ont fait beaucoup à la qualité de ces mini-séries. Donc, je pense que ceux qui ont aimé Orgueil et Préjugés aimeront également Nord et Sud. Mais qu'on ne voit surtout pas Nord et Sud comme une réplique ! Car, contrairement à Jane Austen, Elizabeth Gaskell montre un milieu plus vaste, plus diversifié, avec des classes sociales différentes, bref ces deux écrivaines sont différentes l'une de l'autre !
En tout cas, j'espère que mon avis du livre et de la mini-série vous auront donné envie de découvrir cet univers, car il vaut vraiment le voyage ! Il est préférable, je pense, de commencer par le roman, pour pouvoir mieux le savourer, mais en tout cas, l'important est de le connaître ! Et si vous ne le connaissez pas...

série,mini-série,n°4,nord et sud,elizabeth gaskell,bbc,sandy welch,daniela denby-ashe,richard armitage,brendan coyle

 

18/06/2013

Fiche Série n°3 : Ripper Street - Saison 1, BBC

série,n°3,ripper street,richard warlow,matthew macfadyen,jerome flynn,adam rothenberg

Fiche technique

Série renouvelée - Saison 2 débute en 2014 sur BBC
Créée par Richard Warlow
Réalisation : Andy Wilson (4 épisodes), Colm McCarthy (2 épisodes) et Tom Shankland (2 épisodes)
Scénario : Richard Warlow (6 épisodes), Toby Finlay (2 épisodes)
Musique : Dominik Scherrer
Nationalité : Britannique
Genre : Drame, Historique
Statut : en production




Épisodes

Première saison
1- I Need Light
2- In My Protection
3- The King Came Calling
4- The Good of This City
5- The Weight of One Man's Heart
6- Tournament of Shadows
7- A Man of My Company
8- What Use Our Work ?

série,n°3,ripper street,richard warlow,matthew macfadyen,jerome flynn,adam rothenberg


Casting

Matthew Macfadyen L'inspecteur Edmund Reid
Jerome Flynn Le sergent Bennet Drake
Adam Rothenberg Le capitaine Homer Jackson
MyAnna Buring Long Susan Hart
Charlene McKenna Rose Erskine
Amanda Hale Emily Reid
Jonathan Barnwell L'agent Dick Hobbs
David Wilmot Le sergent Donald Artherton
David Dawson Fred Best
Clive Russell Frederick Abberline, chef de la division H


série,n°3,ripper street,richard warlow,matthew macfadyen,jerome flynn,adam rothenberg



Synopsis

En avril 1889, six mois après la disparition de Jack l'éventreur, l'est de Londres commence à retrouver un semblant de paix inespérée après le règne de l'impitoyable tueur.
Une bouffée d'oxygène pour les hommes de la Division H, le district de police chargé de maintenir l'ordre dans le chaos de Whitechapel.
L'équipe est composée de l'inspecteur Edmund Reid, un brillant enquêteur hanté une tragique erreur du passé, et de ses fidèles camarades, le sergent Bennett Drake et le capitaine Homer Jackson. Ensemble, ils vont tenter de maintenir la justice dans cette époque troublée.

série,n°3,ripper street,richard warlow,matthew macfadyen,jerome flynn,adam rothenberg



Mon avis

Une nouvelle fois, je suis les excellents conseils de Perséphone en commençant Ripper Street, diffusé depuis décembre 2012 sur BBC One. Avec 8 épisodes pour cette première saison, elle a série,n°3,ripper street,richard warlow,matthew macfadyen,jerome flynn,adam rothenbergété un succès, suffisamment en tout cas pour mériter une seconde saison, également en 8 épisodes, et prévue pour 2014.
La BBC fait vraiment un travail de qualité, je n'ai jamais été déçue pour le moment ! Ripper Street fait partie de ces découvertes dans lesquelles je me suis plongée et dont j'attends la suite avec impatience.
Londres, 1889, dans le quartier de Whitechapel, peu de temps après la période de terreur de Jack l'Eventreur. La division H s'occupe principalement du quartier d'East End, et ont traqués l'Eventreur pendant des mois. Lorsque des femmes assassinées sont retrouvés, tout le monde pense à un retour de l'assassin. Si les deux premiers épisodes ont pour but de présenter l'intrigue et les personnages, mais aussi de « clore » cette enquête sur Jack l'Eventreur, de montrer la terreur où baignent la population et l'incapacité de la police, les épisodes suivants présentent différentes intrigues, elles dépassent la simple enquête sur des femmes tuées. Avec la prostitution, le vol, des enlèvements, les maladies, le terrorisme, on ne peut pas dire que les habitants et les policiers s'ennuient ! Malgré la présence et les cicatrices laissées par l'Eventreur, Ripper Street ne lui ait pas consacré, ce qui est un point positif ! Cela permet de se concentrer sur d'autres sujets,série,n°3,ripper street,richard warlow,matthew macfadyen,jerome flynn,adam rothenberg comme je le disais, sur d'autres enquêtes, mais aussi sur tous les détails de cette époque mouvementée, comme les différentes mutations avec l'apparition de petits films, la construction du métro, les avancées en mécanique et en science, mais aussi en chimie et dans l'apparition de médecins légistes, une science encore méconnue.
Donc, des enquêtes passionnantes, une époque absolument captivante, et tout cela rehaussée par un casting parfait ! Je ne serais sans doute pas objective, car il y a dans le rôle principal Matthew MacFayden. Je l'ai découvert grâce à Orgueil et Préjugés, où il est pour moi LE Darcy, vraiment tel que je l'imaginais. Dans la série, c'est un enquêteur compétant, qui n'hésite pas à dire ce qu'il pense et à imposer ses idées, comme le fait d'utiliser un légiste. C'est également un homme tourmenté, et on suspecte un événement dramatique, avec sa relation déclinante avec sa femme et que celle-ci soit en en vêtement de deuil. Ses associés sont Bennet Drake, interprété par Jerome Flynn, que vous avez pu reconnaître en Bronn dans Game of Thrones. Un personnage apparemment assez rude et dur, mais qui se révèle vraiment touchant ! Et finalement, Homer Jackson. Encore un qui cache des secrets et une vie mouvementée, série,n°3,ripper street,richard warlow,matthew macfadyen,jerome flynn,adam rothenbergcomme le fait de vivre dans une maison close, avec une relation particulière à Long Susan, la tenancière. Chirurgien de l'armée américaine et ancien Pinkerton, un personnage intéressant également. Les actrices ne sont pas en reste de talents, elles sont toutes bluffantes !
Au début, Ripper Street n'a pas été sans me rappeler un peu le Sherlock Holmes de Guy Ritchie. J'avais apprécié ces films (mais moins que la série de la BBC, il faut le dire), et ici, on voit quelques similitudes, comme dans la musique, une très belle esthétique, et le premier combat de Bennet Drake ressemble fort à celui de Sherlock.
En un mot, foncez sur Ripper Street ! Un de mes derniers coups de cœur en matière de séries !
série,n°3,ripper street,richard warlow,matthew macfadyen,jerome flynn,adam rothenberg

18/04/2013

Fiche Série n°2 : Jane Eyre - Mini-Série, BBC

série,n°2,adaptation,jane eyre,charlotte brontë,susanna white,ruth wilson,toby stephens

Fiche technique

Réalisé par Susanna White
Nationalité Britannique
Genre Drame, Classique
Statut Production achevée

série,n°2,adaptation,jane eyre,charlotte brontë,susanna white,ruth wilson,toby stephens

 

Casting

Ruth Wilson
Rôle : Jane Eyre
Toby Stephens
Rôle : Mr. Rochester
Christina Cole
Rôle : Blanche Ingram
Lorraine Ashbourne
Rôle : Mrs. Fairfax
Cosima Littlewood
Rôle : Adèle
Pam Ferris
Rôle : Grace Poole


série,n°2,adaptation,jane eyre,charlotte brontë,susanna white,ruth wilson,toby stephens

 

Synopsis

Devenue orpheline très jeune, sans la moindre fortune, la petite Jane Eyre est élevée par une parente aisée, la tante Reed, dans le nord-est de l'Angleterre. Souffre-douleur de ses cousins, maltraitée par leur mère, l'enfant solitaire et rebelle est envoyée à Lockwood, un pensionnat pour jeunes filles pauvres.
Durant ces sévères années d'apprentissage, qui font d'elle une jeune fille accomplie, elle affronte la mort de son unique amie et noie sa tristesse dans le dessin.
À 19 ans, elle part travailler dans une vaste demeure isolée, Thornfield Hall, comme gouvernante auprès de la pupille d'un riche original, Edward Rochester, lui-même se trouvant à l'étranger. Tous deux se retrouvent face à face pour la première fois sur la lande, un soir d'orage...

 

série,n°2,adaptation,jane eyre,charlotte brontë,susanna white,ruth wilson,toby stephens

 

Mon avis

J'ai vu peu d'adaptation du roman de Charlotte Brontë : deux, en tout et pour tout, du pour le moment ! La première était le film de 2012, réalisé par Cary Fukunaga, avec Michael Fassbender et Mia Wasikowska dans les rôles titres. La deuxième version est donc cette mini-série de la BBC. Réalisé par Susanna White, sur un scénario de Sandy Welch, avec Toby Stephens dans le rôle de Rochester, Ruth Wilson dans celui de série,n°2,adaptation,jane eyre,charlotte brontë,susanna white,ruth wilson,toby stephensJane Eyre. Composée de quatre épisodes, chacun d'une durée d'environ 55 min, pour presque 4h en tout, ce format de mini-série offre un temps plus long pour bien mettre en place l'histoire.
Une histoire qu'on n'a peut-être pas besoin de rappeler ? Pour faire court, Jane Eyre est une orpheline recueillie par sa tante, Mrs Reed. Maltraitée, la petite fille est envoyée à l'âge de dix ans à l'institut Lowood. D'abord étudiante puis maîtresse, elle va trouver un autre travail, en tant que gouvernante d'Adèle, une petite française pupille du maître de Thornfield Hall : Mr Rochester. Leur intérêt naissant, puis leur amour, un vrai parcours du combattant ! Notamment lorsque Jane s'enfuie et, presque morte de faim, sur la lande, est recueillie par un pasteur, St Jon Rivers, et hébergée par ses sœurs.
La longueur de l'adaptation permet à la série d'être fidèle au roman Jane Eyre. Mais même aussi bien adapté que possible, ce n'est évidemment pas la même chose. L'enfance de Jane Eyre, son séjour à Lowood, sont traités en une dizaine de minutes, ce qui est dommage car c'est là que la jeune femme s'est construite, a grandi.
Mais aussi le plus gros défaut serait la manière d'avoir traité la partie avec les Rivers. C'est certes plus complet que dans le film de Cary Fukunaga, car on y apprend bien ici que ce sont ses cousins, leurs liens de parentés, on y voit St John amoureux... Mais malgré tout, c'est ici que j'ai été le moins convaincue, car Jane a passé environ un an avec eux, et c'est dans la série très peu développé, ainsi que la morale de St John, la grande emprise qu'il a sur Jane, qui y succombe presque. Mais aussi le fait que dans cette partie, Jane retrouve la mémoire, nous faisant revivre des scènes du passé avec Rochester par flashbacks. Car contrairement au roman où elle change son nom pour éviter de se faire retrouver, ici elle a perdu la mémoire...
série,n°2,adaptation,jane eyre,charlotte brontë,susanna white,ruth wilson,toby stephensCes deux points sont pour moi les deux défauts « évidents » de la série. Car après on peut toujours ajouter des détails (certaines scènes sont déplacées, ajoutées, transformées, des personnages ajoutés ou légèrement modifiés), mais ce ne sont là que des détails ! Ah, une scène quand même, sur laquelle je voudrais m'attarder. Dans le roman Jane Eyre, il y a un passage avec une gitane. SPOILER. En fait, Mr Rochester déguisé, qui voulait s'amuser au dépend de ses invités, et savoir ce que Jane pense. Effectivement, elle est présente dans la mini-série, mais elle fait partie de celles qui ont été modifiée, car au lieu de se déguiser, Mr Rochester a employé une bohémienne et s'est caché pour assister à la scène. J'étais contente de retrouver ce passage qui fait partie de mes préférés, mais j'aurais voulu quand même qu'elle se rapproche de l'original ! FIN DU SPOILER.
Bon, passons maintenant aux acteurs. J'étais curieuse puis impressionné par la prestation de Michael Fassbender, et je voulais maintenant voir comment aller se débrouiller Toby Stephens ((que l'on peut voir par exemple dans le James Bond Meurs un autre jour, et surtout talentueux fils de la non moins talentueuse Maggie Smith !). Pour moi, il se rapproche vraiment beaucoup du personnage décrit par Charlotte Brontë. Même si, physiquement, ce n'est pas comme ça que je me le représente, il est vraiment Rochester dans cette adaptation. Il a réussi à rendre le côté à la fois brusque et autoritaire, mais aussi l'humour : j'ai eu régulièrement des rires dans cette adaptation, car Jane Eyre est loin d'être une œuvre sombre, l'humour et la causticité y sont très présents ! J'ai particulièrement apprécié la scène où Jane annonce qu'elle doit se rendre auprès de sa tante malade. Toby Stephens a également réussi à rendre que, sous le tempérament orageux, sombre, souvent dur de Rochester, il y a un homme intelligent, en quête de rédemption, capable de rire. Ruth Wilson incarne une Jane Eyre vraiment incroyable ! Ce n'est pas une jeune fille apeurée par son inexpérience du vaste monde, elle saisit toutes les occasions pour apprendre et découvrir. Elle possède la morale de l'époque (elle refuserait de faire le mal, même pour ceux qu'elle aime, tout en pouvant faire tout ce qu'elle peut pour eux), mais passe également au-dessus des préjugés, notamment en devenant amie et en tombant amoureuse de son maître, un homme dont la condition est « supérieure » à la sienne, et en ayant un comportement peu conventionnel, avec une indépendance d'esprit très forte. Passons à Ruth Wilson, qui m'était déjà un peu connue en interprétant Alice Morgan dans la série Luther (une série dans laquelle elle est vraiment excellente !). Elle est connue notamment pour ses rôles au théâtre, mais elle sait diversifier ses rôles sur le petit et le grand écran, avec donc Luther, le remake du Prisonnier, et on pourra bientôt la remarquer dans The Lone Ranger, aux côtés d'Armie Hammer, Johnny Depp et Helena Bonham Carter. Dans le rôle de Jane, Ruth parvient à faire ressortir la complexité du personnage, sa psychologie. En outre, elle convient aussi bien physiquement à Jane Eyre : elle ne correspond pas aux « critères de la mode », mais elle révèle une force et un charisme très puissant ! Outre, ces deux personnages principaux, la série offre, à l'image du livre de Charlotte Brontë, une palette de personnages secondaires tous très intéressants et bien mis en scène.
série,n°2,adaptation,jane eyre,charlotte brontë,susanna white,ruth wilson,toby stephensEnfin, les décors : j'ai été amusée de constater que le principal lieu de tournage, le Haddon Hall, le manoir représentant Thornfield a servi pour trois adaptations de Jane Eyre : le film de Franco Zeffirelli en 1996, pour Cary Fukunaga en 2011, et pour cette mini-série de la BBC. C'est vraiment un manoir très beau, qui correspond bien à l'atmosphère du roman, même si quelques scènes furent filmées dans des parcs extérieurs, en studio ou dans des hangars. Une atmosphère gothique, sombre (peut-être que dans la version de Cary Fukunaga), où on sent véritablement l'empreinte de Charlotte Brontë. Comme Jane, une vraie sorcière, sa magie agit toujours et imprègne non seulement son roman, mais aussi toutes les adaptations qui en découlent.
Des légères prises de liberté par rapport à l'œuvre originale de Charlotte Brontë, mais qui se font rapidement oubliés par la qualité de l'adaptation ! Jane Eyre est décidément toujours aussi présent, pour mon plus grand bonheur !