Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

19/02/2014

Deux sœurs pour un roi, de Philippa Gregory

deux sœurs pour un roi,philippa gregory,historique

Deux sœurs pour un roi

Philippa Gregory


« Je serai sombre, française, à la mode et difficile ; vous serez douce, ouverte, anglaise et belle. Quelle paire nous formerons ! Quel homme pourra nous résister ? » Tels sont les premiers mots prononcés par Anne Boleyn à l'endroit de sa sœur Marie quand elle la rejoint, en 1522, à la cour d'Angleterre.
Introduite au palais de Westminster, à l'âge de 14 ans, Marie Boleyn séduit le roi Henri VIII auquel elle donnera deux enfants. D'abord éblouie par le souverain, elle comprend qu'elle sert d'appât au milieu des complots dynastiques.
Quand l'intérêt du roi pour elle s'émousse, Anne est chargée de le séduire à son tour. Désir, haine, ambitions, trahisons.
Se déroulant sur quinze ans, cette fresque historique, racontée à la première personne par Marie Boleyn, dépeint les rivalités au sein de la dynastie des Tudor.
Une histoire qui se terminera dans le sang.



Je me lance dans une nouvelle Lecture Commune, cette fois avec Bouchons des Bois et avec Wolf's Rain.
The Other Boleyn Girl raconte donc l'histoire des deux sœurs Boleyn, Mary et Anne, vu du point de vue de Mary. Mariée à William Carrey, Mary est obligée de répondre aux exigences de sa famille ambitieuse, et est présentée à la cour dans l'idée d'attirer l'œil du roi. A 14 ans, Mary va séduire roi Henri VIII et lui donner deux enfants. Quand l'intérêt d'Henry s'émousse, Anne Boleyn est à son tour jetée sur son chemin, pour le garder intéressé à la cause de la famille Boleyn, qui va recevoir de nombreuses terres et autres titres. Contrairement à Mary, qui était au début amoureuse du roi, Anne va tout faire pour renverser la reine légitime, Catherine d'Aragon, et devenir reine à sa place. C'est un travail de longue haleine, cela ne se fera pas en un jour, et comportera de nombreux dangers, notamment le fait d'assurer un héritier mâle au roi, d'éviter que celui-ci ne soit tentée par une autre femme. Une histoire de complots, d'ambitions, de dangers et de chausse-trappes !
(Attention, ce passage peut comporter des détails expliquant le livre !) Je connaissais déjà un peu l'histoire de The Other Boleyn Girl grâce au film de Justin Chadwick, que j'ai vu au cinéma en 2008. En parcourant les rayons d'un Book Off, je suis tombée sur le livre de Philippa Gregory. Curieuse, je l'ai achetée. Mais j'ai beaucoup traîné des pieds pour le lire, sachant que ce roman faisait hurler d'épouvante les historiens ou toute autre personne connaisseuse de cette époque. On peut citer de nombreuses digressions à l'Histoire. Mary Boleyn, pour commencer, n'était qu'une maîtresse du roi parmi tant d'autres et n'a jamais eu l'importance qu'elle a dans le roman. Ils se sont rencontrés en France, lors d'une mission diplomatique de Thomas Boleyn et où Mary l'accompagnait. Le roi s'en lassa vite, ils n'ont vraisemblablement eu jamais d'enfants ensemble (le roi ayant déjà reconnu un enfant légitime, on pourrait dire qu'il aurait pu reconnaître ceux de Mary s'ils avaient été les siens). Mary se retira vite de la cour pour laisser la place à sa sœur Anne. De même, la fille d'Anne et d'Henry, Élisabeth, n'a jamais été recueillie par Mary après la mort d'Anne. Au moment de sa mort, cela faisait longtemps que les deux sœurs n'avaient pas eu de contact, et on supposait que Mary vivait avec William Stafford, loin de la cour anglaise et sans aucune relation avec celle-ci. Ensuite, pour ce qui est de l'inceste entre Anne et George, c'est un détail qui a été alimenté par la propagande pro-henrycienne, mais qui n'a pas été confirmé à ce jour !
Donc, si vous recherchiez un roman historique tenant sur des bases solides, ne vous dirigez surtout pas vers The Other Boleyn Girl ! Mais Philippa Gregory, je lui reconnais ça, a fait un roman qui se lit très vite et très bien. Une fois qu'on s'est éloigné de l'effet historique raté, on peut davantage apprécier cette chronique familiale. Car c'est, du coup, cet aspect qui est le plus réussi et le mieux décrit dans ce roman.
On assiste à 15 ans de la vie d'une jeune femme dans les sables mouvants de la cour. Mary Boleyn est au départ une jeune fille timide, réservée, habituée à la seconde place. Alors, lorsqu'elle attire l'œil du roi et en tombe amoureuse, elle tombe aussi plus profondément dans les complots et la politique. La relation et le comportement des deux sœurs est vraiment très bien décrits : que ce soit l'une qui est douce, n'aspire qu'à vivre tranquillement avec ses enfants à la campagne, et Anne qui est ambitieuse, prête à toute pour accéder au trône, quitte à écraser quiconque se trouve sur son chemin. Une relation d'amour les unit, mais surtout de haine et de ressentiment. Autant Mary est un personnage très touchant, très doux, autant Anne, j'ai eu envie de la frapper à plusieurs reprises ! Les relations fraternelles sont vraiment très bien décrites et font le point fort du récit, la jalousie et l'amour entre Anne et Mary, les sentiments qui les unissent à Georges... De même, on voit les relations à la famille : ce n'est pas vraiment paix et amour, plutôt contrôle, lutte et domination. Les Boleyn sont prêts à tout pour finir à la plus haute position possible.
Une lecture très dense, et même si elle n'apporte pas de vérité historique, cela reste un roman très captivant, que l'on prend plaisir à lire ! J'ai passé un moment agréable dans l'ensemble, The Other Boleyn Girl est à lire pour passer une lecture très prenante du début à la fin.
Vous pouvez retrouver ici les avis de Bouchon et de Wolf's Rain.
 
 
 
 
Logo Livraddict

05/09/2013

Cranford, d'Elizabeth Gaskell

cranford,elizabeth gaskell,classique

Cranford

 

Elizabeth Gaskell




Que croyez-vous, Miss Matty, je vous le donne en mille ? Que croyez-vous ? Lady Glenmire va se marier - se remarier, pour être exacte - Lady Glenmire - Mr Hoggins - oui, Mr Hoggins va épouser Lady Glenmire !
- Se marier ! Se remarier ! nous écriâmes-nous.
Quelle folie ! - Figurez-vous que je me suis écriée : Se marier ! comme vous le faites ; et que j'ai ajouté : " Mais ma parole, Milady va se couvrir de ridicule ! " J'aurais pu dire, moi aussi : " Quelle folie ! " mais je me suis maîtrisée, car j'étais dans une boutique, lorsque j'ai appris la nouvelle.
Vraiment, on se demande où est passée la retenue de notre sexe ! Vous et moi, Miss Matty, nous aurions été bien honteuses de savoir que l'on parlait de notre mariage chez l'épicier, en présence du personnel !

 

cranford,elizabeth gaskell,classique

Livre lu dans le cadre d'une Lecture Commune avec La Bouteille à la mer.

 

Après avoir lu Nord et Sud (gros coup de cœur, un livre doudou !) et Les amoureux de Sylvia (très bon), j'ai profité qu'Alexandra, de La Bouteille à la mer, ait également envie de lire ce livre pour me lancer dans ma première Lecture Commune.
Cranford est un petit village, où les femmes font les lois. L'arrivée d'un homme, le capitaine Brown, plonge toutes ces braves femmes dans la stupeur, notamment lorsque ce gentleman ne respecte ni les conventions ni les volontés des dames. Imaginez un peu leur surprise !
Après la lecture des œuvres précédemment cités, je m'attendais à adorer Cranford. Malheureusement, j'ai été un peu déçue. J'ai mis pas mal de temps avant de rentrer dans l'histoire, et c'est pourtant un récit assez court. J'ai trouvée quelques longueurs, quelques confusions parfois entre les personnages... Mais je n'allais sûrement pas abandonner ce livre ! Et j'ai bien fait de m'accrocher, car après ce début un peu difficile, je me suis prise au jeu, j'ai enfin accrochée aux personnages (spécialement à Miss Matty, comme beaucoup !) et je n'ai pas pu le lâcher.
Cranford, une fois plongée dedans, s'est révélée une petite histoire sympathique, où on peut suivre les petites péripéties quotidiennes d'un village perdu dans la campagne, et où les femmes respectables comme les matriarches, vieilles filles et autres veuves soucieuses des traditions font les lois et établissent les normes à respecter.
Elizabeth Gaskell a une plume particulièrement reconnaissable, elle présente un milieu à chaque fois différent mais toujours très intéressant, elle le présente avec ironie, intérêt, et beaucoup de profondeur.
Même si Cranford n'est pas celui que j'ai préféré de cette écrivaine talentueuse, il reste néanmoins un livre à lire, et dont j'aimerai entendre beaucoup plus parler, tout comme les autres livres de Mme Gaskell. Personnellement, je n'en reviens pas de découvrir ces romans seulement avec des conseils de bloggeurs (ce qui m'arrive souvent), mais sans en avoir entendu parler pendant mes études. Certes, je n'ai pas fait des années et des années de fac ou autre cursus semblable, mais je suis quand même étonnée que les profs n'en aient jamais parlé, même en passant. Les auteurs comme Jane Austen, Elizabeth Gaskell ou les sœurs Brontë restent des références à faire connaître ! Est-ce que ça vous a fait la même chose ?
Fermeture de cette parenthèse littéraire, si vous ne connaissez pas Elizabeth Gaskell, je vous recommande de vous jeter sur ses livres ! Cranford n'est pas le livre d'Elizabeth Gaskell que je conseillerai pour découvrir cette auteure, mais à lire néanmoins pour découvrir une autre facette de son talent. Pour moi, Nord et Sud reste son meilleur, il est inégalable, mais les autres œuvres restent des pépites, des livres à lire absolument. Et maintenant, il ne me reste plus qu'à trouver la mini-adaptation de la BBC !
 
 
 
 
Logo Livraddict