Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

15/11/2013

Lady Hunt, d'Hélène Frappat

lady hunt,hélène frappat,rentrée littéraire,contemporain

Lady Hunt

 

Hélène Frappat




Laura Kern est hantée par un rêve, le rêve d'une maison qui l'obsède, l'attire autant qu'elle la terrifie. En plus d'envahir ses nuits, de flouter ses jours, le rêve porte une menace : se peut-il qu'il soit le premier symptôme du mal étrange et fatal qui frappa son père, l'héritage d'une malédiction familiale auquel elle n'échappera pas ?
D'autres mystères corrompent bientôt le quotidien de la jeune femme, qui travaille pour une agence immobilière à Paris plus un effet secondaire qu'une carrière. Tandis qu'elle fait visiter un appartement de l'avenue des Ternes, Laura est témoin de l'inexplicable disparition d'un enfant.
Dans le combat décisif qui l'oppose à l'irrationnel, Laura résiste vaillamment, avec pour armes un poème, une pierre noire, une chanson, des souvenirs... Trouvera-t-elle dans son rêve la clé de l'énigme du réel ?



Un autre livre de la rentrée littéraire que j'avais envie de découvrir.
Laura Kern travaille dans une agence immobilière, plus pour avoir un travail que par réelle motivation, a une relation avec un homme marié... et est hantée par le rêve d'une maison. L'inexplicable disparition d'un enfant, ses rêves, la poussent à s'interroger, notamment sur la « malédiction » de son père et si elle n'est pas en train d'en hériter.
Pour tenter de survivre et de se comprendre, Laura va devoir trouver la clé de son rêve et de se libérer de ses hantises. Lady Hunt est un livre où on vogue entre sentiments et malaises. L'écriture d'Hélène Frappat nous donne véritablement l'impression d'être plongés dans la brume. J'ai entendu pas mal de critiques sur ce roman, tant bonne que mauvaise. Pour ma part, j'en ressors avec un avis un peu mitigé.
Pour ce qui m'a dérangé, c'est qu'on est bien souvent dans le brouillard. Même si cela contribue à l'ambiance du roman, j'aurais apprécié qu'Hélène Frappat utilise moins cette méthode, car on a parfois du mal à se rendre compte où elle veut nous emmener. J'ai beaucoup aimé la sœur de Laura, Elaine, et j'aurais voulu la voir davantage et en savoir plus sur elle.
Sinon, l'ambiance reste très prenante la plupart du temps, on a l'impression de vivre un rêve et de pouvoir apercevoir la maison dont rêve Laura. Un personnage qui est agréable dans l'ensemble, et que j'ai pris plaisir à connaître. L'univers, parfois trop peu exploité, est angoissant, prenant, et captivant.
Si Lady Hunt n'est pas le récit le plus mémorable que j'ai pu lire, j'ai quand même été tenue en haleine jusqu'au dernier mot, dans l'atteinte de la fin et des dernières révélations. Sans doute pas le meilleur titre de cette rentrée littéraire 2013, mais à découvrir quand même un jour ou l'autre !
 
 
 
 
Logo Livraddict

21/09/2013

Image du Jour - N°14

 Image du Jour - N°14

Tout à fait d'actualité, je trouve !

20/09/2013

Les évaporés, de Thomas B. Reverdy

 Saisis un titre d'article ici !
Les évaporés

 

Thomas B. Reverdy




A San Francisco, Richard B est recontacté par son ancien amour, Yukiko. Celle-ci sollicite le détective privé pour l'aider à retrouver son père. Tous deux partent au Japon...
Ce roman suit quatre personnages en parallèle : Richard B, Yukiko, son père Kaze, et Akaïnu, un enfant des rues dont la famille a disparu dans un tsunami.



Je me plonge dans les nouveautés de la rentrée littéraire avec ce roman de Thomas B. Reverdy.
Kaze décide de tout quitter pour protéger sa femme et sa vie. Il s'enfuit, tout simplement, disparaissant des radars de l'administration. Pour lui et tous ceux qui font comme lui, on les appelle des évaporés.
Richard B. vit à San Francisco, c'est un poète, mais aussi un détective privé. Il va tout laisser tomber à la demande de Yukiko, une ex-petite amie, mais surtout la fille de Kaze. Pour elle, il va aller à Kyoto pour tenter de comprendre ce qui arriver à son père.
Le thème de ce roman m'intéressait beaucoup, Thomas B. Reverdy traite de son sujet avec beaucoup de délicatesse et de poésie. Les personnages sont particulièrement bien travaillés, on les suit d'un chapitre à l'autre sur un rythme assez rapide. Jamais d'attente, toujours du suspense. Dans Les évaporés, on croise la mentalité japonaise, le choc entre différentes cultures, le Japon entre la culture et les traditions, mais surtout ce fait relativement peu connu avec le fait de disparaitre.
 
 
 
Logo Livraddict