Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

25/10/2013

Embrasser le ciel immense, de Daniel Tammet

embrasser le ciel immense,daniel tammet,documentaire,psychologie,témoignage
Embrasser le ciel immense

 

Daniel Tammet




embrasser le ciel immense,daniel tammet,documentaire,psychologie,témoignageDaniel Tammet est un autiste Asperger, génie des nombres et des langues. Aujourd'hui, il a vaincu la prison de l'autisme : c'est un écrivain à part entière, un savant plein d'humanité et doté d'une sensibilité bouleversante.
Les plus grands neuroscientifiques du monde se sont penchés sur son cas et ont dialogué avec lui. Il a appris sur la façon dont son cerveau (et celui des autres) fonctionne, qu'il a voulu nous raconter ses découvertes.
Apprendre, raisonner, calculer, mémoriser, créer... Les capacités de l'esprit humain sont infinies.



J'ai découvert Daniel Tammet grâce à son premier livre, Je suis né un jour bleu, et qui est un véritable coup de cœur. Curieuse, j'ai commencé ensuite ce nouveau roman. Un roman qui n'en est pas véritablement un, plutôt un témoignage sous forme d'essai ou de thèse.
Si Je suis né un jour bleu était davantage penché sur son parcours vraiment personnel et sa manière d'appréhender ce qui l'entoure, Embrasser le ciel immense est davantage une explication du cerveau humain. A partir de son expérience, de son vécu, mais il se penche sur comment leembrasser le ciel immense,daniel tammet,documentaire,psychologie,témoignage cerveau fonctionne, ses possibilités et les différentes théories.
Embrasser le ciel immense est un livre très intéressant. Un bon nombre de passages auraient pu être indigestes ou ennuyeux, mais Daniel Tammet réussit à les rendre tous intéressants. Mais cela reste un ouvrage assez dense et lourd, qui ne peut sans doute pas être dévoré d'un trait. Cela demande un peu de temps et de concentration pour bien arriver à tout saisir. L'ensemble est très agréable à lire, pleins de données à appréhender sans que cela soit indigeste ou ennuyeux, les théories développées parlent aux lecteurs et permettent de réfléchir aux méthodes employées actuellement.
La mémoire et le cerveau en général, malgré toutes nos dernières recherches, restent vraiment très inconnues. Que ce soit sur ses capacités, ses méthodes... Daniel Tammet présente des faits, des chiffres, des explications. Mais il va aborder tout aussi bien à travers les langues que les chiffres, et les aborde de manière vraiment intéressante.
Daniel Tammet est une personnalité que j'aimerai davantage connaître, et heureusement il y a ses livres pour ça ! Si vous ne le connaissez pas encore, je vous recommande ses ouvrages, différents mais intéressants !
 
 
 
Logo Livraddict

29/06/2013

Les enfants des autres, de Torey Hayden

les enfants des autres,torey hayden,documentaire,psychologie,témoignage

Les enfants des autres

 

Torey Hayden




« Pourquoi tu t'en fais pour nous ? On n'est que les enfants des autres... » Qui sont ces "enfants des autres" à qui Torey porte un intérêt passionné ?
Boo, un petit garçon de sept ans qui ne parle pas sauf pour répéter exactement les bulletins de météo et les phrases des autres. Lori, une petite fille de sept ans également, très sensible, le cœur sur la main, mais dont le cerveau a subi des lésions à cause de mauvais traitements. Tomaso, dix ans, garçon caractériel, asocial, que l''on promène d'un foyer nourricier à l'autre. Claudia, douze ans, adolescente timide, excellente élève d'une école privée catholique qu'elle doit quitter lorsqu'on découvre qu'elle est enceinte.
Quatre enfants à problèmes envoyés dans la classe de Torey parce qu'on ne sait qu'en faire. Et pourtant, tous les quatre. avec l'aide d'une éducatrice hors pair avant tout soucieuse de les faire progresser et de favoriser leur adaptation sociale, vont former une sorte de famille où chacun apporte aux autres l'affection et la compréhension qu'il n'a pas trouvées ailleurs.



Les enfants des autres est un des romans de Torey Hayden qui m'a le plus touchée. Enfin, ils m'ont tous touchée, mais je pense que celui-ci à une place à part.
Au départ de cette nouvelle année, Torey est éducatrice spécialisée. Un peu par hasard, un peu par besoin, elle se retrouve une nouvelle fois en charge d'une classe et de quatre enfants. Boo, sept ans, est atteint d'un autisme assez lourd, avec tout ce que cela implique, comme le fait de ne pas être tout à fait capable d'interagir avec son environnement, de parler en répétant ce qu'il entend. Il y a Lori, sept ans, victime de lésions cérébrales à cause de maltraitances, ce qui l'empêche d'accomplir certaines choses comme apprendre à lire. Ensuite, Tomaso, 10 ans, en retard scolairement à cause de son comportement pour le moins agressif. Et enfin, Claudia, douze ans, une fillette brillante, exclue pendant un certain temps de son école huppé parce qu'elle est enceinte.
Comment parler des Enfants des autres ? Ce que je peux dire en premier, c'est que comme à chaque fois que je découvre ou relis un témoignage de Torey Hayden, je suis bouleversée. A chaque fois. Elle nous livre son parcours quotidien, sa bataille de tous les instants. Une batailleles enfants des autres,torey hayden,documentaire,psychologie,témoignage pour tenter de comprendre ces enfants dont elle a la charge, de les aider à devenir indépendants, de montrer qu'on est capable de réaliser des projets, d'avoir ses victoires. Ce n'est pas parce qu'on est étiquetés « anormal », « inadaptés », « pas dans la norme », qu'on ne peut pas accomplir ses rêves ou de vaincre ses peurs et les embûches mises sur notre parcours. Boo est un autisme, mais cela ne va pas l'empêcher de communiquer dans une certaine mesure avec son entourage. Tomaso est peut-être violent, mais il va se prouver être capable de passer au-dessus. Ce n'est pas de la faute de Lori si elle n'arrive pas à lire, elle va apprendre qu'on peut employer des chemins de traverse pour arriver à son but. Et Claudia va pouvoir avancer, se démarquer de la seule image de « fille modèle », d'apprendre ce qui n'est pas seulement dans les manuels scolaires.
Torey Hayden marche à l'instinct, suit ses tripes, expérimente des nouvelles idées, pas toujours avec une grande confiance en elle et de nombreux doutes, mais elle suit chaque enfant duquel elle s'occupe avec toutes les forces qu'elle peut, en oubliant souvent sa vie personnelle. Dans ses témoignages, elle fait apparaître une toute autre vision, et la grande force de Torey Hayden est de pouvoir donner un autre regard sur ces enfants, trop souvent incompris et rejetés en marge de la société. Dans Les enfants des autres, on retrouve toute la rage et la frustration de Torey Hayden face aux situations qu'elle rencontre, que ce soit des parents « simplement » incompétents ou alors violents, abusifs, ou bien que ce soit face aux limites de l'enseignement, aux mauvais professeurs, ou aux lois arbitraires sur l'intégration des enfants différents. Je me suis souvent retrouvée émue aux larmes devant les situations décrites, et devant ces enfants, trop jeunes, et déjà bien malmenés par la vie. Torey Hayden apprivoise chacun de ses enfants, elle se démène pour eux, mais ce n'est pas la seule relation forte du récit. Parfois, c'est un lien avec une personne de sa famille, avec un ami, ou un autre enfant. Heureusement qu'il arrive des choses bien à ces enfants, car la dureté de leur vie les à pousser à s'endurcir, à faire difficilement confiance. Mais on peut leur montrer que la vie ne se résumé pas qu'aux mauvaises expériences, on peut toujours réussir à trouver quelque chose à quoi s'accrocher.
Torey Hayden révèle dans Les enfants des autres des situations dures, tendues, mais montre aussi qu'il faut toujours garder espoir, ne pas baisser les bras. A la fois très violent et très doux, ce témoignage est véritablement bouleversant, je le conseille et le recommande vivement !
 
 
 
Je ne pouvais m'imaginer ce que ça devait être d'avoir sept ans et de n'avoir connu que des échecs durant le début de son existence ; de e lever chaque matin et d'aller passer six heures dans un endroit où, malgré tous ses efforts, on ne peut réussir vraiment. Et, selon la législation scolaire, Lori avait encore devant elle au moins sept ans de cette torture, soit autant d'années qu'elle en avait vécues jusque-là. Certains assassins étaient condamnés à une peine moins lourde. Tout ce que Lori avait fait, elle, c'était de naître dans la mauvaise famille.



- Il n'y a rien qui cloche chez toi, Lori.
Elle me dévisageait anxieusement.
- C'est la vérité, crois-moi. N'écoute pas ceux qui veulent te faire croire le contraire. Tu n'as rien qui cloche, rien.
- Mais j'sais pas lire.
- Hitler savait lire.
- Qui sait, Hitler ?
- Un homme qui était vraiment retardé.


- Mais nous travaillons avec des êtres humains ici.
Et de temps en temps, il faut que le système plie.
 
 
 
 
Logo Livraddict

31/03/2013

L'enfant qui ne pleurait pas, de Torey Hayden

l'enfant qui ne pleurait pas,torey hayden,documentaire,psychologie,témoignage

L'enfant qui ne pleurait pas

 

Torey Hayden


Coup de cœur


Sheila, six ans, a enlevé un bébé, l'a ligoté à un arbre et a mis le feu. Il est dans un état critique et la coupable a été arrêtée.
C'est elle que Torey voit apparaître dans sa classe d'enfants inadaptés. La police ne peut plus rien et l'hôpital psychiatrique l'a rejetée.
Alors commence une lente approche entre la jeune pédagogue et l'enfant sauvage qui dit toujours non et ne pleure jamais. Des gestes, des mots, des jeux... et Sheila se révèle sensible, intelligente.
Chaque soir, hélas ! elle retrouve son taudis, son père irresponsable et violent.
Saura-t-elle jamais pleurer... et rire ?


Torey Hayden est pédopsychologue, consultante pour les enfants victimes de sévices, spécialiste dans le mutisme sélectif...
L'enfant qui ne pleurait pas est le premier livre de Torey Hayden, où elle retrace son enseignement dans une classe avec des enfants décrits comme « sauvages », « inadaptés » ou présentant des troubles comme l'autisme. Torey enseigne dans ce que ses collègues appellent la « classe-poubelle », où vont les enfants « pas comme les autres ».
Quelques temps après la rentrée arrive une nouvelle élève. Sheila a 6 ans. Six ans de misère : sa mère n'avait que 14 ans lorsque Sheila est née, et a été forcée de se marier avec le père de Sheila, âgé de 30 ans. Cet homme a été en prison, inculpé de coups et blessures, mais aussi à l'hôpital pour alcoolisme et abus de drogues. La mère de Sheila est partie avec son fils et Sheila, avant d'abandonné sa fille sur la route. La fillette est passée d'un foyer aux maisons des amis de sa famille, avant de retourner vivre avec son père...
Et à 6 ans, Sheila a emmené un petit garçon, qu'elle a tenté de brûler. Après cet incident, la décision a été prise de la confier à Torey Hayden, en attendant qu'une clinique psychiatrique ait une place pour elle.
Pendant les cinq mois où Sheila sera dans sa classe, Torey va profondément s'attacher à la petite fille, pour sa tendresse, son intelligence et son courage. Mais pour l'apprivoiser, ce sera un combat de tous les instants ! Sheila est farouche, solitaire, et après ses traumatismes, incapable de se fier spontanément à un être humain.
L'enfant qui ne pleurait pas est un livre profondément bouleversant, très bien écrit et incroyablement vivant ! Grâce au récit de Torey Hayden, j'ai véritablement vécue à leurs côtés, en m'attachant à cette institutrice hors-normes, et à ces enfants non moins spéciaux, de qui elle s'occupe avec dévouement et acharnement ! Malgré les coups durs de ce métier, des enfants parfois difficiles et durs, des parents parfois encore plus durs, et une société qui est le contraire de l'amour et de la compréhension, Torey Hayden s'efforce vraiment de changer les choses qui l'entourent, ce qui donne une force incroyable à son roman !
Torey Hayden sait faire passer son combat de tous les instants, son idéalisme, sa volonté de changé le monde qui l'entoure, mais surtout sa volonté de lutter pour les enfants présents dans sa classe. Pas seulement un témoignage, ou un livre de psychologie, L'enfant qui ne pleurait pas est un véritable hommage à la tolérance, à la compréhension, une fenêtre ouverte sur la vie de ces enfants si attachants !
 
 
 
Logo Livraddict

24/12/2012

L’Enfant Blessée, de Torey Hayden

 l’enfant blessée,torey hayden,documentaire,psychologie,témoignage

L'enfant blessée

Torey Hayden

 

 
 
Vénus a sept ans. Elle ne parle pas, n'écoute pas, ne semble même pas consciente d'une présence humaine à ses côtés.
Une bagarre accidentelle dans la cour de récréation va libérer en elle une rage effrayante et incontrôlable, transformant la petite fille en bombe dangereuse.
De tous les enfants de cette classe, dont certains ont de sévères troubles de comportements, c'est Vénus qui incarne le plus grand défi pour la psychologue Torey Hayden.
Tout en luttant pour percer les mystères de cette petite fille meurtrie et à travers un parcours épuisant, ponctué d'obstacles et de sombres révélations, Torey va s'entêter, avec autant d'amour que de force, à apprivoiser cette enfant à la dérive.

 

Torey Hayden, après avoir travaillé dans d'autres écoles et Etats des Etats-Unis, est nommée responsable d'une classe pour traiter des enfants « difficiles », qui ont besoin d'une aide plus étalée dans le temps et d'une personne capable de les comprendre. Torey Hayden, à la fois pédopsychologue et écrivaine, est une personne spécialisée des enfants en difficulté psychologique, consultante pour les enfants victimes de sévices, pionnière du mutisme sélectif...
Dans L'Enfant Blessée, Torey Hayden nous livre une de ses expériences. Avec ce livre et les autres récits de son travail, elle fait revivre son vécu auprès de ces enfants, souvent abandonnés, que ce soit par leur famille ou par le système.
Dans cette nouvelle classe, Torey accueille des enfants en difficulté, « perdus ». Il y a Théo et Phil, avec un syndrome d'alcoolisme fœtal : un quotient intellectuel faible et des problèmes de comportement (hyperactivité, incapacité à se concentrer). Il y a Jess, atteint du syndrome de Tourette : de nombreux tics et la manie du rangement. Puis Billy, perpétuellement agité et agressif. Et enfin, Vénus : une petite fille muette, refusant ou incapable d'interagir avec son environnement, et membre d'une famille particulière, dont tous les enfants ont eu affaire à un moment ou à un autre à l'éducation spécialisée.
Bien que Torey Hayden s'occupe de tous les enfants présents dans sa classe, elle va s'impliquer davantage auprès de Vénus. Stimulée par ce défi, elle tâche de mieux connaitre la fillette. Avec une histoire familiale déplorable, Vénus elle-même est hors-norme : déjà mutique à l'âge de cinq ans, elle ne réagit pas au monde extérieur, refuse tout contact... Sauf lorsqu'on la défie ou qu'on la menace : elle se transforme alors en machine à tuer, une vraie boule de violence et de colère dirigée vers ses camarades et toutes les personnes se trouvant à sa portée. Torey Hayden va livrer un combat opiniâtre à la fillette pour l'apprivoiser, la faire parler et réagir autrement, à mieux la comprendre.
L'Enfant Blessée est un livre très intéressant, non seulement parce que, bien que romancé, il décrit réellement ce qui s'est passé dans la classe de Torey Hayden, mais aussi car cela permet de se rendre compte des méthodes employées pour travailler avec des enfants, surtout avec des enfants qui ont un tel vécu ou des difficultés pour s'insérer dans la société, que ce soit à cause de ce vécu ou de leur handicap.
Torey Hayden nous transmet un message, parfois décourageant : la société est encline à abandonner ce qui n'est pas « aux normes », ce qui conduit ces enfants à se renfermer davantage ou à devenir plus violent que de raison afin de pallier leurs manques. Mais la psychologue montre que même si parfois on n'obtient pas ce qu'on veut ou qu'on n'arrive pas à faire passer ses idées, à améliorer les choses, il arrive que les efforts soient récompensés, que ce soit ceux des enfants ou ceux des instituteurs qui essaient d'améliorer leur condition de vie ou de travail.
Si vous ne connaissez pas le travail de Torey Hayden, je vous encourage à commencer L'Enfant Blessée, qui m'a véritablement immergée dans son univers, si peu connu pour moi.
 
 
Logo Livraddict

07/09/2012

Geisha, de Arthur Golden

geisha,arthur golden,documentaire,historique

Geisha

 

Arthur Golden





A neuf ans, dans le Japon d'avant la Seconde Guerre mondiale, Sayuri est vendue par son père, un modeste pêcheur, à une maison de plaisir de Kyoto.
Dotée d'extraordinaire yeux bleus, la petite fille comprend vite qu'il faut mettre à profit la chance qui est la sienne. Elle se plie avec docilité à l'initiation difficile qui fera d'elle une vraie geisha. Art de la toilette et de la coiffure, rituelle du thé, science du chant, de la danse et de l'amour : Sayuri va se hisser au rang des geishas les plus convoitées de la ville.
Les riches, les puissants se disputeront ses faveurs. Elle triomphera des pièges que lui tend la haine d'une rivale.
Elle rencontrera finalement l'amour...



geisha,arthur golden,documentaire,historiqueGeisha est une autobiographie fictive basée sur des faits réels, et raconte la vie de Sayuri, une des geishas les plus convoitées de sa ville.
L'histoire commence lorsque Sayuri à 9 ans, et habite dans un petit village, en compagnie de ses parents et de sa sœur. Sa mère est mourante, et son père se résout à vendre ses deux filles à une maison de plaisir de Kyoto. Les deux filles se retrouvent séparées. Sayuri commence l'initiation qui fera d'elle une geisha. Seulement, tout ne se passe pas facilement : elle devra déjouer les pièges d'une rivale, apprendre différents arts (toilette, coiffure, chant, danse...). Après des débuts difficiles, où après avoir tentée de s'enfuir et devient servante, elle accède finalement à l'apprentissage. Avec l'aide d'une geisha confirmée, qui joue le rôle de sa « grande sœur », elle accède finalement au plus haut niveau dans le classement des geishas de la ville.
En lisant Geisha, j'ai eu l'impression de pénétrer dans un monde totalement nouveau, déjà à cause du temps : l'action se passe dans les années 20, mais aussi grâce à l'histoire racontée. En effet, ce livre est le premier que je lis sur les geishas. C'est un roman très instructif, où j'ai pu découvrir ce qui compose la réalité d'une femme de ce milieu : maquillage, habit, conditions de travail... Arthur Golden a su écrire un ouvrage où on pouvait démystifier le cliché de la prostituée par celui de la femme qui divertit les hommes par le chant, la poésie, la danse, ou la conversation.
Outre cet aspect historique de la vie des geishas, l'auteur a su décrire des personnages hauts en couleur, à l'image des kimonos : intéressants, captivants, avec leur part d'ombre et de lumière... Mention spéciale pour le personnage du Président, que j'ai trouvée particulièrement intéressant et captivant !
Geisha se déroule dans une atmosphère à la fois feutrée et cruelle : des joies et des peines parsèment la vie de Sayuri. Sa vie de geisha a entraînée à la fois de grands espoirs (elle tombe amoureuse, elle rencontre des gens prêts à l'aider...) et de grandes douleurs (la condition de geisha n'est pas évidente, une rivale puissante...). Ce livre met en avant des traditions peu connues chez nous, la documentation et l'histoire se mélangeant agréablement. L'histoire et l'écriture sont si agréables que je n'ai pas pu lâcher ce livre avant la conclusion finale !
 
 
 
Logo Livraddict