Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

05/10/2013

La Dame du Manoir de Wildfell Hall, d'Anne Brontë

La Dame du Manoir de Wildfell Hall, d’Anne Brontë

La Dame du Manoir de Wildfell Hall

 

Anne Brontë




Qui est la mystérieuse nouvelle locataire de Wildfell Hall ? On ne sait pas d'où vient cette artiste qui se fait appeler Mrs Graham, se dit veuve et vit comme une recluse avec son jeune fils.
Son arrivée alimente toutes les rumeurs dans la petite communauté villageoise et éveille l'intérêt puis l'amour d'un cultivateur, Gilbert Markham. La famille de Gilbert. est apposée à cette relation et petit à petit, Gilbert lui-même se met à douter de sa secrète amie.
Quel est le drame qu'elle lui cache ? Et pourquoi son voisin, Frederick Lawrence, veille-t-il si jalousement sur elle ?



Dans la fratrie Brontë, je demande Anne. Je ne la connaissais qu'à travers Agnès Grey, un roman sympathique que j'ai beaucoup aimé. Agnès Grey est le premier roman d'Anne Brontë, et comme sa sœur Charlotte dans Jane Eyre, va décrire la position des femmes, comment elles peuvent évoluer (très peu) dans la société, notamment avec le métier de gouvernante, une des rares activités tolérées pour les femmes en matière de travail. Agnès Grey a beau être un roman assez dur, dévoilant sans concession la place des femmes, il reste un roman assez classique, ce qui n'est pas le cas de La Dame du Manoir de Wildfell Hall, beaucoup plus abouti et travaillé.
Mrs Helen Graham et son fils Arthur vont emménager dans le manoir de Wildfell Hall. Attirant très vite l'attention, ils vont se retrouver la cible de la curiosité de tous leurs voisins. Parmi eux, Gilbert Markham, un fermier aisé. Au départ rebuté et irrité par la froideur et le mystère d'Helen, il va très vite se retrouver ensorcelé par cette femme peu conventionnelle. La Dame du Manoir de Wildfell Hall est un roman où on découvre à la fois les pensées de Gilbert Markham sous la forme d'une lettre adressée à un ami et celles d'Helen, racontées dans son journal intime.
Anne est la dernière de la famille Brontë, et dont la vie a été très tôt marquée par le deuil. D'abord sa mère, puis ses deux sœurs aînées. Elle devient gouvernante très jeune (19 ans), et navigue entre différentes familles. Tout cela a contribué à forger un caractère réservé, avec l'habitude de peu parler d'elle et de ses sentiments. De ce fait, elle va s'épancher dans l'imaginaire et l'écriture. Autant Agnès Grey est marquée par son expérience de gouvernante, autant La Dame du Manoir de Wildfell Hall va laisser apercevoir l'ombre de son frère Branwell. Seul garçon de la famille, adulé, chéri, il va rapidement sombrer dans la dissipation. Ne gardant aucun travail, indigne de confiance, sombrant dans la drogue, l'opium et les plaisirs faciles, il va rapidement déchoir. La conduite de ce frère va profondément marquer les œuvres de ses sœurs, dans la folie qui parsème les différentes histoires (que ce soit dans la folle du grenier dans Jane Eyre, la conduite de Heathcliff dans Les Hauts de Hurlevent ou en Huntingdon dans La Dame du Manoir de Wildfell Hall). Chacune des sœurs va La Dame du Manoir de Wildfell Hall, d’Anne Brontëappréhender différemment cette conduite, mais Anne va se révéler davantage marquée par ce frère qu'elle idolâtrait et déverse son incompréhension, sa colère, ses doutes et sa révolte dans son roman. Tous ces sentiments très forts vont faire de La Dame du Manoir de Wildfell Hall un roman qui se distingue de ceux son époque, choquant profondément l'opinion publique. Tout en étant un immense succès, il va également déstabiliser ses lecteurs et son entourage. Avec ses scènes choquantes, que ce soit la violence physique et mentale ou la débauche, le lectorat n'était pas tout à fait prêt à une œuvre qui montrait la rébellion d'une femme. Pas le droit de divorcer à cette époque, tout appartenait au mari, et pourtant Helen Graham va défier les conventions. Pensez donc, ce livre a tellement défrayé la chronique que la propre sœur d'Anne, Charlotte Brontë, va empêcher une réimpression de ce livre après la mort d'Anne, sous prétexte que le sujet de La Dame du Manoir de Wildfell Hall était une erreur !
Vraiment dur, prenant aux tripes, ce roman d'Anne Brontë est vraiment une perle et mériterait d'être lu et connu davantage. Souvent éclipsé par Jane Eyre ou Les Hauts de Hurlevent, La Dame du Manoir de Wildfell Hall est tout aussi grandiose, puissant et vibrant. On y reconnaît parfaitement la plume de la fratrie Brontë, inimitable et bouleversant ! Il est dépeint ici un univers vraiment différent, vraiment unique. On comprend mieux la vie victorienne et particulièrement celle de la femme, qui apporte une autre pierre à notre édifice concernant les auteures anglaises. Décidément, que ce soit avec les sœurs Brontë, Jane Austen, Elizabeth Gaskell et bien d'autres, on n'a pas fini de découvrir cet univers !
Pour finir, quelques mots d'Anne Brontë :
« Lorsqu'il faut en venir au vice et aux tempéraments vicieux, je maintiens que le mieux est de les dépeindre tels qu'ils sont réellement, plutôt que de la façon dont ils voudraient apparaître. Représenter une mauvaise chose dans sa lumière la moins offensante est sans doute le cours le plus agréable à suivre pour un auteur de fiction, mais est-il le plus honnête ou le plus sûr ? »
« Je suis convaincue que lorsqu'un livre est bon, il l'est quel que ce soit le sexe de son auteur. Tous les romans sont ou devraient être écrits pour les hommes comme pour les femmes. »
 
 
 
Logo Livraddict

30/08/2012

Agnès Grey, de Anne Brontë

 agnès grey,anne brontë,brontë,classique

Agnès Grey

Anne Brontë

 
Élevée au sein d'une famille unie mais pauvre, Agnès Grey, 18 ans, fille d'un pasteur d'un village du nord de l'Angleterre, décide de tenter sa chance dans le monde en se faisant gouvernante. Trop discrète et inexpérimentée, elle est vite confrontée à la dure réalité dès son arrivée chez la famille Bloomfield.
Désarmée face à l'indiscipline des enfants gâtés dont elle a la garde, et à l'indifférence cruelle des adultes, elle est renvoyée au bout de quelques mois. Sans désemparer, et dans l'obligation de subvenir à ses besoins, elle trouve alors un emploi chez les Murray.
Les jours passent, avec leur lot de monotonie et de difficultés, jusqu'à l'arrivée du nouveau pasteur, Mr Weston...

 

Après avoir lu des livres de ses sœurs, en l'occurrence Jane Eyre, de Charlotte Brontë, et Les Hauts de Hurlevent, d'Emily Brontë, je me plonge dans un roman d'une autre des sœurs : Agrès Grey, écrit par Anne Brontë.
Agnès Grey est une jeune femme de 18 ans dont la famille peu aisée habite au sud de l'Angleterre. Agnès est volontaire, avec des bonnes intentions et décide d'occuper un poste de gouvernante pour aider aux finances de sa famille. Malgré une légère appréhension, elle va partir à l'aventure chez une première famille, les Bloomfield. La jeune fille est convaincue de ses capacités à éduquer les enfants et les jeunes personnes, qui deviendront accomplis grâce à elle. Mais, chez les Bloomfield, Agnès Grey se heurte à des enfants indisciplinés, insupportables, réfractaires à tout effort ou contrainte, et dont les parents reprochent à Agnès son manque d'autorité tout en lui interdisant de corriger les enfants. Après cette malheureuse expérience, Agnès va se rendre chez une nouvelle famille, les Murray, où elle sera gouvernante auprès de deux jeunes femmes, et non plus auprès d'enfants. Sa vie se poursuit entre les leçons données à ses deux élèves et ses occupations. Sa vie prendra un tour plus personnel lorsqu'elle rencontrera le vicaire Edward Weston, un jeune homme qui va l'émouvoir. Le début de l'amour entre les deux personnages se met en place au milieu du roman, et les rencontres entre les deux jeunes gens font vraiment le sel d'Agnès Grey, le charme et la pudeur de leur relation est vraiment décrite de manière très habile et poétique ! Le seul petit bémol est la manière finale de conclure leur histoire.
Agnès Grey est le premier roman d'Anne Brontë. L'histoire est fondée sur l'expérience d'Anne Brontë comme gouvernante et, à l'instar du roman de sa sœur Charlotte, Jane Eyre, Agnès Grey décrit la position des gouvernantes et la manière dont cette fonction influence leur vie.
Anne Brontë a un style d'écriture très agréable, spécialement dans les descriptions des paysages que l'on a vraiment l'impression de parcourir, mais surtout dans la description de la vie d'une gouvernante chez les maisons riches, où on sent vraiment une critique à l'égard des excès induits par la fortune ainsi que l'attitude des enfants, causée par un manque de fermeté des parents. Agnès Grey est une magnifique description de la société et de ses mœurs, que l'on peut retrouver dans, par exemple, Orgueil et Préjugés. Malgré toutes ces qualités, le récit souffre évidemment de la comparaison avec les romans des sœurs d'Anne Brontë. Il n'a pas le côté sombre et surnaturel des Hauts de Hurlevent, et comparé à Jane Eyre qui exprime son désaccord, Agnès semble plus douce, plus effacée. Mais ces détails n'ont pas de d'importance car Anne Brontë réussi à se différencier de ses sœurs et avoir son style personnel.
Si vous ne connaissez pas Anne Brontë, je vous conseille vivement Agnès Grey, un roman plus qu'excellent !
 
 
Logo Livraddict