Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

30/08/2012

Agnès Grey, de Anne Brontë

 agnès grey,anne brontë,brontë,classique

Agnès Grey

Anne Brontë

 
Élevée au sein d'une famille unie mais pauvre, Agnès Grey, 18 ans, fille d'un pasteur d'un village du nord de l'Angleterre, décide de tenter sa chance dans le monde en se faisant gouvernante. Trop discrète et inexpérimentée, elle est vite confrontée à la dure réalité dès son arrivée chez la famille Bloomfield.
Désarmée face à l'indiscipline des enfants gâtés dont elle a la garde, et à l'indifférence cruelle des adultes, elle est renvoyée au bout de quelques mois. Sans désemparer, et dans l'obligation de subvenir à ses besoins, elle trouve alors un emploi chez les Murray.
Les jours passent, avec leur lot de monotonie et de difficultés, jusqu'à l'arrivée du nouveau pasteur, Mr Weston...

 

Après avoir lu des livres de ses sœurs, en l'occurrence Jane Eyre, de Charlotte Brontë, et Les Hauts de Hurlevent, d'Emily Brontë, je me plonge dans un roman d'une autre des sœurs : Agrès Grey, écrit par Anne Brontë.
Agnès Grey est une jeune femme de 18 ans dont la famille peu aisée habite au sud de l'Angleterre. Agnès est volontaire, avec des bonnes intentions et décide d'occuper un poste de gouvernante pour aider aux finances de sa famille. Malgré une légère appréhension, elle va partir à l'aventure chez une première famille, les Bloomfield. La jeune fille est convaincue de ses capacités à éduquer les enfants et les jeunes personnes, qui deviendront accomplis grâce à elle. Mais, chez les Bloomfield, Agnès Grey se heurte à des enfants indisciplinés, insupportables, réfractaires à tout effort ou contrainte, et dont les parents reprochent à Agnès son manque d'autorité tout en lui interdisant de corriger les enfants. Après cette malheureuse expérience, Agnès va se rendre chez une nouvelle famille, les Murray, où elle sera gouvernante auprès de deux jeunes femmes, et non plus auprès d'enfants. Sa vie se poursuit entre les leçons données à ses deux élèves et ses occupations. Sa vie prendra un tour plus personnel lorsqu'elle rencontrera le vicaire Edward Weston, un jeune homme qui va l'émouvoir. Le début de l'amour entre les deux personnages se met en place au milieu du roman, et les rencontres entre les deux jeunes gens font vraiment le sel d'Agnès Grey, le charme et la pudeur de leur relation est vraiment décrite de manière très habile et poétique ! Le seul petit bémol est la manière finale de conclure leur histoire.
Agnès Grey est le premier roman d'Anne Brontë. L'histoire est fondée sur l'expérience d'Anne Brontë comme gouvernante et, à l'instar du roman de sa sœur Charlotte, Jane Eyre, Agnès Grey décrit la position des gouvernantes et la manière dont cette fonction influence leur vie.
Anne Brontë a un style d'écriture très agréable, spécialement dans les descriptions des paysages que l'on a vraiment l'impression de parcourir, mais surtout dans la description de la vie d'une gouvernante chez les maisons riches, où on sent vraiment une critique à l'égard des excès induits par la fortune ainsi que l'attitude des enfants, causée par un manque de fermeté des parents. Agnès Grey est une magnifique description de la société et de ses mœurs, que l'on peut retrouver dans, par exemple, Orgueil et Préjugés. Malgré toutes ces qualités, le récit souffre évidemment de la comparaison avec les romans des sœurs d'Anne Brontë. Il n'a pas le côté sombre et surnaturel des Hauts de Hurlevent, et comparé à Jane Eyre qui exprime son désaccord, Agnès semble plus douce, plus effacée. Mais ces détails n'ont pas de d'importance car Anne Brontë réussi à se différencier de ses sœurs et avoir son style personnel.
Si vous ne connaissez pas Anne Brontë, je vous conseille vivement Agnès Grey, un roman plus qu'excellent !
 
 
Logo Livraddict

13/08/2012

Fiche Film n°2 : Les Hauts de Hurlevent

 fiche film,adaptation,les hauts de hurlevent,emily brontë,coky giedroyc,tom hardy,charlotte riley

Fiche technique

Date de sortie
1 juin 2012 - en DVD (2h 22min)

Réalisé par
Coky Giedroyc

Genre
Drame, Romance

Nationalité
Britannique

fiche film,adaptation,les hauts de hurlevent,emily brontë,coky giedroyc,tom hardy,charlotte riley


Casting

Tom Hardy
Rôle : Heathcliff

Charlotte Riley
Rôle : Cathy

Andrew Lincoln
Rôle : Edgar Linton

Sarah Lancashire
Rôle : Nelly

Burn Gorman
Rôle : Hindley

Rosalind Halstead
Rôle : Isabella

Rebecca Night
Rôle : Catherine

Tom Payne (II)
Rôle : Linton




S
ynopsis


Amour fou et sombre vengeance dans le Yorkshire du XIXe siècle...
Tom Hardy campe un Heathcliff intense et sauvage dans cette mini-série britannique en deux épisodes, adaptée en 2009 du classique d'Emily Brontë.

fiche film,adaptation,les hauts de hurlevent,emily brontë,coky giedroyc,tom hardy,charlotte riley


Mon avis

Le roman d'Emily Brontë a connu beaucoup d'adaptations, que ce soit au cinéma ou à la télévision. Pour ma part, j'ai d'abord vu la version de 1992, réalisé par Peter Kosminsky, avec notamment Juliette Binoche et Ralph Fiennes (qui campe un Heathcliff vraiment très glaçant !). Je me plonge alors dans cette nouvelle version, d'abord pour l'histoire évidemment, mais aussi pour Tom Hardy.
Les Hauts de Hurlevent voit Mr Earnshaw, propriétaire du domaine, ramener un jeune bohémien d'un voyage. Une haine farouche naît entre Heathcliff et le fils de Mr Earnshaw, Hindley. En revanche, il va très vite se lier avec sa fille, Cathy. Ces relations vont entrainer des tourments émotionnels sans fin.
Donc, cette nouvelle version des Hauts de Hurlevent, ou Wuthering Heigts en VO, a été prévue pour la télévision et est composée de deux parties, pour une durée d'environ 2h. Comme avec toutes les adaptations, et particulièrement avec aussi peu de temps, le danger est de condenser au maximum l'histoire, surtout avec un roman qui s'étale sur une longue durée et qui voit les personnages évoluer au fil de l'histoire.
Alors, au niveau de l'histoire. Evidemment, c'est loin d'être parfait, je m'en doutais. Coky Giedroyc réalise une vision précipitée de l'œuvre d'Emily Brontë : il va à l'essentiel, aux moments forts et aux points clés, sans s'attarder en chemin. Pour parler d'abord des aspects négatifs de cette adaptation, on peut citer quelques défauts : ce manque de temps fait un peu l'impasse sur la passion qui unit Heathcliff et Cathy. On ressent moins leur intimité, leur amour qui passe de l'amitié d'enfant à des sentiments plus profonds, puis après le départ d'Heathcliff on ne voit pas le désespoir de Cathy et on passe directement à son mariage avec Edgar, 3 ans plus tard. Une ellipse qui n'a plus aucun sens car, dans le livre, elle était trop jeune pour se marier, ce qui n'a pas lieu d'être dans l'adaptation. Ainsi que la fin du film diffère totalement de celle du livre, ce qui est quand même un grand changement !
Mais malgré ces critiques, Les Hauts de Hurlevent n'est pas du tout un mauvais film, bien au contraire. Forcément, il ne vaut pas l'œuvre, il reste incomplet et parfois passe trop rapidement sur certaines scènes. Mais au-delà de ça, ce film réussi, du moins à mon avis, à faire ce qu'il faut : nous pousser à nous intéresser à l'œuvre de départ, à la lire ou à la relire.
Quant aux acteurs, ils relèvent magistralement le niveau, surtout les personnages secondaires. Burn Gorman (Hindley) est fidèle à l'image que je m'en faisais, que ce soit en frère, en ennemi ou en homme dévasté. Andrew Lincoln (Edgar Linton) est sobre, convaincant, très délicat. Rebecca Night interprète Catherine, la fille de Cathy, est vraiment impétueuse et déterminée, avec les qualités de ses parents sans avoir été autant abîmée qu'eux. Quant à Charlotte Riley, qui interprète Cathy, je suis restée un peu sur ma faim. Elle passe d'une Cathy « idéale », tout à fait conforme à la description d'Emily Brontë à une prestation moins convaincante, moins habitée par son rôle. Mais la révélation vient, pour moi, de Tom Hardy. J'ai vu beaucoup de films avec cet acteur, que j'apprécie vraiment, mais bizarrement, je ne le voyais pas jouer Heathcliff qui avait été magnifiquement interprété par Ralph Fiennes (frissons !). J'ai cependant très vite adhérée à son jeu, très convaincant, spécialement quand il est froid, calculateur et cynique. De plus, sa voix convient très bien au rôle, avec les bonnes intonations !
Coky Giedroyc réalise une adaptation captivante, qui réussit à accrocher tout du long de l'histoire son spectateur. L'histoire tient malgré tout la route, l'essentiel est là et parvient à faire passer le message originel en conversant son identité, ce qui arrive à faire oublier les quelques faux pas. Les Hauts de Hurlevent fait passer avant tout un message de haine, de vengeance, de perte, ainsi que les ravages d'une passion destructrice. Cette adaptation fait passer un message très sombre, presque plus cru que dans le roman.
A voir !

 

fiche film,adaptation,les hauts de hurlevent,emily brontë,brontë,coky giedroyc,tom hardy,charlotte riley

Les Hauts de Hurlevent, d'Emily Brontë

11/08/2012

Les Hauts de Hurlevent, d'Emily Brontë

les hauts de hurlevent,emily brontë,classique

Les Hauts de Hurlevent

Emily Brontë

 
Les Hauts de Hurlevent, sur les landes sauvages balayées par le vent du Nord...
L'arrivée d'Heathcliff un jeune bohémien adopté par les Earnshaw va tragiquement peser sur le destin de toute la famille. Entre Heathcliff et Catherine Earnshaw naît un amour indéfectible tandis qu'Hindley, le frère détrôné, se prend d'aversion pour cet intrus. La nature passionnée d'Heathcliff ne supportera pas la vengeance d'Hindley puis la trahison de Catherine.
Les Hauts de Hurlevent est aujourd'hui considéré comme un chef-d'œuvre de la littérature anglaise du XIXe siècle. Ce roman, romantique par excellence, choqua certains lecteurs de l'époque, en raison de la noirceur des personnages, de la passion qui s'en dégage et de la liberté prise par rapport aux conventions en vigueur dans cette époque pré-victorienne.

 

Ecrit en 1847, Les Hauts de Hurlevent est l'unique roman d'Emily Brontë, et a souvent été relégué à la deuxième place, derrière le roman de sa sœur Charlotte : Jane Eyre, publié la même année. Les Hauts de Hurlevent est aujourd'hui considéré comme l'un des plus grands classiques de la littérature, au même titre que Jane Eyre, Orgueil et Préjugés, Oliver Twist, Guerre et Paix...
L'histoire est simple. Mr Earnshaw a deux enfants, Hindley et Catherine. En rentrant d'un voyage, il ramènera aussi un enfant : Heathcliff. Si ses sentiments pour Catherine passent de l'amitié enfantine à un amour plus profond à l'âge adulte, il est méprisé par Hindley, qui le traitera encore plus cruellement à la mort de Mr Earnshaw. Suite à plusieurs événements imbriqués les uns aux autres, la vie d'Heathcliff et de Catherine vont se déchirer et se malmener, dans une relation d'amour et de haine. Entre ces deux personnages règnent une tension faite de fierté, de volonté, de domination, de rancœur, d'amour...
Dès les premières lignes des Hauts de Hurlevent, la maîtrise d'Emily Brontë fait naître un véritable tourbillon d'émotions. L'écriture est gracieuse, précise, et fait naître tous les tourments et sentiments possibles de l'âme humaine ! Emily Brontë est parvenu à me transporter dans les pièces sombres, dans la lande balayée par le vent et la pluie, et, surtout, dans la vie de ces personnages torturés, dont elle narre les tourments avec brio. Parmi ces tourmentés, Heathcliff est le maître, à la fois victime et bourreau, devenu ce qu'il est à cause de son entourage, ce qui le pousse à se venger de tous ceux qui lui ont fait du tort. Sa vengeance n'a aucune limite, intense et sauvage, maudissant même les générations futures. Les Hauts de Hurlevent est un roman très noir, avec une atmosphère pesante et empreinte de folie... Et pour ça, il est difficile de s'en séparer une fois qu'on plonge dedans !
Si vous ne l'avez pas encore lu, je vous le conseille !
 
 
Logo Livraddict

22/07/2012

Fiche Film n°1 : Jane Eyre


 
 
Fiche technique


Date de sortie
25 juillet 2012

Réalisé par
Cary Fukunaga

Genre
Drame, Romance

Nationalité
Américain, britannique

fiche film,adaptation,jane eyre,charlotte brontë,brontë,cary fukunaga,michael fassbender,mia wasikowska

Casting


Mia Wasikowska
Rôle : Jane Eyre

Michael Fassbender
Rôle : Edward Rochester

Jamie Bell
Rôle : St. John Rivers

Imogen Poots
Rôle : Blanche Ingram

Sophie Ward
Rôle : Lady Ingram

Judi Dench
Rôle : Mme Fairfax

fiche film,adaptation,jane eyre,charlotte brontë,cary fukunaga,michael fassbender,mia wasikowska

fiche film,adaptation,jane eyre,charlotte brontë,cary fukunaga,michael fassbender,mia wasikowska

Synopsis

 

Jane Eyre est engagée comme gouvernante de la petite Adèle chez le riche Edward Rochester.
Cet homme ombrageux ne tarde pas à être sensible aux charmes de la jeune fille. C'est le début d'une folle passion...

 

fiche film,adaptation,jane eyre,charlotte brontë,cary fukunaga,michael fassbender,mia wasikowska

Secrets de tournage

 

Derrière la caméra
A la mise en scène de cette nouvelle adaptation de Jane Eyre, on trouve Cary Fukunaga, réalisateur de Sin Nombre, récompensé dans de nombreux festivals, dont celui de Sundance en 2010.

Adaptations
L'œuvre de Charlotte Brontë ne cesse d'inspirer les cinéastes. On recense pas moins d'une vingtaine d'adaptations cinématographiques et télévisuelles parmi lesquelles la version de Robert Stevenson en 1944 avec Orson Welles, celle de 1996 avec Charlotte Gainsbourg et William Hurt mais aussi Vaudou (1943) de Jacques Tourneur dont le producteur Val Lewton revendique la parenté avec le roman anglais.

A la recherche de Rochester
Pour le rôle de Rochester, le metteur en scène Cary Fukunaga a longuement médité afin de savoir pour quel acteur il opterait. Finalement, il est arrivé à la conclusion que si Michael Fassbender n'était pas le comédien dont le physique collait le mieux au personnage, sa personnalité convenait quant à elle parfaitement au rôle.

Bretelles de pacotille
Lors du tournage de la scène suivant le mariage de Jane et Rochester, la production a dû être interrompue à plusieurs reprises à cause des bretelles de Michael Fassbender qui ne cessaient de se rompre.

Jane Eyre personnifiée
A l'inverse des nombreuses adaptations du livre de Charlotte Brontë, c'est une actrice proche de l'âge de Jane Eyre, l'héroïne du roman, qui a été retenue pour le rôle. A la suite des auditions, le réalisateur Cary Fukunaga a jugé que la comédienne Mia Wasikowska serait capable d'exprimer l'intelligence et le sens de l'observation de son seul regard. Ce, tout en parvenant à faire fi de son physique, comme il sied à la retenue de son personnage. D'où la nécessité pour celle-ci de réussir à faire transparaître à la fois force intérieure et vulnérabilité dans une économie de mots et de gestes.

Mia Wasikowska et la littérature
La contribution de l'actrice Mia Wasikowska au casting de Jane Eyre résulte de son précédent rôle dans Alice au Pays des Merveilles de Tim Burton. Cette expérience l'avait en effet amenée à lire quelques classiques, dont To Kill a Mockingbird (Ne tirez pas sur l'oiseau moqueur) de Harper Lee, 1984 de George Orwell ou encore Jane Eyre. Enthousiasmée dès la lecture des premiers chapitres du roman de Charlotte Brontë, elle n'hésita pas à se proposer pour le rôle.

Une adaptation ombrageuse
Pour cette 18e adaptation du roman classique de Charlotte Brontë, le réalisateur Cary Fukunaga a choisi de prendre une tangente plus sombre et gothique que les précédentes. Pour représenter Thornfield, la propriété du mystérieux et riche Edward Rochester, le cinéaste a utilisé Haddon Hall, dans le Derbyshire en Angleterre. Si l'endroit a également été utilisé pour tourner d'autres adaptations de Jane Eyre, on y a accentué cette fois-ci l'atmosphère lugubre des lieux. La maison revêt pour cette nouvelle mouture des allures de maison hantée, rendant l'ensemble plus sinistre que jamais. Le scénario met ainsi l'accent sur les éléments noirs et glaçants du récit original. En résulte une ambiance inquiétante, voire étouffante. Pour rendre compte de ces impressions, le directeur de la photographie Adriano Goldman a opté pour une atténuation des couleurs pour donner aux protagonistes un ton pâle, grisâtre.

Un message féministe
Pour cette adaptation, le cinéaste Cary Fukunaga a vraiment souhaité mettre en relief la dimension féministe qui se dégage du roman de Charlotte Brontë. Jane Eyre traduit ainsi le désir d'égalité hommes-femmes en termes de politique, d'éducation, etc. On y met en avant l'idée qu'un même cœur et un même esprit anime aussi bien les femmes que les hommes. Que celles-ci ne se limitent pas à préparer des puddings, à tricoter des bas ou encore à jouer du piano. C'est l'illustration de la soif de reconnaissance du caractère émotionnel de la femme, de sa soif d'émancipation.

 

fiche film,adaptation,jane eyre,charlotte brontë,cary fukunaga,michael fassbender,mia wasikowska

 
Mon avis



Jane Eyre, réalisé par Cary Fukunaga, est la dernière adaptation en date du roman de Charlotte Brontë.
L'histoire de Jane Eyre est connue. Au 19ème siècle, en Angleterre, la jeune femme (incarnée par Mia Wasikowska) est engagée comme préceptrice pour une fillette, Adèle, la pupille d'Edward Rochester, homme riche et mystérieux. Ils vont tomber sous le charme l'un de l'autre...
Le risque d'une adaptation est toujours de décevoir le lecteur, car aucun film ne peut rendre parfaitement le roman et ses personnages. Etant donné que la lecture de Jane Eyre m'a toujours profondément marquée, à chaque relecture, j'avais peur d'être déçue par le film.
Je trouve que Cary Fukunaga a parfaitement réussi à retranscrire l'atmosphère du roman. Sans en faire un film parfait qui colle le plus fidèlement possible à l'œuvre (quelques petits défauts, des passages oubliés ou survolés rapidement...), Jane Eyre est un film qui réussit à divertir, surprendre et, je pense, qui donne envie de découvrir l'œuvre si ce n'est pas encore fait. Pour rattraper ces petits « défauts », je dirais qu'il est difficile de mettre tous les aspects d'un livre dans un film, et Cary Fukunaga a su mettre en avant le principal de Jane Eyre dans son film.
Dans ce film, le grand point positif est le jeu des acteurs, qui ont su parfaitement coller à leurs personnages. On se sent très proche de Jane Eyre, une jeune femme forte et fragile, très indépendante. Elle refuse de se complaire à cause de son histoire dramatique, disant même à Rochester qu'elle n'a pas d'histoire malheureuse. Jane est une personne qui va rester pendant toute l'œuvre fidèle à ses principes : vivre aux côtés de Rochester une fois qu'elle a découvert son secret n'est pas seulement immoral mais aussi dévastateur pour elle. De même, elle refuse de se marier avec quelqu'un d'autre alors que son cœur est déjà pris. Cette indépendance vis-à-vis du mariage est très différente de l'attitude des autres jeunes femmes, pour qui se marier est un but. Mia Wasikowska incarne parfaitement Jane Eyre, tant dans le comportement que dans l'aspect physique, elle a un jeu sensible, très présent, qui fait parfaitement passer la retenue, la vulnérabilité et la force intérieure de Jane Eyre, sans jouer de son physique.
Ce qui m'inquiétait aussi était Michael Fassbender : je ne le voyais pas physiquement incarner Rochester. C'était donc ma plus grande réticence au sujet du casting, car le reste est très réussi, Mia Wasikowska, Jamie Bell et Judi Dench sont vraiment d'excellents acteurs ! Donc, Michael Fassbender. Je l'ai vu dans plusieurs films : 300, X-Men : Le Commencement, Prometheus, Inglourious Basterds ou A Dangerous Method, dans lesquels je l'ai trouvé très bon. Malgré ma réticence initiale, j'ai rapidement été conquise (très beau, bien que Rochester ne soit pas décrit ainsi par Charlotte Brontë), mais c'est surtout grâce à son jeu qu'il crève l'écran et se met véritablement dans la peau et le comportement de Rochester. Si son aspect physique ne correspond pas, en revanche son comportement est très conforme à celui de Rochester, tant dans l'attitude, les différentes manières de réagir, son comportement avec Jane Eyre... En outre, les deux acteurs se rapprochent de leurs personnages pour une autre raison : la différence d'âge entre eux, ce qui est conforme à l'histoire !
Les différents autres points positifs, avec le jeu des acteurs et l'intrigue respectée, est la musique, qui souligne les émotions et correspond parfaitement, pour les costumes d'époque très réussi, mais surtout par l'atmosphère souvent sombre du film, ce qui colle parfaitement au livre. On est très vite immergés dans cette vieille demeure, remplie de bruits et de courants d'air, dans les landes balayés par le vent... Bref, une atmosphère qui se rapproche beaucoup de celle décrite par Charlotte Brontë !
Si vous avez l'occasion de voir ce film, et spécialement en VOSTFR, n'hésitez pas une seule seconde ! Je pense que les amoureux de Jane Eyre se plairont dans ce film, et que cela incitera ceux qui n'ont pas lu ce chef-d'œuvre à le découvrir !
 
 

fiche film,adaptation,jane eyre,charlotte brontë,cary fukunaga,michael fassbender,mia wasikowska

fiche film,adaptation,jane eyre,charlotte brontë,cary fukunaga,michael fassbender,mia wasikowska

 

Jane Eyre, de Charlotte Brontë

21/07/2012

Jane Eyre, de Charlotte Brontë

jane eyre,charlotte brontë,brontë,classique

Jane Eyre

Charlotte Brontë

Coup de cœur

 
Jane Eyre est pauvre, orpheline, pas très jolie.
Pourtant, grâce à sa seule force de caractère, et sans faillir à ses principes, elle parviendra à faire sa place dans la société rigide de l'Angleterre victorienne et à trouver l'amour...
Une héroïne qui surmonte les épreuves sans perdre foi en son avenir, une intrigue où se succède mystères et coups de théâtre, une passion amoureuse qui défie tous les obstacles : le plaisir de lire Jane Eyre est toujours aussi vif.
Comme elle, on veut croire que rien n'est écrit d'avance et que la vie réserve des bonheurs imprévus.

 

jane eyre,charlotte brontë,classique

Jane Eyre est une orpheline, âgée de 10 ans, recueillie par sa tante, Mrs Reed, qui avait promis à son mari, sur son lit de mort, de l'élever. La fillette est cependant très mal traitée, à la fois par sa tante et par ses cousins, qui n'hésitent pas à la harceler. A la suite d'une forte rébellion, Jane Eyre est envoyée à l'internat de Lowood, où les conditions de vie sont absolument effroyables. La petite fille s'y fait une amie sincère, Helen, qui décède malheureusement de la tuberculose. Après cette épidémie, les conditions de vie de l'internat changent et il devient un établissement de qualité.
Après huit ans à Lowood, six ans en tant qu'étudiante et deux ans en tant que professeur, Jane Eyre décide de changer de vie, elle passe alors une annonce dans un journal pour un travail de préceptrice. Jane est alors contactée par Mme Fairfax pour qu'elle fasse l'éducation d'Adèle, la protégée de Mr Rochester, un homme fortuné, propriétaire de Thornfield.
Jane apprend à connaître Mr Rochester, un homme qu'elle va bientôt admirer et aimer profondément. C'est un homme qui peut sembler hautain, imprévisible, mais surtout qui dissimule un caractère profondément humain, qui se sent parfois seul. Il va s'intéresser rapidement à Jane, lui vouant un attachement très profond.
Mais, suite à une annonce qui va remettre en cause tout ce qui les reliait, Jane va s'enfuit de Thornfield, désespérée. Sans argent, errant dans une région inconnue, elle se retrouve, presque mourante, devant la maison de la famille Rivers. Elle se lie d'amitié avec Mary et Diana, ainsi que de leur frère, le pasteur St-John Rivers. Elle se lie de plus en plus avec St-John, qui exercera sur elle une grande influence.
Jane Eyre est apparemment un roman qui reprend beaucoup des éléments de la vie de son auteur. La mort d'Helen avec la tuberculose provient de la mort de deux sœurs de Charlotte Brontë, morte de la même maladie suite à des mauvaises conditions dans leur école. La vie dissolue et l'alcoolisme de John Reed rappelle Branwell, le frère de Charlotte, devenu opiomane et alcoolique quelques années avant sa mort.
Jane Eyre fait partie de ces ouvrages classiques anglais absolument magique et prenant, au même titre qu'Orgueil et Préjugés, Emma, Les Hauts de Hurlevent, ou Autant en emporte le vent, par exemple. Charlotte Brontë possède ce talent de décrire une histoire, des personnages, les sentiments de manière unique. L'atmosphère et la poésie qui se dégage de Jane Eyre est absolument parfaite, c'est un véritable chef d'œuvre avec une histoire d'amour absolu.
La grande force du roman est d'être écrit à la première personne, ce qui rend l'héroïne très proche, très familière. Je me suis rapidement attachée à ce personnage, qui s'avère à la fois très forte mais aussi parfois très fragile. Les traitements de sa tante et de son cousin l'ont endurci, de même que la mort de son amie, la rendant plus sauvage. C'est une personne qui n'a pas peur de dire ce qu'elle pense, très inhabituel pour une femme de cette époque ! Elle n'hésite pas à exprimer toutes ses pensées, notamment devant Mr Rochester, ce qui va les rapprocher. Pour aider ses amis, Jane Eyre n'hésite pas à se dévoiler, à les défendre de toutes les manières possibles. Comme le dirait Mr Rochester, c'est une fée, vivant dans son monde, avec sa vision du bien et du mal, sa propre perspective du monde qui l'entoure. Jane Eyre est à la fois dure et douce, parfois énigmatique. Mais la révélation de ce roman ne tient pas seulement à Jane Eyre, il tient aussi et principalement à Mr Rochester (à égalité avec le Darcy de Jane Austen, pour ce qui est de « l'homme idéal » !). C'est un homme souvent dur, emporté, passionné, qui n'hésite pas à braver les interdits. Il est presque impossible de décrire ce personnage tant il est complexe. Un homme ténébreux, viril, qui n'hésite cependant pas à exprimer ses sentiments...
Charlotte Brontë a empreint Jane Eyre de poésie, il n'y a aucune longueur, pas d'ennui, je me plonge à chaque fois dans ce livre avec autant d'enchantement qu'à ma première lecture. On s'immerge dans chaque phrase du récit, ce qu'on lit, on le ressent ! Chaque détail, minuscule ou non, est important. Avec les descriptions de l'auteur, on se représente très bien les personnages, le château où on a l'impression de déambuler ou les paysages avec le vent qui souffle et le soleil qui brille. Jane Eyre fait l'effet d'une porte ouverte sur un autre univers, où nous pouvons nous promener. C'est une histoire à la fois très dure, très sombre, mais aussi remplie de beautés et d'amour.
Charlotte Brontë a réussi à conter dans Jane Eyre une histoire excellente, très puissante, avec des éléments « classiques », comme la vieille demeure, l'amour entre deux personnes de rangs différents, les secrets, la jalousie, de manière unique et bien à elle ! En outre, la fin est très habilement menée, à l'image du récit entier. Jane Eyre fait partie de ces récits dont je ne me lasse pas, malgré le nombre de fois où je l'ai lu ! Et surtout je tiens à remercier l'écrivain Jasper Fforde et son roman L'Affaire Jane Eyre, qui m'a fait découvrir ce merveilleux récit de Charlotte Brontë !
 
 
 
Un mot qui part du cœur
peut exprimer autant de souhaits
que de nombreuses paroles.
 
 
 
Logo Livraddict