Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

05/06/2013

Le Prisonnier du Ciel, de Carlos Ruiz Zafón

le prisonnier du ciel,carlos ruiz zafón,contemporain

Le Prisonnier du Ciel

 

Carlos Ruiz Zafón



Barcelone, 1957.
Daniel Sempere et son ami Fermín, les héros de L'ombre du vent affrontent le plus grand défi de leur vie. Un secret ressurgit du passé de Fermín, qui lie leurs vies, et éclaire d'un jour nouveau le passé de Daniel, et son destin.
Débordant d'intrigues et d'émotions, Le Prisonnier du Ciel est un roman magistral où les multiples fils de L'ombre du vent et du Jeu de l'ange se rassemblent au travers de ce livre pour nous conduire vers l'énigme qui se cache au cœur du Cimetière des livres oubliés.



Barcelone, en 1957. Les fêtes de Noël approchent, et à la librairie Sempere, Daniel et sa femme Béa, Mr Sempere et Fermín Romero de Torres font toujours marcher les affaires tout en préparant le mariage de Fermín.
Tout en préparant son mariage, Fermín se referme peu à peu sur lui-même, sans se confier. La goutte d'eau qui fait déborder le vase est un mystérieux individu qui vient acheter une édition rare du Comte de Monte-Cristo à la librairie Sempere et en la dédicaçant à l'intention de Fermín. Interrogé par Daniel, Fermín va se résoudre à lui raconter son histoire entière, notamment celle de l'année 1939, la victoire franquiste, et son emprisonnement dans la forteresse de Montjuïc, où sont enfermés des opposants du régime. Parmi eux, David Martín, que l'on a pu croiser dans Le Jeu de l'Ange...
Après bien des malheurs, il réussit à s'évader, et commence sa fuite. Des années après, il semble que son passé se soit échappé également de Montjuïc, pour recommencer à tourmenter Fermín. Des secrets sont révélés, des existences mises en danger, et le bonheur remis en question.
A travers Le Prisonnier du Ciel, les différentes intrigues de L'Ombre du Vent et Le Jeu de l'Ange commencent à trouver leurs réponses, des explications apparaissent, des réponses sont apportées. Mais Carlos Ruiz Zafón est un habile tourmenteur : il se plait à introduire de nouveaux rebondissements, notamment avec la fin qui appelle clairement une suite !
Intrigue, émotions, rebondissements, suspens, je ne me lasserai jamais de marcher dans cette Barcelone, si sombre et pleine de secrets, avec toujours le risque de rencontrer un élément de son passé, des fantômes rôdant à nos côtés, et où l'espoir se fait de plus en plus rare. Mais malgré tout, on veut garder une certaine confiance en l'avenir et dans nos capacités à se relever face aux coups du destin. Carlos Ruiz Zafón a gardé son écriture passionnante, où ce sont les personnages qui ont le plus souffert qui arrivent à nous réconforter le mieux. Le Prisonnier du Ciel n'est pas exempt d'humour et de légèreté malgré tout. J'ai éclaté de rire lorsque Mr Sempere s'est retrouvé ivre, et les réflexions et autres propos de Fermín sont à chaque fois des perles d'ironie, de véritables leçons de sagesse à la mode humoristique et cynique !
Le Prisonnier du Ciel retrouve toute la magie de ses prédécesseurs, bien que L'Ombre du Vent soit unique et captivant, mon préféré. Carlos Ruiz Zafón livre ici une autre facette de sa fresque, explore d'autres pistes et donne quelques éléments de réponses. Tout s'explique et tout concorde, dans des emboîtements que je n'avais même pas imaginés ou vu venir ! Comme expliqué au début du Prisonnier du Ciel, les trois romans peut être lu dans n'importe quel ordre, indépendant des uns des autres. Cependant, je pense que pour ceux qui ne connaissent pas encore Carlos Ruiz Zafón, il faudrait malgré tout les lire dans l'ordre chronologique. Les trois récits s'entrecroisent, mais je pense qu'il vaut lire d'abord Le Jeu de l'Ange, L'Ombre du Vent puis Le Prisonnier du Ciel. Car, si j'ai bien tout suivi : l'épilogue du Jeu de l'Ange se passe en 1945, tandis les souvenirs évoqués par Fermín dans Le Prisonnier du Ciel se passent entre 1939 et 1940. Et le présent du Prisonnier du Ciel se passe entre les derniers rebondissements de L'Ombre du Vent et son épilogue. Suis-je claire ? Donc, tout ça pour dire que Carlos Ruiz Zafón prend plaisir à nous embrouiller, à nous faire vagabonder entre les différentes époques et les différents moments. Pas forcément facile de s'y retrouver au début, mais on s'en sort !
Lire du Zafón est toujours un régal pour les yeux et l'imagination, je suis plus qu'impatiente de lire les romans que je n'ai pas encore lus en attendant ses dernières nouveautés ! Si vous ne le connaissez pas, jetez-vous sur ses livres et particulièrement ces trois mettant en scène Barcelone et le Cimetière des Livres Oubliés, un lieu que je donnerais cher pour découvrir !
 
 
 
 
- Il arrive qu'on se fatigue de fuir.
Le monde est très petit quand on ne sait où aller.



- En réalité, voilà un bout de temps que je voulais amener Fermín ici pour qu'il connaisse en personne le lieu. Je lui en ai souvent parlé. C'est mon meilleur ami, et il se marie aujourd'hui à midi, expliquai-je.
- Grand Dieu ! s'exclama Isaac. Le pauvre ! Il ne souhaite tout de même pas que je lui offre l'asile nuptial ?
- Fermín est de ceux qui se marient par conviction, Isaac.
 
 
 
 
Logo Livraddict

10/09/2012

Le Palais de Minuit, de Carlos Ruiz Zafón

 le palais de minuit,carlos ruiz zafón,fantastique,jeunesse

Le Palais de Minuit

Carlos Ruiz Zafón

 
Calcutta, 1916.
Dès leur naissance, les jumeaux Ben et Sheere sont séparés par un terrible drame. Sheere est confiée à sa grand-mère tandis que Ben est mis à l’'abri dans un orphelinat. Il s'’y fait six fidèles amis, avec lesquels il fonde la Chowdar Society. Cette fraternité secrète se retrouve dans les ruines de l'’étrange Palais de Minuit.
Le jour de leurs seize ans, Sheere et Ben sont réunis. Une ombre maléfique se déchaîne alors. Quelle est cette force qui s’'attaque aux jumeaux ? Quel secret cache cette haine féroce ?
C’'est au cœur de l’'ancienne gare de Calcutta que les membres de la Chowdar Society doivent découvrir la vérité. Dans ce lieu maudit, ravagé le jour même de son inauguration par un incendie qui a fait plus de cent morts, Ben et Sheere vont affronter les vérités de leur passé.

le palais de minuit,carlos ruiz zafón,fantastique,jeunesse

Le Palais de Minuit est le deuxième roman de Carlos Ruiz Zafón et est sorti en 1994 en Espagne. Les droits des premiers livres étant pris dans des querelles juridiques, ils ont été édités tardivement dans les autres pays. Bien que Le Palais de Minuit soit classé comme livre pour la jeunesse, l'auteur a précisé vouloir le faire lire à tous sortes de lecteurs.
L'action se situe en 1916, à Calcutta. Un drame va séparer la vie des jumeaux Ben et Sheere. Ben va être élevé dans un orphelinat où il se constituera un excellent cercle d'amis, et Sheere est confiée à la garde de sa grand-mère.
Mais lorsqu'ils ont 16 ans, leur histoire réapparait au grand jour. A partir de cet âge, Ben est considéré comme adulte, et l'orphelinat ne le suit plus. Le frère et la sœur vont être réunis et, malgré le détriment de l'ombre maléfique qui se déchaîne sur eux, la joie de se connaître répare tout.
Démontrant leur volonté de connaître tous les détails de leur passé afin d'avancer dans leur futur, Ben et Sheere, à la tête de la Chowdar Society, vont tout faire pour élucider les mystères qui les entourent. Qui est l'être qui s'acharne contre eux ? Pourquoi une haine aussi intense contre eux ? Et quel est l'histoire de leurs parents ? Les deux adolescents vont devoir affronter leur passé douloureux.
Le Palais de Minuit est un récit « typique » de Carlos Ruiz Zafón, car l'on y retrouve les éléments qui ont fait de L'Ombre du Vent et du Jeu de l'Ange des récits connus dans le monde entier. Il y a le côté fantastique qui se mêle habilement à la vie quotidienne des personnages, la magie se glissant discrètement au fil des rues... Mais surtout, les individus qui peuplent le récit sont tous en quête initiatique, hantés par des éléments de leur passé, soutenus par des amis prêts à tout, avec qui la séparation est parfois inévitable...
Le Palais de Minuit est un récit plus qu'excellent (bien qu'il n'atteigne pas le niveau de L'Ombre du Vent, qui est pour moi le meilleur !), avec une écriture excellente, qui travaille sur les multiples enchâssements et les rebondissements. Le Palais de Minuit est un roman qui ravira, je pense, les amateurs de Carlos Ruiz Zafón, mais sera surtout un récit qui permettra à ceux qui ne connaissent pas son œuvre de s'y plonger en douceur !
 
 
 
 
 
Les lieux qui abritent
la tristesse et la misère
sont le foyer de prédilection
des histoires de fantômes et d'apparitions.
 
 
 
Logo Livraddict

29/08/2012

L'Ombre du Vent, Carlos Ruiz Zafón

l'ombre du vent,carlos ruiz zafón,apprentissage,fantastique

L'Ombre du Vent

 

Carlos Ruiz Zafón

Coup de cœur


Dans la Barcelone de l'après-guerre civile, « ville des Prodiges » marquée par la défaite, la vie est difficile, les haines rôdent toujours.
Par un matin brumeux de 1945, un homme emmène son petit garçon – Daniel Sempere, le narrateur – dans un lieu mystérieux du quartier Gothique : le Cimetière des Livres Oubliés. L'enfant, qui rêve toujours de sa mère morte, est ainsi convié par son père, modeste boutiquier de livres d'occasion, à un étrange rituel qui se transmet de génération en génération : il doit y « adopter » un volume parmi des centaines de milliers. Là, il rencontre le livre qui va changer le cours de sa vie, le marquer à jamais et l'entraîner dans un labyrinthe d'aventures et de secrets « enterrés dans l'âme de la ville » : L'Ombre du vent.
Avec ce tableau historique, roman d'apprentissage évoquant les émois de l'adolescence, récit fantastique dans la pure tradition du Fantôme de l'Opéra ou du Maître et Marguerite, énigme où les mystères s'emboîtent comme des poupées russes, Carlos Ruiz Zafón mêle inextricablement la littérature et la vie.



Barcelone, 1945, après la guerre civile.
Daniel Sempere, un petit garçon, est emmené par son père dans un lieu mystérieux : le Cimetière des Livres Oubliés. Quand une bibliothèque disparait, quand un livre tombe dans l'oubli, ils continuent de vivre dans le Cimetière en attendant un nouveau lecteur. Et il existe une tradition pour celui qui vient la première fois : il choisit un livre et l'adopte pour faire en sorte qu'il ne disparaisse pas. Dans ce lieu magique, Daniel va adopter L'Ombre du Vent, de Julián Carax. Quelques années plus tard, Daniel se lance dans la recherche de cet auteur mystérieux, qu'un individu semble vouloir faire sombrer dans l'oubli en brûlant ses livres.
L'Ombre du Vent est un livre que j'ai découvert par hasard, et qui fait partie de ces surprises magnifiques ! Carlos Ruiz Záfon m'a fait voyager tout au long du récit, c'est prenant et magique, une lecture étonnante ! Avec Daniel, je me suis prise au jeu de découvrir qui était réellement cet individu et les mystères qui l'entourent. Cette quête de la vérité met en branle un engrenage implacable, fait de secrets, de mensonges, de trahisons, de désillusion... mais qui lui apporteront surtout des amis, l'amour, et la plongée encore plus profonde dans le monde des livres, perdus dans le dédale des ruelles espagnoles.
Outre l'histoire incroyable racontée par Carlos Ruiz Záfon, ce n'aurait pas été pareil sans les personnages hors du commun qui parcourent les pages du récit. Tout d'abord, Daniel Sempere : on le connait enfant, puis on le voit adolescent dans sa quête du Graal. Il grandit, évidemment, au cours du temps qui passe, mais aussi grâce aux découvertes et aux révélations qui parsèment sa vie depuis que L'Ombre du Vent est entré dans sa vie. Il y a également Mr. Sempere, le père de Daniel. Toujours présent, il est la cause des aventures de son fils, c'est un excellent libraire et père, très émouvant dans sa description. Un des personnages que je préfère est Fermín, le meilleur ami de Daniel, qui l'accompagne dans sa quête en l'agrémentant de conseils et de sentences hilarantes. Mails il y a également la présence omniprésente de l'amour, à travers les femmes que Daniel croisera sur sa route, lui permettant de se découvrir et de grandir, ainsi que la présence de Julián Carax, homme et auteur mystérieux.
L'Ombre du Vent fait partie de ces livres que je relis avec toujours la même intensité, magique et bouleversant !
 
 
 
- Ce lieu est un mystère, Daniel, un sanctuaire.
Chaque livre, chaque volume que tu vois, a une âme.
L'âme de celui qui l'a écrit,
et l'âme de ceux qui l'ont lu, ont vécu et rêvé avec lui.
Chaque fois qu'un livre change de mains,
que quelqu'un promène son regard sur ses pages,
son esprit grandit et devient plus fort.


Tandis que je traversais des tunnels entiers de livres dans l'obscurité, je ne pus éviter une sensation de tristesse et de découragement. Je pensais que si j'avais découvert tout un univers dans un seul livre inconnu au sein de cette nécropole infinie, des dizaines de milliers resteraient inexplorés, à jamais oubliés. Je me sentis entouré de millions de pages abandonnées, d'univers et d'âmes sans maître, qui restaient plongés dans un océan de ténèbres pendant que le monde qui palpitait au-dehors perdait la mémoire sans s'en rendre compte, jour après jour, se croyant plus sage à mesure qu'il oubliait.

- L'homme, en bon simien, est un animal social, et ce qui prime en lui c'est le copinage, le népotisme, le piston et le commérage comme mesure intrinsèque du comportement éthique. C'est purement biologique.


- Les gens caquettent à qui mieux mieux.
L'homme ne descend pas du singe,
il descend de la poule.

Garde tes rêves.
Tu ne peux jamais savoir à quel moment tu en auras besoin.


L'art de la lecture meurt de mort lente, que c'est un rituel intime, qu'un livre est un miroir où nous trouvons seulement ce que nous portons déjà en nous, que lire est engager son esprit et son âme, des biens qui se font de plus en plus rares.
 
 
 
Logo Livraddict