Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

13/04/2014

Jane Yellowrock, Tome 4, de Faith Hunter

jane yellowrock,faith hunter,tome 4,bit-lit,fantasy

Jane Yellowrock, Tome 4
La malédiction du corbeau

Faith Hunter



Les vampires d'Asheville veulent établir leur propre clan, mais comme ils doivent fidélité au Maître des Vampires de la Nouvelle Orléans, c'est avec lui qu'ils doivent négocier les termes du contrat.
Et pour s'assurer de trouver une solution équitable, le Maître envoie son meilleur combattant que le sang lui permet de s'offrir : Jane Yellowrock. Mais lorsque des campeurs locaux sont attaqués par une créature, Jane passe du statut d'émissaire à celui d'enquêtrice.
Et si elle ne veut pas faire face à un Maître des Vampires très énervé, elle va devoir faire des heures sup ! Heureusement que c'est la meilleure dans son job !



Je poursuis ma lancée sur le monde de Jane Yellowrock avec ce quatrième tome, La malédiction du corbeau.
La politique vampirique se poursuit, cette fois avec les vampires d'Asheville qui veulent posséder leur propre clan. Mais étant sous la tutelle du Maître de la Nouvelle-Orléans, ils doivent d'abord obtenir son autorisation. Léo va envoyer Jane mener les négociations pour le traité. Mais arrivée sur place, Jane va se retrouver au milieu d'un bain de sang, comme d'habitude, lorsque des campeurs et d'autres personnes sont attaqués par une mystérieuse créature.
Cette suite de Jane Yellowrock se révèle aussi sympathique que les tomes précédents. Faith Hunter n'a pas écrit une série marquante et qui fait partie de mes préférées, mais qui fait quand même partie de celles que je suis avec beaucoup de plaisir et dont j'attends la suite avec impatience !
Ce qui m'a le plus intéressée ici n'était pas l'enquête bizarrement. Pourtant très intéressante, car bien rythmée, bien décrite, l'auteur a vraiment acquis davantage de « maturité » dans sa manière de la mener et de faire un déroulement à la fois bien mené, simple et qui tient en haleine jusqu'à la fin. Mais malgré cela, ce qui m'a le plus plu c'est les relations de Jane avec son entourage. Elle doit à la fois jongler entre cacher son identité aux personnes qui ne doivent pas la connaître (comme Léo ou Gros Bras), à approfondir sa relation avec sa Bête, qui, à mon plus grand plaisir, prend de plus en plus de place et s'affirme vraiment davantage ! On sent que sa personnalité s'est vraiment développée depuis le premier tome, on la comprend mieux et c'est vraiment une personnalité distincte maintenant. Et surtout, ses relations avec son amie Molly, la sorcière, et sa famille vont être plus intense que jamais. Car depuis quelques temps, ils vont être entrainés contre leur gré dans les aventures de Jane, avec tous les risques que son métier implique. Le mari de Molly n'appréciait déjà pas trop, les tensions et les ressentiments vont encore s'aggraver. Molly elle-même va avoir des moments où elle va se mettre en retrait par rapport à sa meilleure amie, causant ainsi un certain effondrement de la part de Jane. Des relations tendues, explosives, ont également lieu entre elle et la sœur ainée de Molly, ce qui va entraîner une bonne dose de remue-ménage !
La malédiction du corbeau est un tome que j'ai vraiment aimé, on y sent une réelle évolution, à la fois pour l'approfondissement des personnages et de l'intrigue, mais aussi pour la manière d'écrire de Faith Hunter, qui s'éloigne des petits défauts du premier tome et qui a su ne pas rester figer dans un modèle type d'écriture.
Donc une excellente continuation des aventures de Jane Yellowrock, et j'ai hâte de lire la suite !
 
 
 
Jane Yellowrock, Tome 1 : Tueuse de Vampires
Jane Yellowrock, Tome 2 : La Croix de Sang
Jane Yellowrock, Tome 3 : La Lame de Miséricorde
Jane Yellowrock, Tome 4 : La malédiction du corbeau
 
 
 
Logo Livraddict

24/03/2014

Les Cités des Anciens, Tome 8, de Robin Hobb

les cités des anciens,robin hobb,tome 8,fantasy

Les Cités des Anciens, Tome 8
Le Puits d'Argent

Robin Hobb



A Kelsingra, après la découverte du puits d'Argent, source de la magie des Anciens, le capitaine Leftrin et ses compagnons s'efforcent d'évacuer les débris qui bouchent le conduit pour accéder à la précieuse substance ; ils espèrent ainsi permettre aux dragons et aux Anciens de retrouver leur magie, et surtout de sauver le petit Phron, l'enfant de Malta et Reyn, héritier des changements que ses parents ont subis auprès de Tintaglia mais qui sont en train de le tuer à petit feu.
En aval sur le fleuve, alors que le mercenaire aux ordres du duc de Chalcède poursuit Tintaglia gravement blessée, les dragons de Kelsingra s'abattent sur les deux bateaux étanches et capturent leurs équipages et leurs prisonniers pour les ramener en otages à la cité de légende. Parmi eux, il y a Hest Finbok, toujours à la recherche d'Alise et de Sédric...
En Chalcède, Selden est la proie du duc qui se nourrit de son sang et de sa chair pour repousser l'échéance de la mort ; une étrange alliance se noue entre le jeune homme et Chassim, fille du souverain mais tout aussi victime que l'« homme-dragon » de la folie de son père.
Avec ce volume, se clôt la magistrale série des Cités des Anciens.



J'ai longtemps repoussé la lecture du Puits d'Argent, surtout parce que je n'avais pas du tout envie de fini la saga des Cités des Anciens !
Les Anciens, leurs dragons et toutes les personnes faisant partie de l'expédition sont toujours à Kelsingra, et tentent de comprendre les mystères de la cité, et principalement en déblayant le puits d'Argent, où ils espèrent trouver des restes de la magie des Anciens. Ils vont travailler dur pour récupérer cette précieuse substance, nécessaire aux dragons et aussi pour sauver Phron, le fils de Malta et Reyn. On voit également la politique en dehors de Kelsingra, avec Selden en Chalcède, où il est la proie du vieux Duc qui espère guérir en buvant le sang du jeune Ancien. Heureusement que Selden a l'air d'avoir une alliée en la personne de Chassim, la fille du Duc et prisonnière également. Le passé de Sédric et d'Alise vont les rattraper par la personne d'Hest Finbok, qui voit mal son ancien amant et sa femme vivre heureux loin de lui. Pour ce qui arrive à ce personnage, je n'ai qu'une seule chose à dire : bien fait !!
Le Puits d'Argent est une excellente conclusion à cette dernière saga de Robin Hobb (bien que le découpage français soit toujours autant dénué de sens... A quoi bon découper l'œuvre originale en plusieurs parties ?). L'histoire d'Alise, Leftrin, Thymara, Tatou et des autres est peut-être finie dans le sens où leur mission est achevée (le but étant d'amener les dragons à Kelsingra et de les aider à survivre), mais il reste de nombreuses pistes à explorer dans cet univers, il y a toujours plus à apprendre sur la magie, sur la mode de vie des Anciens et sur la cité de Kelsingra, mais également sur les personnages dans leur ensemble, leur évolution n'est pas finie. De la même manière que les dragons, qui ne sont plus les créatures empotées et difformes du début de la saga, chacun des personnages a mûris, évolués et ont enfin pris leur destin en main, prêts à se lancer dans des aventures.
Je suis triste de quitter Les Cités des Anciens et de dire en revoir à ses personnages mais au vu de toutes les pistes encore non-explorées et de tout le potentiel de cette univers, je suis sûre qu'on reverra ce monde !
Et une grande nouvelle dont on m'a fait part il y a quelques temps : Robin Hobb serait en train d'écrire une nouvelle série sur Fitz et le Fou, ce que je ne penserai pas que ça arriverait un jour ! Autant dire que je saute de joie et que je plus qu'impatiente de voir arriver ses prochains romans en France !
 
 
 
Les Cités des Anciens, Tome 1 : Dragons et Serpents
Les Cités des Anciens, Tome 2 : Les Eaux Acides
Les Cités des Anciens, Tome 3 : La Fureur du Fleuve
Les Cités des Anciens, Tome 4 : La Décrue
Les Cités des Anciens, Tome 5 : Les Gardiens des Souvenirs
Les Cités des Anciens, Tome 6 : Les Pillards
Les Cités des Anciens, Tome 7 : Le Vol des Dragons
Les Cités des Anciens, Tome 8 : Le Puits d'Argent
 
 
 
 
 
Logo Livraddict

20/01/2014

La maîtresse de guerre, de Gabriel Katz

la maîtresse de guerre,gabriel katz,fantasy,jeunesse

La maîtresse de guerre

Gabriel Katz



Kaelyn, fille d'un maître d'armes, rêve de reprendre le flambeau paternel, tandis que les autres filles de son âge rêvent d'un beau mariage. Elle a le talent, l'instinct, la volonté. Elle ne demande qu'à apprendre. Mais cela ne suffit pas : c'est un monde dur, un monde d'hommes, où la place d'une femme est auprès de son mari, de ses enfants, de ses casseroles.
Il va falloir lutter.
Elle s'engage donc dans cette grande armée qui recrute partout des volontaires pour aller se battre au bout du monde. Des milliers de soldats partis « libérer » le lointain sultanat d'Azman, plaque tournante de l'esclavage, terre barbare où règnent les cannibales.
Dans la violence de la guerre, elle veut acquérir seule ce que personne n'a voulu lui enseigner.
Mais le grand sud, plongé dans le chaos de l'invasion, va bouleverser son destin bien au-delà de ses attentes...



Découvert par hasard avec un service de presse provenant du travail, je me suis empressée de me jeter sur cette histoire.
Kaelyn est la fille d'un maitre d'armes. Malheureusement son apprentissage ne sera pas fini et aucun des maîtres à qui elle fait appel n'accepte une fille comme élève. Pour tous, la place d'une femme est auprès de son mari, à pondre des enfants et à faire la cuisine. Pour mener à bien ses projets, elle s'engage dans l'armée pour aller lutter contre les « barbares ». Juste avant d'être capturé par l'ennemi...
Après avoir refermé La maîtresse de guerre, je me suis interrogé sur ce que j'avais ressenti au cours de ma lecture. Je suis d'accord avec certains des avis que j'ai pu lire : ce n'est pas le roman le plus poussé que j'ai pu lire, un peu trop rapide parfois et pas assez approfondi.
Mais malgré tout, j'ai quand même appréciée ma lecture ! J'ai bien aimé Kaelyn, un personnage courageux mais aussi fragile. Le vrai coup de cœur est pour Hadrien : grand guerrier, mais surtout un homme secret, difficile à cerner, avec une aura qui le rend très attirant. Les personnages secondaires sont bien introduits et donnent du sel au récit, principalement la femme d'Hadrien, une peste que j'ai adorée détester (et je dois dire que je suis particulièrement satisfaite concernant un détail spécifique à ce personnage).
Un des points que j'ai apprécié et qui « sauve » un peu les défauts du livre, c'est ces deux personnages, ainsi que d'avoir écrit le livre du point de vue d'une femme. Une fille n'a peut-être pas la force musculaire d'un grand costaud, ça ne va pas l'empêcher d'être plus coriace, plus rusée et plus habile ! Le thème de la guerre est intéressant également, et j'aurais aimé le voir plus approfondi. On vit du sang, des batailles, des tactiques... Mais cela reste vraiment sommaire. Bon, il ne faut pas oublier que La maîtresse de guerre s'adresse à un jeune public, mais ce n'est pas pour ça que les personnages, en particulier les généraux, auraient dû être décrits comme des gros lourdauds incapables de voir ce qui leur pendait au nez.
Si La maitresse de guerre ne s'est pas révélé le coup de cœur que j'espérais, j'ai quand même passée un excellent moment, surtout avec la relation entre Kaelyn et Hadrien, pour ce monde déchiré par la guerre et les conflits, et une écriture vraiment entraînante de Gabriel Katz !
Si vous voulez un roman jeunesse simple à lire, détendant, je vous conseille celui-ci !
 
 
 
Logo Livraddict

30/11/2013

La Trilogie des Moorehawke, Tome 2, de Céline Kiernan

la trilogie des moorehawke,céline kiernan,tome 2,fantasy

La Trilogie des Moorehawke, Tome 2
Les Loup cachés

 

Céline Kiernan




Wynter Moorehawke est partie à la recherche du prince renégat Albéron, déterminée à combler le fossé qui s'est creusé entre le roi et son héritier légitime.
Mais la forêt où elle voyage est peuplée d'espions, de bandits et de loups. Combien de temps une jeune fille seule peut-elle survivre dans ces conditions, et combien d'ennemis du roi sont cachés dans les ombres de la forêt ? De nouveaux alliés se présentent et d'anciens ennemis réapparaissent, sans que Wynter sache vraiment à qui elle peut se fier...
Quand les loups sortent du bois, qui croire ?



Après une lecture d'un premier tome sympathique, je me plonge dans Les loups cachés, la suite du Royaume empoisonné.
On s'éloigne de l'ambiance étouffante et close de la vie de cour au château du roi, pour partir dans un voyage, avec espions, bandits, soldats et toute la compagnie. Wynter va d'abord partir seule à la recherche du prince renégat Albéron, bien décidée à comprendre ce qui motive cette personne qu'elle considère comme un frère. Au cours de sa route, elle va faire des rencontres, d'abord heureuse avec les retrouvailles de Razi et Christopher (mon personnage préféré avec sa joie de vivre qui cache de graves blessures), mais aussi plus dangereuses (les Loups) ou inquiétudes (un peuple pour le moins intrigants, aux coutumes considérées parfois comme barbares).
Les loups cachés diffère beaucoup du premier tome, dans la mesure où nous avons un changement de décor, l'occasion d'en savoir plus sur les personnages, d'en introduire de nouveaux, mais surtout d'aborder des thèmes assez difficiles. Il y a l'esclavage, le racisme, la religion... et pleins d'autres détails qui rendent ce livre très vivants. J'ai eu véritablement la trilogie des moorehawke,céline kiernan,tome 2,fantasyl'impression d'être confronté à des problèmes qui pourrait m'arriver (notamment la place de la femme dans la société). Il diffère également dans l'approche de l'intrigue et de la construction des personnages. Le but que les trois amis est mis en suspens dans le deuxième tome, à l'avantage d'un supplément d'actions et de voyages, ce qui nous permet de faire découvrir une autre facette de l'univers créé par Céline Kiernan. Les personnages sont également approfondis. J'ai du mal à accrocher avec Razi, mais il est plus tendu et sur les nerfs, il doit souvent avoir son « masque royal » et ne pas laisser voir ses émotions, mais en vain. Wynter découvre d'autres manières de penser et de se comporter, le meilleur exemple serait lorsqu'une guérisseuse propose un remède pour ses maux de ventre et que Wynter ne comprend pas comment elle peut en parler aussi ouvertement, surtout devant des hommes. Et enfin, Christopher. Définitivement celui que je préfère. Même si on n'a pas trop avancé dans l'intrigue, au moins on en sait beaucoup plus sur lui, sur son passé, on s'explique son comportement, et c'est vraiment très intéressant !
Donc, ne vous attendait pas à un gigantesque bond en avant dans la résolution de l'intrigue, mais on voyage, il y a de l'action, de la tension et des combats, des découvertes sur les personnages... Les loups cachés est un bon moment de lecture et me donne envie de lire la suite.
 
 
 
 
La Trilogie des Moorehawke, tome 1 : Le Royaume Empoisonné
La trilogie des Moorehawke, tome 2 : Les loups cachés
La Trilogie des Moorehawke, tome 3 : Le Prince Rebelle
 
 
 
 
Logo Livraddict

10/10/2013

La Voleuse sans Ombre, d'Emily Gee

La Voleuse sans Ombre, d’Emily Gee

La Voleuse sans Ombre

 

Emily Gee




Grâce à la magie qui coule dans ses veines, la jeune Melke sait se rendre invisible. Un don partagé par son frère Hantje et qui ferait d'eux des voleurs hors pair, s'ils n'avaient renoncé cet héritage et refusé de devenir de véritables "spectres" s'enrichissant grâce à des larcins faciles.
Pourtant, un matin, Hantje a franchi l'interdit. Tandis qu'il dérobait les trésors des salamandres, cruelles créatures avides d'or et de pierreries, il s'est fait capturer. En échange de la liberté de son frère, Melke doit à son tour enfreindre sa promesse et voler pour le compte des salamandres un collier détenu par les descendants d'un famille autrefois fière et puissante.
Mais ce faisant, elle déchaîne sur eu une horrible malédiction. Un insupportable dilemme commence alors pour Melke, tiraillée entre la vie de son frère et celle des gens qu'elle doit condamner pour le sauver...



J'ai découvert La Voleuse sans Ombre à sa sortie en 2009, attirée par sa couverture. Autant celle de Milady ne me font pas souvent rêver, autant celles de Bragelonne sont très souvent magnifiques.
Melke et son frère Hantje sont des spectres. Ils peuvent devenir invisibles à volonté, ce qui est un atout appréciable pour des voleurs. Mais même cette faculté n'a pas pu empêcher les salamandres de repérer Hantje alors qu'il était en train de prendre leur or. Pour sauver son frère, Melke doit à son tour voler un collier et leur remettre. Mais ce collier est un talisman indispensable à la famille à laquelle il appartient et qui est la clé d'une malédiction. Entre son frère et la famille qu'elle condamne, le choix est dur...
La Voleuse sans Ombre se situe dans un univers où la magie est connue, mais pas plus appréciée que ça. Dans cette intrigue un peu en huit-clos, chacun des protagonistes va avoir un petit don particulier. Melke et Hantje peuvent devenir invisible, Bastian est lié à son chien Endal, sa sœur Liana est une excellente guérisseuse. Outre ces habilitées particulières, il y a également d'autres créatures que les humains qui peuplent le pays. Il y a des Salamandres, des Psaarons, des Lamies, des Griffons...
Ces quatre personnages principaux (Melke, Hantje, Bastian et Liana) seront ceux que l'on côtoie le plus, et parmi eux, spécialement Melke et Bastian. Autant Melke est intéressante et charmante dès le début, autant Bastian n'est qu'un con. Mais heureusement qu'il évolue ! Au début, seul sa sœur et son chien (beaucoup plus sympa et intéressant que l'humain !) arrive à le calmer et à essayer de lui faire entendre raison. Car on ne peut pas dire qu'il se conduise gentiment ni civilement avec Melke. Je peux comprendre sa frustration devant la malédiction, être attaché à la terre de ses ancêtres, vouloir protéger sa sœur et être en colère contre Melke d'avoir mis les pieds dans le plat, mais il y a quand même des limites à certains comportements.
Les sentiments décrits et éprouvés par chacun des personnages sont tous très bien décrits, c'est ce qui fait véritablement le point fort de La Voleuse sans Ombre. Le dégoût, la colère puis la curiosité de Bastian envers Melke, qui elle-même passe entre la honte, la peur (pour son frère, face à Bastien et aux événements), la sollicitude et la force de Liana, la honte d'Hantje.
La Voleuse sans Ombre est un livre qui ne se démarque pas spécialement dans le domaine de la Fantasy, mais que j'ai pris grand plaisir à lire. Il se lit vite, très facilement, et je n'ai pas pu m'en défaire avant d'avoir tournée la dernière page. Car je voulais savoir comment les personnages allaient s'en tirer, s'ils allaient finalement surmonter les différents coups du sort et être finalement plus forts que n'importe quelle malédiction. Emily Gee signe un premier roman accessible, simple, et efficace. Le rythme est assez lent, mais cela nous laisse la possibilité de connaître les personnages et de les comprendre. Pas de scènes d'actions à tout, pas de grands magiciens à chapeaux, pas d'assassins et de mentors, mais une histoire intéressante, qui glisse tranquillement jusqu'au point final. Le paysage et les différentes magies sont bien expliquées mais auraient nécessitées parfois un peu plus de détails, mais ce n'est pas un gros défaut. Au contraire, on s'interroge sans cesse, on se pose des questions et on cherche. Pour un premier roman, c'est vraiment du travail de qualité !
Ne vous attendez pas à quelque chose d'ébouriffant et de renversant en lisant La Voleuse sans Ombre, c'est une histoire sympathique dans un univers intéressant, et j'ai pris plaisir à ma lecture !
 
 
 
 
Logo Livraddict