Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

01/05/2014

La maison de l’Arbre Joueur, de Lian Hearn

 la maison de l’arbre joueur,lian hearn,historique

La maison de l’Arbre Joueur

Lian Hearn


Japon, 1857.
Depuis des siècles, le Japon vit replié sur lui-même. Mais, bientôt, il sera contraint de s'ouvrir aux influences étrangères. Les Occidentaux forcent les portes de l'ancien monde. La révolution couve. L'époque des samouraïs est désormais révolue, le pays est à l'aube d'une ère nouvelle.
La maison de l'Arbre joueur, dans le domaine du Chôshû, où habitent Tsuru et sa famille, n'est pas épargnée par le vent du changement. La jeune femme rêve de s'affranchir du poids des traditions ancestrales et de suivre les traces de son père en devenant médecin. Elle se trouve alors entraînée dans un monde de subversions, d'intrigues politiques et d'amours interdites.
Autour d'elle agissent des hommes puissants et passionnés. Leur slogan est Sonnôjôi : « Vénérez l'Empereur, expulsez les étrangers ». Leur méthode est la violence.



Après Le Clan des Otori, j’étais très curieuse de voir ce que Lian Hearn allait nous concocter.
Nous sommes au Japon, en 1857. C’est un pays très replié sur lui-même, mais de plus en plus, les habitants et le monde extérieur va vouloir une ouverture sur le monde. Les influences étrangères se font de plus en plus sentir, les Occidentaux vont arriver en masse, les samouraïs appartiennent à l’ancien temps. Bref, le pays entre dans une nouvelle ère.
Une nouvelle ère parfaitement incarnée par Tsuru. C’est une femme, donc limitée par les conditions de son sexe. La société voit les femmes utiles seulement à la cuisine, pour s’occuper des enfants et servir son mari et sa famille. Réjouissant, n’est-ce pas ? Tout de suite, ça donne envie. Sauf que Tsuru a toujours été l’assistante de son père, un médecin, qui compte sur elle pour préparer des mélanges et lui demande même souvent son avis. Alors, elle voudrait être vraiment médecin, et plus qu’un faire-valoir. Ses décisions vont l’entraîner dans le monde extérieur, dans le changement, et dans la guerre.
J’ai à la fois impatiente et inquiète de lire ce nouveau roman, car Le Clan des Otori est un vrai coup de cœur (spécialement les trois premiers tomes). J’espérais donc ne pas être déçue par La maison de l’Arbre Joueur !
Mais dès le début, j’ai été emportée par cet univers si particulier. Pas de note fantastique comme ça été le cas pour Le Clan des Otori, mais un récit vraiment réaliste et historique. Au tout début, on peut se perdre entre les personnages et les noms, mais heureusement qu’il y a une liste détaillé, ce qui est vraiment très utile ! Une flopée de personnages donc, tous très bien traités. Lian Hearn a le talent de faire ressortir un trait de caractère d’un personnage, de le faire vraiment vivre à chaque mot et de le rendre réel aux yeux de son lecteur.
Ce talent se remarquera surtout sur le personnage de Tsuru : une jeune femme très déterminée, ambitieuse, elle va tout faire pour mener sa vie comme elle l’entend. Elle a la possibilité de seconder son père et d’acquérir ainsi des connaissances inaccessibles aux femmes, elle a plus de liberté que les autres femmes, ce qui lui permet notamment d’influencer le choix pour son époux, un comptable qui veut devenir médecin et qui va s’intégrer à la famille. Elle va faire tout ce qu’elle peut pour vivre la vie qu’elle souhaite et surtout à continuer son art de médecin. Elle est passionnée par tout ce qu’elle fait, par l’idée de découvrir et d’approfondir ses connaissances. Outre ses connaissances, son intérêt pour la vie et les personnes qui l’entourent restent constants, Tsuru va faire des rencontres, trouver l’amour. Elle va vivre sa vie parce qu’elle veut, et pas parce que c’est ce que les autres attendent d’elle.
Le point fort de ce récit, c’est le côté historique vraiment très détaillé et fouillé. On peut rencontrer au fil des pages des personnes qui ont réellement existé, et que Lian Hearn va faire évoluer dans La maison de l’Arbre Joueur.
C’est un roman qui m’a emmené très loin, visiter le Japon et une époque que je connaissais très peu, et que j’ai maintenant très envie de découvrir davantage ! Je ne peux que vous le recommander.

 

 

Logo Livraddict

30/10/2013

Le Clan des Otori, Tome 3, de Lian Hearn

le clan des otori,lian hearn,tome 3,fantastique,jeunesse

Le Clan des Otori, Tome 3
La Clarté de la Lune

 

Lian Hearn




"Tu conquerras la paix en cinq batailles : quatre victoires et une défaite."
Takeo parviendra-t-il à apporter la paix sur les Trois Pays comme l'annonce la prophétie ? Après leur union secrète au temple de Terayama, Takeo et Kaede sont plus résolus que jamais à prendre possession de leur héritage et venger sire Shigeru.
Tandis que le jeune homme tente de rallier à sa cause le pirate Fumio Terada, Kaede est victime d'un chantage diabolique...
Lorsque enfin la lune se lève sur la dernière et terrible bataille, l'issue est plus que jamais incertaine... La Clarté de la lune clôt magistralement la puissante et captivante épopée de Takeo et Kaede.



Initialement le dernier tome de la trilogue du Clan des Otori.
Dans La Clarté de la Lune, tout s'enchaîne et s'achève. Takeo et Kaede ont eu droit à leur bref moment de bonheur en se mariant au temple de Tereyama. Mais leur destin les rattrape, et les voilà partis pour la guerre. Takeo est bien décidé à reprendre les terres de son père adoptif aux mains de ses oncles. Et pour cela, il n'hésite pas à nouer des alliances nécessaires, même si elles risquent de lui aliéner ses guerriers.
Restée à Maruyama, Kaede ne se satisfait pas de son rôle de femme, qui serait de rester tranquillement chez elle et de faire des enfants à son mari. Elle va donc se plonger dans la restauration de ses domaines, faisant tout pour les remettre en état. En allant sans doute trop loin, notamment en contrariant la volonté de sire Fujiwara.
Evidemment, on ne pouvait pas s'attendre à ce que leurs nombreux ennemis (sire Fujiwara, les Otori, la Tribu), des ennemis puissants et déterminés, les laissent vivre tranquillement et reprennent sans se battre ce qui leur revient. La Clarté de la Lune est un tome final, tout s'achève ici, les batailles vont crescendo pour obtenir ce que chacun veut. Mais à quelles pertes ?
Ce troisième tome du Clan des Otori est sans doute l'un des meilleurs. Takeo et Kaede ont beaule clan des otori,lian hearn,tome 3,fantastique,jeunesse être séparés la plupart du temps, ils tiennent toujours autant l'un à l'autre. De nombreuses frictions apparaissent malgré tout entre eux, mais ces épreuves vont finalement être bénéfiques et renforcer leur amour. Le couple est très soudés, car contrairement à beaucoup de couples, Takeo va respecter sa femme et ses décisions, suivre certains de ses conseils. Ces deux personnages ont beau être ceux qu'on suit le plus, les secondaires ont également leur mot à dire. J'ai apprécié de retrouver davantage sire Fujiwara, un personnage détestable mais intéressant. Il y a également les Terada qui reviennent sur la scène politique, mais aussi Shizuka et Kenji, deux personnages qui m'avait manqué et que j'étais impatiente de connaitre davantage.
La Clarté de la Lune est toujours aussi bien écrit, Lian Hearn n'a rien perdu de son talent pour faire vivre à son lecteur une histoire merveilleuse. Les combats font rage, ce qui rend l'intrigue encore plus haletante. Mais les intrigues, les relations entre les différents personnages, sont vraiment le point essentiel du roman, et vraiment très bien décrits !
Si vous ne connaissez pas encore Le Clan des Otori, n'hésitez pas, c'est vraiment une trilogie que j'ai pris plaisir à lire et relire !



Il fallait tant de temps pour élever un homme, et si peu pour anéantir une vie.



- J'ai abandonné les croyances de mon enfance et je suis incapable d'en adopter d'autres à leur place. Tous les enseignements religieux me semblent un mélange inextricable de vérité profonde et de folie absolue. Les gens s'accrochent à leurs convictions comme si elles pouvaient les sauver, mais au-delà des dogmes il existe un lieu de vérité, où tout ne fait qu'un.
 
 

 
Le Clan des Otori, Tome 1 : Le Silence du Rossignol
Le Clan des Otori, Tome 2 : Les Neiges de l'Exil
Le Clan des Otori, Tome 3 : La Clarté de la Lune
Le Clan des Otori, Tome 4 : Le Vol du Héron
Le Clan des Otori, Tome 5 : Le Fil du Destin
 
 
 
 
Logo Livraddict

31/07/2013

Le Clan des Otori, Tome 2, de Lian Hearn

le clan des otori,lian hearn,tome 2,fantastique,jeunesse

Le Clan des Otori, Tome 2
Les Neiges de l'Exil

 

Lian Hearn




Dans le Japon féodal du XIVe siècle, la guerre des clans fait rage. Sur les montagnes, les premières neiges viennent de tomber et Takeo, seul héritier de la puissante famille des Otori, a promis de rejoindre la Tribu, renonçant à la fortune et au pouvoir.
Guerrier courageux, prêt à affronter les pires dangers et à assumer les plus lourds sacrifices, Takeo n'en est pas moins homme. Le souvenir encore brûlant de la mystérieuse Kaede – celle qu'il aimerait tant épouser – hante encore son cœur et son esprit. Mais la belle doit elle aussi suivre son destin et sa vie ressemble à un long combat sans répit pour retrouver sa liberté et cesser d'être un objet de convoitise dans un cruel monde d'hommes.
Les deux histoires entrecroisées de Takeo et Kaede plongent le jeune lecteur dans une intrigue menée de main de maître où poésie et violence s'affrontent avec une rare beauté.



Après avoir adoré Le Silence du Rossignol, je ne pouvais pas manquer de me jeter sur la suite !
Après la mort d'Otori Shigeru, la chute d'Iida Sadamu, Araï est maintenant en train de comploter pour être à la tête des Trois Pays.
De son côté, Takeo, déchiré entre ses obligations, décide de reconnaitre l'autorité de la Tribu, et de partir avec le Maître Kikuta. Caché dans une des maisons de la Tribu, il va subir un entrainement intensif, en vue de rattraper son retard dans les domaines particuliers et de développer encore davantage ses talents. Takeo se voit encore tiraillé par la loyauté absolue que la Tribu exige de lui, alors que le jeune homme est plus fidèle que jamais envers les Otori.
Séparée de Takeo, Kaede doit faire face à la vie qui l'attend. Elle décide de retourner dans la le clan des otori,lian hearn,tome 2,fantastique,jeunessedemeure de sa famille, qu'elle découverte dévastée... Son père et ses sœurs comptent sur elle pour assurer l'avenir et la gloire de la famille. Kaede décide d'apprendre comme un garçon, que ce soit les leçons ou d'apprendre à gérer son domaine.
Dans Les Neiges de l'Exil, on se plonge encore plus profondément dans l'histoire, dans la personnalité des personnages et plus spécialement celle des deux principaux protagonistes. Lian Hearn nous décrit avec précision le pays, déchiré par la guerre et les rivalités, avec les différentes religions, croyances, modes de vie. Mais surtout, c'est enfin l'occasion d'en apprendre davantage sur la Tribu ! J'attends ça depuis le premier tome, et c'est l'occasion dans Les Neiges de l'Exil de pouvoir mieux comprendre ses membres, leurs différents talents, leurs motivations mais surtout la manière dont ils agissent dans la société.
C'est vraiment un roman où on se plonge de manière très intense dans cette société japonaise médiévale, fictive peut-être, mais qui ne manque pas de profondeur et de subtilité ! On voit davantage les relations qui unissent les différents personnages, décrites avec beaucoup d'attention. La relation entre les hommes et les femmes, la place de chacun dans la société, le conditionnement des guerriers, la vision des Intouchables... Tout cela, dans des paysages de rêves, tellement réels que l'on a l'impression d'y déambuler à côté des personnages. Décidément, Le Clan des Otori reste une de ces séries que j'apprécie toujours autant, quel que soit le nombre de fois où je la relis ! Si vous avez aimé Le Silence du Rossignol, je vous conseille vivement Les Neiges de l'Exil, encore plus profond et intense, avec des personnages qui ne cessent d'évoluer et de changer. Un excellent second tome, à lire absolument !




Tout ne fait qu'un. Rappelle-toi ceci en ton cœur : tout ne fait qu'un.



Je me sentais déchiré entre les trois éléments faisant le fond de ma nature, chacun semblable à un serpent prêt à mettre à mort les deux autres à la première occasion. Pour vivre une vie unique, il me faudrait toujours renier les deux tiers de mon être. Je n'avais d'autre choix que d'aller de l'avant, de transcender les divisions et de trouver un moyen de les unir en un tout.
 
 
 
 
 
Le Clan des Otori, Tome 1 : Le Silence du Rossignol
Le Clan des Otori, Tome 2 : Les Neiges de l'Exil
Le Clan des Otori, Tome 3 : La Clarté de la Lune
Le Clan des Otori, Tome 4 : Le Vol du Héron
Le Clan des Otori, Tome 5 : Le Fil du Destin
 
 
 
 
 
Logo Livraddict

24/04/2013

Le Clan des Otori, Tome 1, de Lian Hearn

le clan des otori,lian hearn,tome 1,fantastique,jeunesse

Le Clan des Otori, Tome 1
Le Silence du Rossignol

 

Lian Hearn




Dans sa forteresse d'Inuyama, l'impitoyable seigneur Iida Sadamu, du clan des Tohan, assure sa protection grâce au "parquet du rossignol" qui conduit à sa chambre. Construit avec un art consommé, ce parquet chante au moindre effleurement d'un pied humain. Aucun assassin ne peut le franchir sans qu'Iida l'entende...
Au XVIème siècle, dans un Japon médiéval mythique, le jeune Takeo grandit dans un village tranquille, au sein d'une communauté qui condamne la violence. Mais cette communauté est victime de persécutions, et les habitants du village de Takeo sont massacrés par les hommes d'Iida.
Sauvé et adopté par sire Shigeru, chef du Clan des Otori, le jeune garçon se trouve plongé dans un univers d'intrigues et de luttes violentes entre les clans de ce Japon féodal. Animé par son désir de vengeance et son devoir de loyauté, transporté par l'intensité de son amour pour la belle Kaede, Takeo devra trouver sa propre voie.
Sa quête le conduira derrière les murailles d'Inuyama, où il devra franchir le parquet du rossignol... cette nuit-là le rossignol se taira-t-il ?



Le Clan des Otori a été une de mes sagas préférées lorsque j'étais au collège, et ça n'a pas changé depuis !
Dans l'univers d'un Japon féodal, le jeune Tomasu vit paisiblement dans son village de Mino avec sa famille, au sein d'une communauté appelé les Invisibles (qui condamne toute forme de violence). Un soir, les habitants de son village vont tous être tués par des guerriers Tohan, menés par leur chef Iida Sadamu, qui méprise les croyances des Invisibles. Tomasu va être sauvé par le seigneur Otori Shigeru, qui va l'adopter, en faire son fils adoptif en le renommant Takeo, et va l'emmener vivre à Hagi.
Dans le même temps, nous faisons connaissance de Shirakawa Kaede, fille d'un seigneur, etle clan des otori,lian hearn,tome 1,fantastique,jeunesse retenue en otage par les Noguchi, alliés des Tohan. Un garde va l'agresser, et ce sera le capitaine Araï qui la sauvera. Les Noguchi acceptent peu après de la laisser vivre selon son rang, et de la marier à un homme qui mourra peu de temps après. Réputée pour apporter la mort aux hommes qui la désirent, Iida Sadamu a l'idée de marier Kaede à son ennemi, Shigeru... Il va simuler une alliance pour faire venir Shigeru. Sur le chemin, Takeo rencontre Kaede, et de là va naître un amour incroyable !
Soupçonnant un piège, Shigeru décide d'utiliser les talents de Takeo, des dons qu'il a reçus de la Tribu, une puissante organisation criminelle.
L'histoire prend place dans une région appelée les Trois Pays, qui ressemble fortement au Japon féodal, avec une organisation séparés en plusieurs classes (nobles, guerrier, paysans, paria...), chacune centrées essentiellement sur elle-même, avec leurs règles et codes de conduites.
Un véritable coup de cœur pour ce roman ! Un très beau roman, magnifiquement écrit, et qui transporte le lecteur dans un univers à la fois classique et magique. Des alliances, des retournements de situations, guerres entre clan, le code très particulier du Japon... Une écriture fluide et poétique, Lian Hearn est une magicienne des mots et des récits, je ne me suis pas ennuyée un seul moment dans Le Silence du Rossignol.
Les personnages sont vraiment essentiels, importants, tous uniques et différents. Takeo est un jeune homme dévasté par la perte de sa famille, qui a su en retrouver une grâce à son père adoptif Shigeru Otori, il passe d'un adolescent discret à un homme obligé de faire des choix difficiles. La lecture avec la première personne rend l'entrée dans sa psychologie encore plus importante, je me suis rapidement investi dans ce personnage, je comprends ses choix et sa vision du monde qui l'entoure, et notamment lorsqu'il découvre l'existence de ses dons et de la Tribu. Quant à Kaede, on se rend compte grâce à elle la place des femmes à cette époque, traitée guère plus que comme des vulgaires objets... Mais un des personnages que je préfère vraiment est Shigeru Otori : mystérieux de prime abord, il se révèle peu à peu. Il a certes des intérêts pour recueillir Takeo, mais c'est un homme gentil, honnête, mais surtout avec un grand sens de l'honneur !
Un excellent moment de lecture, tout est là pour faire passer un moment époustouflant, avec des larmes et du rire, de la magie et des combats, des personnages captivants et un décor incroyable. Les adolescents aimeront Le Clan des Otori, tout comme les adultes ! Je conseille fortement cette série, surtout si vous aimez la magie des ambiances japonaises à la Princesse Mononoké et les références aux coutumes médiévales Japonaises.




Le Clan des Otori, Tome 1 : Le Silence du Rossignol
Le Clan des Otori, Tome 2 : Les Neiges de l'Exil
Le Clan des Otori, Tome 3 : La Clarté de la Lune
Le Clan des Otori, Tome 4 : Le Vol du Héron
Le Clan des Otori, Tome 5 : Le Fil du Destin

 

 

Logo Livraddict