Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

28/07/2013

Fiche Film n°8 : The Dark Knight Rises

fiche film,n°8,adaptation,batman,the dark knight rises,christopher nolan,christian bale,gary oldman,tom hardy,joseph gordon-levitt,anne hathaway,marion cotillard,morgan freeman,michael caine

Fiche technique

Date de sortie : 25 juillet 2012
Réalisé par Christopher Nolan
Genre : Action, Drame, Thriller
Nationalité : Américain, britannique

fiche film,n°8,adaptation,batman,the dark knight rises,christopher nolan,christian bale,gary oldman,tom hardy,joseph gordon-levitt,anne hathaway,marion cotillard,morgan freeman,michael caine


Synopsis

Il y a huit ans, Batman a disparu dans la nuit : lui qui était un héros est alors devenu un fugitif. S'accusant de la mort du procureur-adjoint Harvey Dent, le Chevalier Noir a tout sacrifié au nom de ce que le commissaire Gordon et lui-même considéraient être une noble cause.
Et leurs actions conjointes se sont avérées efficaces pour un temps puisque la criminalité a été éradiquée à Gotham City grâce à l'arsenal de lois répressif initié par Dent.
Mais c'est un chat – aux intentions obscures – aussi rusé que voleur qui va tout bouleverser.
À moins que ce ne soit l'arrivée à Gotham de Bane, terroriste masqué, qui compte bien arracher Bruce à l'exil qu'il s'est imposé. Pourtant, même si ce dernier est prêt à endosser de nouveau la cape et le casque du Chevalier Noir, Batman n'est peut-être plus de taille à affronter Bane...

fiche film,n°8,adaptation,batman,the dark knight rises,christopher nolan,christian bale,gary oldman,tom hardy,joseph gordon-levitt,anne hathaway,marion cotillard,morgan freeman,michael caine


Casting

Christian Bale : Bruce Wayne
Gary Oldman : Le commissaire Gordon
Tom Hardy : Bane
Joseph Gordon-Levitt : Blake
Anne Hathaway : Selina
Marion Cotillard : Miranda
Morgan Freeman : Fox
Michael Caine : Alfred Pennyworth

fiche film,n°8,adaptation,batman,the dark knight rises,christopher nolan,christian bale,gary oldman,tom hardy,joseph gordon-levitt,anne hathaway,marion cotillard,morgan freeman,michael caine



Secrets de tournage

"La fin de cette ère Batman..."
Cela fait maintenant plus d'une demi-douzaine d'années que Christopher Nolan et Christian Bale ont lié leur destin à la saga Batman. Tous deux ont confirmé que The Dark Knight Rises était leur dernier épisode derrière ou devant la caméra. Voici ce que déclarait l'interprète de Bruce Wayne, quelques mois avant la sortie du film : "J'ai terminé le tournage de The Dark Knight Rises, il y a quelques jours. Donc c'est la dernière fois que j'enlève mon masque de Batman. Je crois que toute la production du film a été bouclée cette semaine [en novembre 2011], donc c'est terminé. Tout est fini. Ce volet sera le tout dernier pour moi et le réalisateur Christopher Nolan. C'est la fin de cette ère Batman", a-t-il expliqué.
fiche film,n°8,adaptation,batman,the dark knight rises,christopher nolan,christian bale,gary oldman,tom hardy,joseph gordon-levitt,anne hathaway,marion cotillard,morgan freeman,michael caine
Appelez-moi Sélina...
Bien qu'Anne Hathaway semble pour tout le monde incarner la célèbre Catwoman, ce n'est pas (vraiment) le cas dans The Dark Knight Rises. En effet, dans le film, jamais le nom de la voleuse n'est prononcé, et seul le patronyme de son alter-ego public, Selina Kyle, est mis en avant. Une preuve supplémentaire que Christopher Nolan veut détacher sa trilogie réaliste de la base "comics", trop fantaisiste à son goût...

Le BatWing version Nolan
Un nouveau véhicule fait son apparition dans The Dark Knight Rises : "The Bat" ("La Chauve-souris" en VO). Cet héritier du BatWing, version Christopher Nolan, peut ainsi s'envoler dans le ciel de Gotham, étant en plus doté d'une imposante force de frappe. Amené par Lucius Fox (Morgan Freeman) à Bruce Wayne (Christian Bale), ce bolide est le fruit d'un croisement entre un hélicoptère Apache, un jet Osprey, et l'avion de chasse Harrier, pour une longueur de 10 mètres et une largeur de 5. Pour finir, ce beau bébé pèse tout de même plus de 1,3 tonne !

The Mask
Le masque de Bane se devait d'être véritablement une partie de lui, pour rendre le personnagefiche film,n°8,adaptation,batman,the dark knight rises,christopher nolan,christian bale,gary oldman,tom hardy,joseph gordon-levitt,anne hathaway,marion cotillard,morgan freeman,michael caine encore plus effrayant et "animal". La chef costumière Lindy Hemming a ainsi mis en place un système d'aimants appliqués au visage de Tom Hardy, pour que la structure métallisée du masque soit le plus possible collée au visage de l'acteur. Seul un joint en caoutchouc entre sa peau et le masque permettait à ce dernier de respirer convenablement.

Je t'ai Keysi !
Dans les films Batman Begins et The Dark Knight, Batman (Christian Bale) combat en utilisant principalement les techniques du Keysi, un art martial dérivé du jeet kune do. Pour ce troisième film, le chef cascadeur Buster Reeves a décidé de faire évoluer cette technique de combat en la rendant plus directe et plus brutale, afin que le Chevalier Noir réponde efficacement au personnage de Bane (Tom Hardy).

fiche film,n°8,adaptation,batman,the dark knight rises,christopher nolan,christian bale,gary oldman,tom hardy,joseph gordon-levitt,anne hathaway,marion cotillard,morgan freeman,michael caine


IMAX oui, 3D non !
The Dark Knight Rises est l'un des seuls blockbusters de 2012 à ne pas avoir succombé aux sirènes de la 3D. Christopher Nolan a expliqué ce choix, à contre-courant de l'industrie hollywoodienne actuelle. Il s'agit d'abord pour lui de ne pas rompre l'homogénéité de sa trilogie, le relief pouvant donner au troisième épisode un aspect visuel différent. Autre explication, The Dark Knight Rises présente des personnages hors du commun. Or, la 3D impose une intimité pour le spectateur, ce qui ne serait pas compatible avec ce nouvel opus selon le réalisateur. Cependant, Nolan a filmé 45 à 50 minutes de son film en format IMAX, soit deux fois plus que pour The Dark Knight - Le Chevalier Noir.
fiche film,n°8,adaptation,batman,the dark knight rises,christopher nolan,christian bale,gary oldman,tom hardy,joseph gordon-levitt,anne hathaway,marion cotillard,morgan freeman,michael caine
Batman et... Robin ?
Il s'agit d'un clin d'œil discret repéré dans la bande annonce de The Dark Knight Rises : dans la scène où Bane attaque un stade, un supporter tient une pancarte avec la lettre "R" des Gotham Rogues (l'équipe de football de la ville). Un "R" qui reprend la graphie du logo des comics Robin ! Cette référence cachée au jeune acolyte de Batman n'est pas à mettre au crédit du réalisateur Christopher Nolan. Lors du tournage, les 11 000 figurants pouvaient apporter les accessoires qu'ils désiraient pour se transformer en parfaits supporter. Il s'agit donc d'un clin d'œil d'un fan, aux autres fans !



M
on avis


fiche film,n°8,adaptation,batman,the dark knight rises,christopher nolan,christian bale,gary oldman,tom hardy,joseph gordon-levitt,anne hathaway,marion cotillard,morgan freeman,michael caineThe Dark Knight Rises est le troisième volet de la trilogie Batman et clôt la saga dirigée par Christopher Nolan.
Après The Dark Knight – Le Chevalier Noir, huit ans s'est écoulé et Batman est passé de héros à fugitif pour avoir endossé la responsabilité de la mort d'Harvey Dent et de ses actes. Le mensonge semble avoir porté ses fruits : la criminalité de Gotham a reculé, la population reprend espoir. Tout bascule le jour où une cambrioleuse, Selina Kyle, s'introduit chez Bruce Wayne, retranché dans son manoir d'où il n'est pas sorti depuis huit ans. Outre la voleuse, un nouvel individu dangereux fait son apparition : Bane, un terroriste masqué qui oblige Bruce Wayne à réenfiler le costume de la chauve-souris.
Après l'immense succès (et amplement mérité !) de The Dark Knight – Le Chevalier Noir, cefiche film,n°8,adaptation,batman,the dark knight rises,christopher nolan,christian bale,gary oldman,tom hardy,joseph gordon-levitt,anne hathaway,marion cotillard,morgan freeman,michael caine dernier opus était très attendu au tournant. J'attendais beaucoup de ce film, à la fois parce que c'était le dernier de la trilogie, parce que Batman est mon super-héros préféré, Christopher Nolan en est le réalisateur et qu'il est composé d'une pléthore d'acteurs tous plus talentueux les uns que les autres.
Je dois dire que même s'il est supérieur à Batman Begins, The Dark Knight Rises n'atteint pas la perfection du deuxième opus, qui est difficile à égaler. Quelques petits défauts font évidemment leurs apparitions, et je vais en parler pour m'en débarrasser ! Le défaut le plus « visible » est le jeu de Marion Cotillard. Autant j'ai apprécié son jeu glaçant dans Inception et sa présence à l'écran, ainsi que l'un de ses derniers films (De rouille et d'os), autant elle parvenait à rabaisser le niveau des acteurs dans The Dark Knight Rises... On peut citer notamment sa dernière scène (caricaturée partout sur le Web), censée être dramatique et nous arracher des larmes mais qui ne parvient qu'à faire rire ! C'est vraiment ma plus grande déception, car le personnage qu'elle incarne a quand même une grande importance dans les comics, avec une histoire intéressante qui n'est pas assez développé ici. Outre le jeu de l'actrice, deux ou trois petites incohérences m'ont faite tiquer. Pour l'identité de John Blake, cela a été assez rabattu, mais elle m'a amusée, surtout avec cette fin ouverte, et même si Nolan a déclaré ne plus vouloir revenir dans l'univers de Batman. Ce qui m'a le plus dérangée, c'est que Blake sache que Batman et Bruce Wayne ne fassent qu'un, alors qu'il n'a vu le millionnaire qu'une fois, avec une fille à son bras, et qu'il l'a reconnu à son regard. Mouais... Ensuite, lorsque Bane et ses complices attaquent la Bourse, il fait grand jour, et dix minutes après, lorsqu'ils s'échappent, il fait nuit noire pour permettre au Batman de faire son entrée fracassante... un peu théâtral ! Autre détail : les flics sont pris au piège sous terre. D'accord, on leur fait passer de la nourriture (il en faut quand même une sacrée quantité), et surtout, quand fiche film,n°8,adaptation,batman,the dark knight rises,christopher nolan,christian bale,gary oldman,tom hardy,joseph gordon-levitt,anne hathaway,marion cotillard,morgan freeman,michael caineils sont libérés, ils ont l'air propres et frais, avec des vêtements bien tenus, et prêts pour une bataille ! Et pour finir, certains spectateurs s'étonnaient que Batman ait réussi à traverser la glace (d'ailleurs, l'eau a gelé drôlement vite), alors que les prisonniers la cassaient dès qu'ils posaient un pied dessus (et tout en trouvant le temps de peindre une immense chauve-souris). Bon, pour ma part, je dirais que Batman a peut-être volé vers une surface plus solide ou, à la limite, a une technique spéciale : dans Batman Begins, on le voyait s'exercer avec son mentor sur un lac gelé, donc... Et le dernier point qui m'a un peu dérangée, c'est la voix de Bane, à laquelle il faut un certain temps avant de s'y habituer, du moins pour moi. Et je dois dire que la VO est mille fois meilleure que la VF. Voilà pour le négatif dans The Dark Knight Rises. Du négatif, peut-être, mais qui n'ont pas réussi à ruiner le film, car The Dark Knight Rises reste un chef d'œuvre dans le cinéma actuel et dans les blockbusters. Certains de ces défauts sont parfois dus à unefiche film,n°8,adaptation,batman,the dark knight rises,christopher nolan,christian bale,gary oldman,tom hardy,joseph gordon-levitt,anne hathaway,marion cotillard,morgan freeman,michael caine ellipse, à une solution de facilité pour éviter de rajouter des explications à un film déjà long.
Mais est-il un mauvais film ? Non, loin de là ! Tout comme Batman Begins et The Dark Knight – Le Chevalier Noir, ce dernier volet a une densité que l'on rencontre rarement dans les blockbusters hollywoodiens et dans les films de super-héros en général, The Dark Knight Rises est une magnifique conclusion à la trilogie. Contrairement à The Dark Knight – Le Chevalier Noir où les attentats étaient mis en avant, cette fois, c'est la crise économique qui fait le pivot de l'histoire : attaque de la Bourse par Bane, redistribution du pouvoir accaparé par les élites financières et politiques, soulèvement du peuple... Mais aussi la passivité du gouvernement qui refuse d'aider Gotham ainsi que l'armée qui suit beaucoup trop les ordres à la lettre, sans aucune initiative. The Dark Knight Rises est un blockbuster qui traite de nombreux sujets, ce qui lui donne parfois un effet bancal, Christopher Nolan voulant traiter un peu trop de sujet dans un temps trop court. Mais ce manque de temps est rattrapé par la vision de Nolan, à la fois très pessimiste et tourmentée.
Christopher Nolan a réussi un coup de maître dans la psychologie de ses personnages (à partfiche film,n°8,adaptation,batman,the dark knight rises,christopher nolan,christian bale,gary oldman,tom hardy,joseph gordon-levitt,anne hathaway,marion cotillard,morgan freeman,michael caine pour Miranda...). Batman prend vraiment tout son sens dans ce dernier film : Bruce Wayne a remisé cape et masque dans une volonté de laisser les habitants de Gotham vivre sans dépendre d'un homme masqué pour régler leur problème et se battre au grand jour. Malgré tout, cette décision nuit grave à Bruce Wayne, surtout avec les conséquences de son combat contre le Joker : ses idéaux ont été foulés aux pieds, il voit son image de « monstre », de symbole utile à Gotham qui s'empresse ensuite de le chasser. Avec la disparition de Batman, c'est aussi Bruce Wayne qui disparait, ne trouvant rien dans la société extérieure de quoi l'intéresser. Le titre de The Dark Knight Rises prend tout son sens ici : Bruce Wayne se relève seulement quand Batman trouve une raison de reprendre du service. A travers la trilogie, Christopher Nolan a analysé en profondeur ce super-héros, permettant de lui donner vie comme aucun cinéaste ne l'avait encore fait. On ressent le poids des années et des épreuves sur Bruce Wayne et son alter égo. Plus diminué, avec un matériel pour davantage le soutenir, Batman a vieilli mais conserve sa volonté de protéger sa ville.
Le second personnage important est bien entendu Bane. Ennemi de Batman moins connu, il reste le fléau de Batman, un des seuls à avoir vaincu la Chauve-Souris. Après l'interprétation de Heath Ledger comme Joker, Tom Hardy était désavantagé pour prendre la suite. S'il n'atteint pas la prestation inouïe de Heath Ledger, Tom Hardy confirme néanmoins avec brio qu'il est un acteur sur qui il faut compter (on ne le présente plus, tant ses prestations dans Bronson, Inception, La Taupe ou Warrior ont été remarquées). Il réussit ici l'exploit de faire passer ses émotions malgré son visage presque entièrement recouvert. Même si son histoire n'a pas été assez expliquée et exploitée, Bane est un personnage charismatique, et plus qu'intéressant ! Comme le souligne Alfred, Bane est le contraire de Batman, surtout depuis sa réclusion. « Je suis né de l'ombre, alors que tu n'as que l'adopter », dit Bane à Bruce Wayne. Son passé et sa puissante volonté fait de lui quelqu'un de mieux préparé, de plus déterminé, ce qui se ressent particulièrement dans leur premier combat dans les égouts. Tom Hardy fait un Bane terrifiant, et restera tout aussi inoubliable que le Joker !
fiche film,n°8,adaptation,batman,the dark knight rises,christopher nolan,christian bale,gary oldman,tom hardy,joseph gordon-levitt,anne hathaway,marion cotillard,morgan freeman,michael caineDans la galerie des personnages, il y a également Selina Kyle, qui incarne Catwoman, bien qu'elle ne soit jamais appelée ainsi. En voyant le casting, je pensais qu'Anne Hathaway serait le maillon faible. A ma grande surprise, c'est Marion Cotillard qui s'est révélée ainsi. Anna Hathaway a réussi à incarner la voleuse de haute-voltige, qui emploi la force et les armes, mais qui n'est pas une ennemie de Batman aussi dure que les autres, plus voleuse que tueuse. Belle, cynique, indépendante, ce personnage est vraiment bien rendu, même si j'aurais voulu en savoir plus sur elle, comme pour tous les autres ! Les seconds rôles sont tout aussi intéressants que dans les films précédents : le commissaire Gordon est hanté par la décision de chasser Batman et de couvrir les actes d'Harvey Dent. Allié de Batman, il annule sa retraite anticipé pour combattre Bane. Gary Oldman est toujours aussi convaincant dans son personnage, un policier à la fois pessimiste et volontaire, qui retrouve espoir grâce à l'aide de Batman et ensuite de Harvey Dent. La chute de ce dernier le fera retomber dans un pessimiste encore plus profond. Dans The Dark Knight Rises, il est le premier à soupçonner la menace de Bane et à penser que le Batman est le seul à pouvoir s'y opposer. Alfred Pennyworth est moins présent dans cet épisode, mais sa relation avec Bruce Wayne est d'autant plus forte. Il ne se fait plus d'illusion sur la lutte de Batman contre le mal, l'encourageant à cesser et à voir le monde, non plus comme Batman, mais comme Bruce Wayne, et à voir au-delà. La bonne surprise vient également de Joseph Gordon-Levitt, qui incarne un policier, John Blake. Le jeune homme est un proche de Gordon, il croit au retour du Batman, et surtout se bat pour sauver la ville de la tyrannie de Bane.
Avec The Dark Knight Rises, Christopher Nolan montre qu'il est vraiment un réalisateurfiche film,n°8,adaptation,batman,the dark knight rises,christopher nolan,christian bale,gary oldman,tom hardy,joseph gordon-levitt,anne hathaway,marion cotillard,morgan freeman,michael caine époustouflant, l'histoire est bien amenée et surtout sans aucun moment d'ennui ! Tourner sur pellicule et en partie avec la technologie de l'Imax (et sans 3D !) sublime encore les images, d'une très grande beauté. Nolan alterne parfaitement les scènes d'actions et les moments plus calmes. La beauté du film est toujours aussi bien portée par la musique de Hans Zimmer, qui signe l'une de ses meilleures compositions, avec celle des autres Batman, d'Inception et de Gladiator !
Christopher Nolan offre sa vision personnelle du mythe de Batman, avec l'évolution et le réalisme que cela implique. Un film passionnant, dur, prenant, qui réussit à la fois à satisfaire au niveau des scènes d'actions grandiose mais aussi en faisant réfléchir. La trilogie se classe sans hésiter dans l'une des plus grandes sagas du cinéma ! Les dernières minutes du film ont souvent été critiquées, car contrairement à d'autres films (notamment Inception ou Memento), Christopher Nolan montre clairement comme cela se finit. L'identité de John Blake, la scène avec Alfred... Je dirais simplement que Nolan a voulu finir clairement, sans retournement de dernière minute (bien que le plan sur le visage d'Alfred aurait été amplement suffisant), et que cela n'est peut-être pas plus mal, dans la mesure où ce film prête moins à confusion que d'autres, et pour le plaisir de savoir clairement comment l'histoire se finit.
Bref, The Dark Knight Rises est une magnifique épopée – encore une ! – et un de ces films que je peux revoir sans jamais me lasser. Un must dans le genre, et je suis impatiente de voir les prochains films de Christopher Nolan et des acteurs présents dans le film !
 
 
 

21/08/2012

Fiche Film n°3 : Warrior


 

Fiche technique


Date de sortie cinéma
14 septembre 2011

Réalisé par Gavin O'Connor

Long-métrage américain

Genre
Action, Drame

Durée
02h20min

Distributeur
Metropolitan FilmExport


fiche film,warrior,gavin o'connor,tom hardy,joel edgerton,nick nolte,arts martiaux

Casting


Tom Hardy
Rôle : Tom Conlon

Joel Edgerton
Rôle : Brendan Conlon

Jennifer Morrison
Rôle : Tess Conlon

Nick Nolte
Rôle : Paddy Conlon

Frank Grillo
Rôle : Frank Campana


fiche film,warrior,gavin o'connor,tom hardy,joel edgerton,nick nolte,arts martiaux

Synopsis

 

Ancien Marine brisé, Tommy Conlon rentre au pays et demande à son père de le préparer pour un tournoi d'arts martiaux mixtes qui lui permettrait de gagner une fortune. Personne ne sait ce qu'il espère faire de cet argent.
Le propre frère de Tommy, Brendan, décide lui aussi de s'engager dans la compétition pour essayer de sauver sa famille. Entre les deux frères, les années n'ont pas adouci les rancœurs.
Immanquablement, les routes de Tommy et de Brendan vont bientôt se croiser. Au-delà de l'affrontement qui s'annonce, pour chacun, quelle que soit la cause qu'ils défendent, il n'est pas seulement question de remporter un prix, mais de mener le combat d'une vie...

 

fiche film,warrior,gavin o'connor,tom hardy,joel edgerton,nick nolte,arts martiaux


S
ecrets de tournage

 

Fighter/Warrior : match nul
A l'origine, Lionsgate avait prévu de sortir le film en 2010, ce qui aurait coïncidé avec la sortie d'un autre film sur le même thème : Fighter de David O. Russell. La compagnie de production a finalement refusé de combattre sur le ring du box-office, et repoussé la sortie du long-métrage de Gavin O'Connor à l'année suivante. Etant donné les éloges et le succès qui ont accueilli le premier film (récipiendaire de deux Oscars et un Golden Globe), nul doute que ce choix fut le bon.

Un mot sur le MMA
Les mixed martial arts (MMA), littéralement "arts martiaux mixtes", forment un sport de combat complet associant pugilat et lutte au corps à corps dans lequel les deux combattants peuvent utiliser de nombreuses techniques. Selon les fédérations, sont autorisées toutes sortes de percussions telles que coups de pied, de poing, de genou et de coude, des techniques de projections et de soumission et parfois certaines techniques de percussion au sol.

Un cinéma qui joue des poings
Warrior s'inscrit dans une nouvelle vague de films mettant en scène les milieux des sports de combat rapproché, représentée notamment par Redbelt (2008), Les Winners (2011) ou encore les films multi-récompensés de Darren Aronofsky (The Wrestler, 2009) et David O. Russell (Fighter, 2010).

Un timing contrariant
Le réalisateur Gavin O'Connor souhaitait engager des acteurs inconnus pour incarner les deux frères afin que "les spectateurs ne puissent pas se souvenir d'eux d'un précédent rôle". Malheureusement pour lui, Joel Edgerton est entre-temps apparu dans Animal Kingdom (Grand Prix du Jury au festival de Sundance) tandis que Tom Hardy s'illustrait dans l'Inception de Christopher Nolan et devenait le rival de Batman dans le très attendu The Dark Knight Rises. Autant dire qu'ils étaient loin d'être tout à fait méconnus du grand public lors de la sortie du film ! Le réalisateur a cependant concédé que cette notoriété fraîchement acquise aiderait sans doute la promotion de son long-métrage.

Avis aux néophytes
Selon le co-scénariste A.M. Tambakis, Warrior n'est pas seulement réservé aux amateurs de MMA : "Dire que Warrior est un film sur le MMA revient à dire que Rocky est un film sur la boxe, ou La Bande des quatre un film sur le cyclisme, ou Le Grand défi un film sur le basketball. C'est très réducteur. Après avoir vu ces films, le public est sorti des salles satisfait d'avoir appris quelque chose sur un monde dont il ne savait rien, et nous espérons que ce sera aussi le cas avec Warrior."

Un entraîneur mythique
La tâche d'entraîner Joel Edgerton et Tom Hardy est revenue au légendaire Greg Jackson, qui a reçu trois World MMA Awards et a été classé 8e dans la liste des hommes les plus puissants du MMA par Fight ! Magazine.

Beaucoup de technique, un peu de muscle
Joel Edgerton a pris neuf kilos de muscles, mais son style de combat ne nécessitait pas une masse musculaire impressionnante. J.J Perry explique : "Brendan est plus un technicien que son adversaire. Il utilise le jiu-jitsu et des techniques complexes, c'est un outsider surgi de nulle part." Joel Edgerton décrit son entraînement comme "une expérience physique, mais aussi mentale et émotionnelle".

13kg de muscles
L'entraînement de Tom Hardy s'est concentré sur la musculation dans le but de gagner près de treize kilos de muscles. À l'inverse de Joel Edgerton, Tom Hardy n'avait aucune expérience sportive. Né dans une famille aisée, il est le premier à admettre qu'avant Warrior, il ne connaissait rien au sport de combat. Son entraînement quotidien consistait en deux heures de boxe suivies par deux heures de kickboxing et de Muai Thai, deux heures de chorégraphie et deux heures de musculation.

Un vrai combat
Malgré quelques concessions, dont faire porter aux acteurs des gants avec un rembourrage plus dense, et installer dans la cage un tapis monté sur ressorts pour mieux absorber les chocs, les deux acteurs ont évolué dans un environnement de tournage très éprouvant. Ils ont affronté de vrais combattants. Koba, le champion de lutte russe qui est censé gagner le Sparta, est joué par le champion de lutte olympique et héros de Pittsburgh Kurt Angle. Le défi n'était donc pas seulement d'entraîner les deux acteurs principaux à se battre comme de vrais champions de MMA, mais aussi d'entraîner de vrais combattants à se battre comme au cinéma, c'est-à-dire sans porter les coups. Malgré tous ses efforts, certains coups ont atteint leur but, entraînant plusieurs blessures, dont une déchirure de ligament, un pied cassé et une côté fêlée pour Tom Hardy, et une blessure sérieuse au ligament collatéral médial du genou droit de Joel Edgerton.

 

 

fiche film,warrior,gavin o'connor,tom hardy,joel edgerton,nick nolte,arts martiaux

Mon avis

 

Warrior est un drame familial et un film sportif des plus réussi !
Tommy Conlon, marine, rentre tout juste au pays. Peu loquace, les éléments de son passé sont révélés peu à peu, expliquant au fur et à mesure les blessures de l'homme. Retrouvant son père, Paddy Conlon, un ancien alcoolique et homme brisé, et va lui demander de l'entraîner pour un tournoi de MMA (Mixed Martial Art), où une grosse somme d'argent est à la clé pour le vainqueur. Sa raison pour participer à ce tournoi ne sera révélée qu'au compte-goutte.
De son côté, son frère, Brendan Conlon va tout faire pour tenter également de remporter ce championnat. Ses problèmes d'argent pourrait l'obliger, lui et sa famille, à quitter leur maison.
Entre ces trois membres de la famille, le père et les deux fils, les années n'ont pas arrangé les choses, déchirant toujours leurs vies. Séparé par l'alcoolisme et le comportement de leur père, mais aussi par leur vision du monde, Tommy et Brendan ont beaucoup de chemin à faire avant de pouvoir s'accepter et se pardonner. Long est le chemin avant de pouvoir reprendre une relation saine avec leur père, qui, emplit de remords, tente de se faire pardonner.
Gavin O'Connor montre ici des personnages profonds : il explore avant tout la complexité de ses deux personnages principaux, constitués de nombreuses couches complexes, et il a surtout eu la faculté de montrer non un film de sport avec une histoire servant seulement à relier les scènes d'actions entre elles, mais un film où la souffrance d'une famille tient un place primordiale, où chacun doit trouver du courage pour les épreuves de la vie, non seulement dans la cage, sur le ring, mais aussi dans leurs cœurs. Les rôles sont interprétés avec brio, les acteurs montrent avec subtilité toute la souffrance et la douleur des personnages qu'ils incarnent. Mention spéciale pour des scènes phares du film : le moment d'émotion entre Tommy et son père, le dialogue entre Brendan et Tommy sur la plage, le combat final...
Joel Edgerton, que je découvre dans ce film, a su camper un père de famille aimant, prêt à tout pour elle, bref un excellent rôle malgré son retour sur le ring un peu trop facile. Comment un ancien combattant, devenu prof de physique, ne combattant que de « petits » adversaires peut-il en arriver à ce championnat ? Malgré cette légère incohérence, il porte son rôle avec aisance et montre un personnage sympathique.
Mention spéciale pour deux personnages secondaires. Tout d'abord, Paddy Conlon, le père de Tommy et Brendan, joué par Nick Nolte ainsi que le rôle de Franck Campana, joué par Franck Grillo. Nick Nolte campe un père bouleversant, détruit par le rejet de ses fils, qui tente désespérément de se faire pardonner pour retrouver sa place et l'amour de Tommy et Brendan. De son côté, Franck Campana est un entraîneur impliqué dans sa relation avec ses élèves, et plus particulièrement avec Brendan.
Mais la vraie révélation vient de Tom Hardy, révélé par Bronson, Inception et que j'attends avec impatience dans The Dark Knight Rises, de Christopher Nolan, dans le rôle de Bane. C'est un acteur qui révèle une vraie force de caractère, sachant jouer un homme qui, sous l'apparence d'une brute épaisse, est en fait une personne sensible, déchirée, et avec un cœur gros comme ça ! Un excellent acteur, qui sait faire passer toute son intensité rien que dans son regard, qui donne de la force au scénario, et que je suivrais dans sa carrière avec plaisir et intérêt !
Bref, malgré quelques léger défauts (le retour sur le ring de Brendan, un scénario plutôt classique, le passé de marine de Tommy est trop peu décrit), Warrior est un film qui mérite d'être vu, notamment pour le jeu des acteurs, une émotion qui va droit au cœur, le combat n'est pas au centre du film, bref une bonne surprise de la rentrée cinématographique !

fiche film,warrior,gavin o'connor,tom hardy,joel edgerton,nick nolte,arts martiaux

13/08/2012

Fiche Film n°2 : Les Hauts de Hurlevent

 fiche film,adaptation,les hauts de hurlevent,emily brontë,coky giedroyc,tom hardy,charlotte riley

Fiche technique

Date de sortie
1 juin 2012 - en DVD (2h 22min)

Réalisé par
Coky Giedroyc

Genre
Drame, Romance

Nationalité
Britannique

fiche film,adaptation,les hauts de hurlevent,emily brontë,coky giedroyc,tom hardy,charlotte riley


Casting

Tom Hardy
Rôle : Heathcliff

Charlotte Riley
Rôle : Cathy

Andrew Lincoln
Rôle : Edgar Linton

Sarah Lancashire
Rôle : Nelly

Burn Gorman
Rôle : Hindley

Rosalind Halstead
Rôle : Isabella

Rebecca Night
Rôle : Catherine

Tom Payne (II)
Rôle : Linton




S
ynopsis


Amour fou et sombre vengeance dans le Yorkshire du XIXe siècle...
Tom Hardy campe un Heathcliff intense et sauvage dans cette mini-série britannique en deux épisodes, adaptée en 2009 du classique d'Emily Brontë.

fiche film,adaptation,les hauts de hurlevent,emily brontë,coky giedroyc,tom hardy,charlotte riley


Mon avis

Le roman d'Emily Brontë a connu beaucoup d'adaptations, que ce soit au cinéma ou à la télévision. Pour ma part, j'ai d'abord vu la version de 1992, réalisé par Peter Kosminsky, avec notamment Juliette Binoche et Ralph Fiennes (qui campe un Heathcliff vraiment très glaçant !). Je me plonge alors dans cette nouvelle version, d'abord pour l'histoire évidemment, mais aussi pour Tom Hardy.
Les Hauts de Hurlevent voit Mr Earnshaw, propriétaire du domaine, ramener un jeune bohémien d'un voyage. Une haine farouche naît entre Heathcliff et le fils de Mr Earnshaw, Hindley. En revanche, il va très vite se lier avec sa fille, Cathy. Ces relations vont entrainer des tourments émotionnels sans fin.
Donc, cette nouvelle version des Hauts de Hurlevent, ou Wuthering Heigts en VO, a été prévue pour la télévision et est composée de deux parties, pour une durée d'environ 2h. Comme avec toutes les adaptations, et particulièrement avec aussi peu de temps, le danger est de condenser au maximum l'histoire, surtout avec un roman qui s'étale sur une longue durée et qui voit les personnages évoluer au fil de l'histoire.
Alors, au niveau de l'histoire. Evidemment, c'est loin d'être parfait, je m'en doutais. Coky Giedroyc réalise une vision précipitée de l'œuvre d'Emily Brontë : il va à l'essentiel, aux moments forts et aux points clés, sans s'attarder en chemin. Pour parler d'abord des aspects négatifs de cette adaptation, on peut citer quelques défauts : ce manque de temps fait un peu l'impasse sur la passion qui unit Heathcliff et Cathy. On ressent moins leur intimité, leur amour qui passe de l'amitié d'enfant à des sentiments plus profonds, puis après le départ d'Heathcliff on ne voit pas le désespoir de Cathy et on passe directement à son mariage avec Edgar, 3 ans plus tard. Une ellipse qui n'a plus aucun sens car, dans le livre, elle était trop jeune pour se marier, ce qui n'a pas lieu d'être dans l'adaptation. Ainsi que la fin du film diffère totalement de celle du livre, ce qui est quand même un grand changement !
Mais malgré ces critiques, Les Hauts de Hurlevent n'est pas du tout un mauvais film, bien au contraire. Forcément, il ne vaut pas l'œuvre, il reste incomplet et parfois passe trop rapidement sur certaines scènes. Mais au-delà de ça, ce film réussi, du moins à mon avis, à faire ce qu'il faut : nous pousser à nous intéresser à l'œuvre de départ, à la lire ou à la relire.
Quant aux acteurs, ils relèvent magistralement le niveau, surtout les personnages secondaires. Burn Gorman (Hindley) est fidèle à l'image que je m'en faisais, que ce soit en frère, en ennemi ou en homme dévasté. Andrew Lincoln (Edgar Linton) est sobre, convaincant, très délicat. Rebecca Night interprète Catherine, la fille de Cathy, est vraiment impétueuse et déterminée, avec les qualités de ses parents sans avoir été autant abîmée qu'eux. Quant à Charlotte Riley, qui interprète Cathy, je suis restée un peu sur ma faim. Elle passe d'une Cathy « idéale », tout à fait conforme à la description d'Emily Brontë à une prestation moins convaincante, moins habitée par son rôle. Mais la révélation vient, pour moi, de Tom Hardy. J'ai vu beaucoup de films avec cet acteur, que j'apprécie vraiment, mais bizarrement, je ne le voyais pas jouer Heathcliff qui avait été magnifiquement interprété par Ralph Fiennes (frissons !). J'ai cependant très vite adhérée à son jeu, très convaincant, spécialement quand il est froid, calculateur et cynique. De plus, sa voix convient très bien au rôle, avec les bonnes intonations !
Coky Giedroyc réalise une adaptation captivante, qui réussit à accrocher tout du long de l'histoire son spectateur. L'histoire tient malgré tout la route, l'essentiel est là et parvient à faire passer le message originel en conversant son identité, ce qui arrive à faire oublier les quelques faux pas. Les Hauts de Hurlevent fait passer avant tout un message de haine, de vengeance, de perte, ainsi que les ravages d'une passion destructrice. Cette adaptation fait passer un message très sombre, presque plus cru que dans le roman.
A voir !

 

fiche film,adaptation,les hauts de hurlevent,emily brontë,brontë,coky giedroyc,tom hardy,charlotte riley

Les Hauts de Hurlevent, d'Emily Brontë